Égypte : des archéologues demandent le rapatriement de la pierre de Rosette

par Marius BOCQUET
Publié le 11 octobre 2022 à 7h48
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Un groupe d'archéologues égyptiens réclame le rapatriement de la pierre de Rosette.
Découvert en 1799 par un ingénieur militaire français, elle permet de déchiffrer les hiéroglyphes.
Après la capitulation de l'armée de Napoléon contre les Anglais en 1801, elle est conservée au British Museum de Londres.

"L'histoire ne peut pas être modifiée, mais elle peut être corrigée." C'est par ces mots qu'un groupe d'archéologues égyptiens réclame dans une pétition le rapatriement de la pierre de Rosette, comme le rapportent Les Échos. Découvert en 1799 lors de l'expédition en Égypte de Napoléon mais ensuite emporté par les Anglais, ce fragment de stèle gravée portant trois versions d'un même texte, qui a permis le déchiffrement des hiéroglyphes au XIXe siècle, est conservé au British Museum, à Londres.

"La confiscation de la pierre de Rosette, parmi d'autres artefacts, est un acte d'empiètement sur la propriété culturelle égyptienne et le résultat direct de la violence culturelle coloniale", écrit le groupe d'archéologues. "Sa présence au British Museum prive son pays d'origine non seulement du rapatriement matériel des artefacts, mais aussi de toute forme de réparation des dommages immatériels résultant de siècles de violence, d'occupation et de rapport de force injuste", estiment-t-ils.

Une découverte française

La pierre de Rosette avait été découverte en 1799 par l'ingénieur militaire de l'armée française Pierre-François-Xavier Bouchard, qui supervisait la réfection d'un fort en ruines dans la ville de Rachïd, comme l'explique le quotidien Les Echos. Mais après la capitulation de l'armée française contre les Britanniques en Égypte en 1801, la pierre a été livrée aux Anglais. C'est pour cette raison qu'elle se trouve aujourd'hui dans les allées du célèbre musée londonien.

"Non seulement l'Égypte était sous l'occupation de l'Empire ottoman et n'avait ni voix ni souveraineté sur son propre patrimoine culturel, mais les articles du traité d'Alexandrie sont en violation du droit des gens, des lois internationales coutumières et des lois islamiques applicables à l'époque", rappelle le groupe d'archéologues, dont la pétition a recueilli 2500 signatures. "La séquestration de la pierre de Rosette est un butin de guerre et un acte de pillage déjà été interdit aux XVIIe et XIXe siècles."

Lire aussi

Il faudra attendre 1822 avant que l'égyptologue français Jean-François Champollion parvienne à la déchiffrer. Elle constituera ensuite une avancée scientifique importante pour décrypter les hiéroglyphes au XIXe siècle. Ce n'est pas la première fois que le fragment de stèle, objet de rivalités entre l'Angleterre et la France, est réclamé par l'Égypte. Le chef du Conseil suprême des antiquités égyptiennes, Zahi Hawass, en avait déjà fait la demande en 2003, sans succès. 


Marius BOCQUET

Tout
TF1 Info