Corée du Nord-États-Unis : sommet historique entre Kim Jong-un et Trump

Des bombardiers de Trump ont volé près de côtes de la Corée du Nord, selon le Pentagone

La rédaction de LCI
Publié le 23 septembre 2017 à 20h26, mis à jour le 23 septembre 2017 à 21h51
Des bombardiers de Trump ont volé près de côtes de la Corée du Nord, selon le Pentagone

Source : TIMOTHY A. CLARY / AFP

ESCALADE - Quelques jours après le discours de Donald Trump à l'Onu et la réponse de Kim Jong-Un, le Pentagone a annoncé samedi soir que des bombardiers américains avaient volé tout près des côtes nord-coréennes, tout en restant dans l'espace aérien international. Objectif : envoyer un "message clair" à Pyongyang.

Cela fera-t-il baisser la tension entre Pyongyang et Washington ou cette annonce sera-t-elle un pas de plus dans l'escalade ? Pour l'heure, impossible de le dire mais nul doute que les services diplomatiques du monde entier s'apprêtaient à passer une soirée chargée.

 Ce samedi soir, le Pentagone a en effet annoncé que des bombardiers américains avaient effectué un ou des vols non loin des côtes nord-coréennes, tout en restant dans l'espace aérien international. Une annonce qui intervient quelques jours seulement après le discours de Donald Trump à la tribune de l'Onu et la réponse du leader Nord-coréen, Kim Jong-Un.  Et qui a eu lieu quasiment au même moment où le ministre nord-coréen des Affaires étrangères s'exprimait à son tour devant l'Assemblée générale des Nations unies. Ce dernier -qui n'était pas au courant de l'annonce du Pentagone- a qualifié de Trump de "personne dérangée", "mégalomane" et "roi menteur".

"Comportement dangereux' de la Corée du Nord

Pour Washington, le vol de ces bombardiers était destiné à envoyer un "message clair" à Pyongyang, dont les provocations provoquent l'ire du président Donald Trump, a affirmé le Pentagone. "C'est l'endroit le plus au nord de la zone démilitarisée qu'un avion américain ou un bombardier a survolé au large des côtes nord-coréennes depuis le début du 21e siècle, soulignant à quel point nous prenons au sérieux le comportement dangereux de la Corée du Nord", a écrit la porte-parole du Pentagone Dana White dans un communiqué. 

Ce lundi, Jim Mattis, patron du Pentagone affirmait que les Etats-Unis disposaient de "nombreuses" options militaires contre la Corée du Nord, dont plusieurs ne mettent pas en danger la Corée du Sud". "Il y a de nombreuses options militaires, que nous pouvons adopter, de concert avec nos alliés, pour défendre nos alliés et nos propres intérêts", avait déclaré Jim Mattis devant des journalistes. 

Tensions États-Unis-Corée du Nord : la réponse cinglante de Kim Jong-un à TrumpSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

A la question de savoir si celles-ci incluaient des options qui ne feraient pas courir un grave risque à Séoul, il s'est contenté de répondre : "Oui, il y en a". Le ministre américain de la Défense a également confirmé que les Etats-Unis et la Corée du Sud avaient évoqué la possibilité que Washington envoie des armes nucléaires "tactiques" de taille limitée à Séoul.  

L'été a vu Pyongyang procéder à son sixième essai nucléaire et à plusieurs tirs de missiles intercontinentaux, défiant ainsi les multiples résolutions de l'ONU. Conséquence de quoi, dimanche dernier, l'administration Trump a menacé Pyongyang de "destruction" si elle continuait de provoquer Washington et ses alliés. 


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info