L'Allemagne veut légaliser le cannabis à usage récréatif pour 2024

Publié le 26 octobre 2022 à 14h05
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Le gouvernement d'Olaf Scholz s'est accordé, ce mercredi, sur un cadre de légalisation du cannabis à usage récréatif.
La mesure, portée par l'exécutif, doit entrer en vigueur en 2024.
Il faudra toutefois que l'UE donne son aval.

Le cannabis récréatif en Allemagne, c'est peut-être pour bientôt. En s'accordant sur le sujet, mercredi 26 octobre, l'exécutif a ouvert la voie à une légalisation du cannabis à usage récréatif pour les adultes, sous réserve de l'aval du droit européen, a annoncé le ministre allemand de la Santé, Karl Lauterbach. Les grandes lignes du projet visent à placer la production et le commerce du cannabis sous "contrôle public" et autorisent notamment l'achat et la possession "d'une quantité maximum de 20 jusqu'à 30 grammes" pour la consommation personnelle, a-t-il détaillé lors d'une conférence de presse.

Le document de travail du gouvernement d'Olaf Scholz prévoit "un contrôle public de la chaîne d'approvisionnement" en cannabis avec l'objectif de "garantir la protection sanitaire et d'enrayer la criminalité organisée ainsi que le marché noir". Concrètement, il s'agit d'organiser "la production, la livraison et le commerce de cannabis récréatif dans un cadre de licences contrôlées par l'État". En revanche, l'usage récréatif de cette drogue par les moins de 18 ans reste rigoureusement interdit.

L'accord de l'UE nécessaire

Promise par le gouvernement de coalition entre sociaux-démocrates, Verts et Libéraux du FDP lors de sa formation, il y a un an, cette réforme phare ferait de l'Allemagne l'un des pays les plus libéraux d'Europe. Le ministre social-démocrate de la Santé l'a justifiée par la volonté "d'obtenir une meilleure protection des enfants et des jeunes", jugeant que la politique en la matière n'avait jusqu'ici "pas vraiment été efficace". "Si tout va bien, je pense que la légalisation pourrait intervenir en 2024."

Lire aussi

Mais tout dépendra de l'examen de la Commission européenne. "Nous sommes dans une phase où nous examinons si les grandes lignes que nous avons élaborées dans ce document sont compatibles avec le droit international et européen", a-t-il souligné. Au cas où l'institution de l'UE n'accorderait pas son aval, le document n'aboutira pas à un texte de loi.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info