Émeutes au Kazakhstan : le président autorise la police à "tirer pour tuer" sans sommation

Publié le 7 janvier 2022 à 11h22
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

CRISE - Alors que le Kazakhstan vit une fronde populaire inédite, faisant des dizaines de morts et plus d'un millier de blessés, le président Kassym-Jomart Tokaïev a autorisé, vendredi 7 janvier, les forces de l'ordre à tirer "sans avertissement" sur les manifestants. Il a promis de "détruire" les "bandits armés" à l'origine des émeutes.

La répression sanglante s'accentue au Kazakhstan. Après plusieurs jours d'émeutes sans précédent, débutés dimanche 2 janvier, en raison d'une hausse des prix du gaz, "l'ordre constitutionnel a été largement rétabli dans toutes les régions". C'est en substance le message adressé, vendredi 7 janvier, par le président kazakh Kassym-Jomart Tokaïev. Il a, par ailleurs, indiqué que les opérations de retour à l'ordre public se poursuivraient "jusqu'à la destruction totale des militants". Pour mener cette mission son terme, il a annoncé avoir "donné l'ordre de tirer pour tuer sans avertissement" aux forces de l'ordre.

Dans son allocution télévisée, l'ancien Premier ministre de Noursoultan Nazarbaïev a rejeté toute possibilité de négociation avec les protestataires, ajoutant que les "terroristes continuent à endommager les biens" et à "utiliser des armes contre les citoyens". Il a qualifié "d'absurde" les appels, notamment à l'étranger, de négocier avec les manifestants en vue d'une résolution pacifique de la crise. "Quel genre de négociations peut-on avoir avec des criminels, avec des meurtriers ? Nous avons eu affaire à des bandits armés et entraînés (...) Il faut les détruire et cela sera fait d'ici peu", a-t-il lancé.

Poutine "remercié tout spécialement"

Selon le président Tokaïev, "20.000 bandits" ont attaqué Almaty, la capitale économique où les affrontements ont été les plus chaotiques et les plus violents. Ces derniers avaient "un plan d'attaque clair, des actions bien coordonnées et un haut degré de préparation au combat", a-t-il poursuivi, évoquant des "saboteurs spécialisés", à l'origine des heurts avec la police. Le ministère de l'Intérieur a, de son côté, fait savoir que 26 "criminels armés" avaient été tués et 18 blessés dans les émeutes. 

Lire aussi

Depuis le début de la crise, les violences ont fait des dizaines de morts et plus d'un millier de blessés. Près de 3000 personnes ont été arrêtées. Au cours de son intervention, Kassym-Jomart Tokaïev a ainsi tenu à "remercier tout spécialement" son homologue Vladimir Poutine. Un contingent de troupes russes et d'autres pays alliés de Moscou, arrivées la veille au Kazakhstan, a permis d'appuyer le pouvoir en place. "Il a répondu très rapidement, et surtout de manière amicale, à mon appel", a-t-il salué, pour épauler les forces de l'ordre kazakhes et protéger les bâtiments administratifs et stratégiques.


La rédaction de TF1info avec AFP

Tout
TF1 Info