Finlande, Suède : vers un élargissement de l'Otan

EN DIRECT - Aide à l'Ukraine : 40 milliards de dollars débloqués par le Congrès américain

La rédaction de TF1info
Publié le 19 mai 2022 à 6h00, mis à jour le 20 mai 2022 à 7h00
JT Perso

Le Congrès américain a débloqué jeudi une gigantesque enveloppe de 40 milliards de dollars pour l'Ukraine.
Une nouvelle illustration du soutien indéfectible promis par Joe Biden à Kiev.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé, vous pouvez retrouver les dernières informations du vendredi 20 mai sur la guerre en Ukraine dans cet article.

Insécurité alimentaire : les Etats-Unis et la Russie se rejettent la faute 


Les États-Unis et la Russie se sont rejetés, ce jeudi 19 mai, la responsabilité de l'aggravation de l'insécurité alimentaire dans le monde. Washington incite Moscou à permettre les exportations de céréales ukrainiennes bloquées dans les ports de la mer Noire.


"Arrêtez de bloquer les ports de la mer Noire! Autorisez la libre circulation des navires, des trains et des camions transportant de la nourriture hors d'Ukraine", a lancé le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU organisée par les États-Unis.

Les héros d'Azovstal se rendent, le Congrès américain débloque 40 milliards pour l'Ukraine


Le Congrès américain a débloqué jeudi une gigantesque enveloppe de 40 milliards de dollars pour l'Ukraine. Au même moment, Moscou obtenait une victoire symbolique à Marioupol quand les combattants ukrainiens retranchés dans l'usine Azovstal  se sont rendus après des semaines de combat.


Six milliards de dollars de cette nouvelle aide américaine doivent permettre à l'Ukraine de s'équiper en véhicules blindés et de renforcer sa défense anti-aérienne à l'heure où les combats font rage dans l'est et le sud du pays. Depuis peu, Moscou s'est résolu à y concentrer ses efforts après avoir échoué à prendre les villes de Kiev et Kharkiv.

Crimes de guerre: cinq pays occidentaux soutiennent l'action judiciaire de l'Ukraine 


Les ministres de la Justice ou procureurs généraux des États-Unis, du Royaume-Uni, de l'Australie, du Canada et de la Nouvelle-Zélande  soutiennent l'action judiciaire de l'Ukraine qui vise à juger les crimes de guerre liés à l'invasion russe.  À ce jour, l'Ukraine a ouvert des milliers de dossiers de crimes de guerre qui auraient été commis par des soldats russes depuis le début de l'invasion. Un premier procès s'est d'ailleurs ouvert cette semaine.

DONBASS


Le Pentagone a prévenu jeudi que l'armée russe est actuellement en train de renforcer son contrôle sur le Donbass et le sud du pays. "Les Ukrainiens se comportent très bien sur le champ de bataille, ils n'ont pas de problèmes de cohésion, ils n'ont pas de problèmes de commandement, leur logistique et leur approvisionnement sont vraiment historiques", a affirmé jeudi un haut responsable du ministère américain de la Défense, ayant requis l'anonymat.


"Mais les Russes ont encore à leur disposition une part importante des capacités qu'ils avaient amassées depuis l'automne" aux frontières de l'Ukraine, "La capacité de combat ne suffit pas pour gagner une guerre : il faut avoir la volonté de se battre, il faut un bon commandement", a-t-il noté. Mais malgré tout ceci, "nous continuons à penser que ce conflit va durer", souligne-t-il. 

SANCTIONS


Les Occidentaux ne peuvent frapper la Russie de sanctions économiques "folles" et s'attendre en même temps à ce que ce pays garantisse l'approvisionnement alimentaire, a estimé jeudi l'ancien président russe Dmitri Medvedev. "Notre pays est prêt à assumer toutes ses obligations. Mais il attend également l'aide de ses partenaires commerciaux", a affirmé l'actuel vice-président du Conseil de Sécurité de la Russie. "Autrement, cela n'a pas de sens : d'un côté, on nous impose des sanctions folles et de l'autre on exige que nous assurions l'approvisionnement alimentaire. Ça ne marche pas comme ça, nous ne sommes pas idiots", ajoute-t-il. 


Pour rappel, la Russie et l'Ukraine fournissent 30% de l'approvisionnement alimentaire de la planète.

MODÉRATION SUR TWITTER 


Twitter a annoncé jeudi qu'il allait renforcer sa politique de lutte contre la désinformation en temps de crise. Le réseau social va notamment apposer des avertissements sur certains messages manifestement trompeurs sur la guerre en Ukraine. 


Pour accéder aux tweets jugés problématiques par la plateforme, il faudra cliquer sur un message rappelant que propager des informations fausses ou induisant en erreur peut avoir des conséquences néfastes sur la vie réelle des gens. Par la suite, il ne sera pas possible de les "liker", retweeter ou partager. 


Ces nouveaux avertissements seront ajoutés en priorités aux tweets émis par de "gros" comptes. 

CRIMES DE GUERRE


Dans les alentours de Kharkiv, l'enquête sur de potentiels crimes de guerre contre les civils se poursuit. Plusieurs rapports font état de tanks tirant sur des villages et des camions de ravitaillement attaqués. Un deuxième procès pour crime de guerre s'est par ailleurs ouvert.

ÉTATS-UNIS


Le Congrès américain a validé jeudi le déblocage d'une enveloppe de 40 milliards de dollars pour l'Ukraine. Parmi ce paquet, 6 milliards de dollars doivent permettre à l'Ukraine de s'équiper en véhicules blindés et de renforcer sa défense anti-aérienne.


"Nous continuons à penser que ce conflit va durer", a mis en garde un haut responsable du ministère américain de la Défense. "Les Russes ont encore à leur disposition une part importante des capacités qu'ils avaient amassées depuis l'automne" aux frontières, a-t-il souligné. 

COLÈRE 


Des représentants du cinéma ukrainien ont dénoncé "la propagande russe" ce jeudi à Cannes. Pour eux, le réalisateur Kirill Serebrennikov n’a rien à faire sur la Croisette, quand bien même il figure dans le viseur du Kremlin. Le réalisateur de "La Femme de Tchaïkovsky" s’est pourtant dit fermement opposé à la guerre.

DIPLOMATIE 


Les chefs d'état-major américain et russe se sont parlé jeudi au téléphone, pour la première fois depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine, a annoncé le Pentagone.


Le général Mark Milley et le général Valéri Guerassimov "ont discuté de plusieurs sujets de préoccupation en matière de sécurité", a précisé le porte-parole de l'état-major américain, le colonel Dave Butler. 


D'un commun accord, ils ont décidé de ne pas publier les détails de leur conversation.

POURPARLERS


L'ONU a exhorté  jeudi la Russie et l'Ukraine à reprendre les pourparlers en Turquie, qui sont au point mort, en s'appuyant sur les contacts pris pour les opérations d'évacuation à Marioupol. Ces dernières "n'auraient pas pu avoir lieu bien sûr sans la coopération entre les autorités de la Fédération russe et de l'Ukraine", a déclaré le responsable de l'ONU pour les situations d'urgence, Martin Griffiths. 


"J'aime à croire que le fait que cette coopération a fonctionné relativement bien, en tout cas beaucoup mieux que les semaines précédentes, est quelque chose sur quoi on peut bâtir", espère-t-il. "Nous devons insister sur la vertu du dialogue pour mettre fin à cette guerre". "Il nous faut retourner " à la table de négociation, martèle-t-il. 

PROCUREURS DES COURS SUPRÊMES DE L'UNION EUROPÉENNE


Une déclaration commune concernant l’Ukraine a été adoptée à l'issue de la conférence des procureurs des cours suprêmes judiciaires des États membres de l’Union européenne, qui s’est tenue les 12 et 13 mai à Vienne. L'instance "condamne fermement la guerre d'agression menée par la Russie contre l'Ukraine et les graves crimes commis à la suite des actes de guerre". L'ensemble des procureurs appellent à mettre "fin à la guerre immédiatement" et expriment "leur pleine solidarité" aux Ukrainiens. 

CRISE ALIMENTAIRE


Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, s'est entretenu jeudi avec son homologue britannique, Liz Truss. Ils ont notamment échangé autour des "moyens de débloquer les exportations alimentaires de l'Ukraine". "La Russie porte l'entière responsabilité non seulement pour avoir tué, torturé et violé des Ukrainiens, mais aussi pour avoir affamé des gens dans le monde entier, y compris en Afrique", a fustigé le chef de la diplomatie ukrainienne. 

PROCÈS 


Après avoir reconnu l'assassinat d'un homme de 62 ans, Vadim Chichimarine a présenté ses excuses à la veuve de la victime, au deuxième jour de son procès à Kiev. Il s'agit du premier procès pour crime de guerre depuis l'invasion russe de l'Ukraine

BOMBARDEMENTS 


Au moins 12 personnes sont mortes dans des bombardements russes jeudi à Severodonetsk, ont annoncé les autorités locales. 40 blessés sont également à dénombrer. Le bilan pourrait s'alourdir dans les prochaines heures, vu l'impossibilité d'inspecter les zones bombardées.


Les Russes "ont commencé à bombarder dans la matinée le centre régional de manière aléatoire avec des armes lourdes. Les bombardements se poursuivent", a fustigé sur Telegram, Serguiï Gaïdaï.

DIPLOMATIE 


Dans une succession de posts sut Twitter, le ministère des Affaires étrangères français a expliqué pourquoi, selon lui, les demandes de la Finlande et de la Suède d'adhésion à l'Otan ne constituent pas une "escalade", comme le prétend la Russie. 


Moscou a "unilatéralement déclenché une guerre contre l'Ukraine", rappelle le Quai d'Orsay. Par ailleurs, l'Otan "est une alliance défensive [qui] n'alimente aucune escalade contre la Russie [...] et n'est pas impliquée dans la guerre" que mène le Kremlin contre Kiev, ajoute-t-il. 

OTAN 


Joe Biden a affirmé jeudi que la Finlande et la Suède, qui ont officiellement déposé leur candidature, remplissaient "tous les critères" pour intégrer l'Otan. "Aujourd'hui, je suis fier de leur assurer qu'elles ont le soutien total et complet des États-Unis d'Amérique", a insisté le président américain. 


En parallèle, le président finlandais, Sauli Niinistö, s'est dit prêt à "discuter" avec la Turquie de ses "inquiétudes" quant à l'intégration des deux pays scandinaves dans l'alliance. "En tant qu'alliés au sein de l'Otan, nous défendrons la sécurité de la Turquie", a-t-il également lancé. De son côté, la Première ministre suédoise, Magdalena Andersson, a déclaré qu'un "dialogue" était en cours avec Ankara pour "résoudre" ces questions.

ÉTATS-UNIS


Le Congrès américain s'apprête, ce jeudi, à débloquer une gigantesque enveloppe de 40 milliards de dollars pour l'Ukraine. "Les mesures d'aide à l'Ukraine sont bien plus que de la simple charité", a estimé le chef des républicains au Sénat, Mitch McConnell. "La sécurité et les intérêts stratégiques américains seront façonnés par l'issue de ce conflit", a-t-il estimé, à quelques heures du vote à la chambre haute du Congrès. 

MOLDAVIE


"Nous poursuivrons la solidarité bilatérale avec la Moldavie", a déclaré jeudi Emmanuel Macron, lors d'une déclaration conjointe avec la présidente de la République de la Moldavie, Maia Sandu. Le chef d'État a notamment salué la "générosité" de Chisinau dans l'accueil des réfugiés ukrainiens. "Nous avons déjà apporté des aides significatives sur le plan financier, humanitaire et humain", rappelle-t-il également, promettant de rester "particulièrement attentif à la sécurité et à l'intégrité territoriale" du petit pays d'Europe orientale. 


Par ailleurs, le pensionnaire de l'Élysée a dit espérer que la Commission rende sa décision "rapidement" sur la candidature de la Moldavie à l'Union Européenne. 

ROUMANIE


La France a déployé en Roumanie un système de défense sol-air de dernière génération face aux menaces que fait peser le conflit en Ukraine, a indiqué jeudi l'état-major des Armées. "Mis en œuvre par une centaine d’aviateurs, le système sol-air moyenne portée Mamba (...) peut assurer une bulle de protection au profit des forces qui opèrent dans la zone", a-t-il expliqué dans un communiqué. 


Ce nouvel armement est, d'abord et avant tout, "destiné à protéger la base aérienne de l'Otan" qui accueille plusieurs milliers de soldats. "C'est sa première vocation", a insisté le colonel Pascal Ianni.

OTAN


Jens Stolenberg a annoncé jeudi que l'Otan voulait répondre aux "inquiétudes" de la Turquie, hostile à l'entrée de la Finlande et de la Suède dans l'organisation. 


"Bien sûr, nous voulons répondre aux inquiétudes que la Turquie a exprimées" afin de trouver un "accord pour aller de l'avant", a déclaré à Copenhague le patron de l'alliance, réaffirmant sa "confiance" en une "décision rapide" pour accueillir les deux pays nordiques.

OMS


Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, s'est entretenu jeudi avec Sergueï Lavrov. Les deux hommes ont notamment discuté de la situation sanitaire en Ukraine. 

PROCÈS 


Le Parquet ukrainien a requis jeudi la prison à perpétuité, la peine maximale, à l'encontre du premier soldat russe jugé pour crime de guerre à Kiev, accusé d'avoir abattu un civil fin février.


Plus précisément, le procureur a demandé au tribunal de prononcer "une peine de privation de liberté à vie" pour Vadim Chichimarine, 21 ans. Ce dernier s'est excusé pour son crime. "Je sais que vous ne pourrez pas me pardonner, mais je vous demande quand même pardon", a-t-il plaidé, se réfugiant derrière les ordres reçus. 


L'audience a été suspendue sur demande de la défense. Elle reprendra demain à 11h.

HUMANITAIRE


Le Comité international de la Croix-Rouge a indiqué jeudi qu'elle procédait à l'enregistrement des combattants qui étaient retranchés dans l'usine Azovstal, y compris les blessés. "Le processus d'enregistrement facilité par le CICR consiste à recueillir auprès de chaque prisonnier des données personnelles telles que son nom, sa date de naissance et le nom de son plus proche parent. (…) Le CICR ne transporte en revanche pas de prisonniers de guerre vers leurs lieux de détention", précise l'organisation dans un communiqué

CRISE ALIMENTAIRE


Moscou a affirmé que la Russie s'était préparée dès la fin 2021 à la crise alimentaire qui a touché le monde avec le déclenchement du conflit ukrainien en février 2022. Pour le conseiller du Kremlin, Maxim Orechkine, "la principale cause de la faim dans le monde qui aura lieu cette année, ce sont les mesures économiques irréfléchies des États-Unis, de l'UE", explique-t-il, faisant référence aux sanctions qui frappent la Russie et qui minent ses capacités d'exportations d'engrais et de blé.

LE RÔLE DE LA TURQUIE


Jeudi, Recep Tayyip Erdogan, s'est de nouveau dit "résolu" à contrer la demande d'adhésion à l'Otan des deux pays nordiques. D'après lui, les deux pays "hébergent les terroristes chez eux, le PKK et l'YPG". Explications

SANCTIONS ALLEMANDES


L'ex-chancelier allemand Gerhard Schröder, proche de Vladimir Poutine et détenteur de plusieurs mandats dans des groupes russes, a été privé d'une partie de ses avantages d'ex-dirigeant, dont l'attribution de bureaux, a-t-on appris jeudi de source parlementaire.


"Les groupes parlementaires de la coalition ont tiré les conséquences du comportement de l'ancien chancelier et lobbyiste Gerhard Schröder face à l'invasion russe en Ukraine", indique la commission budgétaire du Bundestag, la chambre basse du parlement allemand. Il conserve cependant sa protection policière et sa pension de retraite d'ex-chancelier (1998-2005).

L'AMBASSADE SUISSE DE RETOUR À KIEV


Deux mois et demi après sa fermeture, le ministère des Affaires étrangères suisse annonce la réouverture de son ambassade à Kiev sur Twitter.

ERDOGAN RÉSOLU À BLOQUER LA FINLANDE ET LA SUÈDE


Dans le même temps, le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est de nouveau dit "résolu" à contrer la demande d'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'Otan. "Nous avons informé nos amis que nous dirons non à la Finlande et à la Suède qui veulent rejoindre l'Otan et nous persisterons dans cette voix", a déclaré le chef de l'État, qualifiant l'Alliance atlantique, de "nid de terroristes".

MARIO DRAGHI EN TURQUIE


Le Premier ministre italien Mario Draghi a indiqué qu'il ira en Turquie en juillet prochain pour des discussions sur le conflit en Ukraine. "Début juillet, je serai à Ankara pour une rencontre bilatérale, la première du genre en dix ans", a-t-il déclaré, dans une intervention au Sénat. "Nous discuterons des négociations et des perspectives diplomatiques sur le conflit (en Ukraine) et le renforcement des relations entre l'Italie et la Turquie", a-t-il précisé.

LA VIE SOUS LES BOMBES MONTRÉE À CANNES


Emotion à Cannes avec "Mariupolis 2", projeté jeudi, dernier film du Lituanien Mantas Kvedaravičius, tué fin mars en Ukraine, en tentant de quitter la ville-martyre assiégée par les Russes d'où il documentait la guerre. Le film qui a failli ne jamais exister "donne à voir la vie qui continue sous les bombes" et compile les images tournées par le documentariste, selon les termes du Festival. 


Le film a été ajouté à la dernière minute par les organisateurs du Festival, qui avaient promis une 75e édition où l'Ukraine serait "dans tous les esprits" et déjà marquée lors de la cérémonie d'ouverture par l'intervention, depuis Kiev, du président et ancien acteur Volodymyr Zelensky.

LONDRES SANCTIONNE LES PRINCIPALES COMPAGNIES AÉRIENNES RUSSES


Le gouvernement britannique met en place de nouvelles sanctions visant les principales compagnies aériennes russes, dont Aeroflot, leur interdisant de revendre leurs créneaux aéroportuaires, en représailles de l'invasion de l'Ukraine. Ainsi, Aeroflot, Ural Airlines et Rossiya Airlines ne pourront plus revendre leurs créneaux d'atterrissage (slots) qu'elles n'étaient plus autorisées à utiliser dans les aéroports britanniques, estimés jusqu'à 50 millions de livres sterling (59 millions d'euros), précisé le gouvernement dans un communiqué. 


"Tant que (le président russe Vladimir) Poutine continuera son attaque barbare contre l'Ukraine, nous continuerons à cibler l'économie russe", a déclaré la cheffe de la diplomatie britannique, Liz Truss. 

LE SITE D'AZOVSTAL EN IMAGES


Marioupol, bientôt aux mains des Russes ? Notre reporter, Jérôme Garro, a pu visiter en exclusivité, accompagné des forces russes, les tunnels dévastés du site industriel d'Azovstal. En voici les images.

Guerre en Ukraine : Immersion dans le dédale d'AzovstalSource : TF1 Info
JT Perso

CONTACT CONSTANT


Sur Twitter, le président ukrainien assure avoir un "contact constant" avec Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne. "Nous avons discuté de la proposition de plateforme pour la reconstruction de l'Ukraine, qui devrait devenir une réussite commune", a-t-il précisé. 

CINQ DIPLOMATES PORTUGAIS EXPULSÉS


La Russie annonce l'expulsion de cinq diplomates portugais en représailles à celle de 10 diplomates russes décidées par le pays européen et la convocation de l'ambassadeur du Portugal en Russie au ministère russe des Affaires étrangères. Moscou a précisé qu'ils avaient 14 jours pour quitter le pays.


Mercredi, la présidence russe avait déjà annoncé l'expulsion de 34 diplomates français, 27 diplomates espagnols et 24 diplomates italiens, en riposte à des mesures similaires dans ces pays, décidées après le début de l'offensive russe en Ukraine le 24 février.

PARDON


Le soldat russe jugé à Kiev pour crime de guerre "demande pardon" à la veuve du civil ukrainien tué, selon l'AFP. "Je sais que vous ne pourrez pas me pardonner, mais je vous demande pardon", a dit le sous-officier de 21 ans, Vadim Chichimarine, lors d'un échange avec Katerina Chelipova, la veuve de l'homme de 62 ans qu'il reconnaît avoir tué dans le nord-est de l'Ukraine le 28 février.

LA FILIALE RUSSE DE GOOGLE VA DÉPOSER LE BILAN


La filiale russe du géant américain Google, dont le compte en banque a été saisi par les autorités russes, a annoncé son intention de déposer le bilan, mais continuera de fournir ses services gratuits dans le pays. "La saisie par les autorités russes du compte en banque de Google Russia empêche notre bureau en Russie de fonctionner, d'employer et de payer nos employés sur place, de payer les fournisseurs et vendeurs, et d'honorer d'autres obligations financières", a expliqué un porte-parole du groupe. "Les gens en Russie comptent sur nos services pour avoir accès à une information de qualité et nous continuerons à maintenir les services gratuits tels que Search, YouTube, Gmail, Maps, Android et Play", a-t-il précisé.

GAZPROM


Environ la moitié des entreprises étrangères qui ont conclu un contrat de fourniture de gaz avec le géant russe Gazprom ont ouvert un compte en roubles auprès de Gazprombank pour honorer leurs paiements, a indiqué jeudi le vice-Premier ministre russe Alexandre Novak, cité par Ria Novosti. Selon le ministre, "54 entreprises" sont liées par un contrat avec Gazprom Export.


"Selon mes chiffres, environ la moitié ont déjà ouvert dans notre banque des comptes spéciaux - en devises et en roubles - pour permettre le virement en devises, leur conversion en roubles et le paiement du gaz fourni en roubles", a-t-il précisé. "Dans les prochains jours, nous aurons la liste définitive de ceux qui ont payé en roubles et ceux qui ont refusé de payer", a-t-il ajouté.

LA CENTRALE NUCLÉAIRE DE ZAPORIJJIA


La Russie veut couper l'Ukraine de sa centrale nucléaire de Zaporijjia, occupée par l'armée russe, sauf si Kiev paye Moscou pour l’électricité produite, a indiqué un vice-Premier ministre, Marat Khousnoulline. Cette déclaration rejoint celle d'autres responsables russes ces dernières semaines qui laissent entendre que la Russie prépare une occupation durable, voire une annexion des zones du sud de l'Ukraine qu'elle contrôle.


"Si le système énergétique de l'Ukraine est prêt à prendre et payer, alors (la centrale) pourra tourner pour l'Ukraine. Si (l'Ukraine) n'accepte pas, alors (la centrale) tournera pour la Russie", a déclaré Marat Khousnoulline, lors d'un déplacement, ce mercredi, sur le site de l'installation nucléaire, ont rapporté les agences russes.

L'ITALIE COMPTE S'AFFRANCHIR DE LA DÉPENDANCE AU GAZ RUSSE


L'Italie devrait "devenir indépendante du gaz russe au second semestre 2024", a estimé jeudi le chef du gouvernement Mario Draghi. "Nous avons agi rapidement pour réduire la part de gaz naturel que nous importons de Russie", soit 40 % du total en 2021, et "les premiers effets" de cette politique "se ressentiront dès la fin de l'année 2022", a-t-il déclaré devant les sénateurs.

"UN TRAITEMENT DE SECONDE ZONE"


Peu après les propos du chancelier allemand contre une adhésion "raccourcie"  de l'Ukraine à l'Union européenne, Kiev dénonce un "traitement de seconde zone" par "certaines capitales", fustige le chef de la diplomatie ukrainienne. 


"L'ambiguïté stratégique sur la perspective européenne de l'Ukraine pratiquée par certaines capitales de l'UE au cours des dernières années a échoué et doit cesser", a-t-il affirmé sur Twitter

1730 MILITAIRES UKRAINIENS 


Depuis lundi, au total, 1.730 militaires ukrainiens d'Azovstal, à Marioupol, se sont rendus, selon le ministère russe. "Au cours des 24 dernières heures, 771 combattants du régiment nationaliste Azov se sont rendus sur le site sidérurgique d'Azovstal à Marioupol. Au total depuis le 16 mai, 1.730 combattants, dont 80 blessés, se sont constitués prisonniers", indique le ministère dans un communiqué.

L'ALLEMAGNE RÉTICENTE


Le chancelier allemand Olaf Scholz n'est pas favorable à un "raccourci" pour une adhésion rapide de l'Ukraine à l'Union européenne. "Le fait qu'il n'y ait pas de raccourci sur la voie de l'adhésion à l'UE (de l'Ukraine) est un impératif d'équité envers les six pays des Balkans occidentaux" qui souhaitent de longue date rejoindre le bloc européen, a-t-il souligné lors d'un discours devant les députés du Bundestag. Le président français "Emmanuel Macron a raison de souligner que le processus d'adhésion n'est pas une affaire de quelques mois ou de quelques années", a-t-il ajouté.

"JE VEUX DIRE... DE L'UKRAINE"


S'exprimant à Dallas sur la guerre en Ukraine, l'ancien président américain George W. Bush a effectué, hier soir, un lapsus plutôt équivoque. "Le résultat est une absence de freins et de contrepoids en Russie et la décision d'un seul homme de lancer une invasion totalement injustifiée et brutale de l'Irak", a-t-il déclaré avant de se reprendre. "Je veux dire... de l'Ukraine."

LE BILAN UKRAINIEN


Dans son bilan quotidien, le ministre ukrainien de la Défense indique, ce jeudi, que près de 28.500 soldats russes ont perdu la vie, mais aussi que 203 avions, 167 hélicoptères, 13 bateaux ou encore 1254 tanks ont été détruits depuis le début du conflit en février dernier.

L'ANTAGONISME ENTRE LES AMÉRICAINS ET LES RUSSES


"Dans l'inconscient américain, l'antagoniste, c'est le Russe", a expliqué le Général Gomart sur LCI, assurant par conséquent que les Américains étaient dans la logique de "détruire une grande partie de l'armée russe". Une démarche bien différente de la France, a souligné le Général Gomart, répétant le souhait d'Emmanuel Macron de ne pas "humilier" la Russie. 


Par ailleurs, le militaire a malgré tout rappelé que l'ennemi de la Russie, c'était l'Otan. Il a cependant indiqué qu'il ne pensait pas Vladimir Poutine capable de déclarer la guerre à l'alliance atlantique. "L'Otan est beaucoup plus fort en terme matériel, en terme d'équipement, que lui ne l'est", a précisé le Général Gomart, partageant ses doutes sur la possibilité de la part de la Russie de pouvoir se sortir de la guerre "par le haut". 

LA CHUTE DU PIB RUSSE


Les conséquences des sanctions occidentales vont faire mal pour des années durant. Selon le ministère russe du Développement économique, mercredi 18 mai, l'économie du pays devrait chuter de 7,8 % et 8,8 % en 2022.

LA FIN DE LA GUERRE TOUJOURS INCERTAINE


Pointant l'équilibre qui s'est mis en place entre les forces ukrainiennes et les forces russes sur le terrain, le Général Gomart n'est pas parvenu à donner une estimation sur la fin du conflit. À Severodonestk, que les Russes tentent de conquérir, l'ancien dirigeant des renseignements a salué la grande résistance des Ukrainiens. "Je ne suis pas convaincu que les Russes parviennent à percer", a-t-il indiqué. 


De manière générale, Christophe Gomart a avoué que le conflit pouvait encore durer longtemps. "Les Ukrainiens pensent que la victoire est possible, les Russes pensent que la défaite est impossible", a-t-il souligné, qui a rappelé par ailleurs qu'il ne fallait pas sous-estimer les Russes, "qui ont encore des réserves". 

SOLDATS UKRAINIENS D'AZOVSTAL : "ON NE PEUT QUE SALUER LEUR COURAGE ET LEUR DÉTERMINATION"


Selon le Général Gomart, 1000 soldats ukrainiens retranchés dans l'usine Azovstal de Marioupol ont été évacués et il en resterait toujours quelques centaines au sein de l'usine, notamment les chefs du régiment Azov, qui n'ont pas encore été vus. Parallèlement, les soldats faits prisonniers par les Russes sont interrogés et internés, d'après Christophe Gomart. 

Plein soutien pour les nouveaux candidats à l’Otan. Après avoir affiché un appui déterminé à la demande d'adhésion à l'Otan de la Finlande et de la Suède, promettant d'être à leur côté en cas de menace russe et s'activant pour lever l'opposition turque, Joe Biden doit accueillir jeudi la Première ministre suédoise Magdalena Andersson et le président finlandais Sauli Niinistö à la Maison Blanche.

Le démocrate s'est dit dans un communiqué "impatient de travailler avec le Congrès américain et avec nos alliés de l'Otan pour faire rapidement entrer la Finlande et la Suède dans la plus solide alliance de défense de l'histoire".

Dans le même temps, le premier procès pour crimes de guerre à l’encontre d’un soldat russe qui s’est ouvert mercredi se poursuit à Kiev, tandis que les combats se poursuivent dans l'est de l'Ukraine, à Marioupol notamment

Suivez les dernières informations dans le fil ci-dessous :


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info