Ukraine : neuf mois de guerre
En Direct

EN DIRECT - Ukraine : Zelensky revendique des avancées "rapides et puissantes" dans le Sud

La rédaction de TF1info
Publié le 4 octobre 2022 à 6h15
JT Perso

Le président ukrainien a fait état mardi de "dizaines" de localités reprises "cette semaine" aux Russes dans le sud du pays.
Suivez les dernières informations sur le conflit.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

ISS


Les Etats-Unis transporteront mercredi une cosmonaute russe vers la Station spatiale internationale à bord d'une fusée de l'entreprise SpaceX, une mission qui revêt un caractère hautement symbolique en pleine guerre en Ukraine.


Anna Kikina, seule femme cosmonaute russe actuellement en service actif, fait partie de l'équipage Crew-5, également composé de deux Américains et d'un Japonais. Il s'agit de la cinquième mission régulière vers la Station spatiale (ISS) assurée par SpaceX pour le compte de la Nasa.


Le décollage est prévu à midi mercredi depuis le centre spatial Kennedy, en Floride, où la météo s'annonce clémente.


Il y a deux semaines, un Américain avait pour sa part décollé à bord d'une fusée russe Soyouz vers l'ISS.

ONU


L'annexion de territoires ukrainiens par la Russie ne fera qu'exacerber les violations des droits de l'Homme commises par Moscou, et ajouter aux "souffrances et à la dévastation indicibles" infligées aux Ukrainiens, a dénoncé l'ONU mardi.


Christian Salazar Volkmann, qui présentait un rapport sur la situation des droits de l'homme en Ukraine au Conseil des droits de l'Homme à Genève, a souligné que le Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme avait les preuves d'"une série de violations des droits à la vie, à la liberté et à la sécurité". 


L'invasion de l'Ukraine par les forces armées russes "a entraîné une situation désastreuse des droits de l'Homme dans toute l'Ukraine", a noté le responsable des opérations du Haut commissariat sur le terrain.

L'UKRAINE, SOUTENUE PAR L'INDE


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a salué le "soutien" de l'Inde à l'Ukraine face à l'invasion russe lors d'une rare conversation téléphonique avec le Premier ministre indien Narendra Modi, un mois après des critiques de Kiev envers New Delhi.


La neutralité de l'Inde face à l'invasion russe avait été alors critiquée. Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba avait même accusé l'Inde de "bénéficier" des "sacrifices" ukrainiens et occidentaux, faisant allusion aux importants rabais obtenus par l'Inde sur le brut russe.

ZELENSKY REMERCIE BIDEN


Dans un appel téléphonique ce matin, Volodymyr Zelensky a remercié Joe Biden pour "le soutien militaire continu". Lors de cet entretien, le président américain a annoncé un nouvel envoi d'équipements militaires dont notamment quatre nouveaux systèmes de lance-roquettes Himars, très appréciés par les Ukrainiens.

DES AVANCÉES UKRAINIENNES "PUISSANTES"


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a revendiqué dans son adresse quotidienne publiée sur les réseaux sociaux des avancées "rapides et puissantes" de son armée dans le Sud, faisant état de "dizaines" de localités reprises "cette semaine" aux Russes dans cette région et dans l'Est.

SABOTAGE DE NORD STREAM


L'ex-oligarque russe Mikhaïl Khodorkovski estime que Gazprom "aurait un intérêt commercial" au sabotage des gazoducs Nord Stream en mer Baltique, qui ont fui ces derniers jours après de fortes explosions. 

INVITÉ DE RUTH ELKRIEF


Mikhaïl Khodorkovski, ancien oligarque russe, est l'invité de LCI pour parler de la situation en Russie face à la guerre. Selon lui, il ne faut pas compter sur un renversement de Vladimir Poutine en Russie. "Cette bagarre contre Poutine sera menée en Ukraine et par les Ukrainiens. Le peuple russe n'est pas armé", a rappelé celui qui habite désormais à Londres.

LE CHEF DE L'AIEA À KIEV PUIS MOSCOU


Le directeur général de l'AIEA "se rendra à Kiev puis à Moscou cette semaine" afin de discuter de la mise en place d'une zone de protection autour de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, selon un communiqué publié lundi soir.


Rafael Grossi va "poursuivre les consultations" pour établir un tel dispositif "dès que possible", a indiqué l'instance onusienne, sans préciser quand il est attendu dans les deux pays ennemis.

UN NOUVEL "INSTRUMENT" DU DROIT INTERNATIONAL POUR TRADUIRE EN JUSTICE "LES ENVAHISSEURS RUSSES"


Invité à prendre la parole pour la Nuit du Droit au sein du Conseil constitutionnel sur le thème de la guerre, le président ukrainien Volodymyr Zelensky appelle à juger ceux qui ont envahi l'Ukraine mais aussi ceux qui ont déclenché la guerre, "ceux qui ont façonné et influencé matériellement ces crimes, ceux qui ont commis le crime originel", définissant par là le déclenchement de la "guerre d'agression". 


Regrettant qu'un cadre juridique n'existe pas encore pour traduire en justice les politiques et dirigeants russes, le chef de l'État a demandé à ce que cet instrument continue d'être élaboré, via la CPI, manière d'apporter une réponse globale au déclenchement d'une guerre d'agression, selon Volodymyr Zelensky. Un tribunal spécial pour juger l'invasion de l'Ukraine par la Russie est donc appelé à être créer, "pour que le droit prévale".

RÉUNION D'URGENCE DE L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE


Suite aux annexions de territoires ukrainiens annoncées par la Russie, une réunion d'urgence de l'Assemblée Générale de l'ONU se tiendra sur le sujet.

LE PRÉSIDENT DE LA BANQUE CENTRALE UKRAINIENNE DÉMISSIONNE


Le président de la banque centrale ukrainienne, Kyrylo Chevtchenko, a annoncé sur Facebook sa démission pour des raisons de "santé", plus de sept mois après le début de l'invasion russe en Ukraine. "J'ai adressé au président la demande d'accepter ma démission", a-t-il écrit précisant que c'était une "décision difficile" prise pour des "raisons liées à (sa) santé". 

625 MILLIONS DE DOLLARS D'AIDE MILITAIRE SUPPLÉMENTAIRE


La Maison Blanche a annoncé que 625 millions de dollars d'aide militaire supplémentaire allaient être envoyées en Ukraine.

LES FORCES ARMÉES UKRAINIENNES SE PRÉPARENT À L'HIVER


À l'approche de l'hiver, le dirigeant ukrainien de la région de Lougansk, Serhiy Hayday, a expliqué que les habitants des grandes villes de ce territoire allaient être invités à les quitter alors que la contre-offensive ukrainienne se prépare. À leur libération, personne ne devrait être autorisé à revenir le temps de la saison froide, faute de chauffage.

L'ORGANISATION DE NAVALNY, SE MOBILISE À NOUVEAU, CONTRE LA GUERRE


Le Fonds de lutte contre la corruption (FBK), organisation de l'opposant emprisonné Alexeï Navalny, va rouvrir ses bureaux en Russie pour lutter contre "la mobilisation et la guerre" en Ukraine, ont annoncé mardi ses représentants.


Les bureaux avaient fermé en juin après que les organisations d'Alexeï Navalny aient été désignées comme "extrémistes" par la justice russe. Cette décision plaçait de facto les employés, les bénévoles et des milliers de sympathisants à travers la Russie sous la menace de poursuites légales et d'incarcération.


Le retour du réseau de FBK dans les régions russes doit permettre de faire entendre la voix de ceux qui, en Russie, s'opposent à l'intervention militaire en Ukraine, veulent croire les proches d'Alexeï Navalny. Une assistance juridique pourra également être proposée à ceux qui en auront besoin.

DES ANNEXIONS QUI VONT EXACERBER LES VIOLENCES, SELON L'ONU


Selon l'ONU qui présentait un rapport sur la situation des droits de l'homme en Ukraine au Conseil des droits de l'homme à Genève, l'annexion de territoires ukrainiens par la Russie ne fera qu'exacerber les violations des droits de l'homme commises par Moscou, et ajouter aux "souffrances et à la dévastation indicibles" infligées aux Ukrainiens. 


"Le prétendu remaniement des frontières internationales, coupant arbitrairement les familles, les communautés et les sociétés, a des impacts concrets sur les droits humains des personnes de part et d'autre des lignes ainsi redessinées", a expliqué Christian Salazar Volkmann, qui présentait le rapport. Celui-ci notait par ailleurs que les annexions mettaient en péril la liberté d'expression, la liberté religieuse et entraverait l'accès aux soins, à l'emploi et aux services sociaux.

ÉCHANGE ENTRE JOE BIDEN ET VOLODYMYR ZELENSKY


Un responsable de la Maison Blanche a rapporté que le président américain Joe Biden avait appelé son homologue ukrainien ce matin.

RECUL DE L'ARMÉE RUSSE DANS LA RÉGION DE KHERSON


Selon des cartes de l'armée russe, consultée par l'AFP, Moscou accuse un important recul de ses troupes dans la région de Kherson, semblant confirmer ce qui était déjà rapporté du côté ukrainien.

UN AMÉRICAIN CONDAMNÉ EN RUSSIE


Un citoyen américain de 28 ans a été condamné mardi par un tribunal du sud-ouest de la Russie à quatre ans et demi de prison pour "violences" contre un policier, a annoncé le Comité d'enquête russe. Selon cet organe, "il a été reconnu coupable d'avoir commis un crime (...) sur l'usage de la violence contre les forces de l'ordre".

MISS CRIMÉE CONDAMNÉE POUR UN CHANT PATRIOTIQUE


La justice russe a condamné à une amende la gagnante d'un concours de beauté pour femmes mariées en Crimée pour une vidéo où elle interprète une chanson patriotique ukrainienne, a indiqué mardi la police de cette péninsule annexée. 


Dans la vidéo diffusée en septembre sur les réseaux sociaux, deux jeunes femmes, dont la Miss Crimée 2022, Olga Valeeva, 34 ans, chantent a capella la chanson "Tchervona Kalina", considérée par les autorités russes comme l'hymne des nationalistes ukrainiens. Effacée depuis, la vidéo a fait l'objet d'une enquête. 


Le "ministère de l'Intérieur" de la Crimée a annoncé mardi avoir interpellé "deux jeunes femmes qui exécutent l'hymne d'une organisation extrémiste dans une vidéo". Il a publié une vidéo où deux jeunes femmes, visages floutés, présentent leurs excuses. "Je veux présenter mes excuses sincères pour avoir chanté la chanson 'Tchervona Kalina' dont j'ignorais complètement le message", dit l'une d'entre elles.

LA CONTRE-OFFENSIVE UKRAINIENNE GAGNE DU TERRAIN


Les forces russes sont en difficulté dans le nord de la région ukrainienne de Kherson, où l'armée de Kiev mène une contre-offensive depuis plusieurs semaines, selon des représentants de l'occupation et des blogueurs spécialisés suivant les mouvements militaires russes. Le chef de l'occupation russe, Vladimir Saldo, a le premier admis une "percée" ukrainienne et notamment la perte du village de Doudtchany, avant d'assurer que l'aviation russe avait "stoppé" l'avancée ukrainienne, selon un entretien lundi publié mardi sur la page Telegram de l'intéressé. 


"L'avancé des ukraïno-nazis dans la zone de de Doudtchany a été arrêtée (...) il ne faut pas paniquer", a martelé ensuite l'un de ses adjoints, Kirill Stremooussov, dans une vidéo diffusée mardi sur sa chaîne Telegram. La chaîne Telegram russe Rybar qui suit les mouvements des forces russes a, elle, relevé que les Ukrainiens progressaient dans les zones de Arkhanguelské et Doudtchany afin de "couper les approvisionnements du groupement russe se trouvant sur la rive droite du Dniepr".


Pour leur part, les forces ukrainiennes gardent le silence sur leurs avancées dans le sud du pays. Le président Volodymyr Zelensky s'est borné à dire dans son adresse du soir lundi que "de nouvelles localités ont été libérées dans plusieurs régions". 

PLUS DE 200.000 MOBILISÉS DANS L'ARMÉE RUSSE EN DEUX SEMAINES


Plus de 200.000 personnes ont été mobilisées dans l'armée russe depuis l'annonce d'une mobilisation "partielle" le 21 septembre pour l'offensive en Ukraine, a indiqué mardi le ministre de la Défense, au moment où les forces de Moscou sont en difficulté. "Au jour d'aujourd'hui, plus de 200.000 personnes ont rejoint l'armée", a déclaré Sergeï Choïgou lors d'une réunion, cité par les agences de presse russes. 


Officiellement, cette mobilisation, ordonnée par le président Vladimir Poutine, doit permettre de recruter 300.000 réservistes ayant une expérience militaire ou des compétences utiles, alors que l'armée russe est en difficulté sur le front ukrainien. 

ET SI LA NOBEL DE LITTÉRATURE ÉTAIT RUSSE ?


Souvent citée pour le Nobel de littérature, la Russe Ludmila Oulitskaïa pourrait se voir décerner le prestigieux prix, qui doit être remis jeudi. Elle porterait aussi le message d'un prix anti-Poutine après l'invasion russe de l'Ukraine. "Cela ferait réagir", a expliqué à l'AFP Björn Wiman, chef du service culturel du quotidien suédois Dagens Nyheter, soulignant à la fois l'opposition de l'autrice au Kremlin et le fait de mettre en avant la culture russe en plein contexte de guerre en Ukraine. "C'est ce genre de débat intellectuel complexe que l'on veut volontiers voir autour du Nobel."

TENSIONS AUTOUR D'UN "PROJET DE PAIX" CONTROVERSÉ


Elon Musk s'est attiré les foudres sur Twitter de Volodymyr Zelensky et de ses proches. Il a proposé à ses abonnés de voter pour ou contre un scénario de paix prévoyant de nouveaux référendums, l'abandon de la Crimée à la Russie et un "statut neutre" pour l'Ukraine. L'ambassadeur ukrainien en Allemagne l'a invité à "aller se faire voir".

LE RÉCAP' DES 24 DERNIÈRES HEURES


Les forces ukrainiennes conservent l'initiative et poursuivent leur avancée dans l'est de l'Ukraine. La France envisage de nouvelles livraisons d'armes, notamment 6 à 12 canons Caesar. TF1info compile les faits marquants des dernières 24 heures.

LONDRES PROMET "LA VICTOIRE" AUX CÔTÉS DE L'UKRAINE


Le Royaume-Uni a "l'endurance" nécessaire pour être aux côtés de l'Ukraine "jusqu'à la victoire", a promis son ministre des Affaires étrangères James Cleverly dans un discours qu'il doit prononcer mardi devant la conférence annuelle du Parti conservateur. Il a également prévu de réaffirmer le soutien indéfectible de Londres aux efforts de l'Ukraine pour repousser les forces russes et de ne jamais reconnaître l'annexion de territoires ukrainiens par la Russie, selon des extraits de ce discours.


"Nous ne sommes pas des commentateurs. Nous sommes des acteurs sur le terrain, nous faisons la différence en défendant nos valeurs (...)", affirme le ministre selon ces extraits. "Nous croyons en la liberté, en l'État de droit. Nous croyons qu'un agresseur ne peut pas envahir son voisin en toute impunité", ajoute ce texte. "C'est pourquoi nous nous tenons aux côtés de ces courageux ukrainiens qui défendent leur patrie. La Grande-Bretagne a toute l'endurance stratégique nécessaire pour assister à leur victoire. Nous les soutiendrons jusqu'à ce que leur souveraineté soit restauré".

LES RUSSES TOUJOURS DANS L'ISS APRÈS 2024 ?


Un responsable de l'agence spatiale russe Roscosmos a déclaré lundi "espérer" que Moscou continuera de participer à la Station spatiale internationale (ISS) après 2024. Sur fond de fortes tensions liées à la guerre en Ukraine, le patron de Roscomos Iouri Borissov avait annoncé cet été que la Russie quitterait l'ISS "après 2024", et construirait sa propre station orbitale. Mais il n'avait pas fixé de date précise.


"Nous commençons à discuter de l'extension de notre participation au programme de l'ISS avec notre gouvernement et espérons obtenir la permission de continuer cette année", a déclaré lors d'une conférence de presse le directeur des vols habités chez Roscosmos Sergueï Krikaliov. "Nous commençons à réfléchir à la conception et à la construction d'une nouvelle station, mais nous savons que cela ne va pas arriver très rapidement", a-t-il également dit.  "Donc probablement que nous allons continuer à voler jusqu'à ce que nous ayons une nouvelle infrastructure qui nous permette d'avoir une présence humaine permanente en orbite basse au moins."

PYEONGYANG SOUTIENT L'ANNEXION RUSSE


Alliée de Moscou, la Corée du Nord a exprimé mardi son soutien à l'annexion par la Russie de territoires ukrainiens occupées par ses troupes, et dénoncé les démarches auprès des Nations unies initiées par les États-Unis et leurs alliés. 


Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères Jo Chol Su a défendu ces référendums comme étant parfaitement légitimes et "organisés conformément à la Charte des Nations unies établissant les principes de l'égalité des peuples", a indiqué l'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA. "Une majorité écrasante des électeurs a soutenu l'intégration à la Russie", a-t-il déclaré dans un communiqué, selon KCNA.

Bonjour à tous et bienvenue dans ce live consacré à la guerre en Ukraine. 

Au 222e jour de guerre, les forces ukrainiennes ont conservé l'initiative lundi et poursuivi leur avancée dans l'est de l'Ukraine après s'être emparées dimanche de Lyman, tout en maintenant la pression sur l'armée russe dans la région de Kherson (sud). Dans le bassin du Donbass, la perte de cette ville stratégique, dans la région de Donetsk annexée par Moscou, est un revers de taille pour l'armée russe, incapable à ce stade de contrôler la totalité des territoires qu'elle occupe.

"L'annonce des annexions (de quatre régions ukrainiennes par Moscou) contraste fortement avec la réalité militaire sur le terrain", a observé Michael Kofman, du centre de réflexion Center for a New American Security (CNAS). Dans la région de Zaporijia, contrôlée à hauteur d'environ 70% par Moscou, des frappes russes se sont abattues lundi à l'aube sur la ville éponyme et deux villages alentours, affirme Kiev, qui rapporte le lancement d'"une dizaine de missiles S300" sur ces localités.

Preuve de la tension que la situation crée sur le terrain, lundi, le dirigeant de la région russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a annoncé lundi envoyer trois de ses fils, des adolescents, combattre en Ukraine, où il a demandé l'emploi des armes nucléaires. Ce chef de guerre et ses milices, les "kadyrovtsy", ont été accusés de nombre d'exactions en Tchétchénie. Ses hommes ont également été déployés au côté de l'armée russe en Ukraine. Familier des déclarations outrancières, Ramzan Kadyrov a appelé samedi à utiliser "des armes nucléaires de faible puissance" en Ukraine, appelant à la mise en place de "mesures plus drastiques", allant "jusqu'à la déclaration de la loi martiale dans les zones frontalières et l'utilisation d'armes nucléaires de faible puissance".

Lire aussi

Pour renforcer l'arsenal militaire ukrainien et repousser la Russie, l'Allemagne, le Danemark et la Norvège ont promis à Kiev à partir de 2023 seize canons d'artillerie automobiles blindés, des Zuzana-2 slovaques. La France envisage, elle aussi, de nouvelles livraisons, notamment 6 à 12 canons Caesar prélevés sur une commande destinée au Danemark, a-t-on appris lundi de source proche du dossier. Paris a déjà livré 18 exemplaires de ce canon de 155 mm monté sur camion, amputant de près d'un quart le parc de l'armée de terre française. Paris réfléchit également à fournir à Kiev 20 véhicules blindés Bastion, selon une autre source proche du dossier.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info