Ce mercredi, Joe Biden a promulgué la loi d'aide à l'Ukraine votée par le Congrès.
Il a ensuite annoncé que les États-Unis enverraient à l'Ukraine du matériel militaire "dans les prochaines heures".
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

LES VÉRIFICATEURS

Une séquence partagée en ligne, titrée en anglais, assure que "les premières forces françaises arrivent à Odessa", située au sud de l'Ukraine. Une information catégoriquement démentie par le ministère des Armées auprès de TF1info. Les chars vus sur les images appartiennent en réalité à la Russie.

Ukraine : une aide militaire attendue avec impatienceSource : TF1 Info

WASHINGTON JUGE "POSSIBLES" DES "AVANCÉES" RUSSES EN UKRAINE

La Maison Blanche a estimé mercredi "possibles" de prochaines "avancées" des troupes russes en Ukraine, au moment où les États-Unis ont approuvé un vaste plan d'aide à Kiev et lui ont promis un envoi rapide d'armement. "Il est tout à fait possible que la Russie réalise des avancées tactiques supplémentaires dans les semaines à venir", a déclaré Jake Sullivan, conseiller du président américain Joe Biden.

ZELENSKY SALUE LE RETOUR DE 16 ENFANTS UKRAINIENS

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a affirmé mercredi que 16 enfants ukrainiens qui avaient été "transférés de force en Russie" avaient pu "retrouver leur famille", la Russie ayant annoncé plus tôt un échange entre Moscou et Kiev en évoquant un nombre de mineurs plus élevé.


"Un groupe de 16 enfants ukrainiens et leurs proches se trouvent actuellement au Qatar pour des soins médicaux, mentaux et sociaux. Tous avaient été transférés de force en Russie, mais grâce aux efforts de médiation du Qatar, pays ami, ils ont été libérés et ont pu retrouver leurs familles", a-t-il déclaré. Plus tôt, Moscou avait évoqué un échange de 48 enfants, dont 29 retourneraient en Ukraine.

DES MISSILES DE LONGUE PORTÉE AMÉRICAINS DÉJÀ ENVOYÉS EN UKRAINE

Les États-Unis ont envoyé à l'Ukraine des missiles longue portée ATACMS "ce mois-ci", avant même l'adoption mardi d'une nouvelle aide à Kiev par le Congrès américain. Cet envoi a été fait "à la demande directe du président" Joe Biden en février, a affirmé mercredi Vedant Patel, un porte-parole du département d'État, ajoutant que les missiles, qui faisaient partie du dernier ensemble d'aide à l'Ukraine envoyé le 12 mars, étaient "arrivés en Ukraine ce mois-ci". L'inclusion des missiles dans ce paquet n'avait pas été annoncée à ce moment-là "afin de maintenir une sécurité opérationnelle pour l'Ukraine à sa demande".


L'Ukraine avait utilisé pour la première fois en octobre des missiles américains ATACMS, mais ceux envoyés récemment disposent d'une plus longue portée, pouvant aller jusqu'à 300 km de distance.

KIEV POUSSE POUR FAIRE RENTRER DES HOMMES EN ÂGE DE COMBATTRE

L'Ukraine, qui cherche à faire revenir ses citoyens en âge de combattre, ne délivrera plus de passeports à l'étranger aux hommes âgés de 18 à 60 ans, selon un texte publié par le gouvernement mercredi. Pour les hommes concernés, le transfert de passeports à une "subdivision ou un mission diplomatique ukrainienne à l'étranger en vue d'organiser leur délivrance n'est pas effectué", d'après cette disposition.

ZELENSKY SE RÉJOUIT DE RECEVOIR L'AIDE DONT L'UKRAINE "A BESOIN"

Après la promulgation de l'aide américaine par Joe Biden, son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, s'est félicité mercredi d'être arrivé au bout du processus. "Quoi qu'on en dise, nous obtenons le soutien dont nous avons besoin pour continuer à protéger des vies contre les attaques russes", a-t-il écrit sur X (ex-Twitter). "Nous avons déjà travaillé activement avec nos amis américains à tous les niveaux pour inclure dans ce package les types exacts d'armes dont nos guerriers ont besoin. Il s'élève à un milliard de dollars et comprend exactement ce dont nous avons discuté avec le président Biden lors de notre appel."


"Je suis reconnaissant envers le président Biden, le Congrès et tous les Américains qui reconnaissent que nous devons couper l'herbe sous les pieds de Poutine plutôt que de lui obéir, car c'est le seul moyen de véritablement réduire les menaces contre la liberté. Ensemble, nous pouvons y parvenir", a-t-il conclu.

UN RESPONSABLE ORTHODOXE ACCUSÉ PAR KIEV D'AVOIR JOUÉ LES ESPIONS

Les services ukrainiens de sécurité (SBU) ont accusé mercredi un haut responsable orthodoxe, à la tête du principal monastère de l'est de l'Ukraine, d'avoir révélé des positions de l'armée ukrainienne. La direction de ce monastère dépend de la branche de l'Église orthodoxe ukrainienne historiquement liée à Moscou, qui a proclamé son indépendance en mai 2022 en réaction à l'invasion ordonnée par Vladimir Poutine.


Le métropolite de la laure de l'important site orthodoxe de Sviatogirsk était soupçonné d'avoir "renseigné" les Russes sur "les positions des points de contrôle des forces armées ukrainiennes" du district de Kramatorsk, dans la région de Donetsk. Il est accusé d'avoir publiquement évoqué ces lieux devant ses fidèles "au cours d'une liturgie", a ajouté le SBU, sans préciser la date à laquelle les faits se seraient produits ni nommer explicitement le métropolite Arseniï, qui est à la tête de la laure de Sviatogirsk.


Ce responsable orthodoxe risque jusqu'à huit ans de prison s'il est reconnu coupable d'avoir "transmis des informations sur les déplacements ou la localisation des forces armées".

L'EUROPE DOIT DEVENIR "UN BASTION" CONTRE "LE CHAOS" RUSSE

Le Premier ministre polonais, Donald Tusk, a plaidé mercredi pour une Union européenne qui se transforme en "bastion" contre "les agressions, le chaos et le désordre" bien réels dans le contexte de l'agression russe en Ukraine. "L'Union européenne doit devenir un bastion. Telle est la réalité. Ce n'est pas notre choix. C'est la vie qui a choisi ce rôle pour l'Europe", a-t-il lancé dans un discours ouvrant la campagne électorale aux européennes de sa formation centriste pro-européenne (KO). "Nous devons défendre efficacement notre ciel, notre terre et nos frontières contre les agressions, le chaos, le désordre", a-t-il dit.


Le chef du gouvernement a souligné la nécessité d'une coopération européenne dans plusieurs domaines, dont la protection des frontières, la lutte contre l'immigration clandestine, l'armement collectif et "la responsabilité partagée pour la sécurité", avec "un dôme de fer" anti-missiles et anti-aérien protégeant l'ensemble de l'Europe, pas seulement l'UE mais aussi le Royaume-Uni et la Norvège; "Telle doit être l'essence même du financement des besoins de l'Union européenne pour les cinq prochaines années."

WASHINGTON VA ENVOYER DU MATÉRIEL MILITAIRE "DANS LES PROCHAINES HEURES"

Les États-Unis vont envoyer du matériel militaire à l'Ukraine dans les "prochaines heures", a annoncé mercredi le président américain Joe Biden, au lendemain de l'adoption de l'enveloppe destinée à Kiev, mais aussi à Israël et Taïwan. Il a promulgué le plan d'aide américain à l'Ukraine en guerre. Ces textes votés "vont rendre l'Amérique plus sûr et le monde plus sûr", a-t-il assuré depuis la Maison Blanche.

SCHOLZ FERME SUR LE SUJET DES MISSILES DE LONGUE PORTÉE

Le chancelier allemand Olaf Scholz a réitéré mercredi son refus de livrer à Kiev, malgré les demandes répétées des autorités ukrainiennes, des missiles de longue portée (jusqu'à 500 km) Taurus. "Concernant ce système d'armement, ma décision ne changera pas", a-t-il sèchement répondu. Il redoute que Kiev s'en serve pour des frappes très à l'intérieur du territoire russe et argue que cela exigerait l'implication de soldats allemands en soutien pour permettre aux Ukrainiens d'utiliser les missiles.

UN SOUTIEN "INÉBRANLABLE" À L'UKRAINE

Londres et Berlin ont promis mercredi un soutien militaire "inébranlable" à l'Ukraine. "Nous continuerons à apporter un soutien inébranlable à nos amis ukrainiens aussi longtemps qu'il le faudra", a déclaré le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, lors d'une conférence de presse avec son homologue allemand, Olaf Scholz. La guerre d'agression russe "doit se terminer par un échec", a-t-il ajouté.


Le chancelier allemand a vu lui dans le feu vert du Congrès américain au plan d'aide à l'Ukraine un "signal encourageant" qui "montre que Vladimir Poutine se trompe s'il croit que l'Europe et les États-Unis vont laisser tomber un jour l'Ukraine".  "Cela n'arrivera pas", a-t-il martelé devant les journalistes.

LCI SUR LE TERRAIN

Le pont de Crimée, ou pont de Kertch, qui relie la péninsule annexée à la Russie depuis 2014, est un site crucial de la guerre en Ukraine. La région est régulièrement ciblée par les forces ukrainiennes.

UN ACCORD POUR L'ÉCHANGE D'ENFANTS DÉPLACÉS PAR LA GUERRE

La commissaire russe à l'Enfance, Maria Lvova-Belova, a annoncé mercredi un accord avec Kiev pour échanger 48 enfants déplacés par la guerre, à l'issue d'une première rencontre entre des responsables russes et ukrainiens sur le sujet au Qatar, médiateur dans ce dossier délicat. "En conséquence, 29 enfants retourneront en Ukraine et 19 en Russie", a-t-elle indiqué à la presse.


Comme le président russe, Vladimir Poutine, la responsable est visée depuis le printemps 2023 par un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale qui estime, comme l'Ukraine, que ces milliers d'enfants n'ont pas été déplacés par les combats mais déportés sciemment par la Russie, affirmations rejetées.

UN HAUT RESPONSABLE DE L'ARMÉE RUSSE POURSUIVI POUR CORRUPTION

La justice russe a placé mercredi en détention provisoire un vice-ministre de la Défense, Timour Ivanov, arrêté pour corruption et dont le train de vie avait été dénoncé en 2022 dans une enquête de l'organisation d'Alexeï Navalny. Il s'agit d'un rare cas d'arrestation et de poursuites judiciaires graves au plus haut niveau de l'appareil militaire russe, qui intervient à un moment où le pouvoir a décuplé les dépenses.


Le service de presse des tribunaux moscovites a annoncé que Timour Ivanov, âgé de 48 ans et à son poste depuis 2016, était placé en détention préventive pour au moins deux mois, jusqu'au 23 juin, dans l'attente de son procès. Il est inculpé de "prise de pots-de-vin à grande échelle", un crime passible de 15 ans de prison. Les mêmes accusations ont été portées contre un complice présumé, Sergueï Borodine.

RISHI SUNAK À BERLIN

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak va discuter défense et sécurité avec le chancelier allemand Olaf Scholz cette après-midi, durant une visite à Berlin, sa première depuis son entrée en fonction il y a dix-huit mois.


Au centre des discussions qui seront suivies d'une conférence de presse en début d'après-midi : l'Ukraine, le montant des dépenses militaires et la volonté de l'Allemagne de renforcer les défenses aériennes de l'Otan en Europe dans le contexte des frappes de missiles incessantes de la Russie sur l'Ukraine.

UN PRÊTRE RUSSE SANCTIONNÉ

Un prêtre ayant prononcé une oraison funèbre pour Alexeï Navalny le mois dernier ne pourra plus conduire d'office religieux pendant trois ans, aux termes d'un décret signé par le chef de l'Église orthodoxe russe, publié récemment sur le site du Patriarcat de Moscou. Outre cette interdiction, le prêtre, Dimitri Safronov, ne peut plus "porter la soutane et la croix", peut-on lire dans ce décret signé par le patriarche Kirill le 15 avril.


Dimitri Safronov, qui officiait jusque-là dans une église du centre de Moscou, exercera désormais les fonctions de sacristain dans une autre église de la capitale russe, selon ce décret, qui ne précise pas les raisons de cette sanction.


Mais selon les partisans d'Alexeï Navalny, Dimitri Safronov a prononcé une oraison funèbre le 26 mars, soit 40 jours après la mort de l'opposant, conformément à la tradition orthodoxe, et c'est pourquoi il aurait été sanctionné. Le service s'était déroulé en présence de la famille et de sympathisants de l'opposant, au cimetière moscovite de Borissovo où Alexeï Navalny est enterré.

LES FRAPPES EN RUSSIE REVENDIQUÉES

L'Ukraine a revendiqué auprès de l'AFP les frappes en Russie qui ont visé dans la nuit plusieurs sites énergétiques dans la région russe de Smolensk, à 400 kilomètres de ses frontières. Des drones ukrainiens ont frappé "deux dépôts pétroliers" qui "stockaient 26.000 mètres cubes de carburant" lors de cette opération organisée par le service ukrainien de sécurité (SBU), a ainsi affirmé une source au sein du secteur ukrainien de la Défense, soulignant qu'il s'agissait de "cibles légitimes".

ATTAQUE DE DRONES À LIPETSK, EN RUSSIE

Alors que le gouverneur de la région de Smolensk a fait savoir que des sites énergétiques avaient été visés par des attaques de drones, le gouverneur de la région de Lipetsk, Igor Artamonov, a également fait état de frappes dans la ville du même nom. "Le régime criminel de Kiev a tenté de frapper des infrastructures dans la zone industrielle de Lipetsk", a affirmé Igor Artamonov. Il n'a fait état d'aucune victime, et assuré que les quartiers résidentiels n'étaient pas menacés.


Selon sa publication sur Telegram, l'attaque a visé la zone économique spéciale de la ville, située à quelque 400 km des frontières ukrainiennes, au sud, qui abrite notamment des entreprises métallurgiques et pharmaceutiques.

DES SITES ÉNERGÉTIQUES RUSSES EN FEU

Des sites énergétiques ont pris feu dans la région de Smolensk, dans l'ouest de la Russie, après des attaques de drones, a indiqué le gouverneur régional, Vassili Anokhine. "Notre région est visée de nouveau par des attaques de drones ukrainiens", a-t-il écrit sur Telegram. "À la suite de l'attaque de l'ennemi contre des sites civils d'infrastructure énergétique des incendies se sont déclarés", a ajouté le gouverneur, sans plus de précisions.


L'attaque n'a pas fait de victimes, a-t-il ajouté. Le ministère russe des Situations d'urgence a dépêché des secouristes sur les lieux.

DES DÉBATS LONGS MAIS SANS SUSPENS

Le Sénat a voté dans la nuit l'aide à l'Ukraine, permettant au pays en difficulté sur le front d'espérer une enveloppe de 61 milliards de dollars d'assistance militaire et économique. Selon le correspondant de LCI aux États-Unis, Axel Monnier, les débats furent plus longs que prévu, mais sans suspens. Ne manque désormais plus que la signature du président américain, Joe Biden. Retour sur les suites pour cette aide, dans la vidéo ci-dessous.

Le Congrès américain a définitivement adopté l'aide à l'UkraineSource : TF1 Info

POINT DE SITUATION

Retrouvez ici un résumé des informations majeures liées au conflit de ces dernières 24 heures :

  • L'aide américaine définitivement adoptée par le Congrès américain : dans la nuit, Volodymyr Zelensky a remercié le Sénat américain qui a voté l'aide à l'Ukraine, adoptée dans la douleur par la Chambre des représentants, samedi dernier. Suite à l'adoption définitive de cette aide militaire et économique de 61 milliards de dollars, Joe Biden a annoncé que de nouvelles armes allaient être envoyées à l'Ukraine dès "cette semaine", alors que le pays est en difficulté sur le front, faute de suffisamment de munitions.
  • Une aide supplémentaire du Royaume-Uni : lors d'une visite en Pologne, le Premier ministre britannique Rishi Sunak a fait savoir qu'il s'engageait à verser une aide supplémentaire de 500 millions de livres à l'Ukraine. Le Royaume-Uni doit fournir 60 embarcations, plus de 1600 missiles, entre autres pour la défense antiaérienne, ainsi que des missiles de longue portée Storm Shadow. S'y ajoutent près de 4 millions de munitions pour armes de petit calibre
  • Mobilisation des Ukrainiens à l'étranger : en difficulté sur le front, l'Ukraine fait aussi face à un problème de mobilisation et de renouvèlement des troupes, après deux ans de guerre. Dans cette optique, Kiev a décidé de suspendre ses services consulaires pour les hommes âgés de 18 à 60 ans et vivant à l'étranger, afin de les inciter à rentrer au pays pour combattre.
  • Attaque sur Odessa : la pression militaire russe sur les villes ukrainiennes se poursuit. Dans la nuit du 22 au 23 avril, une attaque de drones sur la ville d'Odessa, grande ville portuaire sur la mer Noire, a fait neuf blessés, dont quatre enfants.

BONJOUR

Bonjour et bienvenue dans ce direct consacré à la guerre en Ukraine. Retrouvez ici toutes les informations liées au conflit débuté par la Russie il y a plus de deux ans. 

Ce n'est plus qu'une question d'heures : le Congrès américain va voter très prochainement sur l'adoption finale d'un énorme plan d'aide à l'Ukraine, fruit de mois de tractations extrêmement tendues et laborieuses. L'enveloppe, qui comprend également des fonds pour Israël, Taïwan et un ultimatum à TikTok, pourrait être adoptée au Sénat d'ici à la fin de la journée mardi.

"Ne faisons pas attendre nos amis à travers le monde un instant de plus", a lancé le chef démocrate Chuck Schumer, plaidant pour la tenue imminente d'un vote. Les débats pourraient, au plus tard, s'étirer jusqu'à mercredi.

Son adoption ne fait quasiment aucun doute : cet énorme programme d'assistance militaire et économique, réclamé depuis des mois par le président Joe Biden, bénéficie du soutien d'élus des deux bords. Il a déjà été approuvé samedi à la Chambre des représentants, théâtre de longues et difficiles négociations.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info