Aux États-Unis, près de deux millions de chiens seraient volés chaque année, 25 fois plus qu’en France.
La pratique appelée le "dognapping" peut rapporter plusieurs milliers d'euros aux malfaiteurs.
Neuf fois sur dix, les chiens volés ne sont jamais retrouvés.

"Ils sont sortis d'une voiture, ont menacé ma mère avec une arme et lui ont demandé de leur donner mon chien", raconte un Américain, en montrant des photos de son bulldog. Son témoignage est digne d’un film d’action hollywoodien et pourtant il n'évoque qu'un enlèvement canin, "il s'appelait Alfred, il me suivait comme mon ombre." Alfred a disparu depuis près d’un an et il n’a toujours pas été retrouvé. Cette histoire, que rapporte le reportage du 20H de TF1 ci-dessus, est de plus en plus commune aux États-Unis. Trainer l’oreille dans un parc canin américain, c’est l’assurance d’entendre presque à chaque fois ce type d’histoires. Aux États-Unis, près de 2 millions de chiens seraient volés chaque année, c'est 25 fois plus qu'en France. 

La pratique est devenue tellement courante qu'elle porte un nom : le "dognapping". Les dognappeurs sont de plus en plus violents, ils n'hésitent plus à menacer les propriétaires avec des fusils d'assaut.

Les célébrités non plus ne sont pas épargnées. "Les chiens de Lady Gaga ont été retrouvés sains et saufs après que son dogsitter s'est fait attaquer et tiré dessus". L'an dernier, en février 2021, l'affaire avait fait la Une des médias. Deux individus ont tiré sur Ryan Fisher, payé par la star pour promener ses trois chiens. Deux d'entre eux ont été volés, mais le dernier, Asia le bulldog, a réussi à s’échapper. Leur gardien est aujourd'hui hors de danger. Lady Gaga en avait appelé à ses fans, les Little Monsters et avait offert une récompense de 500.000 dollars pour les récupérer. Quelques jours plus tard, les voleurs ont été arrêtés et les chiens retrouvés. Un homme de 20 ans a écopé ce mercredi 3 août de quatre ans de prison pour avoir participé au rapt des chiens de la chanteuse. Un des ravisseurs est toujours activement recherché. 

À la recherche du chien perdu

Dans un quartier résidentiel des États-Unis, les équipes de TF1 retrouvent Sam Connelly, détective spécialisé, et sa coéquipière Abby, le chien. "Je lui donne un objet pour qu'elle le renifle, elle sait que c'est ça qu'elle doit chercher." Leur spécialité : partir à la recherche d'animaux disparus. L'objectif est de retrouver un beagle disparu depuis cinq jours. Son propriétaire paye la détective 100 euros de l'heure pour le retrouver. 

Les vols de chien rapportent gros aux malfaiteurs, entre les récompenses et les reventes, certaines races très populaires se vendent jusqu'à 5000 euros. "Avant les chiens les plus volés étaient les yorkshires, maintenant ce sont les bulldogs français. Si vous en avez un, vous devez vous comporter avec comme si vous aviez un diamant entre les mains. Ne le montrez pas trop, n'allez surtout pas des endroits malfamés. Des voleurs pourraient vous voir, vous suivre jusqu'à chez vous, vous frapper au visage et prendre le chien."  Les bulldogs sont prisés par les malfrats en raison de leur prix à l’achat allant de 3500 à 5000 dollars en moyenne. Ensuite, car il est difficile de s’en procurer, commente à l’AFP Brandi Hunter Munden, vice-présidente de l’American Kennel Club. "C’est une race qui n’a pas de grandes portées et en obtenir peut prendre du temps", explique cette spécialiste. Avec son chien pisteur, Sam affirme avoir de très bons résultats. Malgré cela, aux États-Unis, 9 fois sur dix, les chiens volés ne sont jamais retrouvés.


La rédaction de TF1info | Reportage vidéo : Antoine De Précigout, Antoine Pocry

Tout
TF1 Info