Tensions USA-Russie, sur un air de guerre froide ?

Dmitri Rogozin, le patron de l'Agence spatiale russe, démis de ses fonctions par Poutine

Matthieu DELACHARLERY(avec AFP)
Publié le 15 juillet 2022 à 16h22
JT Perso

Source : TF1 Info

Le vice-premier ministre russe Iouri Borissov, issu des rangs militaires, a été nommé pour remplacer Dmitri Rogozin à la tête de Roscosmos.
Ce changement intervient alors que Russes et Américains s'accusent d'ambitions militaires dans l'espace.

C'était dans les tuyaux depuis de nombreux mois, c'est désormais officiel. Le président russe, Vladimir Poutine, a démis de ses fonctions le patron de l'Agence spatiale russe (Roscosmos), Dmitri Rogozin. Il sera remplacé par Iouri Borissov, 65 ans, qui avait jusqu'alors le portefeuille de vice-Premier ministre chargé du complexe militaro-industriel russe, qui inclut aussi le domaine spatial. Ce changement intervient alors que Russes et Américains s'accusent mutuellement d'ambitions militaires dans l'espace.

Connu pour son style abrasif et son nationalisme outrancier, Dmitri Rogozin, 58 ans, avait pris la tête de l'Agence spatiale russe en 2018. En 5 ans à ce poste, il n'est cependant pas parvenu à enrayer le déclin de l'industrie spatiale russe, miné par l'obsolescence, le manque d'innovation et la corruption. En 2020, la Russie a ainsi perdu le monopole des envois dans l'espace avec ses lanceurs et vaisseaux Soyouz - vieillissants mais fiables - avec l'arrivée sur scène de l'entreprise SpaceX, du milliardaire Elon Musk.

Lire aussi

Depuis l'offensive russe contre l'Ukraine le 24 février dernier, Dmitri Rogozine, qui fut aussi ambassadeur russe auprès de l'Otan, s'est illustré par ses déclarations belliqueuses à l'égard de l'Occident, vantant les destructions que pourraient infliger les armes nucléaires russes. La coopération russo-occidentale dans le domaine spatial a aussi été plombée par cet assaut de la Russie contre son voisin. 

Le 17 mars dernier, l'Agence spatiale européenne avait annoncé la suspension de la mission ExoMars qui prévoie le lancement, à l'automne 2022, d'un rover de l'Esa à destination de la planète Mars, à l'aide d'un lanceur et d'un atterrisseur russes. Dénonçant un "sabotage", l'ex-chef de Roscosmos avait demandé à l'équipage russe de la Station spatiale internationale (ISS) "d'arrêter de travailler" avec le bras robotique de l'Esa dédié au segment russe de la station orbitale, tout juste installé.


Matthieu DELACHARLERY(avec AFP)

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info