EN DIRECT - Guerre en Ukraine : Zelensky remercie Macron pour "son soutien indéfectible"

Publié le 10 février 2024 à 6h45, mis à jour le 10 février 2024 à 15h53

Volodymyr Zelensky annonce ce samedi avoir échangé au téléphone avec Emmanuel Macron, qu'il remercie pour "son soutien indéfectible".
"Nous avons parlé de la situation sur le champ de bataille et des besoins de l'Ukraine en matière de défense, qui comprennent des drones, de l'artillerie et des munitions, de la guerre électronique et des systèmes de défense aérienne", écrit le président ukrainien sur les réseaux sociaux.
Suivez les dernières informations en direct.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

ÉCHANGE ZELENSKY-MACRON

Le président ukrainien annonce s'être entretenu avec son homologue français, faisant état d'un échange "très positif" à propos de la situation sur le front et des "besoins de l'Ukraine" en armes et en munitions. "J'ai parlé avec Emmanuel Macron et je l'ai remercié, ainsi que le peuple français, pour son soutien indéfectible", indique Volodymyr Zelensky sur les réseaux sociaux.

POINT SUR LES VICTIMES À KHARKIV

On en sait un peu plus sur les sept personnes mortes suite aux frappes de drones russes sur une station-service à Kharkiv. D'après le gouverneur de la région, un couple et leurs trois enfants, "sont morts" dans leur maison, "une famille entière de cinq personnes", en raison de l'incendie. "Le corps de l'homme a été retrouvé dans le couloir de la maison, tandis que la mère et les enfants ont tenté de s'enfuir dans la salle de bain", a précisé Oleg Synegoubov sur son canal Telegram. Dans une autre maison, un couple de retraités a péri.


"L'incendie a été provoqué par une fuite de carburant, suivie d'une fuite de substance dangereuse dans la rue", se propageant jusqu'aux habitations, a rappelé le gouverneur de la région.

LES VÉRIFICATEURS

L'entretien de Vladimir Poutine par l'ancien présentateur américain de Fox News, Tucker Carlson, continue à faire couler beaucoup d'encre. Pour y voir plus clair, voici le vrai du faux sur cet entretien mené depuis le Kremlin ↓

SEPT MORTS À KHARKIV

Sept personnes, dont trois enfants, ont été tuées ce matin après des frappes de drones russes sur une station-service à Kharkiv, annoncent les autorités locales. "Le bilan des attaques de l'occupant sur Kharkiv est monté à sept", déclare le gouverneur de la région, Oleg Sinegoubov, sur son canal Telegram. "Parmi eux figurent trois enfants : un de sept ans, un de quatre ans et un bébé d'environ six mois."


À 6h ce matin, "la lutte pour éteindre les flammes se poursuivait", selon le chef de la police de cette localité de l'est, où "14 maisons ont été détruites".

PRESSION SUR L'EUROPE

Dans un entretien accordé à la presse allemande, le chef de l'Otan appelle les Européens à accroître leur production d'armes. Moins d'une semaine avant la réunion des ministres de la Défense de l'Otan à Bruxelles, Jens Stoltenberg insiste: "Nous devons reconstituer et développer plus rapidement notre base industrielle, afin d'augmenter les livraisons à l'Ukraine et reconstituer nos propres stocks". "Cela signifie qu'il faut passer d'une production lente de temps de paix à une production rapide de période de conflit", explique le secrétaire général dans l'entretien publié ce matin


S'il n'y a pas "de menace militaire imminente contre un allié" de l'Otan, Jens Stoltenberg relève que "le Kremlin profère régulièrement des menaces à l'encontre des pays de l'Otan". "L'OTAN ne cherche pas la guerre avec la Russie, mais nous devons nous préparer à une confrontation qui pourrait durer des décennies."

INCENDIE À KHARKIV

Voici les images de l'incendie qui ravage toujours des habitations à Kharkiv après qu'une frappe russe a touché une station-service.

FRAPPE RUSSE SUR KHARKIV

Un drone russe a frappé une station-service à Kharkiv, faisant au moins un mort. Le maire de la ville Igor Terekhov a indiqué qu'une cinquantaine de personnes, dont deux enfants, avaient dû être évacuées à la suite de cette attaque.


Les drones, des Shaded de fabrication iranienne, "ont touché une station-service et provoqué un déversement de carburant enflammé, ce qui a provoqué l'incendie de 14 maisons particulières", a déclaré le maire, en précisant que le feu couvrait un large périmètre. Les secours "continuent de lutter contre les flammes et de chercher de possibles victimes", a-t-il ajouté. Quatre personnes ont été secourues, dont l'une présente des brûlures sur 40% du corps, a déclaré le procureur régional de Kharkiv, Oleksandr Filachkov, qui a ensuite annoncé que le corps d'au moins une personne avait été retrouvé.

SITUATION SUR LE CHAMP DE BATAILLE

Après bientôt deux ans de combats acharnés, l'Ukraine fait face à de nombreuses difficultés sur le front. Son armée manque de munitions, indispensables pour résister aux assauts russes qui, eux, se multiplient, notamment à Avdiïvka, épicentre de la bataille.


L'armée de Kiev se concentre ainsi sur l'attaque d'installations militaires et énergétiques sur le sol russe, un moyen de forcer l'armée de Moscou à retirer des hommes et des équipements du front vers les lignes arrières. Vendredi, les services spéciaux ukrainiens ont ainsi revendiqué auprès de l'AFP avoir "frappé" deux raffineries de pétrole en Russie dans la région de Krasnodar qui "fournissent du carburant aux troupes russes" engagées en Ukraine. Les secours russes locaux ont reconnu l'existence d'un incendie sur celle d'Ilsky, sans toutefois faire de lien entre cet incident et les attaques de drones rapportées par le ministère russe de la Défense.


Et dans la région de Soumy, au nord-est de l'Ukraine, trois personnes ont été tuées et quatre blessées dans une frappe russe, a annoncé vendredi soir le ministre de l'Intérieur ukrainien. 

UNE DÉFAITE "IMPOSSIBLE", DIT MOSCOU

Les changements à la tête des forces armées ukrainiennes n'ont pas entamé la détermination de la Russie, dont l'armée occupe environ 20% du territoire ukrainien. "Nous ne pensons pas que ce soit des facteurs qui peuvent changer le cours de l'opération militaire spéciale", a balayé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Lors d'un entretien avec le journaliste conservateur américain Tucker Carlson, le président russe Vladimir Poutine a lui-même assuré qu'une défaite russe en Ukraine était "impossible". "Ça n'arrivera jamais", a-t-il lancé, ragaillardi après une année 2023 marquée par l'échec de la contre-offensive de Kiev.

WASHINGTON POINTÉ DU DOIGT

Le changement de chef d'armée intervient au moment où Volodymyr Zelensky s'inquiète de l'effritement du soutien occidental entraîné par des dissensions internes aux États-Unis. En campagne pour un second mandat, Joe Biden négocie en effet depuis des mois avec l'opposition républicaine un texte incluant une aide militaire à Kiev de quelque 60 milliards de dollars. En visite à Washington, le chancelier allemand a donc exhorté le Congrès américain à débloquer "très rapidement" une aide à l'Ukraine.

UN NOUVEAU CHEF POUR L'ARMÉE

Au lendemain de sa nomination à la tête des forces ukrainiennes, Oleksandre Syrsky a fixé un plan "clair" pour repousser les Russes. "Seuls le changement et le perfectionnement continu des moyens et méthodes de guerre nous permettront de réussir", a affirmé sur Telegram le nouveau commandant en chef.


Il a été nommé jeudi à la place du très populaire général Valery Zaloujny, la présidence ukrainienne estimant qu'un changement était nécessaire après deux ans de guerre, alors que le front semble gelé.

BONJOUR

Bienvenue sur ce live consacré à la guerre en Ukraine. 

Le nouveau commandant en chef des forces ukrainiennes, Oleksandre Syrsky a appelé vendredi, dans son premier message public, au "perfectionnement" de l'armée pour que l'Ukraine puisse gagner la guerre. "Seuls le changement et le perfectionnement continu des moyens et méthodes de guerre nous permettront de réussir", a-t-il écrit sur Telegram, avant de proclamer "ensemble vers la victoire!".

"De nouvelles tâches sont à l'ordre du jour. Tout d'abord, il s'agit de planifier de manière claire et détaillée les actions de tous les organes (...) en tenant compte des besoins de la ligne de front en matière d'armes les plus récentes fournies par les partenaires internationaux", a ajouté ce général.

L'armée manque de munitions, alors que l'aide militaire occidentale s'est considérablement réduite depuis l'échec de la contre-offensive ukrainienne de l'été 2023. "La distribution et la livraison rapides et rationnelles de tout ce qui est nécessaire aux unités de combat a été et reste la tâche principale de la logistique militaire", a ajouté Oleksandre Syrsky.

Le général a aussi assuré que limiter les pertes humaines était sa priorité, des soldats affirmant qu'il ne se souciait pas assez de la vie de ses hommes. "La vie et la santé des soldats a toujours été et reste la principale valeur de l'armée ukrainienne", a-t-il dit, promettant de mieux former les militaires des unités combattantes.

Oleksandre Syrsky a été nommé jeudi commandant en chef à la place du très populaire général Valery Zaloujny, la présidence ukrainienne estimant qu'un changement était nécessaire après deux ans de guerre, alors que le front semble gelé et que l'armée ukrainienne est sous pression, manquant d'hommes et de munitions.

Le général Zaloujny a été décoré vendredi de l'ordre des "Héros de l'Ukraine" par le président Volodymyr Zelensky.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info