La Colombie élit Gustavo Petro, premier président de gauche de son Histoire

Léa LUCAS avec AFP
Publié le 20 juin 2022 à 7h07

Source : Sujet JT LCI

L'ex-guérillero et maire de Bogota a été élu à la tête de la Colombie ce dimanche.
C'est la première fois qu'un président de gauche accède à la fonction suprême.
Il s'est engagé à entreprendre des réformes ambitieuses pour mettre fin à la crise qui frappe ce pays d'Amérique Latine.

La troisième fois a été la bonne pour Gustavo Petro. Et l'élection de cet ex-guérillero est historique. En effet, jusqu'à présent, la Colombie n'avait jamais élu un président de gauche à sa tête. "Aujourd'hui est un jour de fête pour le peuple", a-t-il lancé sur les réseaux sociaux, après avoir décroché 50,47% des voix. "Laissez-le célébrer la première victoire populaire".

Face à lui lors de ce second tour très attendu : le millionnaire Rodolfo Hernandez qui, en dépit du soutien de la droite traditionnelle, a essuyé une défaite en récoltant seulement 47,27% des voix. "J'accepte le résultat tel qu'il est", a-t-il déclaré. "Je souhaite au Dr Gustavo Petro qu'il sache comment diriger le pays et qu'il soit fidèle à son discours contre la corruption. Merci beaucoup à tous les Colombiens d'avoir accepté ma proposition, même si nous avons perdu."

L'élection de Gustavo Petro n'est toutefois pas écrasante. Quelque 700.000 voix ont séparé les candidats, selon des résultats publiés ce dimanche par le Registre national, en charge de l'organisation du scrutin. Sa victoire s'inscrit cependant dans un contexte de crise profonde où les Colombiens attendent des réformes d'envergure. Le maire de Bogotá s'est ainsi engagé, lors de sa campagne présidentielle, à renforcer l'État, à réformer le système des retraites et de l'impôt afin de faire payer les plus riches. Sa première mesure devrait être la suspension de l'exploration pétrolière et d'entamer au plus vite la transition énergétique.

"Une transition harmonieuse et transparente"

De son côté, le président sortant, Ivan Duque, n'a pas manqué de féliciter son successeur à la tête du pays. "J'ai appelé Petro Gustavo pour le féliciter en tant que président élu du peuple colombien", a-t-il indiqué. "Nous avons convenu de nous rencontrer dans les prochains jours pour entamer une transition harmonieuse, institutionnelle et transparente."

Si cette élection présidentielle marque bel et bien la déroute des élites conservatrices et libérales au pouvoir depuis près de deux siècles dans la quatrième puissance économique d'Amérique Latine, les défis du nouveau président sont nombreux. Il hérite en effet d'un pays fracturé et fragilisé par deux ans de pandémie, touché par une sévère récession, ainsi qu'une aggravation de la violence des groupes armés, principalement dans les campagnes.


Léa LUCAS avec AFP

Tout
TF1 Info