Ce jeudi, Donald Trump a été entendu par la procureure générale de l'État de New York dans une nouvelle affaire.
Dans ce dossier, l'ancien président américain est accusé de fraudes au sein de la Trump Organization.
Le 4 avril dernier, le Républicain avait notamment été inculpé pour soupçons de fraude.

Donald Trump encore dans la tourmente. L'ancien chef d'État américain a répondu, jeudi, sous serment et à l'abri des regards, aux questions de la procureure générale de l'État de New York, Letitia James. Il était interrogé dans le cadre d'un futur procès au civil pour lequel il est accusé de fraudes au sein de la Trump Organization. 

Une "fraude stupéfiante"

Accueilli par une poignée de soutiens et d'opposants, le milliardaire est arrivé sur place vers 10h00 (14h00 GMT), dans un véhicule noir, ont constaté des journalistes de l'AFP. Il n'a quitté l'immeuble, situé près de Wall Street, que vers 18h00 (22h00 GMT) pour regagner la Trump Tower, plus au nord sur l'île de Manhattan. 

La procureure générale, élue sous l'étiquette démocrate, a intenté en septembre un procès civil à Donald Trump et trois de ses enfants (Donald Trump Jr, Ivanka Trump et Eric Trump). Elle leur réclame 250 millions de dollars d'indemnités et requiert à leur encontre des interdictions de diriger des entreprises. En bref, Letita James accuse le républicain, qui rêve de reconquérir la Maison Blanche en 2024, d'une "fraude stupéfiante". Selon elle, l'ex-président aurait "délibérément" manipulé les évaluations des actifs du groupe pour obtenir des prêts plus avantageux auprès des banques ou réduire ses impôts.

Un nouveau caillou dans la chaussure de Trump

De son côté, le principal intéressé a toujours réfuté ces irrégularités. Sur son réseau Truth Social, il a qualifié l'affaire de "ridicule", "comme toutes les autres affaires d'ingérence électorale dont je fais l'objet". Il n'en reste pas moins que Donald Trump voit les dossiers judiciaires s'accumuler sur la route de la primaire pour l'investiture républicaine.

Le début effectif du procès dans cette affaire est fixé, pour l'instant, au mois d'octobre 2023. D'ici là, des auditions sous serment et à huis clos peuvent avoir lieu dans le cadre de la procédure. 


M.G avec AFP

Tout
TF1 Info