Ukraine : la guerre du froid
En Direct

EN DIRECT - Ukraine : l'armée russe a frappé Kherson "à plus de 16 reprises" ce jeudi, selon Zelensky

Publié le 15 décembre 2022 à 6h45, mis à jour le 16 décembre 2022 à 1h17
JT Perso

À la mi-journée, le gouverneur de Kherson a annoncé que la ville était "totalement" privée d'électricité à cause d'un bombardement.
Selon l'ONU, des centaines de civils ont été exécutés sommairement en Ukraine au cours des premiers mois de l'invasion.
Suivez les dernières informations sur le conflit.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

E.MACRON VA APPELER VLADIMIR POUTINE


Emmanuel Macron a déclaré jeudi qu'il comptait appeler son homologue russe Vladimir Poutine à propos des bombardements et attaques de drones russes en Ukraine et lorsqu'il faudra finaliser un accord sur la sécurité de la centrale nucléaire de Zaporijjia.


"Le sujet aujourd'hui le plus urgent, c'est de continuer à appeler à une trêve des bombardements et des attaques par drone", a-t-il souligné lors d'une conférence de presse à l'issue d'un sommet européen à Bruxelles.


"Je compte appeler sur ce sujet le président Poutine parce que très clairement ces attaques (…) pour une bonne partie d'entre elles, sont des crimes de guerre, elles (visent) des infrastructures civiles, des civils eux-mêmes", a-t-il déclaré. 


Le président français est aussi impliqué dans les négociations, autour de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), pour sécuriser cinq centrales nucléaires d'Ukraine, y compris celle de Zaporijjia occupée par l'armée russe.

L'ARMÉE RUSSE A FRAPPÉ KHERSON "À PLUS DE 16 REPRISES" CE JEUDI SELON ZELENSKY 


L'armée russe a frappé Kherson jeudi "à plus de 16 reprises", a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky, alors que la ville, libérée par Kiev le 11 novembre, est soumise à de violents bombardements qui ont privé la ville d'électricité.


"Rien que depuis le début de cette journée, la Russie a bombardé Kherson à plus de 16 reprises ! Seulement en une journée !", a-t-il fustigé dans son allocution quotidienne sur les réseaux sociaux, déplorant également des "attaques russes brutales" dans le Donbass (est) et dans la région de Kharkiv (nord-est).

L'UE ADOPTE DE NOUVELLES SANCTIONS CONTRE LA RUSSIE


Les 27 États membres de l'UE se sont entendus jeudi soir pour adopter de nouvelles sanctions contre la Russie, en réponse à la guerre engagée par Moscou en Ukraine, ont indiqué à l'AFP plusieurs sources diplomatiques.


La Commission européenne avait présenté le 7 décembre ce nouveau paquet de sanctions, proposant d'ajouter près de 200 individus et entités sur la liste noire de l'UE, dont les forces armées de Russie et trois banques du pays.

SANCTIONS FINANCIÈRES AMÉRICAINES


Le secrétaire d'État américaine, Antony Blinken, a annoncé de nouvelles sanctions financières à l'encontre de la Russie. Parmi les victimes des sanctions se trouve Vladimir Potanine, l'ancien vice-Premier ministre de Russie, sous le gouvernement de Viktor Tchernomyrdine entre 1996 et 1997.


L'oligarque de 61 ans est sanctionné en raison de son implication dans le conglomérat Interros, lié au monde de la finance et de la construction. Potanine avait déjà été sanctionné financièrement par le Royaume-Uni au mois de juin.

ATTAQUES RUSSES SUR KHARKIV


Le maire de la commune de Kharkiv, Ihor Terekhov, a annoncé que les forces russes avaient mené plusieurs attaques sur de nombreuses infrastructures, provoquant des explosions. "Explosions à Kharkiv. L'ennemi vise les installations d'infrastructure. Je demande à chacun de faire preuve de la plus grande prudence et de rester dans des abris si possible", a-t-il écrit sur Telegram.

CADEAU PIÉGÉ À VARSOVIE


Le ministère polonais de l'Intérieur a annoncé qu'un colis, reçu par un commandant de police lors d'un déplacement en Ukraine, a explosé ce mercredi dans les locaux de la police, à Varsovie. L'officier ainsi qu'un employé ont été blessés par l'explosion, alors que le gouvernement polonais réclame des explications à l'Ukraine.

ZELENSKY RECONNAISSANT ENVERS L'UE SUR LA RECONNAISSANCE DE L'HOLODOMOR COMME GÉNOCIDE


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a remercié le Parlement européen pour sa reconnaissance de l'Holodomor comme un "génocide". Il s'agit d'une grande famine survenue au début des années 1930 et touchant volontairement l'ancien république socialiste soviétique d'Ukraine, provoquant le décès de plusieurs millions de personnes.

LES SIX PROCHAINS MOIS "DÉCISIFS" DANS LA GUERRE


Dans un discours prononcé à distance devant le Conseil européen jeudi, le dirigeant ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que"les six prochains mois seront décisifs à bien des égards dans la confrontation que la Russie a déclenchée avec son agression", des propos rapportés par The Guardian. "Les six prochains mois exigeront de nous des efforts encore plus importants que ceux qui ont été entrepris au cours de la période écoulée", a-t-il poursuivi. 

ENGAGEMENT BRITANNIQUE


Robert Magowan, ancien commandant général des Royal Marines, a révélé mercredi que des soldats britanniques avaient participé à des opérations ayant "un haut niveau de risque politique et militaire". Si les autorités n'ont pas réagi à ces allégations, les liens entre les deux pays concernant la formation des troupes ne sont pas un secret.

DES CENTAINES DE CIVILS EXÉCUTÉS SELON L'ONU


Des centaines de civils ont été exécutés sommairement en Ukraine au cours des premiers mois de l'invasion du pays par les forces russes, ce qui constitue des "probables crimes de guerre", a déclaré jeudi le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Volker Türk.


Cette commission d'enquête de l'ONU a enregistré 441 exécutions sommaires et meurtres dans trois régions de l'Ukraine entre le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février et le 6 avril, a souligné Volker Türk, en présentant un rapport devant le Conseil des droits de l'homme (CDH) de l'Onu.


Les meurtres de 341 hommes, 72 femmes, 20 garçons et huit filles ont été documentés dans 102 villes et villages des régions de Kiev, Tcherniguiv et Soumy pendant cette période, selon le rapport. "Les vrais chiffres sont vraisemblablement plus élevés et nous travaillons afin de vérifier 198 meurtres supplémentaires dans ces régions", a précisé le Haut-Commissaire.

LES DERNIERS H&M FERMENT EN RUSSIE


Le géant suédois de l'habillement H&M a annoncé jeudi avoir fermé ses derniers magasins en Russie et au Bélarus à la suite de son désengagement progressif du pays après l'invasion de l'Ukraine. "Le groupe H&M a liquidé ses activités en Russie et au Bélarus ce trimestre, le stock restant ayant été vendu et les derniers magasins ayant été fermés le 30 novembre", a précisé le groupe dans un communiqué. 


Après la mise à l'arrêt de ses ventes en Russie en mars du fait de l'invasion de l'Ukraine par Moscou, le numéro deux du secteur avait annoncé en juillet se désengager de Russie, pour un coût de 2,1 milliards de couronnes (environ 193 millions d'euros). 

EXPORTATION DE CÉRÉALES UKRAINIENNES


Plus de 14 millions de tonnes de céréales ont pu être exportées jusqu'à présent depuis les ports ukrainiens grâce à l'Initiative de la mer Noire, a indiqué jeudi une haute responsable de l'ONU en charge des discussions.


Lors d'une conférence de presse à Genève, la secrétaire générale de la Cnuced, Rebeca Grynspan, a souligné l'impact de cet accord entre l'Ukraine et la Russie qui a permis de réduire depuis sept mois consécutifs les prix mondiaux des produits alimentaires. "Nous avons dépassé les 14 millions de tonnes (...) qui ont été distribuées grâce à l'Initiative de mer Noire en faveur des céréales", a-t-elle dit, soulignant qu'il s'agissait de volumes "très importants pour le marché".


L'accord dit de la mer Noire, signé le 22 juillet pour 120 jours par l'ONU, l'Ukraine, la Russie et la Turquie, a permis de soulager la crise alimentaire mondiale provoquée par la guerre, et a été reconduit pour quatre mois.

LES EXCUSES DU PAPE


Le Vatican a confirmé jeudi que des excuses ont été faites à la Russie après des propos du pape François sur le comportement présumé cruel des minorités ethniques russes dans le conflit en Ukraine.


Interrogé sur une déclaration de la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova qui a assuré jeudi que le Vatican avait présenté ses excuses après ces propos du pape, le directeur du service de presse du Vatican, Matteo Bruni, a indiqué : "à l'heure actuelle je peux confirmer qu'il y a eu des contacts diplomatiques en ce sens".


Le pape François avait affirmé fin novembre dans une interview que certains des combattants "les plus cruels" dans l'offensive russe en Ukraine "ne sont pas de tradition russe", mais appartiennent à des minorités comme "les Tchétchènes, les Bouriates", en référence aux peuples autochtones de ces régions russes. Ces propos ont provoqué des réactions furieuses en Russie.

BRUXELLES QUALIFIE L'HOLODOMOR DE GÉNOCIDE


Le Parlement européen a reconnu jeudi comme génocide l'Holodomor, la famine en Ukraine provoquée par les Soviétiques il y a 90 ans, qui a entraîné la mort de plusieurs millions de personnes.


Dans un texte voté à la quasi-unanimité (507 voix pour, 12 voix contre et 17 abstentions), les eurodéputés réunis à Strasbourg estiment que l'Holodomor (extermination par la faim, en ukrainien) a été commise "par le régime soviétique dans l'intention de détruire un groupe de personnes en infligeant délibérément des conditions de vie menant inexorablement à leur anéantissement physique".


Kiev a remercié les eurodéputés dans la foulée. "Je suis reconnaissant à la présente du Parlement, aux députés européens et toute l'Europe unie pour cette décision importante et juste. J'espère que tous les pays civilisés du monde continueront à reconnaître l'Holodomor comme un génocide", a tweeté le président Volodymyr Zelensky. "Cette étape rétablit la justice historique et envoie un signal fort aux parlements du monde entier", a salué de son côté le ministre des Affaires étrangères Dmytro Kuleba. "Nous continuons à travailler sur d'autres reconnaissances et attendons des décisions plus pertinentes bientôt."

PLUS D'ÉLECTRICITÉ À KHERSON 


La ville ukrainienne de Kherson récemment reprise aux Russes s'est retrouvée "totalement" privée d'électricité jeudi, en raison d'un "fort bombardement" de son  "infrastructure essentielle", a indiqué le gouverneur régional Iaroslav Ianouchevytch. 


"Kherson est totalement sans électricité", a-t-il déclaré sur Telegram à la mi-journée. "Un fort bombardement d'un site d'infrastructure essentielle se poursuit" dans quartier de cette grande ville du sud, libérée de l'occupation russe en novembre, a-t-il ajouté.

DEUX MORTS DANS UNE FRAPPE RUSSE SUR KHERSON 


Deux personnes ont été tuées dans une frappe russe jeudi matin sur le centre de la ville de Kherson, dans le sud du pays, reprise en novembre par les forces de Kiev, a indiqué la présidence ukrainienne. 


"L'ennemi a de nouveau frappé le centre de la ville, à 100 mètres du bâtiment de l'administration régionale" bombardée la veille, a écrit sur Telegram le chef adjoint de l'administration présidentielle ukrainienne Kyrylo Tymochenko, faisant état de "deux morts". 

CRIMES DE GUERRE


Près de 53.500 crimes d'agression et crimes de guerre ont été recensés depuis le début du conflit, a affirmé le bureau du procureur général ukrainien. Par ailleurs, 447 enfants ont été tués et 856 autres ont été blessés, a-t-il ajouté sur Twitter.

UN MORT À DONETSK DANS UN BOMBARDEMENT UKRAINIEN


Au moins un civil a été tué et neuf blessés jeudi dans un bombardement ukrainien sur Donetsk, ont annoncé les autorités prorusses de ce bastion séparatiste de l'Est de l'Ukraine, évoquant les frappes "les plus massives" depuis 2014.


Selon Alexeï Koulemzine, le chef de l'administration de Donetsk, les troupes ukrainiennes ont tiré 40 roquettes "Grad" sur la cité. "À 7 heures précises, ils ont soumis le centre de Donetsk au bombardement le plus massif depuis 2014", l'année où cette ville est passée sous le contrôle de séparatistes prorusses, déclenchant un conflit avec Kiev, a-t-il poursuivi sur Telegram.


Selon lui, les roquettes ont touché des immeubles d'habitations, des bureaux, une église ou encore une école et un terrain de sport.

RÉSUMÉ DES DERNIÈRES 24 HEURES


Sur le front est, dans la région de Donetsk, les combats d'artillerie ont continué de faire rage. Les forces russes estiment nécessaire de "libérer" les villes d'Odessa et Tchernihiv. Retour sur les principales informations des 24 dernières heures.

SPORTIFS RUSSES


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a fait part au président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach de sa "déception" au sujet des discussions récentes portant sur une possible réintégration des sportifs russes et biélorusses dans les compétitions internationales, a annoncé mercredi la présidence ukrainienne.


Dans son adresse du soir, le dirigeant ukrainien a toutefois indiqué avoir échangé avec Thomas Bach "sur le fait que les principes du mouvement olympique n'envisagent absolument pas de connivence avec les États terroristes". Il a mis en garde face à une "indulgence sportive" : tenter de réintégrer ces sportifs aux compétitions internationales reviendrait à "permettre à ceux qui sont coupables de terreur de dire à leur société que le monde tolère supposément la terreur", a-t-il défendu. 


"Nous ne pouvons dire qu'une chose : un drapeau blanc ou tout autre drapeau neutre est impossible pour les athlètes russes, tous leurs drapeaux sont tachés de sang", a-t-il également ajouté.

DÉFENSE AÉRIENNE


Dans son adresse quotidienne de mercredi soir, Volodymyr Zelensky s'est félicité de "progrès importants sur la question de la défense aérienne". "Nous renforçons constamment notre défense aérienne et notre défense anti-drones. Et nous faisons tout pour obtenir des systèmes plus modernes et plus puissants pour l'Ukraine", a-t-il déclaré.


"Il n'y a pas de calme sur la ligne de front. Il n'y a rien de facile et de simple. Chaque jour et chaque mètre est récupéré de façon extrêmement dure", a-t-il ajouté. "La défense dans de telles conditions n'est pas seulement de l'héroïsme, c'est quelque chose de plus."


Le président ukrainien a également annoncé que des "accords qui renforceront nos capacités de défense et donneront à l'Ukraine plus de capacités opérationnelles" étaient actuellement en préparation.

ÉGLISES

International
Ukraine : des églises soupçonnées de liens avec Moscou perquisitionnées

DRONES 


L'Ukraine a affirmé mercredi avoir détruit la totalité d'un essaim de drones lancés au petit matin par la Russie contre Kiev, dernière attaque en date de Moscou qui cherche à anéantir systématiquement les infrastructures énergétiques.


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est félicité de l'efficacité de ses forces antiaériennes, affirmant que la totalité des 13 drones de fabrication iranienne Shahed avaient été abattus.

SOLDATS

NOËL

International
Guerre en Ukraine : la Russie exclut pour l'instant une trêve à Noël

BRUXELLES 


Les dirigeants de l'UE, rassemblés en sommet à Bruxelles jeudi, vont tenter de trouver une réponse commune pour aider leur industrie face à la crise énergétique provoquée par la guerre en Ukraine et la course aux subventions américaines.


"L'approvisionnement en énergie russe bon marché faisait partie du modèle économique de nombreuses industries européennes. Ce modèle a volé en éclats à la suite de l'attaque menée par la Russie contre l'Ukraine, (...) il ne reviendra plus", a prévenu mercredi la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen.


Moscou a réduit de 80% ses livraisons de gaz par pipeline à destination de l'UE depuis le début de son offensive militaire en février. Si l'approvisionnement européen est assuré pour cet hiver, grâce notamment aux importations de gaz naturel liquéfié, son coût a explosé, au point de menacer la survie de secteurs entiers dans la chimie ou la sidérurgie.

L'Ukraine a affirmé mercredi avoir détruit la totalité d'un essaim de drones lancés au petit matin par la Russie contre Kiev, dernière attaque en date de Moscou qui cherche à anéantir systématiquement les infrastructures énergétiques. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est d'ailleurs félicité de l'efficacité de ses forces antiaériennes, assurant que la totalité des 13 drones de fabrication iranienne Shahed avaient été abattus.

"Nous renforçons constamment nos défenses antiaériennes et antidrones. Et nous faisons tout pour obtenir des systèmes plus modernes et plus puissants pour l'Ukraine. Cette semaine, nous avons fait des progrès importants", a-t-il indiqué dans son discours du soir.

Suivez les dernières informations ci-dessous :


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info