"Cela nécessite des études" : des archéologues fustigent le projet de rénovation de la plus petite pyramide de Gizeh

Publié le 29 janvier 2024 à 18h17

Source : JT 20h WE

Un nouveau plan de rénovation de la pyramide de Mykérinos, sur le plateau de Gizeh, agite toute l'Égypte.
Le projet, porté par le patron des Antiquités égyptiennes, vise à lui redonner son aspect d'origine.
Pour certains, c'est "le projet du siècle", tandis que pour d'autres, il s'agit d'"une absurdité".

Elle a traversé les millénaires et se tient toujours debout, en dépit du temps qui passe. La célèbre pyramide égyptienne de Mykérinos, la moins haute des trois grandes pyramides du plateau de Gizeh, est au cœur d’une controverse ces derniers jours. À sa construction, l’édifice était recouvert de granit. Mais avec le temps, la pyramide a perdu une partie de son revêtement. Un vaste programme de rénovation vise à redonner à lui redonner son aspect d’origine. 

"Cela permettra de voir, pour la première fois, la pyramide de Mykérinos telle qu'elle a été construite par les anciens Égyptiens", s’est félicité le patron des Antiquités égyptiennes, Mostafa Waziri, dans une vidéo publiée en fin de semaine dernière, dans laquelle on peut voir des ouvriers alignant des blocs de granit au pied de l’édifice. Mais ce petit "ravalement de façade" est loin de faire l’unanimité, notamment parmi les spécialistes.

Il ne manquait plus que de carreler la pyramide de Mykérinos !
L'égyptologue Monica Hanna

La question de la préservation du patrimoine en Égypte, pays qui compte sur le tourisme pour 10% de son PIB et où se trouve la pyramide de Khéops, la seule des sept merveilles de l'Antiquité encore visible aujourd'hui, fait souvent l'objet de vifs débats. Certains considèrent que lui redonner son apparence d’origine serait un atout, tandis que d'autres pointent le fait que cela n’a aucun intérêt et que cela risquerait de causer des dommages à la pyramide.

Parmi les opposants au projet figure au premier rang l’égyptologue Monica Hanna. "Il ne manquait plus que de carreler la pyramide de Mykérinos ! Quand va-t-on arrêter l'absurdité dans la gestion du patrimoine égyptien ?", s’insurge cette spécialiste. "Tous les principes internationaux sur les rénovations interdisent de telles interventions, il faut que tous les archéologues se mobilisent immédiatement", lance-t-elle, dans un message posté depuis son compte Facebook.

La pyramide de Mykérinos a été construite à une époque plus tardive que les deux autres pyramides du plateau de Gizeh, et c’est la seule à avoir eu un revêtement en granit. Le Dr Al-Hussein Abdel-Basir, directeur du Musée des antiquités de la Bibliothèque d’Alexandrie, ne s’oppose pas foncièrement au projet, même s’il émet quelques réserves. "Cela doit être fait après des études approfondies et avec une grande prudence", déclare-t-il au quotidien britannique The Independent.  

Un nombre de blocs de granit insuffisant

Pour Salima Ikram, professeure d'égyptologie à l'Université américaine du Caire, l'idée de recouvrir la pyramide avec des pierres qui en sont tombées pourrait être acceptable en soi. Mais à condition d’utiliser uniquement des pierres qui se trouvent dans son environnement direct. "Mais les pierres suffiront-elles à revêtir l'ensemble de la pyramide ou une partie sera-t-elle revêtue et le reste restera en l'état ?", interroge-t-il. 

"Le monde entier a les yeux rivés sur les pyramides de Gizeh. Avant d'entamer tout projet, cela nécessite des études approfondies. Sinon, cela n’a aucun intérêt", insiste, auprès de nos confrères, ce spécialiste de l’Égypte ancienne. Il existe des chartes régissant cette question, dont la plus importante est la Charte de Venise, rappelle pour sa part Tariq Al Marri, consultant en préservation du patrimoine culturel et membre de l’Union Internationale des Architectes (UIA). 

"L'intervention visant à restaurer un monument archéologique dans son état d'origine n'est pas nouvelle et s'est déjà produite en Égypte sur plusieurs sites, notamment au temple de Karnak", souligne-t-il. À l'entendre, le seul point qui pourrait poser un problème serait le fait d’ajouter de nouvelles pierres. Or, comme le soulignent les opposants au projet, les blocs de granit disponibles sont insuffisants pour la recouvrir en entier. 


Matthieu DELACHARLERY

Tout
TF1 Info