Les Etats-Unis n'ont vu aucun signe montrant que la Russie se préparait à utiliser une arme nucléaire en Ukraine, a assuré mercredi la Maison Blanche, en réaction à des propos de Vladimir Poutine.
Suivez les dernières informations.

VIENNE EXCLUT DEUX DIPLOMATES RUSSES

L'Autriche a annoncé mercredi l'expulsion de deux diplomates russes, dans le contexte de tensions depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie qui a entraîné de lourdes sanctions économiques occidentales. Les diplomates se sont comportés "d'une manière incompatible avec leur statut diplomatique", a estimé le ministère autrichien des Affaires étrangères, sans fournir de précisions. Les deux Russes ont jusqu'au mardi 19 mars pour quitter le pays. L'ambassade russe à Vienne s'est déclarée "outrée" par la décision "purement politique" de l'Autriche, assurant n'avoir reçu "pas le moindre début de preuve".

MOSCOU RETIRE SON CONTRÔLE DE LA FILIALE RUSSE DE DANONE

Le Kremlin a publié mercredi un décret retirant la filiale russe du géant agroalimentaire français Danone de la liste des sociétés placées temporairement sous contrôle de l'État russe. Cette décision intervient alors que selon des informations de presse, Danone espère vendre sa filiale russe à un homme d'affaires lié au dirigeant tchétchène, Ramzan Kadyrov, un proche allié du président russe, Vladimir Poutine.


En juillet dernier, la Russie avait publié un décret donnant le contrôle "temporaire" des actifs russes de Danone à l'Agence fédérale de gestion des propriétés de l'État russe, une décision que Moscou avait présenté comme une réaction aux sanctions frappant les compagnies russes dans les pays occidentaux. Vladimir Poutine a signé mercredi un nouveau décret annulant cette décision.

"AUCUN SIGNE QUE LA RUSSIE SE PRÉPARERAIT À UTILISER UNE ARME NUCLÉAIRE"

Les États-Unis n'ont vu aucun signe montrant que la Russie se préparait à utiliser une arme nucléaire en Ukraine, a assuré mercredi la Maison-Blanche, en réaction à des propos de Vladimir Poutine.  "Nous n'avons vu aucune raison d'ajuster notre propre posture nucléaire, ni aucun signe que la Russie se préparait à utiliser une arme nucléaire en Ukraine", a déclaré la porte-parole de la Maison-Blanche Karine Jean-Pierre, après avoir été interrogée par des journalistes sur les propos du président russe qui a affirmé être prêt à déployer des armes nucléaires si la souveraineté de la Russie était menacée.

VERS UN PLAFONNEMENT DES IMPORTATIONS DE CÉRÉALES ?

Les eurodéputés ont voté mercredi pour plafonner les importations ukrainiennes de céréales exemptes de droits de douane, au même titre que les œufs, la volaille ou le sucre - une mesure réclamée par le secteur agricole et qui devra être négociée avec les États membres de l'Union européenne. 


Le Parlement européen, réuni en séance plénière, a validé à la suite des Vingt-Sept la reconduction pour un an, à partir de juin, de l'exemption de droits de douane pour les importations agricoles ukrainiennes accordée depuis 2022, mais en étendant aux céréales des "mécanismes de sauvegarde" renforcés.

LA FRANCE LIVRERA DE NOUVEAUX ARMEMENTS

Le Premier ministre, Gabriel Attal, a détaillé mercredi les armements qui seront prochainement transférés à l'Ukraine. "Nous allons poursuivre et accélérer les livraisons d'armes", a-t-il indiqué. "150 drones vont être livrés, 6 canons Caesar. Il y aura une production jusqu'à 3000 obus par mois destinés à l'Ukraine, une cinquantaine de bombes et une quarantaine de missiles Scalp seront livrés chaque mois". 

MARIOUPOL VOTE POUR LA PRÉSIDENTIELLE RUSSE

Rasée par les combats, la ville-martyre ukrainienne de Marioupol, tenue par Moscou, vote mercredi pour l'élection présidentielle russe, qui se tient du 15 au 17 mars et dont le résultat ne fait aucun doute.

A Marioupol, une femme glisse son bulletin de vote pour l'élection présidentielle russe dans l'urne, le 13 mars 2024.
A Marioupol, une femme glisse son bulletin de vote pour l'élection présidentielle russe dans l'urne, le 13 mars 2024. - AFP

LES VÉRIFICATEURS

En Russie, "tous les hommes ayant participé aux rassemblements en hommage à Navalny" auraient reçu une convocation militaire. Les documents diffusés ne prouvent rien et leur validité est contestée par les ONG. La rumeur est brandie par les réseaux de la propagande russe pour terroriser l'opposition.

5 MILLIARDS DE PLUS POUR L'AIDE À L'ACHAT D'ARMES

Les 27 pays membres de l'UE ont trouvé mercredi un accord pour ajouter 5 milliards d'euros à un fonds visant à financer l'achat d'armes pour l'Ukraine. "Accord !", a annoncé sur X la présidence belge du Conseil de l'UE. "Les ambassadeurs de l'UE se sont mis d'accord sur le principe d'une réforme de la Facilité européenne pour la paix (FEP) pour soutenir l'Ukraine avec un budget de 5 milliards d'euros pour 2024."

LES VÉRIFICATEURS

Les bombardements russes s'intensifient sur Kharkiv. Des attaques sur la ligne de front qui s'accompagnent d'une campagne de désinformation en ligne. Depuis plusieurs jours, la propagande russe cherche à tout prix à démoraliser les habitants de cette ville ukrainienne, à grands coups de fake news.

UN NOUVEAU SOMMET TRILATÉRAL POUR L'UKRAINE

Les dirigeants de la Pologne, de l'Allemagne et de la France vont se retrouver vendredi à Berlin pour une réunion d'urgence consacrée à l'Ukraine au moment où les pays européens s'efforcent de lisser leurs différences sur le soutien à Kiev. Cette rencontre est une "initiative commune" du Premier ministre polonais Donald Tusk, du président français Emmanuel Macron et du chancelier allemand Olaf Scholz, a indiqué Berlin mercredi. Les trois capitales "ont la tâche et le pouvoir de mobiliser toute l'Europe" pour fournir une nouvelle aide à l'Ukraine, a estimé mardi Donald Tusk à la chaîne de télévision publique TVP Info.

MOSCOU SALUE LE PAPE, "DÉFENSEUR DE L'HUMANISME ET DE LA PAIX"

La Russie a félicité mercredi le pape François à l'occasion du 11e anniversaire de son pontificat, saluant un "véritable défenseur de l'humanisme et de la paix", sur fond de tensions diplomatiques entre Kiev et le Vatican après que le pontife eut appelé l'Ukraine à "hisser le drapeau blanc". 


"Le pape François est un véritable et sincère défenseur de l'humanisme, de la paix et des valeurs traditionnelles", a écrit sur X l'ambassade de Russie près le Saint-Siège en assurant de ses "meilleurs voeux" le pape argentin, élu le 13 mars 2013. L'évêque de Rome est "l'un des rares dirigeants politiques ayant un point de vue véritablement stratégique sur les problèmes mondiaux", a ajouté l'ambassade.

"PERSONNE N'A PEUR" DE POUTINE

Le président lituanien, Gitanas Nauseda, a affirmé mercredi à Paris, à l'intention de Vladimir Poutine, que "personne n'a peur" de lui, au lendemain de l'agression de l'opposant russe en exil Leonid Volkov à Vilnius. "Je tiens à préciser que les services vont évaluer, enquêter et, je l'espère, trouver les coupables. Quant à Poutine, je ne peux dire qu'une chose : personne n'a peur de vous ici", a-t-il lancé.


"L'erreur fondamentale serait de croire que concéder des territoires peut apaiser la Russie de Poutine. Non, on ne pourra pas éviter une guerre plus étendue en Europe en restant assis tranquillement et sans interférer dans le bain de sang que la Russie commet en Ukraine", a indiqué le chef d'État lituanien dans son discours d'ouverture d'un Forum stratégique international à l'École militaire dans le VIIe arrondissement.

"LA SITUATION SUR LE FRONT DE L'EST RESTE DIFFICILE"

Le commandant en chef ukrainien, Oleksandre Syrsky, a reconnu mercredi une situation "difficile" sur le front Est où les troupes russes restent à l'offensive, contrairement à d'autres zones où leur activité a "fortement diminué". "La situation opérationnelle sur le front de l'Est reste difficile", a-t-il expliqué sur la messagerie instantanée Telegram, disant s'être rendu sur le "théâtre d'opérations" dans la zone où il y a "une menace d'avancées russes en profondeur", sans plus de précisions.


"L'ennemi continue de mener des actions offensives, concentrant ses principaux efforts dans les zones de Terny, Ivanivské, Berdytchi, Tonenké, Verbové et Robotyné", a ajouté le général Syrsky, publiant des photos le montrant avec des soldats sur le terrain. "Dans le même temps, probablement en raison du niveau élevé de pertes, l'activité de l'ennemi dans d’autres zones du front a considérablement diminué."

L'UKRAINE VEUT RECEVOIR DAVANTAGE D'OBUS OCCIDENTAUX

Kiev espère recevoir prochainement les premières livraisons d'obus collectés par la République tchèque pour l'armée ukrainienne, qui en manque cruellement pour affronter la Russie, a souligné mercredi le chef de la diplomatie ukrainienne. 


"D'après les signaux préliminaires que nous avons reçus, nos gars sur la ligne de front ressentiront une augmentation de l'approvisionnement en obus dans un avenir proche, a déclaré Dmytro Kouleba lors d'une conférence de presse avec son homologue moldave Mihai Popsoi. La première partie des obus sera livrée dans un avenir proche. Puis, tout au long de l'année, de nouveaux lots seront livrés."

LE RÉSUMÉ DES DÉCLARATIONS DE POUTINE EN ENTRETIEN

Vladimir Poutine a accordé un entretien à la télévision et à une agence de presse russe.

DES VOLONTAIRES RUSSES METTENT EN GARDE LES CIVILS

Des volontaires russes combattant pour l'Ukraine ont annoncé mercredi des frappes sur deux grandes villes russes situées près de la frontière ukrainienne et exhorté les civils à quitter ces localités.


"Nous sommes contraints de frapper les positions militaires stationnées dans les villes de Belgorod et de Koursk", ont déclaré sur Telegram trois unités combattantes pro-Kiev nommées Légion Liberté de la Russie, Corps des volontaires russes et Bataillon sibérien.


"Pour éviter les pertes civiles, nous appelons tout le monde à quitter ces villes immédiatement", ont-elles poursuivi.


Cette déclaration survient au lendemain d'incursions dans les régions frontalières de Belgorod et Koursk, revendiquées par ces unités et que le ministère russe de la Défense a dit avoir "repoussées".

LE DANEMARK AUGMENTE SES DÉPENSES DE DÉFENSE

Le Danemark a annoncé mercredi augmenter de 5,43 milliards d'euros ses dépenses de défense lors des cinq prochaines années en investissant dans le renforcement de ses capacités militaires, l'allongement de la conscription et un soutien supplémentaire à l'Ukraine.


"Le gouvernement prévoit d'augmenter les dépenses de défense d'un total de 40,5 milliards de couronnes entre 2024 et 2028", a écrit le ministère de la Défense dans un communiqué. Avec cette augmentation, le Danemark consacrera plus de 2% de son PIB à la défense en 2024, a précisé la Première ministre, Mette Frederiksen.

PAS DE BOYCOTT RUSSE DES JO ?

La Russie ne doit pas "boycotter" les Jeux Olympiques 2024 de Paris, a assuré mercredi le ministre russe des Sports Oleg Matytsine, malgré les restrictions imposées pour la participation de ses athlètes en réaction à l'offensive en Ukraine.


"Nous ne devons pas nous détourner, nous fermer, boycotter ce mouvement", a déclaré le ministre lors d'une réunion, en évoquant les JO de l'été prochain, selon l'agence d'Etat Tass. "Nous devons, autant que possible, préserver la possibilité de dialoguer et de participer à des compétitions", a-t-il dit.

UN SOMMET POLOGNE-ALLEMAGNE-FRANCE VENDREDI

Les dirigeants de la Pologne, de l'Allemagne et de la France vont se réunir vendredi à Berlin pour un sommet en urgence consacré à l'Ukraine, a annoncé le Premier ministre polonais Donald Tusk.


"Vendredi, je serai à  Berlin avec le président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz pour discuter de la situation", a déclaré M. Tusk, lors d'une interview à la chaîne de télévision publique TVP Info diffusée mardi soir, après sa rencontre avec le président américain Joe Biden à Washington.

POUTINE SUR LES TROUPES DE L'OTAN

Vladimir Poutine a assuré mercredi que l'envoi de soldats de l'Otan en Ukraine, hypothèse que le président français Emmanuel Macron a récemment dit ne pas écarter, ne changerait rien "sur le champ de bataille".


"S'il s'agit de contingents militaires officiels de pays étrangers, je suis certain que cela ne changera pas la situation sur le champ de bataille. C'est le plus important, tout comme l'envoi d'armes ne change rien", a affirmé le président russe dans une interview diffusée mercredi.

LA RUSSIE "PRÊTE" POUR UNE GUERRE NUCLÉAIRE

Interrogé, par la chaine Rossia 1 et l'agence de presse Ria Novosti, sur l'éventualité d'une guerre nucléaire, Vladimir Poutine répond : "D’un point de vue militaro-technique, nous sommes bien sûr prêts. "


"Des triades (les vecteurs de lancement d'armes atomiques, ndlr), seuls les Américains et nous en avons vraiment. Et là, nous sommes beaucoup plus avancés. Toute la composante nucléaire est plus moderne chez nous", a-t-il dit, ajoutant que son pays était "prêt" à un conflit nucléaire mais qu'il n'avait jamais songé à utiliser de telles armes. 

POUTINE ACCUSE KIEV DE VOULOIR SAPER LES ÉLECTIONS

Le président russe Vladimir Poutine a accusé mercredi l'Ukraine d'attaquer les régions russes pour tenter de saper l'élection présidentielle. Ces attaques s'expliquent de manière "très simple. Tout cela se passe sur fond d'échecs [ukrainiens] sur la ligne de front", a affirmé M. Poutine dans une interview à la chaîne Rossia 1 et l'agence de presse Ria Novosti, dont des extraits ont été diffusés mercredi matin. 


"Néanmoins, l'objectif principal, je n'en ai aucun doute, s'ils n'arrivent pas à saper les élections présidentielles en Russie, c'est au moins de tenter d'empêcher de manière quelconque les citoyens d'exprimer leur volonté", a assuré le président russe.

MACRON S'EXPRIMERA SUR L'UKRAINE JEUDI SUR TF1

Emmanuel Macron répondra aux questions de Gilles Bouleau pour TF1 et d'Anne-Sophie Lapix pour France 2 ce jeudi 14 mars à 20h. L'entretien sera centré sur le soutien de la France à l'Ukraine. 

UNE NOUVELLE AIDE AMÉRICAINE À L'UKRAINE

Joe Biden recevait mardi les dirigeants polonais à la Maison-Blanche. Il a, dans le même temps, approuvé un contrat d'armement avec son allié de l'Otan. L’exécutif américain a ainsi notifié le Congrès d'un contrat prévoyant la vente à Varsovie de missiles air-sol à longue portée et de missiles air-air à moyenne portée, pour un total de 3,5 milliards de dollars.


Et plus tôt dans la journée, Washington a également annoncé une nouvelle aide militaire de 300 millions de dollars à l'Ukraine, un montant cependant bien éloigné de la grande enveloppe réclamée par le président Biden depuis des mois.

ATTAQUE DE DRONE EN RUSSIE

Une raffinerie de pétrole a été visée par un drone mercredi à Riazan, à environ 200 km au sud-est de Moscou, une attaque qui a fait des blessés et provoqué un incendie, a indiqué le gouverneur régional.


"La raffinerie de pétrole de Riazan a été attaquée par un drone (...). Selon de premières informations, il y a des blessés", a écrit le gouverneur Pavel Malkov sur Telegram.

BONJOUR À TOUS

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans ce direct du mercredi 13 mars consacré à la guerre en Ukraine.

Malgré un blocage au Congrès, l'administration du président américain Joe Biden a affiché mardi son soutien à l'Ukraine en annonçant une nouvelle aide militaire à Kiev et en recevant les dirigeants polonais, alertant de la menace russe sur l'Europe de l'Est. "Nous devons agir avant qu'il ne soit littéralement trop tard. Car comme la Pologne peut s'en souvenir, la Russie ne s'arrêtera pas à l'Ukraine", a déclaré le président américain en recevant à la Maison Blanche son homologue Andrzej Duda et le Premier ministre Donald Tusk. "Nous ne devons pas laisser l'impérialisme russe perturber la stabilité et l’existence paisible de l'Europe", a déclaré après la rencontre le président Duda.

Washington a, dans le même temps, approuvé un contrat d'armement avec son allié de l'Otan. L’exécutif américain a notifié le Congrès d'un contrat prévoyant la vente à Varsovie de missiles air-sol à longue portée et de missiles air-air à moyenne portée, pour un total de 3,5 milliards de dollars. Et plus tôt dans la journée, Washington a annoncé une nouvelle aide militaire de 300 millions de dollars à l'Ukraine, un montant cependant bien éloigné de la grande enveloppe réclamée par le président Biden depuis des mois.

Cette aide comprend notamment des missiles antiaériens, des munitions et des obus d'artillerie et répond à "certains besoins urgents de l'Ukraine", a souligné Jake Sullivan, conseiller du président américain Joe Biden. "C'est une aide relativement modeste, destinée à donner à l'Ukraine le minimum nécessaire pour une courte période", a indiqué un haut responsable américain.

En pleine année électorale aux États-Unis, la question s'est transformée en bras de fer entre Joe Biden et son prédécesseur. L'ancien président Donald Trump, candidat à l'élection de novembre, s'oppose à la validation de nouveaux fonds pour Kiev, estimant que les États-Unis devaient "arrêter de donner de l'argent sans espérer être remboursés". Il prétend que s'il était réélu en novembre, il réglerait la guerre entre la Russie et l'Ukraine "en 24 heures" sans vraiment expliquer comment.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info