Ukraine : une guerre qui dure
En Direct

EN DIRECT - Guerre en Ukraine : Severodonetsk "entièrement occupée" par l'armée russe, selon le maire

La rédaction de TF1info
Publié le 25 juin 2022 à 6h30, mis à jour le 26 juin 2022 à 7h17
JT Perso

Severodonetsk est "entièrement occupée" par l'armée russe, annonce son maire Oleksandre Striouk.
Cette ville du Donbass était le théâtre de durs combats entre les armées ukrainienne et russe depuis plusieurs semaines.
Suivez les dernières informations.

Ce direct est à présent terminé. Retrouvez ici les dernières informations sur le conflit en Ukraine.

BIENTÔT DES TÊTES NUCLÉAIRES EN BIÉLORUSSIE


La Russie va livrer "dans les mois prochains" à la Biélorussie des missiles capables de transporter des charges nucléaires, annonce Vladimir Poutine en recevant le dirigeant Alexandre Loukachenko, en pleines tensions entre leurs pays et l'Occident autour de l'Ukraine.


Il s'agira "de systèmes de missile tactique Iskander-M, qui peuvent utiliser des missiles balistiques ou de croisière, dans leurs versions conventionnelle et nucléaire", selon Vladimir Poutine.

MARCHE DES FIERTÉS EN POLOGNE


Alors que se tient, ce samedi, la marche des fiertés à Paris et dans plusieurs autres villes françaises, des représentants de la communauté LGBT+ ukrainienne ont rejoint samedi plusieurs dizaines de milliers de participants au défilé des fiertés à Varsovie, dans une marche commune marquant leur solidarité mutuelle et leur opposition à l'invasion russe de l'Ukraine.


La marche a commencé par une minute de silence dédiée aux victimes de la fusillade, dans la nuit, près d'un bar gay d'Oslo, qui a entraîné l'annulation de la marche des Fiertés LGBTQ+ (lesbien, gay, bisexuel, transgenre, transsexuel, queer et autres) dans la capitale norvégienne.


"L'amour prévaudra, la justice prévaudra et notre combat pour l'égalité des droits pour tous et notre soutien à la communauté LGBTQ+ est sans équivoque et le restera", a déclaré l'ambassadeur de Norvège à Varsovie, Anders H. Eide, au coup d'envoi de la marche.  Une marée de drapeaux arc-en-ciel des communautés LGBT+ a innondé les grandes avenues de Varsovie, parsemée cette année des couleurs bleu et jaune de l'Ukraine voisine.

SEVERODONETSK TOMBE AUX MAINS DES RUSSES


Selon le maire de Severodonetsk, la ville est "entièrement occupée" par l'armée russe. "La ville est entièrement occupée par les Russes", a-t-il déclaré à la télévision ukrainienne en fin d'après-midi. L'armée ukrainienne avait annoncé jeudi son retrait de cette localité d'environ 100.000 habitants avant la guerre pour mieux défendre la ville voisine de Lyssytchansk.


Par ailleurs, les forces russes et prorusses ont pris le contrôle de l'usine chimique Azot de Severodonetsk, ville de l'est de l'Ukraine d'où l'armée de Kiev avait annoncé son retrait, et ont "évacué" plus de 800 civils qui y avaient trouvé refuge, ont affirmé samedi les séparatistes.


Les forces russes et leurs alliés prorusses "ont pris le contrôle total de la zone industrielle de l'usine Azot", a déclaré sur Telegram un représentant des séparatistes, Andreï Marotchko. Un autre porte-parole séparatiste, Ivan Filiponenko, a affirmé que 800 civils ayant trouvé refuge dans cette usine pendant les semaines d'affrontements avaient été "évacués".

BIDEN EN ROUTE POUR L'EUROPE


Le président américain Joe Biden est parti samedi pour l'Europe, où il entend consolider encore, et sur la durée, les rangs des Occidentaux face à la Russie. Il doit d'abord participer à un sommet du G7 dans le sud de l'Allemagne, puis la semaine prochaine à un sommet de l'Otan à Madrid.


Ce déplacement intervient à "un moment charnière pour la solidarité transatlantique", avait estimé jeudi John Kirby, qui coordonne la communication de la Maison Blanche sur les questions stratégiques.


Au G7 comme à l'Otan, "vous allez voir clairement comment l'intention du président, dès le départ, de revitaliser nos alliances et nos partenariats, nous a permis d'être au rendez-vous" pour "que la Russie rende des comptes", a-t-il promis.

STATU QUO POUR LE FUTUR DE L'OTAN


Le président turc Recep Tayyip Erdogan estime qu'il n'y avait aucun progrès sur la question de l'adhésion de la Suède à l'Otan après un entretien avec la Première ministre suédoise.


"La Suède doit prendre des mesures concernant des sujets aussi importants que la lutte contre le terrorisme", a-t-il dit, appelant à des "actions concrètes", selon des propos rapportés par la présidence turque. Ankara accuse notamment la Suède d'abriter des militants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré comme "terroriste" par la Turquie.

ENTRÉE


Les forces russes et prorusses sont entrées samedi dans Lyssytchansk et des "combats de rue" ont désormais lieu dans cette ville voisine de Severodonetsk, verrou stratégique dans l'est de l'Ukraine en passe d'être pris par Moscou, ont affirmé les séparatistes.


"La milice populaire de la République populaire de Lougansk et l'armée russe sont entrées dans la ville de Lyssytchansk. Certaines entreprises de la ville ont déjà été prises. Des combats de rue s'y déroulent actuellement", a déclaré sur Telegram un représentant des séparatistes prorusses, le lieutenant-colonel Andreï Marotchko.

FAIBLESSE


Les condamnations du Kremlin dénonçant un "accaparement géopolitique" visant la Russie, à la suite de l'octroi à l'Ukraine et à la Moldavie du statut de candidat à l'Union européenne, "montrent sa faiblesse", a estimé samedi Kiev.


"Tout ce qui reste à la Russie, c'est de cracher des menaces contre d'autres États après des décennies de politiques ratées basées sur l'agression, la coercition et le manque de respect. Cela ne fait que montrer la faiblesse de la Russie", a affirmé sur Twitter le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba.

COMBATTANTS POLONAIS TUÉS


La Russie a affirmé samedi avoir tué "jusqu'à 80" combattants polonais dans un bombardement dans l'est de l'Ukraine, où les combats font rage entre les forces de Kiev et celles de Moscou.


"Jusqu'à 80 mercenaires polonais, 20 véhicules blindés de combat et huit lance-roquettes multiples Grad ont été détruits dans des frappes d'armes de haute précision sur l'usine de zinc Megatex dans la localité de Konstantinovka", dans la région de Donetsk, a déclaré le ministère russe de la Défense dans un communiqué. Cette affirmation n'était pas vérifiable de manière indépendante.

GUERRE


Kiev a accusé samedi Moscou de vouloir "attirer" Minsk, allié diplomatique de la Russie, "dans la guerre" en Ukraine, après avoir fait état plus tôt dans la matinée de missiles russes tirés depuis le Bélarus voisin sur un village ukrainien.


"La frappe d'aujourd'hui est directement liée aux efforts du Kremlin pour attirer le Bélarus dans la guerre en Ukraine en tant que co-bélligérant", a affirmé sur Telegram la direction générale du renseignement ukrainien, rattachée au ministère de la Défense.

DONBASS


Alors que les combats font toujours rage entre Russes et Ukrainiens pour la région stratégique du Donbass, ce bassin minier passe progressivement aux mains de Moscou. 

Le Donbass progressivement aux mains des russesSource : JT 20h WE
JT Perso

MISSILES


Des missiles ont été tirés depuis le Bélarus, allié diplomatique de Moscou, en direction de la région frontalière de Tcherniguiv en Ukraine, au nord-est de Kiev, a affirmé samedi l'armée ukrainienne.


"Vers 05H00 heures du matin (02H00 GMT), la région de Tcherniguiv a subi un bombardement massif de missiles. Vingt roquettes ont visé le village de Desna, tirés depuis le territoire du Bélarus (et aussi) depuis les airs", a indiqué sur Facebook le commandement Nord des troupes ukrainiennes, précisant qu'"il n'y avait pas de victimes" à ce stade.

RETRAIT


Les autorités russes ont retiré le drapeau de la Pologne d'un mémorial érigé en souvenir de milliers de Polonais massacrés par les Soviétiques, une décision qui intervient en pleines tensions entre Moscou et Varsovie autour de l'Ukraine.


La disparition du drapeau polonais qui flottait jusque-là au-dessus du mémorial de Katyn, situé dans la région de Smolensk (ouest de la Russie), avait été signalée vendredi sur les réseaux sociaux par des historiens et des visiteurs.

NOUVELLES OFFENSIVES


Les forces ukrainiennes "sont en train d'opérer un retrait professionnel et tactique afin de consolider des positions qu'elles seront mieux à même de défendre", a jugé une responsable américain au Pentagone, sous couvert d'anonymat.


Kiev s'attend en effet désormais à de nouvelles offensives sur la ville de Lyssytchansk, voisine de Severodonetsk, quasiment encerclée par les forces russes, qui grignotent chaque jour un peu plus de territoire alentour.


Mykolaïvka, ville située à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Lyssytchansk, est aux mains de l'armée russe, a indiqué Serguïï Gaïdaï, ajoutant que les Russes tentaient à présent de "conquérir Guirské", une commune voisine.

PARITÉ DE FEU


L'Ukraine presse ses alliés de lui donner enfin la "parité de feu" avec les forces russes pour "stabiliser" la situation dans le Donbass après le retrait de ses troupes à Severodonetsk, verrou stratégique de cette région, pilonné depuis des semaines par l'artillerie russe.


"J'ai souligné la nécessité d'atteindre la parité de feu avec l'ennemi, ce qui nous permettra de stabiliser la situation dans la région la plus menacée de Lougansk", a déclaré le commandant en chef des forces armées ukrainiennes, Valeriy Zaluzhnyi, en rendant compte sur sa page Facebook d'un entretien téléphonique avec son homologue américain, le général Mark Milley.

Bonjour et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à la guerre en Ukraine. Suivez ici les dernières informations sur le conflit.

La diplomatie russe a dénoncé vendredi la décision des Vingt-Sept d'octroyer à l'Ukraine et la Moldavie le statut de candidat à l'Union européenne, y voyant une manœuvre géopolitique contre Moscou en pleine offensive chez son voisin ukrainien.

Cette décision "confirme qu'un accaparement géopolitique de l'espace de la CEI (la Communauté des États indépendants, qui rassemble plusieurs pays d'ex-URSS, ndlr) se poursuit activement afin de contenir la Russie", a indiqué la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

La décision européenne intervient quatre mois après le début de l'offensive russe contre son voisin ukrainien, destinée notamment à mettre fin au rapprochement de l'Ukraine avec l'Occident.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info