Le ministre américain de la Défense, Lloyd Austin, a annoncé vendredi un nouveau volet de 6 milliards de dollars d'aide à l'Ukraine.
Washington avait déjà dévoilé un plan d'aide d'un milliard de dollars, mercredi.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

AIDE AMÉRICAINE

Le ministre américain de la Défense Lloyd Austin a annoncé vendredi un nouveau volet de 6 milliards de dollars d'aide à l'Ukraine, au moment où Washington tente de rattraper le retard dans ses livraisons à Kiev après des mois d'impasse au Congrès.


Le nouveau volet est le second annoncé cette semaine, à la suite d'une aide d'un milliard de dollars à Kiev dévoilée mercredi. Ces deux montants s'inscrivent dans le budget de 61 milliards de dollars d'assistance à Kiev voté cette semaine au Congrès et promulgué dans la foulée par Joe Biden, l'Ukraine rencontrant actuellement des difficultés dans sa guerre contre la Russie. 

ESPIONNAGE

Le chef de l'Otan Jens Stoltenberg a jugé vendredi que les affaires "inacceptables" d'espionnage et de complot pro-russes révélées en Allemagne et au Royaume-Uni n'empêcheraient pas le soutien de l'Alliance envers l'Ukraine.


"De tels actes sont dangereux et inacceptables", a-t-il déclaré à Berlin lors d'une conférence de presse avec le chancelier Olaf Scholz. "Ils ne nous dissuaderont pas d'apporter notre soutien à l'Ukraine et nous coordonnons étroitement notre réponse à tout acte hostile contre les alliés de l'Otan", a-t-il assuré.

ÉVACUATION D'HÔPITAUX DE KIEV

La mairie de Kiev a annoncé vendredi l'évacuation d'urgence de deux hôpitaux de la capitale ukrainienne, dont un pédiatrique, par crainte de frappes russes sur ces établissements.


"La ville commence à évacuer d'urgence deux hôpitaux, dont un hôpital pour enfants", a annoncé la mairie sur Telegram.

ODESSA

Une séquence partagée en ligne, titrée en anglais, assure que "les premières forces françaises arrivent à Odessa". Une information catégoriquement démentie par le ministère des Armées auprès de TF1info.

UN BRITANNIQUE INCULPÉ POUR "ACTIVITÉ HOSTILE" AU PROFIT DE LA RUSSIE

Un Britannique de 20 ans a été inculpé pour "activité hostile" au profit de la Russie consistant à organiser des attaques contre des "entreprises liées à l'Ukraine", ont indiqué vendredi les autorités, une affaire que Londres a jugé "profondément préoccupante". "Dylan Earl, 20 ans, est soupçonné d'avoir visé des entreprises liées à l'Ukraine afin d'en faire bénéficier l'État russe", a indiqué Nick Price, responsable de la division antiterrorisme du parquet.


Ces faits incluent "la planification d'un incendie criminel" contre une entreprise "liée à l'Ukraine" le mois dernier. Le parquet a précisé que quatre autres hommes avaient été inculpés pour des charges moins lourdes dans cette affaire. Ils ont comparu le 22 avril devant un tribunal de Londres et ont été placés en détention provisoire, mais des restrictions ordonnées par la justice empêchaient l'affaire d'être révélée jusqu'alors.

UN TRAIN TRANSPORTANT DES ARMEMENTS OCCIDENTAUX CIBLÉ

L'armée russe a affirmé vendredi avoir frappé un train dans la région ukrainienne de Donetsk (est) transportant des armements occidentaux livrés à Kiev, une annonce intervenant après une série de frappes sur les chemins de fer d'Ukraine.


"Un train avec des armements occidentaux et des équipements militaires a été touché près de la localité d'Oudatchné", a indiqué le ministère russe de la Défense, sans plus de précisions sur le résultat de cette frappe.

DEUX ARRESTATIONS EN RUSSIE

Les services de sécurité russes (FSB) ont annoncé vendredi l'arrestation dans la région de Volgograd (sud-ouest) de deux personnes soupçonnées de participer à une organisation "terroriste" et d'avoir planifié un attentat à la bombe au profit de l'Ukraine.


Ils ont "reçu des instructions détaillées pour fabriquer une bombe artisanale" et voulaient prendre pour cible à Voljski un poste de police, un commissariat militaire, ainsi que "des restaurants et des lieux de rassemblement", selon le FSB. Entre mars et novembre 2023, ils "avaient endommagé sur ordre de leurs tuteurs ukrainiens seize véhicules portant des symboles de soutien" à l'offensive russe à grande échelle contre l'Ukraine, a précisé la même source. 

BLINKEN CIBLE LA CHINE

La guerre de la Russie en Ukraine serait "difficile" sans la Chine, a estimé Antony Blinken, le secrétaire d'État américain.

UN JOURNALISTE RUSSE ARRÊTÉ

Un journaliste russe de l'édition russe du média Forbes a été arrêté pour avoir, selon l'accusation, diffusé des fausses informations sur des exactions de l'armée russe en Ukraine, a annoncé vendredi son avocat Konstantin Boubone sur Facebook.


Sergueï Mingazov est incarcéré à Khabarovsk, dans l'Extrême-Orient russe, pour avoir "reposté des publications sur les évènements de Boutcha", a indiqué l'avocat, en référence à un massacre de 2022 dont est accusée, malgré ses dénégations, l'armée russe dans la banlieue de Kiev.

DEUX ARRESTATIONS

Les services de sécurité ukrainiens (SBU) ont annoncé vendredi l'arrestation de deux personnes suspectées de s'être fait passer pour des mécaniciens afin de se déplacer dans le nord-est du pays, de repérer les positions militaires et de les transmettre à la Russie en vue de bombardements. Selon eux, les forces russes avaient chargé ces personnes d'identifier les positions des lignes défensives de l'armée ukrainienne près de Kharkiv, deuxième plus grande ville du pays, que Moscou cible tout particulièrement ces dernières semaines.


D'après le SBU, "les occupants comptaient utiliser des bombes aériennes guidées très puissantes" contre ces "fortifications". Le SBU dit avoir eu vent de ce projet et réussi à l'arrêter à "son stade initial", sans indiquer à quelle période les faits se sont produits. Les deux hommes ont été arrêtés et sont accusés de haute trahison, crime passible de prison à vie.

ZELENSKY ALERTE SUR LE RISQUE D'ACCIDENT NUCLEAIRE À ZAPORIJIA

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a alerté vendredi contre le risque d'incident nucléaire du fait de l'occupation russe de la centrale de Zaporijjia, une mise en garde à l'occasion du 38ème anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl.


L'armée russe occupe dans le sud ukrainien depuis plus de deux ans l'immense centrale, qui produisait auparavant 20% de l'électricité du pays. "Cela fait maintenant 785 jours que les terroristes russes prennent en otage la centrale de Zaporijjia", a déploré vendredi Volodymyr Zelensky sur X (ex-Twitter). "Il incombe au monde entier de faire pression sur la Russie pour que la centrale de Zaporijjia soit libérée et qu'elle revienne sous le contrôle de l'Ukraine", a-t-il appuyé, estimant que "c'est le seul moyen d'éviter de nouvelles catastrophes" comme celle de Tchernobyl.

"UNE ÉTAPE IMPORTANTE VERS LE RETABLISSEMENT DE LA JUSTICE"

Des victimes de violences sexuelles liées à la guerre en Ukraine vont bientôt recevoir une "réparation" financière, une "étape importante vers le rétablissement de la justice", selon la première dame ukrainienne Olena Zelenska, citée par le Guardian


500 victimes violées par des soldats russes en Ukraine ont été identifiées à ce stade. "Les réparations accordées aux victimes de violations des droits humains, y compris les victimes de violences sexuelles liées au conflit, ne représentent pas seulement un soutien financier. Il s’agit d’une étape importante vers le rétablissement de la justice" estime Olena Zelenska.

LE POINT SUR LA SITUATION

- Le chef de l'Otan appelle les alliés à se mobiliser. "Il n'est pas trop tard pour que l'Ukraine l'emporte" dans la guerre face à la Russie, a assuré Jens Stoltenberg jeudi, à condition que les Occidentaux tiennent leurs promesses de lui fournir davantage d'armes. "Ces derniers mois, les alliés de l'OTAN n'ont pas apporté le soutien" qu'ils avaient promis, a-t-il regretté, dans un discours prononcé lors d'une remise de prix à Berlin sur les liens transatlantiques.


- Attaques ukrainiennes. Dans les territoires occupés par la Russie, deux personnes ont péri dans une attaque de drone ukrainien dans la région de Zaporijjia et deux autres dans des tirs d'artillerie ukrainiens dans celle de Kherson, selon les autorités d'occupation russes. En Russie même, un drone ukrainien a fait quatre blessés, des civils circulant à bord d'un car, dont un adolescent de 14 ans, dans le village de Kourkovitchi, dans la région de Briansk, selon son gouverneur Alexandre Bogomaz.


- Frappes russes. Trois personnes ont été tuées et quatre blessées dans une frappe de missile russe sur le village d'Oudatchné et trois autres dans ceux de Kourakhivka, de Novooleksandrivka et d'Otcheretino, selon le parquet régional et le gouverneur Vadim Filachkine. Toutes ces localités sont situées dans la région de Donetsk, où se concentre l'essentiel des combats.


- Poutine bientôt en visite  Chine. Le président russe a indiqué jeudi qu'il comptait se rendre en Chine pour une visite officielle au cours du mois de mai. Il s'agira de la première visite à l'étranger, depuis sa réélection en mars, de M. Poutine, qui fait l'objet depuis mars 2023 d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale pour la "déportation" d'enfants ukrainiens. Pékin et Moscou ont intensifié leur coopération économique, diplomatique et militaire ces dernières années et leur "partenariat stratégique" s'est consolidé depuis l'offensive en Ukraine lancée fin février 2022.

Bonjour et bienvenue dans ce live, nous allons suivre ensemble toutes les dernières actualités sur la guerre en Ukraine. 

"Il n'est pas trop tard pour que l'Ukraine l'emporte" dans la guerre face à la Russie, à condition que les Occidentaux tiennent leurs promesses de lui fournir davantage d'armes, a affirmé jeudi le chef de l'Otan. "Ces derniers mois, les alliés de l'OTAN n'ont pas apporté le soutien" qu'ils avaient promis, a regretté Jens Stoltenberg, dans un discours prononcé lors d'une remise de prix à Berlin sur les liens transatlantiques. "Mais il n'est pas trop tard pour que l'Ukraine l'emporte, car un soutien plus fort est en route", a ajouté le secrétaire général de l'Alliance.

"Il est maintenant de notre responsabilité de transformer les engagements (récents des Occidentaux, ndlr) en livraisons réelles d'armes et de munitions, et de le faire rapidement", a-t-il jugé. 

Vendredi dernier, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait exhorté l'Otan à livrer le plus rapidement possible des armes à l'Ukraine qui "ne peut plus attendre" face à la pression russe. Les Alliés avaient promis d'augmenter leur soutien. L'Ukraine a subi des revers sur le champ de bataille notamment en raison de l'incapacité des alliés à tenir leurs promesses d'aide, tandis qu'un projet de loi visant à accroître le soutien des États-Unis a été longtemps bloqué par des querelles politiques.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info