EN DIRECT - Humanitaires tués à Gaza : le président d'Israël présente ses "excuses"

Publié le 2 avril 2024 à 8h03, mis à jour le 3 avril 2024 à 6h54

Source : TF1 Info

Le président d'Israël Isaac Herzog a présenté ses "excuses" après la mort de sept collaborateurs de l'ONG américaine World Central Kitchen (WCK) tués dans la bande de Gaza dans des frappes israéliennes.
Les dernières informations à suivre ici.

Ce live est à présent terminé. 

ONU

Les Palestiniens ont officiellement relancé la procédure pour devenir État membre à part entière de l'ONU, selon une lettre de leur ambassadeur à l'ONU vue par l'AFP. Dans ce courrier adressé au secrétaire général de l'ONU et transmis au Conseil de sécurité, Riyad Mansour annonce, "à la demande des dirigeants palestiniens", relancer cette requête datant de 2011 et appelle le Conseil à l'examiner "en avril 2024". 

MORTS "INADMISSIBLES"

La mort de collaborateurs de l'ONG World Central Kitchen lors d'une frappe israélienne à Gaza témoigne du "mépris" pour la sécurité des travailleurs humanitaires dans la guerre entre Israël et le Hamas, a dénoncé le porte-parole du secrétaire général de l'ONU. 


"La multiplication de tels événements est le résultat inévitable de la façon dont cette guerre est menée actuellement", dans un "mépris pour le droit humanitaire international et un mépris pour la protection des travailleurs humanitaires", a dénoncé Stéphane Dujarric, condamnant la mort de "tous les travailleurs humanitaires". 


La mort des sept membres de World Central Kitchen "porte le nombre total des travailleurs humanitaires tués lors de ce conflit à 196, dont plus de 175 de l'ONU", a déploré de son côté le secrétaire général Antonio Guterres lors d'un discours devant l'Assemblée générale. 

ANTONY BLINKEN

Interviewé par Darius Rochebin pour LCI, à l'occasion de son passage à Paris, le secrétaire d'État américain a évoqué la guerre à Gaza, le sort des civils palestiniens, et l'hypothèse à long terme d'un État palestinien. Le tout en français. ⬇️

MANIFESTATION

"Vous n'aurez ni jour ni nuit" tranquille : des milliers d'Israéliens parmi lesquels nombre de proches d'otages retenus à Gaza ont de nouveau manifesté ce soir à Jérusalem pour demander au Premier ministre Benyamin Netanyahou de démissionner, accusé d'avoir "trahi" la confiance populaire. 


"Vous menez une campagne contre moi, contre les familles d'otages, vous vous êtes retournés contre nous. Vous nous appelez 'traîtres' quand VOUS êtes le traître, un traître à votre peuple, à vos électeurs, à l'État d'Israël", a crié au micro Einav Zangauker. Son fils Matan fait partie des 250 otages enlevés par le mouvement islamiste palestinien Hamas lors d'une attaque sans précédent en Israël le 7 octobre, qui a déclenché la guerre dans la bande de Gaza. Quelque 134 d'entre eux se trouvent encore dans le territoire palestinien. 


Après des semaines de manifestations tous les samedis à Tel-Aviv, les camps anti-gouvernemental et une partie des familles d'otages ont uni leurs forces pour crier leur colère chaque soir depuis dimanche devant la Knesset. Certains y passent la nuit, dans une centaine de tentes. 

"RIEN À VOIR"

Les États-Unis ont assuré mardi n'avoir "rien à voir" avec la frappe sur le consulat d'Iran à Damas imputée à Israël, une attaque inédite qui fait craindre une escalade des tensions en pleine guerre dans la bande de Gaza. "Nous n'avons rien à voir avec cette frappe à Damas. Nous n'étions pas impliqués de quelque manière que ce soit", a déclaré à la presse le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison-Blanche, John Kirby. 

DES EXCUSES DE LA PART D'ISRAËL

Le président d'Israël Isaac Herzog a présenté mardi soir ses "excuses" après la mort de sept collaborateurs de l'ONG américaine World Central Kitchen (WCK) tués dans la bande de Gaza dans des frappes israéliennes. 


"Le président Herzog a exprimé sa profonde tristesse et ses excuses sincères devant la mort tragique de l'équipe de WCK la nuit dernière dans la bande de Gaza, et adressé ses condoléances à leurs familles et leurs proches", selon un communiqué de la présidence, qui précise qu'il s'est entretenu avec le fondateur de l'ONG, le chef hispano-américain José Andres. 

ÉTAT PALESTINIEN

"Notre but, c'est l'établissement d'un État palestinien, même si ça paraît très loin", a affirmé le secrétaire d'État américain. 

ANTONY BLINKEN SUR LCI

"Comment vivre avec le Hamas et le danger continu qu'il représente ? C'était une obligation pour Israël de répondre". Antony Blinken a tenu à rappeler le raid meurtrier du Hamas le 7 octobre 2023, pour analyser la réponse d'Israël.

INDIGNATION

La Maison Blanche "indignée" après la mort d'humanitaires à Gaza, selon son porte-parole.

PREMIÈRE ESTIMATION DES DÉGÂTS

Les opérations militaires israéliennes dans la bande de Gaza, menées en représailles de l'attaque lancée par le Hamas dans le sud du pays début octobre, ont entraîné des dégâts sur les "infrastructures critiques" estimés à 18,5 milliards de dollars, selon un rapport publié mardi.


Ce montant, issu d'une étude réalisée conjointement par la Banque mondiale (BM), les Nations unies (ONU) et l'Union européenne (UE), est la première estimation des effets des bombardements et combats au sol menés depuis six mois et correspond à l'équivalent de 97% du PIB de l'ensemble de territoires palestiniens occupés.

ALLEMAGNE

La ministre allemande des Affaires étrangères a appelé Israël à "mener une enquête rapide et approfondie" sur la mort de sept humanitaires dans une frappe israélienne à Gaza, dans un message posté sur X. 


"Les travailleurs humanitaires doivent pouvoir faire leur important travail en toute sécurité, dans le monde entier, et aussi à Gaza (...) Il ne faut pas que des incidents comme cela puissent se produire", a encore écrit Annalena Baerbock. 

ROYAUME UNI

Le gouvernement britannique a convoqué l'ambassadeur d'Israël pour exprimer sa "condamnation sans équivoque" de la mort de sept travailleurs humanitaires de l'ONG World Central Kitchen, dont trois Britanniques, dans une frappe de l'armée israélienne à Gaza. 


"J'ai demandé à ce qu'une enquête rapide et transparente soit menée, que ses résultats soient partagés avec la communauté internationale, et que les responsables répondent pleinement de leurs actes", a indiqué le secrétaire d'État britannique aux Affaires étrangères Andrew Mitchell dans un communiqué. 


"Toutes nos pensées vont aux familles des victimes tuées dans cette frappe choquante, dont trois travailleurs humanitaires britanniques", a également indiqué le Premier ministre Rishi Sunak sur X, après un premier bilan faisant état d'une seule victime britannique plus tôt dans la journée. 

FRAPPES EN SYRIE : L'ONU CONDAMNE

Le chef de l'ONU a "condamné" la frappe imputée à Israël contre le consulat iranien à Damas, en Syrie, appelant à "respecter le droit international". Antonio Guterres a également appelé à "éviter toute escalade", prévenant que "toute erreur de calcul pourrait conduire à un conflit plus large dans une région déjà instable, avec des conséquences dévastatrices pour les civils", a fait savoir son porte-parole Stéphane Dujarric dans un communiqué. 

ISRAËL "DOIT FAIRE DAVANTAGE"

Israël doit faire "davantage pour protéger les civils innocents" à Gaza, a réitéré le secrétaire d'État américain depuis le Quai d'Orsay.

"C'EST INSUFFISANT"

"C'est insuffisant, ce n'est pas assez pour faire face aux besoins" de la population civile de Gaza. Si le secrétaire d'État américain a défendu son action pour permettre l'entrée d'aide humanitaire dans l'enclave, il a reconnu qu'il fallait faire plus. Il a notamment souligné la nécessité de mieux contrôler la distribution dans Gaza, une fois les denrées acheminées.

"ENQUÊTE IMPARTIALE"

Le secrétaire d'État américain a réclamé une enquête "rapide et impartiale" sur la mort de sept humanitaires dans une frappe israélienne à Gaza, lors d'une conférence de presse à Paris. "Nous avons parlé directement aux autorités israéliennes (...) nous les avons exhortées à mener une enquête rapide et impartiale pour comprendre exactement ce qui s'est passé", a déclaré Antony Blinken, alors qu'Israël a admis une "frappe non intentionnelle" ayant tué hier sept collaborateurs de l'ONG World Central Kitchen. 

PARIS CONDAMNE

Le chef de la diplomatie française Stéphane Séjourné a exprimé la "condamnation ferme" de la France après "la frappe israélienne qui a conduit à la mort de sept humanitaires" de l'ONG américaine World Central Kitchen tués à Gaza. 


"La protection des humanitaires est un impératif moral et juridique auquel tout le monde doit se tenir", a déclaré M. Séjourné lors d'une conférence de presse avec le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, avant d'ajouter : "Rien ne justifie une telle tragédie". 

PLUS DE 200 VICTIMES HUMANITAIRES DEPUIS LE DÉBUT DU CONFLIT

Selon la base de données sur la sécurité des travailleurs humanitaires, le conflit que mène Israël contre le Hamas à Gaza a été particulièrement meurtrier pour les volontaires qui aident les populations civiles. Sans compter la dernière frappe qui a entrainé la mort de sept d'entre eux, 268 ont été tués depuis le 7 octobre. C'est néanmoins le premier incident qui implique des humanitaires internationaux.

UNE ENQUÊTE SUPERVISÉE PAR LE CHEF DE L'ÉTAT-MAJOR ISRAÉLIEN

Ce "tragique incident hier soir s'est produit du fait d'une frappe de l'armée israélienne, et nous enquêtons sur les circonstances", a indiqué à l'AFP un porte-parole militaire, ajoutant que "le chef de l'état-major, le général Herzi Halevi, examinera personnellement les conclusions de l'enquête initiale ce soir".

CONDOLÉANCES ET ENQUÊTE

Le ministre des Affaires étrangères israélien a adressé ses condoléances aux familles et aux pays des humanitaires tués par une frappe israélienne à Gaza. "L’armée israélienne et les décideurs politiques font et feront tout pour éviter que des dommages soient causés aux civils", a-t-il certifié, assurant qu'une enquête allait être menée pour certifier dans le futur la "sécurité et la sureté des travailleurs humanitaires". 

UNE FRAPPE ISRAÉLIENNE "NON INTENTIONNELLE" ASSURE NÉTANYAHOU

Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a reconnu que le tir qui a frappé un convoi humanitaire était bien israélien tout en assurant que celui-ci était "non intentionnelle".


"Malheureusement hier (lundi), il s'est produit un incident tragique, nos forces ayant frappé de façon non intentionnelle des innocents dans la bande de Gaza. Cela arrive dans une guerre, nous allons vérifier jusqu'au bout, nous sommes en contact avec les gouvernements et ferons tout pour que cela ne se reproduise plus jamais", a-t-il déclaré depuis l'hôpital où il a subi dimanche soir une intervention pour une hernie.

"UN MESSAGE ENVOYÉ PAR ISRAËL"

La frappe israélienne est "un message envoyé par l'armée israélienne" visant à empêcher les humanitaires d'intervenir sur le terrain, a dénoncé ce mardi sur franceinfo le vice-président de Médecins du Monde, Jean-François Corty. "Bien sûr, on parle d'accident, mais aujourd'hui [...] on voit bien que les soignants, les civils, les humanitaires tombent sous des bombardements aveugles", a-t-il déploré.


"Ce sont des centaines de milliers de personnes qui sont aujourd'hui soumis à un blocus aérien et terrestre qui est en train de générer une famine et qui témoigne d'une intention génocidaire", a-t-il estimé, avant de rappeler que son organisation "était censée mettre en pratique les propositions américaines et européennes de corridors humanitaires pour essayer de limiter les risques de famine".

LES PREMIÈRES IMAGES DU CONVOI CIBLÉES PAR UNE FRAPPE

Selon les premières images, on voit que les véhicules humanitaires ciblés par une frappe israélienne étaient bien identifiés en tant que véhicules de World Central Kitchen.

Mort de 7 humanitaires : les images de la frappeSource : TF1 Info

WORLD CENTRAL KITCHEN

World Central Kitchen était l'une des deux ONG qui livraient de l'aide alimentaire à la population affamée de Gaza. Suite à la frappe qui a ciblé un de ses convois, tuant sept de ses employés, WCK a annoncé suspendre ses activités dans la région. Plus de détails dans l'article ci-dessous.

"UNE EXPLICATION COMPLÈTE ET TRANSPARENTE", DEMANDE DAVID CAMERON

Sur le réseau social X, le ministre des Affaires étrangères anglais, David Cameron a fait savoir qu'un travail était mené pour vérifier l'information selon laquelle plusieurs ressortissants britanniques ont été tués dans la frappe qui a ciblé un convoi de World Central Kitchen.


"Nous avons appelé Israël à enquêter immédiatement et à fournir une explication complète et transparente de ce qui s’est passé", a poursuivi David Cameron, rappelant que les victimes étaient des personnes "qui travaillaient pour apporter une aide vitale à ceux qui en avaient désespérément besoin." Il a par ailleurs rappelé qu'il était "essentiel que les travailleurs humanitaires soient protégés et capables de mener à bien leur travail".

LA "DOULEUR" DU PRÉSIDENT POLONAIS

Alors qu'un ressortissant polonais semble avoir été victime de la frappe qui a ciblé un convoi de l'ONG WCK, le président du pays Andrzej Duda a fait part, sur X, de sa "douleur" après l'annonce de la mort des humanitaires. "Cette tragédie n'aurait jamais dû se produire et doit être expliquée", a-t-il ajouté, sans pourtant mentionner le nom d'Israël.


L'identité du ressortissant polonais n'a pas encore été officialisée. "Les données de cette personne seront communiquées seulement au moment où son corps sera identifié" par le consul polonais, a déclaré le porte-parole du ministère polonais des Affaires étrangères, Pawel Wronski, expliquant qu'il restait à identifier formellement le corps.

LES PREMIÈRES IMAGES DE L'INCIDENT

Sur LCI, les premières images de l'incident montrent que la frappe a touché un véhicule où le logo de l'ONG World Central Kitchen était bien visible. Le convoi se trouvait dans une zone en-dehors des combats lorsqu'il a été visé. 

Humanitaires tués à Gaza : ce que l'on saitSource : TF1 Info

LA PROMESSE D'UNE ENQUÊTE, CÔTÉ ISRAÉLIEN

Le porte-parole des forces armées israéliennes, Daniel Hagari a annoncé qu'une enquête allait être poursuivie par Israël pour faire la lumière sur le "grave incident" qui a entrainé la mort de sept employés de l'ONG WCK. Un "organisme indépendant, professionnel et expert" mènera cette enquête.


"Nous avons examiné l'incident au plus haut niveau, afin de comprendre les circonstances de ce qui s'est passé et comment cela s'est produit. Nous ouvrons une enquête pour examiner plus en détail cet incident grave", a-t-il déclaré lors d'une annonce publiée sur le réseau social X, adressant par ailleurs les condoléances de l'IDF à l'ONG comme aux pays impliqués dans l'aide humanitaire à Gaza.

RÉACTION ESPAGNOLE

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez "exige" qu'Israël "fasse la lumière dès que possible" alors que l'ONG World Central Kitchen a déclaré que la frappe avait été tirée par les forces armées israéliennes. 


"J'espère, et j'exige, que le gouvernement israélien fera la lumière dès que possible sur les circonstances de cette attaque brutale", a-t-il déclaré dans une déclaration à la presse à l'issue d'une visite dans le camp de réfugiés palestiniens de Jabal el-Hussein, en Jordanie, première étape d'une tournée régionale dans trois pays.


Sur le réseau social X, il s'est dit "horrifié", a rendu hommage aux sept travailleurs humanitaires et a transmis ses condoléances au fondateur de l'ONG, le cuisinier américano-espagnol, José Andrés.

CONDAMNATION DE JOSEP BORRELL

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a rendu hommage aux humanitaires tués dans la frappe survenue ce lundi 1er avril à Gaza sur le réseau social X et a condamné la frappe. "Malgré toutes les demandes visant à protéger les civils et les travailleurs humanitaires, nous constatons de nouvelles victimes innocentes", a-t-il constaté, répétant la nécessité d'un cessez-le-feu immédiat.

LA POLOGNE DEMANDE DES EXPLICATIONS

À la suite de la frappe qui a visé des humanitaires, le ministère des Affaires étrangères polonais a confirmé la présence d'un de ses ressortissants, et a adressé ses "plus sincères condoléances" à sa famille. "La Pologne n'accepte pas le non-respect du droit international humanitaire et de la protection des civils, y compris des travailleurs humanitaires", a-t-il été ajouté.


Le ministre des Affaires étrangères Radosław Sikorski a également réagi sur le réseau social X. Il a annoncé l'ouverture d'une enquête côté polonais et être en contact avec l'ambassadeur israélien en Pologne pour recevoir les résultats de l'enquête menée également par Israël.

QUI EST LA VICTIME AUSTRALIENNE ?

Le Premier ministre australien Anthony Albanese a confirmé la mort d'une ressortissante australienne, Lalzawmi "Zomi" Frankcom, qui aidait à la distribution alimentaire aux côtés de l'ONG World Central Kitchen.


L'humanitaire australienne n'en était pas à sa première mission de terrain. Selon Anthony Albanese, la jeune femme s'était déjà portée volontaire après les feux qui ont ravagé l'Australie d'octobre 2019 à février 2020. Elle était également apparue dans une vidéo postée depuis les Bahamas après l'ouragan Dorian qui a frappé l'archipel en 2019. En septembre 2023, l'Australienne s'était aussi rendue au Maroc avec World Central Kitchen à la suite du tremblement de terre dévastateur qui a frappé le pays.


Son amie et collègue, Dora Weekley, l'a décrit comme une jeune femme "infatigable" au "cœur énorme". "C'est inconcevable que des gens qui font du bon travail et qui aident les autres puissent être tués", a-t-elle dit sur la chaîne de télévision nationale ABC.

LA CHINE "CHOQUÉE" PAR LA FRAPPE

La Chine s'est dite "choquée" par la frappe qui a tué hier à Gaza sept travailleurs humanitaires de l'ONG américaine World Central Kitchen. Pékin "s'oppose à toute action qui porte atteinte aux civils, détruit des infrastructures civiles ou viole le droit international", a déclaré le porte-parole de la diplomatie chinoise Wang Wenbin. "Nous sommes choqués par l'attaque" à Gaza "et la condamnons", a-t-il dit. 

RÉACTION AUSTRALIENNE

Le Premier ministre australien, Anthony Albanese, a confirmé qu'une Australienne, Zomi Frankcom, figurait parmi les victimes. "C'est complètement inacceptable. L'Australie exige que tous les responsables de la mort de travailleurs humanitaires rendent des comptes", a-t-il déclaré.

LE COMMUNIQUE DE WORLD CENTRAL KITCHEN

L'ONG s'est dite "dévastée" suite à la mort de sept personnes de son équipe. "Il ne s'agit pas seulement d'une attaque contre WCK, mais aussi d'une attaque contre les organisations humanitaires qui interviennent dans les situations les plus désastreuses où la nourriture est utilisée comme arme de guerre. C'est impardonnable", a déclaré dans le communiqué Erin Gore, PDG de World Central Kitchen.

"LE COEUR BRISÉ"

"Nous avons le cœur brisé et sommes profondément troublés par la frappe", a déclaré sur le réseau social X la porte-parole du Conseil de sécurité nationale, qui dépend de la Maison Blanche, Adrienne Watson.

AIDE SUSPENDUE

World Central Kitchen a ajouté qu'elle avait décidé de "suspendre ses opérations dans la région". Depuis le début de la guerre en octobre, World Central Kitchen a participé aux opérations de secours, notamment en fournissant des repas aux habitants affamés de Gaza. 

PLUSIEURS NATIONALITÉS

Les victimes étaient "originaires d'Australie, de Pologne, du Royaume-Uni, (qu'elles comprenaient aussi) un citoyen ayant la double nationalité américaine et canadienne et une personne palestinienne", a ajouté l'organisation fondée par le cuisinier américano-espagnol José Andrés

7 VICTIMES

Sept collaborateurs d'une ONG américaine qui livre de la nourriture dans la bande de Gaza menacée de famine ont été tués dans une frappe israélienne lundi, a affirmé l'organisation mardi, annonçant la suspension de ses activités dans la région.

De nouvelles victimes à Gaza. L'ONG américaine World Central Kitchen, qui livre de la nourriture dans le territoire palestinien, a annoncé que sept de ses collaborateurs, dont plusieurs sont d'origine étrangère, ont été tués ce lundi 1ᵉʳ avril dans une frappe israélienne. Les États-Unis se sont dit "profondément troublés par la frappe" et ont appelé Israël à enquêter sur ce qu'il s'était passé.

Sept personnes tuées

Le ministère de la Santé du Hamas, qui avait fait plus tôt état de cinq victimes arrivées dans un hôpital de Deir el-Balah, a indiqué que la frappe avait "visé un véhicule de l'organisation américaine World Central Kitchen" dans le centre de la bande de Gaza. "Ils possèdent la nationalité britannique, australienne et polonaise et la quatrième nationalité n'est pas connue", rapportait encore dans un autre communiqué cette source du Hamas, précisant que la cinquième personne était un chauffeur et traducteur palestinien.

De son côté, l'ONG s'est dite "dévastée de confirmer que sept membres de notre équipe ont été tués à Gaza dans une frappe des FDI", les forces armées israéliennes, ajoutant que les personnes tuées étaient "originaires d'Australie, de Pologne, du Royaume-Uni, d'une personne ayant la double nationalité américaine et canadienne et palestinienne". 

L'ONG a indiqué que son équipe se déplaçait à bord d'un convoi composé de "deux voitures blindées portant le logo WCK et d'un véhicule léger" au moment de la frappe. "Malgré la coordination des mouvements avec les FDI, le convoi a été touché alors qu'il quittait l'entrepôt de Deir al-Balah, où l'équipe avait déchargé plus de 100 tonnes d'aide alimentaire humanitaire acheminée à Gaza par voie maritime", a-t-elle précisé.

Appel à une enquête

Le Premier ministre australien, Anthony Albanese, a confirmé qu'une Australienne, Zomi Frankcom, figurait parmi les victimes. "C'est complètement inacceptable. L'Australie exige que tous les responsables de la mort de travailleurs humanitaires rendent des comptes", a-t-il déclaré.

"Nous avons le cœur brisé et sommes profondément troublés par la frappe", a pour sa part déclaré sur le réseau social X la porte-parole du Conseil de sécurité nationale, qui dépend de la Maison-Blanche, Adrienne Watson. "Les travailleurs humanitaires doivent être protégés, car ils apportent une aide dont (les Palestiniens) ont désespérément besoin, et nous exhortons Israël à promptement enquêter sur ce qu'il s'est passé", a-t-elle ajouté.

L'armée israélienne a dit "passer en revue l'incident tragique au plus haut niveau pour en comprendre les circonstances" et assuré avoir "travaillé en étroite collaboration avec WCK" pour sa distribution d'aide.

World Central Kitchen est impliquée dans l'envoi d'aide par bateau de Chypre vers Gaza et dans la construction d'une jetée temporaire dans le territoire palestinien assiégé. Un premier bateau y avait déchargé sa cargaison mi-mars sous la supervision de l'armée israélienne. À la suite de cet incident, l'ONG a décidé de suspendre ses activités, dont la livraison de nourriture, dans la région, alors que l'ONU a alerté sur le risque de famine qui guette les Palestiniens.


La rédaction de TF1info avec AFP

Tout
TF1 Info