Le gouverneur d'une région russe frontalière a affirmé qu'une personne avait été tuée, mardi soir, dans un bombardement ukrainien.
La frappe aurait touché un centre pour déplacés proche de l'Ukraine à Belgorod.
Suivez les dernières informations sur le conflit.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

RUSSIE : UN MORT A BELGOROD


Une personne a été tuée et deux autres blessées dans un bombardement ukrainien sur un centre pour déplacés dans la région frontalière de Belgorod, a annoncé le gouverneur Viatcheslav Gladkov. 


"Les forces armées ukrainiennes ont tiré à l'artillerie sur un centre pour déplacés abritant des civils âgés et des enfants (...) un garde de sécurité a été tué et deux personnes blessées", a indiqué M. Gladkov sur Telegram. 


La région de Belgorod, frontalière de l'Ukraine, a été visée à de multiples reprises par des bombardements ukrainiens, ainsi que par des tentatives d'incursion de groupes armés venus d'Ukraine. 

ZAPORIJIA : 5 PRINCIPES CONCRETS


Le directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a appelé devant le Conseil de sécurité de l'ONU la Russie et l'Ukraine à soutenir cinq "principes concrets" pour assurer la sécurité de la centrale ukrainienne de Zaporijjia et éviter un "accident nucléaire". 


"Nous avons de la chance qu'un accident nucléaire n'ait pas encore eu lieu", a déclaré Rafael Grossi, rappelant que la centrale occupée par l'armée russe avait sept fois été coupée du réseau électrique, devant alors compter sur des générateurs d'urgence, "dernière ligne de défense contre un accident nucléaire", pour refroidir le réacteur. 


Dans l'optique de protéger le site nucléaire, il a présenté devant le Conseil ses "principes de bases nécessaires pour empêcher un accident nucléaire". Premier d'entre eux : "il ne doit y avoir aucune attaque d'aucune sorte depuis ou contre la centrale, en particulier ciblant les réacteurs, le combustible usé ou d'autres infrastructures, ou le personnel". 


Ces principes incluent également que le site ne soit pas utilisé pour stocker des armes lourdes ou du personnel militaire et que la centrale ne puisse être déconnectée du réseau électrique.  


"Les cinq principes de l'AIEA pour éviter un accident nucléaire sont ainsi établis. L'AIEA compte commencer à surveiller l'application de ces principes par l'intermédiaire de sa mission sur le site", a-t-il ajouté. 

 

Initialement évoquée, l'idée d'une zone démilitarisée autour du site a été abandonnée pour privilégier des mesures réalistes, acceptables à la fois par Kiev et Moscou. 

STRATÉGIE RUSSE


Les attaques quasi-quotidiennes sur Kiev visent à épuiser les défenses anti-aériennes ukrainiennes, estiment des officiels et des experts consultés par l'AFP


"C'est leur réaction aux préparatifs de la contre-offensive ukrainienne", a ainsi assuré un haut-responsable ukrainien, qui a demandé à rester anonyme. "Ils tentent de limiter nos capacités : vider notre stock de missiles sol-air, et détourner nos forces", a-t-il ajouté, soulignant le faible coût des drones de fabrication iranienne Shahed employés par Moscou par rapport aux missiles de défense anti-aérienne modernes tirés par l'armée ukrainienne. 


Les forces russes tentent de localiser les systèmes de défense anti-aérienne ukrainiens et de les occuper afin qu'ils ne soient pas redéployés ailleurs, estime Oleksandr Kovalenko, observateur militaire au sein du groupe ukrainien "Information Résistance", qui lutte contre la propagande russe.


Selon le think-tank américain Institute for the Study of War, "les forces russes ont entamé une nouvelle campagne (...) afin de dégrader les capacités de contre-offensive de l'Ukraine"


Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, a de son côté tweeté que les attaques "visaient à épuiser la défense aérienne ukrainienne". Il a appelé les partenaires de l'UE et de l'OTAN à "accroître la production et la fourniture de systèmes de défense aérienne et de munitions".

SANCTIONS LITUANIENNES


La Lituanie a imposé des sanctions à l'égard de 15 citoyens russes liées à la répression visant une figure de proue de l'opposition en Russie, Vladimir Kara-Mourza. 


Les sanctions comprennent l'interdiction d'entrée dans ce pays balte membre de l'Union européenne et de l'Otan ainsi que le gel des avoirs qu'ils y détiennent. Les personnes sanctionnées sont principalement les juges et les procureurs qui ont joué un rôle dans la l'incarcération de M. Kara-Mourza qui a écopé le mois dernier à Moscou de 25 ans de prison. 


Vladimir Kara-Mourza, 41 ans, a été condamné pour "haute trahison", diffusion de "fausses informations" sur l'armée russe et travail illégal pour une organisation "indésirable". 

LE BURUNDI NEUTRE


Le Burundi a réaffirmé sa "neutralité" sur le conflit en Ukraine, estimant que "personne ne peut gagner cette guerre", lors d'une visite du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. 


En février, le Burundi, pays d'Afrique de la région des Grands lacs, s'était abstenu lors du vote de la dernière résolution en date de l'Assemblée générale de l'ONU appelant la Russie à retirer ses forces d'Ukraine. Au total, 22 des 54 États membres de l'Union africaine se sont abstenus ou n'ont pas pris part au vote, et deux pays - Érythrée et Mali - avaient voté contre.  

UN AN APRÈS


L'ONG Reporters Sans Frontières commémore par ce tweet le journaliste de BFM-TV, Frédéric Leclerc-Imhoff, tué il y a tout juste un an en Ukraine, par un tir russe. Il "se trouvait dans un camion humanitaire à Lyssytchansk, lorsqu'il a reçu un éclat d'obus dans le cou", rappelle RSF.

ATTAQUE SUR MOSCOU : WASHINGTON N'APPROUVE PAS


Les États-Unis ne soutiennent pas les attaques militaires visant la Russie sur son territoire, a affirmé le département d'État après une attaque de drones contre Moscou, attribuée au camp ukrainien par le Kremlin. 


"De façon générale, nous ne soutenons pas les attaques à l'intérieur de la Russie. Nous sommes concentrés sur la fourniture à l'Ukraine de l'équipement et de l'entraînement nécessaires pour reprendre son propre territoire souverain", a déclaré un porte-parole de la diplomatie américaine en marge d'une visite du secrétaire d'Etat Anthony Blinken en Suède.  


Mais la Russie a elle-même mené des frappes aériennes contre Kiev mardi, pour la 17e fois au cours du seul mois de mai, a souligné ce responsable. "La Russie a commencé cette guerre non provoquée contre l'Ukraine. La Russie pourrait la terminer à n'importe quel moment en retirant ses forces d'Ukraine au lieu de lancer des attaques brutales contre les villes et le peuple ukrainien tous les jours", a-t-il ajouté. 

DRONE LANCET


Ce petit drone rustique et peu coûteux de l'armée russe résiste aussi bien aux batteries adverses, qu'il parvient à détruire, qu'aux sanctions internationales qui n'affectent pas sa production.

POURQUOI LES SIRÈNES N'ONT PAS RÉSONNÉ ?


L'AFP a recueilli plusieurs réactions de Moscovites, après l'attaque de drones qui a visé la capitale russe.


Ainsi Maxime, 40 ans, qui habite près d'un imposant immeuble résidentiel dans le sud-ouest de Moscou dont l'un des drones a percuté le dernier étage, laissant une grande trace noire et brisant plusieurs vitres. "On dormait tous", témoigne-t-il, "il était 4 heures du matin. Puis, il y a eu deux explosions et les alarmes de toutes les voitures se sont déclenchées". "Pourquoi la défense aérienne n'a pas fonctionné ? Pourquoi les sirènes d'alerte n'ont pas résonné ?", s'étonne cet habitant de la rue  Atlassova.


Anna, 30 ans, habite aussi à côté de l'immeuble touché. Elle estime que "les nouvelles ne sont bien sûr pas rassurantes", mais que "l'essentiel, c'est qu'il n'y ait pas de victimes graves". "J'espère qu'il n'y aura pas de panique, on ne veut pas de ça, on verra bien ce qui arrivera", ajoute la jeune femme. 


Au 98 de la rue Profsoïouznaïa, les habitants ont également été surpris par les impacts. "On a ouvert brusquement les yeux", raconte Ekaterina Kloïane, une coiffeuse de 19 ans, "on a cru que c'était un accident de voiture. Mais non, c'était un drone qui avait touché notre maison".

1004 ATTAQUES SUR LE SYSTÈME DE SANTÉ UKRAINIEN


Plus d'un millier d'attaques contre le système de santé ukrainien ont été recensées depuis le début de l'invasion russe, le nombre le plus important jamais enregistré lors d'une situation d'urgence humanitaire, a dénoncé l'OMS. 


"Les 1.004 attaques vérifiées par l'OMS au cours des 15 derniers mois de guerre totale ont coûté la vie à 101 personnes au moins, personnels de santé et patients confondus, et en ont blessé beaucoup plus", a indiqué la branche Europe de l'Organisation mondiale de la santé dans un communiqué. Les attaques recensées touchent aussi bien les établissements de santé, les fournitures et les moyens de transport, y compris les ambulances. 

EN IMAGES : ATTAQUE DE DRONES SUR MOSCOU

POUTINE SATISFAIT DE LA DÉFENSE RUSSE


Le président russe se dit satisfait de la réaction du dispositif anti-aérien, qui aurait réussi à intercepter l'essentiel des huit drones lancés sur Moscou ce matin. La déclaration de Vladimir Poutine dans la vidéo ci-dessous.

Attaque de drones sur Moscou : Poutine satisfait de la réaction du dispositif anti-aérienSource : TF1 Info

MANŒUVRE DU COBRA


Les Vérificateurs de TF1info ont analysé les images du spectaculaire appontage d'un avion de chasse russe, dont la vidéo circule sur les réseaux pro-russes pour vanter l'excellence des pilotes. La séquence de la "manœuvre du Cobra" est d'autant plus réussie qu'elle est extraite d'un simulateur de vol... 

CONTRE-OFFENSIVE


Sur le plateau de LCI, Benjamin Cruard explique que le calendrier de la contre-offensive ukrainienne se précise.

LCI : le calendrier de la contre-offensive ukrainienne fixé ?Source : TF1 Info

DRONES SUR MOSCOU : POUTINE ACCUSE KIEV


Vladimir Poutine accuse l'Ukraine de chercher à "terrifier" la population russe après une attaque de drones sans précédent sur Moscou, tout en vantant la défense antiaérienne de la capitale, qui a fonctionné de manière "satisfaisante". 


"Le régime de Kiev a choisi (...) de terrifier la Russie, d'intimider les citoyens russes", a déclaré le maître du Kremlin dans des déclarations retransmises à la télévision publique. Il a par ailleurs estimé que l'attaque de drones était une réponse à une frappe russe sur le QG du renseignement ukrainien.

KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP

SCHOLZ CONDAMNE MOSCOU


Le chancelier allemand Olaf Scholz a "condamné" lors d'un entretien téléphonique avec Volodymyr Zelensky les "nouvelles attaques aériennes russes contre des cibles civiles".


Le dirigeant allemand a assuré au président ukrainien "que l'Allemagne poursuivrait son soutien à l'Ukraine, y compris dans le domaine militaire, en étroite coordination avec ses partenaires européens et internationaux", a précisé la chancellerie dans un communiqué. 

PRIGOJINE FUSTIGE LA DÉFENSE RUSSE


Après l'attaque coordonnée de drones sur Moscou, le chef de la milice Wagner s'en prend à la défense russe.

PASSEPORTS


La Russie a distribué 1,5 million de passeports aux habitants des régions qu'elle occupe en Ukraine, a annoncé mardi le Premier ministre Mikhaïl Michoustine, un moyen pour Moscou de renforcer son emprise sur ces territoires.


Des habitants de ces régions interrogés plus tôt en mai par l'AFP avaient expliqué subir des pressions pour obtenir un passeport russe, qui est devenu nécessaire pour toute une série de procédures administratives sur place.


"Depuis octobre dernier, près de 1,5 million de personnes originaires des nouvelles régions ont reçu un passeport russe", a déclaré M. Michoustine lors d'une réunion gouvernementale. Il a appelé à ce que les habitants des régions occupées "ressentent les changements réels qui s'opèrent dans les villes et les villages", notamment en termes de reconstruction, de "possibilités d'éducation" et de travail.

UNE METTEUSE EN SCÈNE RUSSE MAINTENUE EN DÉTENTION


Un tribunal russe a maintenu en détention la metteuse en scène Evguénia Berkovitch, qui s'est défendue de toute "apologie du terrorisme", comme l'accusent les autorités, en pleine répression des critiques du conflit en Ukraine. Cette artiste a été arrêtée à Moscou début mai avec l'auteure Svetlana Petriïtchouk pour une pièce écrite par Mme Petriïtchouk et mise en scène par Mme Berkovitch en 2020. Les deux femmes risquent sept ans de prison.

PAS DE MENACE POUR LES MOSCOVITES


Le Kremlin a assuré  qu'il n'y avait "pas de menace" pour les habitants de Moscou, quelques heures après une attaque spectaculaire de drones sur la capitale russe. "Il n'y a pas de morts, et pour le moment, il n'y a aucune menace pour les habitants de Moscou et de (sa) région", a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

"UNE RÉPONSE DE KIEV"


L'attaque sur Moscou est "une réponse" de Kiev aux récentes frappes russes en Ukraine, estime le Kremlin, qui a par ailleurs précisé que Vladimir Poutine était tenu informé "en direct" de la situation.


"Il est tout à fait clair que nous parlons d'une réponse de la part du régime de Kiev à nos frappes très efficaces contre l'un de ses centres de commandement", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, assurant que "le système de défense antiaérien (au-dessus de Moscou) a bien fonctionné".

UNE NUIT "PASSÉE EN PARTIE DANS LES ABRIS"


Selon l'ambassadeur français en Ukraine, les frappes de la nuit sur la capitale ukrainienne étaient les 16e depuis le début du mois de mai.

"LE TIMING DE LA CONTRE-OFFENSIVE EST ARRÊTÉ"


Selon le président ukrainien, le timing de la contre-offensive annoncée à plusieurs reprises par l'Ukraine pour le printemps a été arrêté et une date aurait été décidée.

Zelensky : "la date de l'offensive a été arrêtée"Source : TF1 Info

BILAN DE L'ATTAQUE DE DRONES EN UKRAINE


Une nouvelle attaque a visé Kiev dans la nuit. Selon l'armée ukrainienne, 31 drones auraient été envoyés et 29 ont été abattus, la plupart au-dessus de Kiev et sa région. Il s'agit de la troisième attaque aérienne russe sur la capitale en 24 heures.


"De 23 h 30 à 04 h 30 (20 h 30 à 01 h 30 GMT, ndlr), les troupes d'occupation russes ont attaqué l'Ukraine" avec 31 drones de fabrication iranienne Shahed-136/131 dont 29 ont été abattus, "presque tous près de la capitale et dans le ciel de Kiev", a affirmé l'armée de l'air ukrainienne sur Telegram.

"ATTAQUE TERRORISTE"


Suite à l'attaque de drones sur Moscou, le ministère de la Défense russe a accusé l'Ukraine d'"attaque terroriste". Huit drones auraient frappé la capitale russe, tous auraient été neutralisés.


"Ce matin, le régime de Kiev a mené une attaque terroriste avec des drones contre des sites à Moscou", a déclaré le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

OPTIMISME DU MINISTRE UKRAINIEN DE LA DÉFENSE


Dans une interview au quotidien français Ouest-France publiée hier, le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiy Reznikov, a évoqué la contre-offensive imminente de son armée contre les forces russes.


"Nous voulons briser la volonté des Russes de gagner cette guerre", a lancé le ministre, affirmant que cette contre-offensive vise à revenir aux "frontières de 1991 internationalement reconnues" de l'Ukraine, incluant la Crimée. "Nous avons de sérieuses chances de faire une percée durant l'été", a-t-il insité.

RÉUNION EN MOLDAVIE


Jeudi, près de 50 dirigeants européens se réuniront en Moldavie, petit pays qui assiste au plus près à l'invasion de l'Ukraine voisine par l'armée russe et vit dans la crainte des manœuvres de déstabilisation de Moscou.


Une participation du président ukrainien Volodymyr Zelensky donnerait encore plus de relief à ce rassemblement inédit, près de la capitale, Chisinau. Rien n'a été annoncé, mais il pourrait être au-rendez de la "famille européenne" après avoir sillonné la planète ces dernières semaines.

DRONES SUR MOSCOU : QUE SAIT-ON DE L'ATTAQUE ?


Plusieurs vidéos des drones arrivant sur Moscou ont été publiés sur les réseaux sociaux. Des images à retrouver dans la chronique ci-dessous.

Guerre en Ukraine : Moscou ciblé par une attaque de dronesSource : TF1 Info

REFUGE DANS LE MÉTRO


Suite à une rare attaque en plein jour, des habitants de Kiev se sont réfugiés dans le métro pour échapper aux bombardements.

Ukraine : frappes à répétition sur KievSource : TF1 Info

DES DRONES ABATTUS DANS LA RÉGION DE MOSCOU


Après l'annonce de la part du maire de Moscou d'une attaque drones qui a visé la capitale russe, le gouverneur de la région de Moscou, Andreï Vorobiov, a affirmé que plusieurs drones avaient aussi été abattus à proximité de la ville.


"Ce matin, les habitants de certains districts de la région de Moscou pouvaient entendre le bruit des explosions, c'était notre système de défense antiaérienne", a écrit Andreï  Vorobiov. "Plusieurs drones ont été abattus à l'approche de Moscou", a-t-il précisé, en appelant les habitants à "garder leur sang froid" et assurant que "tous les services de secours font leur travail".

ATTAQUE DE DRONES À MOSCOU 


La capitale russe a été visée à l'aube par une rare attaque de drones qui ont provoqué des dégâts "mineurs" sur des bâtiments sans faire de victimes, a indiqué le maire de Moscou Sergueï Sobianine. Des images diffusées sur les réseaux sociaux ont montré des traces de fumées dans le ciel. Sur d'autres, on peut voir une fenêtre d'un immeuble brisée.

ALERTES AILLEURS EN UKRAINE


Les sirènes d'alerte aérienne ont retenti dans la nuit à Kiev, mais aussi dans les régions de Cherkasy (centre), Kirovohrad, Mykolayiv et Kherson (sud).

HOSPITALISATION D'UNE FEMME DE 27 ANS


Plus tôt dans la nuit, le maire de Kiev, Vitali Klitschko avait annoncé qu'une femme de 27 ans avait été hospitalisée après une chute de débris sur le même quartier de Holosiivsky.


D'après l'administration civile et militaire, l'attaque nocturne a été menée à l'aide de drones, et d'autres chutes de débris ont provoqué l'incendie d'une maison dans le quartier de Darnytskyi, également dans le sud de la ville, et de trois voitures dans le quartier central de Pechersky. Des débris sont également tombés sur une entreprise dans le quartier de Svyatoshynskyi, dans l'ouest de Kiev.

NOUVELLE "ATTAQUE MASSIVE"


Une nouvelle "attaque massive" de drones russes a été menée cette nuit à Kiev, a rapporté le maire de la ville, Vitali Klitschko. Des débris ont chuté sur un immeuble de plusieurs étages dans le quartier de Holosiivsky, dans le sud de la capitale. "Une personne est morte, une vieille dame a été hospitalisée, deux victimes ont été soignées sur place", a indiqué le maire sur Telegram.


Selon l'administration civile et militaire de la ville, 20 personnes ont été évacuées de l'immeuble touché. "Les deux étages supérieurs sont détruits, il y a peut-être des personnes sous les décombres", a-t-elle fait savoir également sur Telegram.

BONJOUR


Bonjour et bienvenue dans ce direct consacré à la guerre en Ukraine. Retrouvez ici toutes les informations liées au conflit, débuté il y a 461 jours.

Les faits sont rares et inquiètent en Ukraine. La Russie a procédé lundi à des tirs nourris de missiles sur Kiev, provoquant la panique chez des habitants qui tentaient de se mettre à l'abri face à cette rare attaque lancée en pleine journée et après une nouvelle nuit de frappes sur l'Ukraine. "L'ennemi a effectué des frappes de missiles contre le territoire ukrainien, pour la deuxième fois en 24 heures", a déclaré le commandant en chef de l'armée ukrainienne, Valéry Zaloujny, assurant que tous les projectiles de cette attaque de la matinée avaient été abattus. "Au total, 11 missiles de type Iskander-M et Iskander-K ont été tirés depuis le nord" sur Kiev et sa région, a-t-il précisé. Côté russe, le gouverneur de la région frontalière de Belgorod, Viatcheslav Gladkov, a rapporté la mort d'un civil dans un bombardement ukrainien sur le village de Grafovka.

Autre fait rare, les autorités ukrainiennes ont admis publiquement la frappe d'un site militaire dans l'ouest du pays durant la nuit. L'administration régionale de Khmelnytsky, dans l'ouest, a indiqué qu'un site militaire avait été touché par une attaque russe pendant la nuit. Les autorités ont fait état d'"incendies dans des dépôts de combustible" et d'équipements militaires et d'une piste d'atterrissage endommagée. "Cinq appareils volants ont été mis hors service", a encore dit l'administration, sans plus de détails. Les autorités ukrainiennes ne font d'ordinaire quasiment pas état de leurs pertes militaires.

Peu après cette annonce, le ministère russe de la Défense a confirmé avoir frappé pendant la nuit "des aérodromes" en Ukraine et assuré avoir "détruit" toutes ses cibles, dont "du matériel aéronautique" et "des installations servant au stockage d'armes et de munitions".

Sur le front diplomatique, l'Ukraine a adopté une série de sanctions contre l'Iran, s'alignant sur les Occidentaux, et actant ainsi la rupture avec Téhéran, accusé de fournir des armes à Moscou, notamment des drones Shahed.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info