EN DIRECT - Guerre en Ukraine : la France dément avoir des "mercenaires" sur place

Publié le 18 janvier 2024 à 6h45, mis à jour le 18 janvier 2024 à 22h44

Le ministère des Affaires étrangères français dément avoir des "mercenaires" en Ukraine.
Près de deux ans après le début de la guerre, Kiev fait état d'une pénurie de munitions.
Suivez les dernières informations sur le conflit.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

UN IMMENSE EXERCICE MILITAIRE

L'Otan a annoncé jeudi qu'elle lancerait un vaste exercice militaire à partir de la semaine prochaine. Ces manœuvres, qui doivent durer plusieurs mois, impliqueront 90.000 soldats.

AVERTISSEMENT D'UN MINISTRE LITUANIEN

Si l'Ukraine n'inflige pas une défaite à la Russie, cela se terminera mal pour l'Europe, a déclaré jeudi à l'AFP le ministre lituanien des Affaires étrangères Gabrielius Landsbergis, avertissant que l'armée russe pourrait alors tenter d'avancer plus loin sur le continent européen. Selon le dirigeant, le vieux continent n'a "pas pris conscience de la réalité", à savoir du fait que ce qui se passe en Ukraine est "la guerre de l'Europe", et a appelé ce continent à faire davantage pour se préparer à toute éventuelle future agression d'autres pays européens par la Russie. 


"Il n'y a aucun scénario dans lequel si l'Ukraine ne gagne pas, cela pourrait bien se terminer pour l'Europe", a mis en garde le ministre lituanien, prévenant qu'"il est possible que la Russie ne soit pas contenue en Ukraine". L'un des moyens pour l'Europe de faire davantage en vue de se protéger serait de procéder à "des achats communs, nous pourrions nous procurer les choses nécessaires à la défense de l'Europe", a-t-il encore estimé. 

VISITE

L'ambassadrice américaine à Moscou, Lynne Tracy, a pu rendre visite vendredi au journaliste Evan Gershkovich, emprisonné en Russie depuis fin mars 2023 pour des accusations d'espionnage qu'il rejette fermement. Evan Gershkovich, journaliste au Wall Street Journal, "reste inébranlable et reconnaissant du soutien de ses amis, de sa famille et de ses sympathisants", a indiqué sur Telegram l'ambassade américaine en Russie, qui a de nouveau appelé à sa "libération immédiate".

DÉMENTIS DE LA FRANCE

La France "n'a pas de mercenaires" en Ukraine, a déclaré jeudi le ministère français des Affaires étrangères. Mercredi, la Russie a affirmé avoir visé un bâtiment à Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, où se trouvaient des "mercenaires français".

CONVOCATION

Selon l'agence de presse russe TASS, l'ambassadeur de France en Russie, Pierre Levy, a été convoqué jeudi au ministère russe des Affaires étrangères. "En relation avec la destruction par les forces armées russes d'un point de déploiement temporaire de militants étrangers à Kharkiv, parmi lesquels se trouvaient plusieurs dizaines de Français, l'ambassadeur de France a été convoqué au ministère des Affaires étrangères", a indiqué la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova. 

COMMANDEMENT D'UNE FORCE TERRESTRE MULTINATIONALE

La France a pris jeudi le commandement pour un an d'une force terrestre multinationale de l'Otan pouvant atteindre 120.000 hommes, susceptible d'être déployée en cas d'alerte concernant l'un de ses membres.


Le général de corps d'armée Emmanuel Gaulin, commandant du Corps de réaction rapide France (CRR-Fr), basé à Lille (nord), a reçu du général de brigade Arslan du CRR turc le fanion symbolisant la transmission de cette alerte, effective depuis début janvier. "La guerre en Ukraine (...) nous rappelle que nous devons être prêts, prêts à mettre toutes nos forces dans nos efforts collectifs de dissuasion, pour dissuader notre ennemi, notre adversaire, de troubler la paix", a souligné le général Gaulin lors de la cérémonie, avertissant que "tout est possible, même l'impensable". 


Le CRR-Fr compte environ 450 militaires de 14 nationalités. Il est le seul état-major multinational de l'armée de terre, opérationnel et déployable, qui remplit des missions pour la France, l'Otan et l'Union européenne. 

CANONS CAESAR

Le ministre des Armées Sébastien Lecornu a annoncé ce jeudi le déblocage d'une somme de 50 millions d'euros sur le fond de soutien français à l'Ukraine. Cette somme va permettre d'acheter 12 canons Caesar produits par Nexter. Ces 12 Caesar, produits par Nexter, s'ajouteront aux 49 déjà déployés en Ukraine et aux six commandés qui doivent être livrés "dans les prochaines semaines", selon le ministère.

EXERCICE DE L'OTAN

L'Otan a annoncé jeudi le lancement la semaine prochaine d'un vaste exercice militaire, le plus important "depuis des décennies", qui s'étalera sur plusieurs mois et impliquera quelque 90.000 soldats de l'Alliance.


"Ce sera une démonstration claire de notre unité, de notre force et de notre détermination à nous protéger les uns les autres", a fait savoir le commandant suprême des forces alliées en Europe (Saceur), le général américain Christopher Cavoli, à l'approche des deux ans du début de l'invasion russe en Ukraine.

UN DÉPÔT PÉTROLIER CIBLÉ

L'Ukraine a attaqué un dépôt pétrolier du nord de la Russie dans la nuit à l'aide de drones, a indiqué jeudi à l'AFP une source au sein des services de sécurité ukrainiens, nouvel exemple de frappe sur le territoire russe. Des cibles ont été touchées, a-t-elle fait savoir. 


D'après cette source, le renseignement militaire ukrainien est responsable de cette opération dans la région de Léningrad (nord-ouest) autour de Saint-Pétersbourg et est située à près de 1000 km de la frontière ukrainienne.

DÉMENTI DE PARIS

La France dément avoir des "mercenaires" en Ukraine, a indiqué jeudi le ministère des Affaires étrangères. "La France n'a pas de mercenaires, ni en Ukraine, ni ailleurs, contrairement à d'autres. Il s'agit d'une nouvelle manipulation grossière russe. Il ne faut pas lui donner plus d'importance qu'aux précédentes et qu'aux suivantes qui ne manqueront pas d'arriver", a souligné le Quai d'Orsay.

PÉNURIE DE MUNITIONS

L'armée ukrainienne est confrontée à une "pénurie de munitions", affirme ce jeudi le ministre de la Défense, jugeant qu'il s'agit d'un problème "réel et pressant" pour contrer les forces russes.


"La pénurie de munitions est un problème très réel et pressant auquel nos forces armées sont actuellement confrontées", déplore Roustem Oumerov sur X à l'occasion du lancement d'une "coalition artillerie" pilotée par la France et les États-Unis. "Nous devons renforcer les capacités de défense ukrainiennes pour protéger le monde libre contre le danger russe", dit-il.

AVANCÉE DES TROUPES RUSSES

La Russie a revendiqué ce jeudi la prise d'une petite localité dans l'Est de l'Ukraine.

KIEV REMERCIE LA FRANCE

Volodymyr Zelensky a remercié la France pour son aide militaire, et notamment le lancement de la production d'une douzaine de canons Caesar à destination de l'Ukraine dans les prochains mois, dans un message posté sur le réseau X (anciennement Twitter).

AIDE DE L'UE À L'UKRAINE

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui bloque une aide de l'Union européenne à l'Ukraine, a explicitement réclamé jeudi la possibilité d'une révision annuelle, sur fond de difficiles négociations à Bruxelles à l'approche d'un sommet.


"Si nous voulons soutenir l'Ukraine, alors faisons-le en dehors du budget de l'UE et sur une base annuelle ! C'est la seule position démocratique tenable à cinq mois des élections" du Parlement européen, a-t-il déclaré dans un message sur X (ex-Twitter).


Il clarifie ainsi ses propos après s'être déjà dit prêt mardi à soutenir Kiev "sans que cela nuise au budget commun".


Le responsable nationaliste - seul dirigeant de l'UE à avoir maintenu des liens étroits avec le Kremlin après l'offensive russe en Ukraine -, a mis en décembre son veto au versement d'une aide de 50 milliards d'euros sur quatre ans à ce pays en guerre. Un sommet extraordinaire a été fixé au 1er février pour tenter de trouver un compromis.

KIEV CIBLÉ PAR LA PROPAGANDE RUSSE

Un projet de loi vise à élargir les règles de la mobilisation en Ukraine. Une mesure qui divise la population et, forcément, la propagande russe n'a pas tardé à s'en mêler, comme l'explique Samira El Gadir, cheffe du service des Vérificateurs TF1/LCI.

Ukraine : l'armée ciblée par la propagande russeSource : TF1 Info

CANONS CAESAR

Six Caesar ont été achetés par l'Ukraine pour la première fois. En parallèle, la France s'est engagée à financer douze Caesar à destination de Kiev, et ce n'est qu'un début. L'analyse de Didier François, reporter de guerre et spécialiste des questions de défense, sur le plateau d'LCI.

Kiev convertit Paris... à l'économie de guerre ?Source : TF1 Info

"PURGER" LA RUSSIE

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a assuré jeudi que l'offensive militaire contre l'Ukraine avait permis de "purger" la Russie de personnes "ne ressentant pas d'appartenance à l'Histoire et la culture" du pays.


Depuis le début du conflit, il y a bientôt deux ans, des centaines de milliers de personnes ont fui le pays pour des raisons politiques ou par crainte de devoir rejoindre l'armée, un choix fermement dénoncé par les autorités russes.


La répression de toute voix dissidente en a envoyé des centaines d'autres en prison, aucune critique de la politique du Kremlin n'étant tolérée.


"L'opération militaire spéciale a uni notre société comme jamais auparavant et contribué à la purger des personnes ne ressentant pas d'appartenance à l'Histoire et la culture russes", a estimé Sergueï Lavrov, utilisant l'euphémisme officiel pour désigner l'assaut contre l'Ukraine.

CANONS CAESAR

Le ministère des Armées a annoncé la livraison prochaine de six canons Caesar à l'Ukraine. Ils s'ajouteront aux 49 dont dispose déjà Kiev. La France est par ailleurs prête à financer 12 nouveaux canons Caesar pour l'Ukraine, a annoncé le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, réclamant aux alliés un effort pour en payer 60 autres. Ces 12 Caesar représentent un investissement de 50 millions d'euros.

UN ESPION ARRÊTÉ

Les services de sécurité ukrainiens (SBU) ont affirmé jeudi avoir arrêté un étudiant qui transmettait aux forces russes des informations sur des lieux de stockage de produits toxiques dans le but de provoquer une "catastrophe environnementale" dans le sud de l'Ukraine.


Moscou comme Kiev affirment régulièrement interpeller des citoyens, étrangers ou de leur propre pays, qui préparaient des attaques pour le compte du camp adverse. Le SBU a indiqué avoir placé en détention un "agent" des services de sécurité russes (FSB) dans la région méridionale d'Odessa.

ATTAQUE NOCTURNE

La Russie a lancé 33 drones de conception iranienne sur l'Ukraine dans la nuit de mercredi à jeudi, ainsi que des missiles guidés sur la grande ville de Kharkiv, dans l'est du pays, a affirmé l'armée ukrainienne.


La défense anti-aérienne a abattu 22 de ces drones, et les forces russes ont tiré deux missiles guidés anti-aériens S-300 depuis la région frontalière de Belgorod, a-t-elle précisé dans un communiqué.

LE POINT SUR LA SITUATION

Un drone abattu près de Moscou : la défense antiaérienne russe a abattu cette nuit un drone au sud de Moscou, a indiqué ce jeudi le maire de la capitale. "Dans la ville de Podolsk, l'attaque d'un drone volant vers Moscou a été repoussée par la défense antiaérienne. Selon des données préliminaires, pas de dégâts, ni de victimes, sur les lieux où sont tombés les débris", a indiqué le maire Sergueï Sobianine. Dans un communiqué distinct, le ministère russe de la Défense a affirmé avoir abattu un drone ukrainien dans la région de Moscou et en avoir "intercepté" un autre dans celle de Léningrad (nord-ouest), rarement touchée par ce type d'attaques. 


Une nouvelle attaque repoussée sur Belgorod : la région de Belgorod, frontalière de l'Ukraine, est pour sa part touchée depuis des mois par des attaques meurtrières. Le gouverneur, Viatcheslav Gladkov, a déclaré ce jeudi que "10 missiles" volant vers Belgorod avaient été abattus par les forces armées. Cette attaque a blessé une femme, touchée par des éclats de munitions, a précisé Viatcheslav Gladkov. Il a ajouté que les vitres d'une maison et un garage avaient été détruits et des lignes électriques et conduites de gaz endommagées dans un village.


Le ministre ukrainien de la Défense annule sa visite en France : le ministre ukrainien de la Défense, Roustem Oumerov, a annulé sa visite prévue ce jeudi en France "pour des raisons de sécurité", a annoncé mercredi soir le ministère français des Armées dans un communiqué. Le ministre ukrainien participera toutefois ce jeudi matin en visioconférence, avec son homologue français Sébastien Lecornu, au lancement à Paris d'une "coalition artillerie" qui vise à renforcer les capacités de Kiev face à la Russie. 

BIENVENUE

Bonjour et bienvenue à tous sur ce direct consacré à l'actualité de la guerre entre l'Ukraine et la Russie. 

La Russie renforce la sécurité à Belgorod. Les autorités de la région frontalière de l'Ukraine, visée par des bombardements à répétition menés par Kiev, ont annoncé mercredi renforcer leurs mesures de sécurité pour les écoles et les centres commerciaux. Fin décembre, sa capitale régionale éponyme a été la cible d'une frappe ukrainienne faisant 25 morts, la plus meurtrière contre des civils sur le sol russe depuis le lancement de l'offensive de Moscou contre l'Ukraine en février 2022. Depuis, les bombardements se multiplient en réponse à ceux des forces de Moscou en Ukraine, mettant à mal le discours du Kremlin selon lequel la vie quotidienne des Russes n'est pas perturbée par le conflit.

Pour tenter d'en limiter les effets, le gouverneur de la région de Belgorod, Viatcheslav Gladkov, a indiqué mercredi que les centres commerciaux fermeraient désormais à 20h. Dans les écoles se trouvant dans une zone de 20 kilomètres à partir de la frontière ukrainienne, l'enseignement sera délivré "en mode distanciel" durant le prochain trimestre, a-t-il précisé. Pour celles situées au-delà de cette limite, les cours à distance seront aussi mis en place "d'ici un mois", et la mesure sera rediscutée avec les parents d'élèves en février, a ajouté M. Gladkov.

La rentrée scolaire avait déjà été repoussée au 19 janvier et plus de 2.000 enfants ont été évacués temporairement, selon les autorités. La semaine dernière, le gouverneur Gladkov avait reconnu que sa région vivait des "moments difficiles". "Tout le monde a peur", avait-il dit.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info