"Nous nous approchons dangereusement d'un accident nucléaire" à Zaporijjia, a mis en garde lundi le patron de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).
Rafael Grossi a dénoncé les récentes attaques contre la centrale nucléaire ukrainienne.
Suivez les dernières informations en direct.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

LA MISE EN GARDE DE JOE BIDEN

Joe Biden a réitéré ce lundi un appel pressant au Congrès d'adopter un budget de dizaines de milliards de dollars d'aide militaire pour l'Ukraine, actuellement bloqué par l'opposition républicaine. "Le Congrès doit adopter ce financement" pour l'Ukraine "et il doit le faire maintenant, maintenant", a affirmé le président américain devant les journalistes en recevant le Premier ministre tchèque, Petr Fiala, à la Maison Blanche.


Une enveloppe de 60 milliards de dollars pour Kiev, réclamée par le président démocrate, est bloquée au Congrès américain depuis des mois, tout comme une autre enveloppe pour Israël. "Comme la République tchèque le sait trop bien, la Russie ne s'arrêtera pas à Ukraine et l'impact sur l'Otan serait significatif", a prévenu le président américain, selon qui Vladimir Poutine "ne s'arrêtera pas, mettant en péril l'Europe, les États-Unis et le monde entier si on ne l'arrête pas en Ukraine."

ZAPORIJIA : "NOUS NOUS RAPPROCHONS D'UN ACCIDENT NUCLÉAIRE"

"Nous nous approchons dangereusement d'un accident nucléaire" à Zaporijia, a mis en garde ce lundi le patron de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Rafael Grossi, dénonçant les récentes attaques contre la centrale nucléaire ukrainienne. Le site de Zaporijia a subi une série d'attaques de drones à partir du 7 avril, Moscou et Kiev se rejetant mutuellement la responsabilité.


"Ces attaques irréfléchies", les premières à viser directement la plus grande centrale d'Europe depuis novembre 2022, "doivent cesser immédiatement", a plaidé Rafael Grossi lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU dédiée à cette question. "Bien qu'heureusement, elles n'aient pas provoqué d'incident radiologique cette fois-ci, elles ont largement augmenté le risque à la centrale de Zaporijia, où la sûreté nucléaire est déjà compromise."

AVOIRS RUSSES

Les États-Unis espèrent que les réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale, qui débutent ce mardi à Washington, permettront de faire avancer, avec les pays partenaires, le projet d'utiliser les avoirs gelés de la Russie pour armer l'Ukraine et la reconstruire, selon un responsable du Trésor.


"Nous espérons que ces discussions porteront sur les moyens de libérer la valeur des actifs souverains russes immobilisés afin de soutenir la résistance continue de l'Ukraine et sa reconstruction à long terme", a déclaré un responsable du département américain au Trésor, lors d'un point presse téléphonique. Il a jugé "important" de profiter de ces réunions, au cours desquelles "tous les ministres sont réunis, ce qui n'est pas tous les jours", et représente "une opportunité" de progresser sur cette question.

ACCORD UKRAINE-NORVÈGE

L'Ukraine et la Norvège, toutes deux voisines de la Russie, se sont entendues sur les termes d'un accord de sécurité bilatéral, a annoncé ce lundi le chef de la diplomatie norvégienne lors d'une visite à Kiev.


"La Norvège fournira un soutien militaire, politique, financier et humanitaire à long terme à l'Ukraine", a déclaré Espen Barth Eide après une rencontre avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky. "L'accord démontre notre engagement politique clair à continuer de soutenir l'Ukraine comme nous le faisons depuis l'attaque brutale et à grande échelle de la Russie il y a plus de deux ans", a-t-il ajouté.

DEUX MORTS DANS UNE FRAPPE SUR UNE ÉCOLE

Une frappe aérienne russe sur une école a tué ce lundi au moins deux civils et fait deux blessés dans la région de Kharkiv, indiquent les autorités locales ukrainiennes. "Deux hommes de 63 et 65 ans sont morts sur place", précise le gouverneur, Oleg Sinegoubov, sur Telegram, ajoutant que deux femmes de 63 et 66 ans avaient été blessées et hospitalisées.


D'après lui, une "bombe aérienne guidée" a touché un "établissement scolaire" dans la localité de Loukyantsi, située au nord de Kharkiv et tout près de la frontière russe.

BOMBARDEMENT

Des tirs de roquettes russes ont tué quatre civils à Siversk, dans la région de Donetsk (Est), en Ukraine, ont indiqué lundi les autorités locales ukrainiennes.


"La ville (de Siversk) a été bombardée hier soir avec des lance-roquettes multiples. Il a été établi que quatre hommes âgés de 36 à 86 ans ont été tués", a indiqué le gouverneur Vadym Filachkine sur les réseaux sociaux.


Cette ville minière était peuplée de 11.000 habitants avant l'invasion russe. Elle se situe près du front et subit des bombardements très fréquents. 

DEFENSE ANTI-AÉRIENNE

"Chaque jour, nous mettons tout en œuvre pour renforcer la défense aérienne de l'Ukraine. Je suis reconnaissant à l’Allemagne pour son leadership et pour le nouveau système Patriot qui, entre les mains des Ukrainiens, démontrera que la terreur russe peut être vaincue", affirme Volodymyr Zelensky sur X. "Je suis reconnaissant envers tous les pays qui cherchent véritablement des moyens d’aider notre pays et qui l’aident réellement. Nous continuerons de travailler avec nos partenaires sur cette question", ajoute le président ukrainien. 

BIENVENUE

Bonjour, bienvenue sur ce live consacré à l'actualité autour de la guerre en Ukraine. 

L'alerte est sérieuse. L'Ukraine a admis dimanche que la situation était "tendue" sur le front est, où une armée russe "en supériorité numérique" pousse toujours plus afin de s'emparer de la localité stratégique de Tchassiv Iar, face à des forces ukrainiennes aux faibles stocks de munitions. Le ministre ukrainien de la Défense Roustem Oumerov a affirmé avoir rendu visite à des soldats dans la zone où se déroulent actuellement les combats.

Sur ce front oriental, les troupes russes, tentent une percée "à l'ouest de Bakhmout", une ville qu'elles ont conquise en mai 2023 au terme d'une bataille particulièrement sanglante et destructrice, a-t-il dit. Un peu plus tôt, le commandant en chef de l'armée ukrainienne, le général Oleksandre Syrsky, avait lui aussi assuré que la Russie concentrait ses efforts sur cette zone afin de s'emparer de Tchassiv Iar, à environ 20 km à l'ouest de Bakhmout. Une telle conquête offrirait aux militaires russes une chance d'avancer dans la région.

La cité de Tchassiv Iar, perchée sur une hauteur, s'étend à moins de 30 kilomètres au sud-est de Kramatorsk, la principale ville de la région sous contrôle ukrainien et un important nœud ferroviaire et logistique. En s'en emparant, la Russie veut "créer les conditions d'une avancée plus profonde" vers Kramatorsk, a noté le commandant en chef. Cette offensive se produit à un moment très délicat pour l'armée ukrainienne, qui peine à recruter face à un adversaire dont les troupes sont mieux garnies et mieux équipées.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info