Fin de "party" pour Boris Johnson

Royaume-Uni : Boris Johnson démissionne de la tête du Parti conservateur

Aurélie Loek
Publié le 7 juillet 2022 à 15h44
JT Perso

Source : TF1 Info

Le Premier ministre Boris Johnson a annoncé sa démission en tant que chef du parti conservateur.
Il a déclaré que le processus pour le remplacer commençait dès maintenant, amenant à la nomination d'un nouveau Premier ministre.
Le responsable a précisé qu'il resterait en place en attendant.

Contraint et forcé, le Premier ministre britannique s'est finalement résolu à annoncer sa démission de chef du Parti conservateur, ouvrant la voie à son remplacement à la tête du gouvernement. Usé par les scandales et affaibli par une série de démissions sans précédent, Boris Johnson quittera le 10, Downing Street qu'il occupe depuis maintenant trois ans, une fois son successeur désigné.

Une dernière déclaration qui charge son propre camp

Lors d'une brève allocution devant Downing Street, Boris Johnson n'a pas eu un mot pour les multiples scandales qui ont entaché son mandat, des rebondissements liés au "Partygate", à la vague de démissions provoquée par les mensonges du Premier ministre concernant la nomination en tant que "whip" d'un homme accusé d'attouchements. Au lieu de cela, il a accusé les parlementaires conservateurs, son propre camp, d'agir comme un "troupeau" et a regretté de ne pas les avoir convaincus de continuer, tout en admettant qu'"en politique, personne n'est indispensable".

"La raison pour laquelle je me suis battu si fort ces derniers jours pour continuer à délivrer ce mandat en personne n'était pas seulement parce que je voulais le faire, mais parce que je sentais que c'était mon travail, mon devoir, mon obligation envers vous de continuer à faire ce que nous avons promis en 2019", s'est encore justifié Boris Johnson, après trois jours de crise politique et de multiples appels à la démission.

"C'est clairement la volonté du parti conservateur qu'il y ait un nouveau leader et donc un nouveau Premier ministre", a-t-il finalement reconnu lors de ce point presse, se disant surtout "triste d'abandonner le meilleur travail au monde". Il a ajouté que le calendrier pour l'élection d'un nouveau leader conservateur serait précisé la semaine prochaine et qu'en attendant sa nomination, il resterait en poste en tant que chef du gouvernement.

Lire aussi

Face aux scandales et aux mensonges successifs dans un pays confronté à une inflation record de 9% et à des mouvements sociaux, la côte de popularité du Premier ministre avait plongé ces derniers mois. Près de 70% des Britanniques souhaitaient son départ, selon deux sondages cette semaine. La soixantaine de démissions annoncée au sein du gouvernement depuis mardi, dont cinq ministres, soit un exode d'une rapidité sans précédent dans l'histoire politique britannique, aura finalement eu raison de celui qui a mené le Royaume-Uni au Brexit.


Aurélie Loek

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info