Election présidentielle en Tunisie : qui est Béji Caïd Essebsi, le favori ?

Le service METRONEWS
Publié le 23 novembre 2014 à 9h11
Election présidentielle en Tunisie : qui est Béji Caïd Essebsi, le favori ?
L'essentiel

JOUR DE VOTE – En dépit de ses 88 ans, BCE est le candidat le mieux placé pour l’élection présidentielle de Tunisie. L’homme qui fut plusieurs fois ministre sous Bourguiba, opposé aux islamistes, séduit.

Il est le grand favori de l’élection présidentielle tunisienne, dont le 1er tour se déroule ce dimanche. Agé de 88 ans, Béji Caïd Essebsi dit BCE, souvent simplement appelé par son prénom par ses sympathisants, est depuis 2012 le leader de Nidaa Tounès. Un parti politique qui se veut séculier et anti-islamiste.

EN SAVOIR + >>  Présidentielle en Tunisie : les paradoxes d'une jeune démocratie

Comme le souligne Francetvinfo , l’homme a une carrière politique qui se confond avec l'histoire de la Tunisie. Tour à tour ministre de l’Intérieur, ministre de la Défense puis ministre des Affaires étrangères lors du mandat d’Habib Bourguiba, BCE fut également député, dans la circonscription de Tunis.

La chute de ben Ali signe son come-back

En 2011, au lendemain de la chute de ben Ali, BCE fait son grand retour. Mohamed Ghannouchi, qui fut le Premier ministre pendant 10 ans du dictateur, est poussé vers la sortie par les Tunisiens. Sa place ne restera pas vacante bien longtemps : le 27 février, Béji Caïd Essebsi le remplace, et prend la tête du gouvernement provisoire. Pendant 9 mois, jusqu’à la fin de l’année 2011, il, organise l’élection de l’Assemblée constituante qui verra arriver au pouvoir les islamistes d’Ennardha.

Mais déjà, BCE prépare à nouveau son retour. Pour ce faire, il rassemble l'opposition aux islamistes au sein du parti Nidaa Tounès, qu’il crée en avril 2012.

EN SAVOIR + >> Tunisie : qui est Nidaa Tounés ?

Après la victoire de son parti aux élections législatives du 26 octobre 2014, devant d’Ennahda, BCE espère prendre enfin les rênes du pouvoir qu’il effleure depuis plusieurs années. Malgré un défaut majeur : son âge. S’il était élu, il aurait plus de 90 ans à mi-mandat.