L'Ukraine adopte une stratégie similaire à celle qui avait réussi aux Russes pour stopper son offensive en 2023.
Sur les fronts oriental et méridional, d'immenses chantiers créent de nouvelles lignes de défense.
Une équipe de LCI a pu visiter celui de Kherson, où des ouvriers civils travaillent sous le feu ennemi.

C'est aux environs de Kherson qu'une équipe de LCI a pu tourner le reportage ci-dessus, sur le vaste chantier de construction de nouvelles lignes de défense ukrainiennes. Les tranchées en cours de creusement sont à 10 kilomètres de forces russes, et les ouvriers civils qui travaillent ici le font souvent sous le feu ennemi.

 

Yura est un de ces ouvriers de chantier, c'est lui qui guide notre équipe dans une tranchée fraichement creusée, un immense sillon étrangement sinueux. "Elles sont en forme de vagues pour limiter le nombre de blessés", explique-t-il au micro de LCI. "Plus il y a de virages, plus les soldats ont de chance de survivre à un bombardement". Les hommes qui creusent ces tranchées sont en permanence sous la menace de l’artillerie et des drones russes. On entend une détonation proche... mais il s'agit cette fois d'un canon ukrainien.

Pas de quoi perturber Vassili, un terrassier qui travaille quotidiennement sur ce chantier. "On ne m’a pas forcé à venir" sourit-il. "L’entreprise m’a demandé si j’avais peur de travailler ici. J’ai dit non, mais il y a quelques gars qui ont refusé. Moi, j'ai accepté pour aider nos soldats qui sont dans la galère. Il y a eu des tirs par là-bas, pas mal de bombardements. Mais pour l’instant, ils n’ont pas réussi à m’avoir".

 

Face à la menace d’une nouvelle offensive sur le front sud, l’Ukraine se barricade. La deuxième ligne de défense qui entoure la ville de Kherson est renforcée par de vastes fossés anti-chars. Et complétée par des rangées de "dents de dragon", méticuleusement installées. Des blocs de béton pyramidaux, qui "basculent et empêchent les chars russes d’avancer", précise Oleksandr, un autre ouvrier du site. "Une fois qu’ils sont coincés : bam ! bam ! Et voilà !", lance-t-il, en riant, à notre équipe.

200 kilomètres de fortifications sont en cours de construction dans la région de Kherson, avec ici un avantage : le Dniepr, le large fleuve, qui constitue une barrière de protection naturelle contre toute nouvelle avancée des troupes russes. 

Depuis l'échec de la contre-offensive ukrainienne de l'été 2023, Kiev fait face à des assauts russes dans le nord-est, l'est et le sud du pays, face auxquels l'armée a commencé à creuser des tranchées et à bâtir des lignes défensives pour freiner les Russes. Une tactique similaire à celle qu'avait adoptée avec succès le Kremlin il y a un an. Le président ukrainien, deux jours après avoir prévenu que son pays pourrait perdre la guerre sans le déblocage de l'aide américaine, s'est rendu sur un chantier analogue à celui visité par notre équipe, sur le front oriental, près de Kharkiv.


La rédaction de TF1info | Reportage : Hélène Bonnet, Camille Souhaut, Oleksii Kononenko

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info