Invasion russe en Ukraine : Poutine refuse de céder
En Direct

EN DIRECT - Guerre en Ukraine : Zelensky dit sa "gratitude" pour la nouvelle aide militaire américaine

La rédaction de TF1info
Publié le 15 juin 2022 à 5h30, mis à jour le 17 juin 2022 à 13h43
JT Perso

Joe Biden a annoncé une nouvelle aide militaire américaine en direction de l'Ukraine, de 1 milliard de dollars. Elle comprend notamment des lanceurs de missiles, d'obus, et des munitions.
Suivez les dernières informations.

Ce live est terminé, merci de l'avoir suivi. Retrouvez les dernières informations sur la guerre en Ukraine et ses conséquences dans le direct du jeudi 16 juin.

AMÉRICAINS PORTÉS DISPARUS


Des Américains partis se battre comme volontaires auprès des forces ukrainiennes sont portés disparus depuis plusieurs jours et pourraient avoir été capturés par la Russie, ont déclaré mercredi des élus et des membres de leurs familles. Alexander Drueke et Andy Tai Huynh, tous deux originaires de l'État de l'Alabama, prenaient part aux combats au nord de la ville ukrainienne de Kharkiv, d'après ces récits.


"Au début de cette semaine, la mère d'Alexander Drueke, un ancien combattant de l'armée" qui "s'était porté volontaire pour aider l'armée ukrainienne à combattre la Russie, a contacté mes services après avoir perdu contact avec son fils" depuis "plusieurs jours", a rapporté l'élue de l'Alabama à la Chambre des représentants Terri Sewell dans un communiqué.


Son collègue Robert Aderholt a ajouté que la famille d'Andy Tai Huynh, un ancien Marine, n'avait eu aucun contact avec lui depuis le 8 juin, "lorsqu'il se trouvait dans la région de Kharkiv".

UNE NOUVELLE AIDE D'UN MILLIARD DE DOLLARS


En outre, les États-Unis enverront une enveloppe de 225 millions de dollars pour de l'aide humanitaire. Le président ukrainien a assuré toute "sa gratitude" à Washington.

NATIONALISTES D'EXTRÊME DROITE RUSSES ET SUÉDOIS


Les États-Unis ont imposé, ce mercredi, des sanctions à des nationalistes d'extrême droite en Russie et en Suède, estimant qu'ils représentaient une menace. L'un d'eux a d'ailleurs levé des fonds pour l'invasion russe de l'Ukraine.


Après avoir principalement visé pendant des années l'extrémisme islamiste, Washington s'intéresse de plus en plus aux menaces venant de l'extrême droite, et a inscrit pour la première fois en 2020 sur sa liste noire un groupe suprémaciste blanc et trois de ses chefs, en l'occurrence le Mouvement impérial russe.

LA QUESTION DES CÉRÉALES


La Turquie se dit prête à accueillir "une réunion à quatre", avec les Nations unies, la Russie et l'Ukraine, pour organiser le transport des céréales en Mer Noire. Depuis le début de la guerre, des millions de tonnes de blé sont coincées dans les ports ukrainiens sous blocus ou occupation russe et leur transport est rendu périlleux par la présence de mines. "Si la Russie donne une réponse favorable, une réunion quadripartite pourra se tenir pour l'étudier (le plan, ndlr) en détails avec l'ONU, la Turquie, la Russie et l'Ukraine", a indiqué le Premier ministre turc.

L'ONU ENQUÊTE SUR DES ENFANTS UKRAINIENS ADOPTÉS EN RUSSIE


Il pourrait s'agir de plusieurs milliers d'enfants. Ce mercredi 15 juin, l'ONU alerte sur l'envoi supposé d'orphelins ukrainiens, "déportés de force" vers la Fédération de Russie, avant d'être proposés à l'adoption à des familles russes. 

International
L’ONU enquête sur des adoptions d'enfants ukrainiens en Russie

L’ONU enquête sur des adoptions d'enfants ukrainiens en Russie

"GRATITUDE"


Le président ukrainien a dit toute sa "gratitude" à l'égard des Américains pour la nouvelle tranche d'aide militaire américain. "Je veux dire ma gratitude pour ce soutien, il est particulièrement important pour notre défense dans le Donbass", la région, de l'est de l'Ukraine épicentre des attaques russes actuelles, assure Volodymyr Zelensky.

LA CHINE NE DOIT PAS SE PLACER "DU MAUVAIS CÔTÉ DE L'HISTOIRE"


Après un échange téléphonique entre Xi Jinping et Vladimir Poutine, les États-Unis ont appelé la Chine à cesser de soutenir l'invasion russe de l'Ukraine pour éviter de se placer "du mauvais côté de l'Histoire".


"Plus de trois mois après l'invasion brutale (de l'Ukraine, ndlr) par la Russie, la Chine est toujours au côté de la Russie. Elle continue de propager la propagande russe à travers le monde. Elle continue de protéger la Russie au sein des organisations internationales, se dérobant à ses responsabilités en tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU. Et elle nie toujours l'existence des atrocités perpétrées par la Russie en Ukraine, suggérant au contraire qu'elles ont été mises en scène", a estimé un porte-parole de la diplomatique américaine.

AVIS DÉFAVORABLE POUR UNE EXTRADITION


Le parquet général de la cour d’appel d’Aix-en-Provence a requis, ce mercredi, un avis défavorable à la demande d'extradition déposée par la Russie d’Andreï Isaev, 63 ans, un richissime homme d’affaires russe. Un mandat d’arrêt avait été émis contre lui le 17 avril 2020 par un tribunal de Saint-Pétersbourg dans le cadre d’une affaire de "fraude à très grande échelle".


Évoquant la guerre menée par Moscou en Ukraine, l’avocat général Denis Vanbremeersch a pris soin de souligner que ce contexte géopolitique "n'a d’influence que sur la partie administrative de la procédure d’extradition, mais que la phase judiciaire doit être menée à son terme".


Les détournements allégués de l'homme d'affaires russe avoisineraient 12 millions d’euros et concerneraient l'appropriation illégale de terrains dans les principales avenues de Saint-Pétersbourg.

UN PLAN MARSHALL POUR L'UKRAINE ?


La présidence tchèque du Conseil de l'Union européenne compte sur un Plan Marshall pour l'Ukraine. "Nous aimerions organiser un sommet sur la reconstruction après-guerre de l'Ukraine avec un Plan Marshall pour l'Ukraine en présence du président ukrainien Zelensky", a déclaré le Premier ministre tchèque Petr Fiala, dont le pays prend la présidence de l'UE le 1er juillet. Pour ce faire, il a reconnu que la paix en Ukraine était une condition préalable pour l'organisation d'un tel sommet.


Ainsi, "gérer la crise des réfugiés, la reconstruction après-guerre de l'Ukraine, la sécurité énergétique, renforcer la défense européenne et la sécurité du cyberespace", seront quelques-unes des priorités de la nouvelle présidence, a-t-il énuméré.

QUI EST LA PRÉSIDENTE MOLDAVE ?


Première femme à la tête de la Moldavie, la présidente Maia Sandu s'est fait élire, en 2020, pour son programme contre la corruption. Aujourd'hui, elle n'a de cesse de vouloir protéger son pays contre le pouvoir de Moscou.

UKRAINE


Moscou accuse Kiev d'avoir empêché l'évacuation de civils se trouvant dans une usine à Severodonetsk. "La partie russe a mis à disposition un couloir humanitaire pour permettre l'évacuation des civils de l'usine chimique Azot à Severodonetsk. Malgré toutes ces mesures, (...) les autorités de Kiev ont fait échouer avec cynisme l'opération humanitaire", a accusé le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

... ET SOUTIEN AMÉRICAIN


Dans le même temps, Joe Biden indique avoir réaffirmé son soutien au président ukrainien Zelensky, au cours d'un appel téléphonique.

NOUVELLE AIDE AMÉRICAINE


Joe Biden annonce une nouvelle tranche d'aide militaire à l'Ukraine, avec à l'intérieur, de l'artillerie, des obus et des missiles sol-mer, pour un montant total d'un milliard de dollars.

NAVALNY BIEN TRANSFÉRÉ DANS UNE AUTRE PRISON


L'opposant numéro 1 du président russe Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, a confirmé, via un post Instagram, qu'il avait été transféré dans une autre prison, plus éloignée de Moscou que la précédente. Cette dernière est réputée pour les mauvais traitements infligés à des détenus.


Une porte-parole d'Alexeï Navalny, Kira Iarmych, avait déclaré en mai que cette prison était l'"une des plus effrayantes de Russie", affirmant que "des détenus y sont torturés et tués". Cette prison a d'ailleurs fait l'objet de nombreuses enquêtes journalistiques sur des accusations de mauvais traitements infligés aux détenus.

GAZPROM VS BERLIN


Après l'annonce de la réduction des livraisons de Gazprom, Berlin réagit. Pour l'autorité allemande, le groupe cherche, avant tout, à "faire monter les prix" du gaz avec cette nouvelle baisse des livraisons. "Il s'agit clairement d'une stratégie visant à perturber", a dénoncé le ministre de l'Économie et du Climat Robert Habeck, dans un communiqué.

TROP TÔT POUR TIRER DES CONCLUSIONS


La commission d’enquête de l’ONU sur l’Ukraine a recueilli de multiples allégations sur de possibles crimes de guerre commis par les forces russes dans ce pays, mais il est trop tôt pour tirer des conclusions, a dit mercredi son président. "A Boutcha et Irpine, la commission a reçu des informations concernant des meurtres arbitraires de civils, la destruction et le pillage de biens, ainsi que des attaques contre des infrastructures civiles, notamment des écoles", a déclaré le président de la commission, Erik Mose, lors d’une conférence de presse à Kiev.


Mais "à ce stade, nous ne sommes pas en mesure de faire des constatations factuelles ou de nous prononcer sur des questions relatives à la qualification juridique des événements", a-t-il observé.

L'UKRAINE PRESSE L'EUROPE DE L'AIDER DAVANTAGE


Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a rappelé mercredi face aux députés tchèques l’invasion de la Tchécoslovaquie par l’Union soviétique en 1968, tout en pressant l’Europe d’aider davantage son pays contre la Russie.


"Nous sommes avec vous, soyez avec nous", a déclaré M. Zelensky aux députés tchèques à Prague lors d’une téléconférence, citant un appel lancé par un présentateur de la radio tchécoslovaque en 1968 alors que les occupants soviétique tentaient de couper la radio.


"Aujourd’hui, alors que le peuple ukrainien lutte pour sa liberté contre l’invasion cruelle de la Russie, nous utilisons ces mots pour nous adresser à toutes les nations d’Europe et du monde démocratique", a-t-il ajouté. "L’Ukraine doit obtenir tout ce qui est nécessaire pour remporter la victoire."

IKEA ANNONCE "RÉDUIRE SES ACTIVITÉS" EN RUSSIE


Le géant suédois de l'ameublement Ikea va "réduire ses activités en Russie et au Bélarus" après les avoir suspendues dès le début de l'invasion de l'Ukraine par Moscou. "Les ventes et les chaînes d'approvisionnement ont été très touchées dans le monde entier et nous ne pensons pas possible de reprendre notre activité prochainement" en Russie et au Bélarus, a indiqué dans un communiqué le groupe Ingka qui gère la majorité des magasins Ikea. 


Ainsi, certaines activités de ventes du groupe "seraient arrêtées et la main d'œuvre serait réduite, impliquant beaucoup de collaborateurs", continue le communiqué.

"LA MOLDAVIE PEUT COMPTER SUR LE SOUTIEN DE LA FRANCE"


"Je souhaite adresser un triple message à la Moldavie", poursuit le chef de l'État depuis Chisinau. "Amitié et admiration pour la générosité de l'accueil réservé aux personnes qui ont fui le conflit, soutien à la souveraineté et l'intégrité territoriale de la République de Moldavie, et de solidarité, vous pouvez compter sur le soutien de la France et de l'Union européenne."

EMMANUEL MACRON : "ARRÊTER LA GUERRE SANS FAIRE LA GUERRE"


"Nous ne pouvons nous permettre de faire preuve de la moindre faiblesse tout en restant lucide sur notre rôle", déclare Emmanuel Macron depuis la Moldavie. "Notre détermination est totale pour agir en mobilisant tous les leviers : rendre insoutenable le coût de la poursuite de cette agression pour la Russie, et arrêter la guerre sans faire la guerre. [...] Nous devons renforcer la crédibilité de notre dissuasion pour que la Russie ne puisse imaginer poursuivre plus loin son agression."

"LES MOIS À VENIR SONT EXTRÊMEMENT PRÉOCCUPANTS"


"Ma présence aujourd'hui s'inscrit dans un double contexte", dont "celui de la guerre et de la situation du pays voisin, l'Ukraine", affirme Emmanuel Macron depuis la Moldavie. "Ce contexte est une menace pour toute la région. Ce qui se joue en Ukraine constitue une menace pour notre stabilité. Les semaines et mois à venir sont extrêmement préoccupants."

EMMANUEL MACRON EN MOLDAVIE


Après s'être entretenus, le président de la République Emmanuel Macron et son homologue moldave Maia Sandu s'expriment depuis Chisinau. "Nos rencontres fréquentes et concluantes confirment le caractère spécial de l'amitié moldo-française", note Maia Sandu.

RÉDUCTION DES LIVRAISONS DE GAZ


Le géant russe Gazprom a annoncé baisser d'encore un tiers ses livraisons de gaz à l'Europe via le gazoduc Nord Stream, arguant avoir été forcé d'arrêter un équipement de l'allemand Siemens. "Gazprom arrête le fonctionnement d'une autre turbine à gaz de Siemens à la station de compression Portovaïa", où se fait le remplissage de Nord Stream, indique un communiqué du groupe. Ainsi, la production quotidienne passera, ce jeudi, de 100 à 67 millions de mètres cubes par jour, après une première baisse de 167 à 100 millions de m3 mardi.

POUTINE ET XI VEULENT RENFORCER LA COOPÉRATION ÉCONOMIQUE


Le président russe Vladimir Poutine et son homologue chinois Xi Jinping souhaitent renforcer leur coopération économique. "Il a été convenu d'élargir la coopération dans les domaines énergétique, financier, industriel, des transports et autres, en tenant compte de la situation économique mondiale qui s'est compliquée en raison des sanctions illégitimes de l'Occident", a indiqué le Kremlin dans un communiqué, ajoutant que les deux dirigeants ont aussi parlé "du développement des relations militaires".

"NOUS VOULONS RENTRER CHEZ NOUS"


Invitée par le comité Miss Languedoc-Roussillon, Yelizaveta Yastremskaya espère récolter des fonds pour les enfants ukrainiens grâce à une cagnotte en ligne. "Je lance un appel à l’aide aux Français parce que l’Ukraine en a vraiment besoin", nous dit-elle.

Culture, médias et divertissement
Miss Ukraine : "Nous voulons rentrer chez nous et vivre normalement, rien de plus"

Miss Ukraine : "Nous voulons rentrer chez nous et vivre normalement, rien de plus"

INTENSIFIER LES ARMES


Les Occidentaux doivent "intensifier" les livraisons d'armes pour lui permettre de se défendre contre les forces russes, indique Lloyd J. Austin, le secrétaire d'État américain à la Défense.


"L'Ukraine est confrontée à un moment charnière sur le champ de bataille. Nous devons donc redoubler d'efforts pour qu'elle puisse se défendre", a-t-il déclaré lors d'une réunion au siège de l'Otan des pays du "groupe de contact" créé par les États-Unis pour aider l'Ukraine.

LA LIVRAISON DES ARMES LOURDES DE L'OTAN "DEMANDE DU TEMPS"


Les pays de l'Otan vont fournir davantage d'armes lourdes modernes à l'Ukraine, mais cela "demande du temps", assure le secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg. "Nous avons pris la mesure de l'urgence, mais les efforts demandent du temps", a-t-il expliqué au cours d'une conférence de presse avant le début d'une réunion des ministres de la Défense de l'Alliance.


Et pour cause, "la transition entre le matériel de l'époque soviétique et le matériel moderne de l'Otan impose que les Ukrainiens soient prêts à l'utiliser", a-t-il souligné. "Il s'agit d'une transition difficile, exigeante", a-t-il insisté.


Le ministère ukrainien de la Défense a regretté mardi soir que Kiev n'ait reçu qu'"environ 10 % des armes" qu'elle réclame à ses partenaires occidentaux pour lutter sur le terrain face à l'armée russe.

ENFANTS


L'ONU enquête sur l'envoi supposé d'enfants ukrainiens vers la Russie, où ceux-ci seraient ensuite proposés à l'adoption à des familles russes, a indiqué mercredi la Haute-commissaire aux droits de l'homme. Michelle Bachelet a expliqué que ses services "se penchaient sur les accusations de déportations forcées d'enfants de l'Ukraine vers la Fédération de Russie". "Nous sommes inquiets des intentions supposées des autorités russes de permettre le déplacement d'enfants ukrainiens vers des familles vivant en Fédération de Russie, qui ne semblent pas inclure de mesures de regroupement familial, ni respecter le meilleur intérêt de l'enfant", a-t-elle lancé.


Pour l'heure, le Haut Commissariat aux droits de l'homme n'est pas en mesure de confirmer ces accusations, ni le nombre d'enfants concernés. 

MARIOUPOL 


Londres a affirmé vendredi que des cas de choléra ont été enregistrés à Marioupol, en Ukraine. Une information reprise par plusieurs médias, mais à prendre avec prudence. Ni les équipes de MSF, ni l'OMS n'ont pu nous confirmer ces cas de choléra.

CHINE


Le président chinois, Xi Jinping, a assuré mercredi Vladimir Poutine du soutien de Pékin en matière de "souveraineté" et de "sécurité". "La Chine est disposée à poursuivre avec la Russie le soutien mutuel sur les questions de souveraineté, de sécurité, ainsi que sur d'autres questions d'intérêt fondamental et préoccupations majeures", a déclaré le chef d'État, dans des propos cités par l'agence de presse Chine nouvelle. 

LIVRAISON DES ARMES LOURDES


Les pays de l'Otan vont fournir des armes lourdes modernes à l'Ukraine, mais cela "demande du temps", car il faut former les militaires ukrainiens à leur utilisation, a annoncé mercredi le secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg. "Nous avons pris la mesure de l'urgence, mais les efforts demandent du temps. La transition entre le matériel de l'époque soviétique et le matériel moderne de l'Otan impose que les Ukrainiens soient prêts à l'utiliser", martèle-t-il, soulignant qu'il "s'agit d'une transition difficile, exigeante". 

IKEA


Ikea a annoncé mercredi "réduire ses activités" en Russie et en Biélorussie. "Les ventes et les chaînes d'approvisionnement ont été très touchées dans le monde entier et nous ne pensons pas possible de reprendre notre activité prochainement", a déclaré le groupe Ingka, qui gère la majorité des magasins Ikea, dans un communiqué. 


Contacté par l'AFP, un porte-parole de l'entreprise, qui emploie 12.500 des 15.000 salariés d'Ikea en Russie, a précisé que l'entreprise n'était pas encore en mesure de fournir de détails sur le nombre de départs. Le groupe a toutefois ajouté qu'il prévoyait "de vendre son inventaire d'ameublement" et que la production en Russie "réduirait ses effectifs et commencerait à chercher un nouvel acquéreur pour ses quatre usines". 

MACRON EN ROUMANIE


Le président de la République s'est rendu ce mercredi matin en Roumanie, sur la base de Mihail Kogalniceanu. Interrogé sur sa volonté de ne pas "humilier la Russie", Emmanuel Macron a défendu sa position. "À un moment donné, quand le feu pourra cesser, nous devrons négocier", a-t-il affirmé.

LIVRAISONS D'ARMES


L'Ukraine "attend une décision" ce mercredi sur une accélération des livraisons d'armes lourdes par ses alliés occidentaux, a indiqué un conseiller de la présidence ukrainienne. "Le ratio Ukraine/Russie en artillerie est de l'ordre de 10 contre 1, je reçois quotidiennement des messages de nos combattants disant 'Nous tenons, dites-nous juste quand les armes arriveront'", a tweeté Mikhaïlo Podoliak. "Je renvoie la question (...) Bruxelles, nous attendons une décision", a-t-il ajouté. 

GAZ


Gazprom a annoncé la réduction de 15% des livraisons de gaz à l'Italien Eni, pour la journée de mercredi. "Eni confirme que Gazprom lui a communiqué une réduction limitée des fournitures de gaz pour la journée d'aujourd'hui, équivalente à environ 15%", a confirmé à l'AFP un porte-parole de la firme transalpine. Les "raisons de cette diminution n'ont pas été notifiées à ce stade", a-t-il précisé. 

EMMANUEL MACRON EN ROUMANIE


Le président de la République Emmanuel Macron et son homologue roumain Klaus Iohannis terminent leur prise de parole. Le chef de l'État doit désormais s'envoler vers la Moldavie.

"NOUS NE FAISONS PAS LA GUERRE À LA RUSSIE", ASSURE EMMANUEL MACRON


"Nous ne faisons pas la guerre à la Russie", martèle Emmanuel Macron. "La seule issue souhaitable du conflit est soit une victoire militaire de l'Ukraine, soit une discussion, parce que le feu aura cessé, qui permet un accord entre l'Ukraine et la Russie. Donc à un moment, il faudra parler. Je suis frappé de voir qu'il y a une escalade verbale alors que l'on n'en tire pas les conséquences."

EMMANUEL MACRON VEUT "ENVOYER DES SIGNAUX POLITIQUES CLAIRS À L'UKRAINE"


Le président de la République va-t-il se rendre en Ukraine ? "Nous sommes en train de converger pour avoir des discussions d'une nouvelle nature avec l'Ukraine", répond Emmanuel Macron. "Nous avons besoin d'envoyer des signaux politiques clairs à l'égard de l'Ukraine. Le contexte politique et les décisions que l'UE devra prendre justifient de nouvelles discussions en profondeur et de nouvelles avancées."

"QUAND LE FEU POURRA CESSER, NOUS DEVRONS NÉGOCIER AVEC LA RUSSIE"


"La Russie est une puissance dotée", rappelle Emmanuel Macron, interrogé sur la position de la France. "Je n'ai jamais partagé les propos qui consistaient à dire que nous ferions la guerre au peuple russe, et que demain nous voudrions l'anéantir. À un moment donné, quand le feu pourra cesser, nous devrons négocier avec la Russie."

FACE À LA RUSSIE, "LA POSITION DE LA FRANCE EST CLAIRE"


"Face à la guerre décidée par la Russie contre l'Ukraine et son peuple, la position de la France est claire depuis le premier jour : tout faire pour l'empêcher, sanctionner de manière unie la Russie - nous avons pris six séries de sanctions inédites -, soutenir l'Ukraine avec beaucoup de clarté", indique Emmanuel Macron. "Telle est la position de la France et de l'Europe, sans aucune complaisance, mais nous voulons bâtir la paix. Nous souhaitons tous que le feu cesse, et que les discussions reprennent."

ARMES OCCIDENTALES


L'armée russe a affirmé mercredi avoir détruit un dépôt d'armes livrées par l'Otan dans l'ouest de l'Ukraine. Le ministère de la Défense a assuré que "des missiles de croisière Kalibr de haute précision ont détruit près de la localité de Zolochiv un entrepôt de munitions d'armes étrangères fournies à l'Ukraine par les pays de l'Otan, notamment des obusiers M777 de 155 mm".

"NOUS PARTAGEONS LA CONDAMNATION DE L'AGRESSEUR"


"Nous partageons sans appel la même condamnation de l'agresseur", déclare Emmanuel Macron, aux côtés du président roumain depuis une base militaire. "Nous poursuivons les mêmes efforts pour assurer notre indépendance énergétique, construire notre défense commune, et améliorer la sécurité alimentaire du monde dans ce contexte."

LE DISPOSITIF DE L'OTAN À L'EST VA "MONTER EN PUISSANCE", DÉCLARE E.MACRON


"Nous sommes fiers d'être ici, heureux de la mission qui s'est parfaitement accomplie dans cette première phase, et heureux de la poursuivre", poursuit Emmanuel Macron depuis la Roumanie. "La Roumanie n'est pas pour la France un pays comme les autres. À plusieurs reprises, face à des crises mettant en jeu sa sécurité, la Roumanie a pu compter sur la fraternité de la France. Je suis fier que nous puissions continuer cette histoire."


"Dans le cadre de l'Otan", Emmanuel Macron veut étendre "le dispositif actuel" en Roumanie. "Il va monter en puissance. C'est une preuve de plus de notre unité pour écarter toute menace militaire sur le flanc est de l'Union européenne et de l'Otan." 

"JE VEUX REMERCIER NOS ARMÉES"


Au tour d'Emmanuel Macron de prendre la parole. "Ce déplacement intervient dans un contexte extrêmement grave : la guerre d'agression menée par la Russie contre l'Ukraine", déclare le président de la République. "J'ai pu rencontrer les soldats français qui participent depuis février à la réassurance de la Roumanie. Je veux remercier nos armées déployées avec une réactivité inédite : vous avez montré que vous étiez à la hauteur. J'en suis fier et reconnaissant."

LE PRÉSIDENT ROUMAIN "REMERCIE" LA FRANCE POUR LA PRÉSENCE DE SOLDATS


Le président Emmanuel Macron et son homologue roumain, Klaus Iohannis, prennent la parole. "Votre visite est une preuve de l'excellente relation bilatérale entre nos deux pays", salue le président roumain. "Notre coopération sur la ligne de sécurité a connu ces derniers temps une intensification spéciale. Elle était vraiment bienvenue. Je vous remercie pour la présence de soldats français en Roumanie. La France assume la position de leader de l'Otan."

EMMANUEL MACRON EN ROUMANIE


Le chef de l'État passe les troupes en revue aux côtés du président roumain, Klaus Iohannis. Il est accompagné par le ministre de la Défense, Sébastien Lecornu.

BILAN


L'Ukraine a actualisé mercredi son bilan des pertes russes depuis le début de l'invasion, le 24 février 2022. Ainsi, selon le KyivPost, Moscou a déjà perdu 32.750 hommes, 1440 tanks et 722 pièces d'artillerie. 13 navires russes auraient également été coulés. 

EMMANUEL MACRON EN ROUMANIE


Le président de la République Emmanuel Macron vient d'arriver sur la base de Mihail Kogalniceanu, en Roumanie. Il doit prendre la parole dans quelques minutes.

GUERRE DU BLÉ 


La représentation ukrainienne auprès de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a fustigé mercredi les actions de la Russie. Selon elle, les armées de Moscou ont volé des milliers de tonnes de blé ukrainien ces dernières semaines. "L'armée russe est la première armée de pilleurs", fustige-t-elle.

La défense par l'armée ukrainienne du Donbass (est), cible prioritaire de Moscou, est "vitale" pour Kiev, car son issue "donnera une indication" sur la suite de la guerre avec la Russie, a estimé mardi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky. "Il est vital de rester dans le Donbass. (...) La défense de la région est essentielle pour donner une indication sur celui qui dominera (sur le terrain) dans les semaines à venir", a déclaré M. Zelensky dans son allocution quotidienne aux Ukrainiens diffusée sur Telegram. 

"Il faut tenir le coup", a-t-il martelé, debout devant le bâtiment de l'administration présidentielle à Kiev, alors que les Russes progressent petit à petit depuis dans le Donbass au point de pratiquement contrôler intégralement la région de Lougansk.

Les combats à Severodonetsk et Lyssytchansk, deux villes d'environ 100.000 habitants, font rage depuis plusieurs jours, et leur prise par les militaires russes permettraient aux troupes de Moscou de cibler Sloviansk, dans la région de Donetsk, à quelque 70 km à l'ouest. "Plus l'ennemi y subit des pertes, moins il aura de force pour continuer son agression", a lancé M. Zelensky. Le président ukrainien a toutefois indiqué que son armée "subissait de lourdes pertes dans la région de Kharkiv (est), où l'armée russe tente de renforcer sa position" selon lui. Autre zone de combats intenses entre Ukrainiens et Russes : Kherson dans le Sud. "Nous continuons à exercer une pression sur les occupants" dans cette région, a dit Volodymyr Zelensky.

Un possible déplacement d'Emmanuel Macron à Kiev

Emmanuel Macron est arrivé mardi soir en Roumanie pour saluer les 500 soldats français qui y sont déployés depuis l'invasion russe de l'Ukraine, avant une visite de soutien à la Moldavie mercredi et un possible déplacement délicat à Kiev. Ce déplacement vise à "soutenir nos soldats qui sont (...) mobilisés dans le cadre de l'Otan pour protéger notre frontière à l'est de l'Union européenne et éviter une extension de la guerre", a expliqué le président avant de quitter la France.

Il s'agit de sa première venue dans le sud-est de l'Europe depuis le début, le 24 février, du conflit déclenché par Moscou, qui "sème partout le désordre géopolitique" et "économique" selon lui. Très attendue, sa visite en Ukraine pourrait se dérouler plus tard dans la semaine en compagnie du chancelier allemand Olaf Scholz et du Premier ministre italien Mario Draghi selon des médias à Berlin et Rome. Une information non confirmée par l'Élysée, qui précise que "rien n'est acté" à ce stade.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info