EN DIRECT - Guerre en Ukraine : la Corée du Nord a fourni des missiles à la Russie, selon la Maison Blanche

Publié le 4 janvier 2024 à 6h24, mis à jour le 4 janvier 2024 à 23h51

La région russe de Belgorod, frontalière de l'Ukraine, a annoncé jeudi prolonger les vacances scolaires dans des écoles et recommandé aux universités d'enseigner à distance. Une décision qui fait suite à des frappes ukrainiennes meurtrières d'une ampleur sans précédent.
Retrouvez les dernières informations sur le conflit.

Ce live est à présent terminé. 

BELGOROD

La ville russe de Belgorod a été la cible d'une nouvelle série de bombardements ukrainiens en fin de journée, quelques heures après que les écoles de la région eurent reçu l'ordre de prolonger leur fermeture pendant les vacances en raison du risque de nouvelles attaques.


Le gouverneur de Belgorod, Vyacheslav Gladkov, a déclaré qu'au moins deux personnes avaient été blessées lors de ce dernier bombardement, alors que des chaînes Telegram diffusaient ce qui semblait être des images de voitures endommagées dans la ville. "Selon les données préliminaires, il y a deux victimes. Un homme a été blessé par un éclat d'obus à l'avant-bras, l'autre a été blessé par un éclat d'obus au tibia", a-t-il déclaré.

DES MISSILES NORD-CORÉENS

La Corée du Nord a fourni des missiles à la Russie pour attaquer l'Ukraine, affirme ce jeudi la Maison Blanche. "Nos informations indiquent que la Corée du Nord a récemment fourni à la Russie des systèmes de lancement de missiles balistiques et plusieurs missiles balistiques", dont certains ont ensuite été utilisés, le 30 décembre puis le 2 janvier, dans des frappes sur l'Ukraine, a détaillé le porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain, John Kirby.

ATTAQUE UKRAINIENNE EN CRIMÉE

La Russie a dit jeudi avoir repoussé une attaque ukrainienne sur la ville de Sébastopol en Crimée annexée, abattant dix missiles dont les débris ont fait un blessé.


"Nos militaires ont repoussé une attaque sur Sébastopol. Cela a été l'attaque la plus massive ces derniers temps", a relevé le gouverneur de cette cité Mikhaïl Razvojaïev, installé par la Russie après l'annexion de cette péninsule ukrainienne en 2014. Selon lui, des fragments des missiles ukrainiens abattus sont tombés dans des zones habitées et ont fait au moins un blessé.


"Dix missiles ukrainiens ont été détruits au-dessus de la péninsule de Crimée par les forces de défense antiaérienne", a confirmé le ministère russe de la Défense. Le commandement stratégique de l'armée ukrainienne a de son côté seulement affirmé avoir "frappé un poste de commandement des forces d'occupation russes près de Sébastopol"

"PAS DE PAIX"

"Nous devons constater que le régime de Zelensky n'est pas enclin à faire la paix. Ses représentants pensent en termes de guerre et ont recours à une rhétorique très agressive. Il n'est pas question de mettre fin aux hostilités", a déclaré Sergei Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères

REMBOURSEMENT

Depuis le début de la guerre, des milliards sont versés par les États-Unis et l’UE pour soutenir l’Ukraine. Ces aides sont soumises à des conditions et prennent la forme de prêts.

DES ÉCOLES RUSSES FERMÉES JUSQU'AU 19 JANVIER

La région russe de Belgorod, frontalière de l'Ukraine, a annoncé jeudi prolonger les vacances scolaires dans des écoles et recommandé aux universités d'enseigner à distance, après des frappes ukrainiennes meurtrières d'une ampleur sans précédent. "Je rapporte les décisions qui ont été prises : prolonger les vacances scolaires du 9 au 19 janvier" dans des municipalités, notamment la ville de Belgorod, la capitale régionale de quelque 360.000 habitants, a indiqué sur Telegram le gouverneur Viatcheslav Gladkov.

LES PASSAGES FRONTALIERS ENTRE LA POLOGNE ET L'UKRAINE BLOQUES

Les quatre principaux passages frontaliers entre la Pologne et l'Ukraine restaient bloqués jeudi pour le trafic des camions après la reprise dans la matinée du barrage du dernier passage par des agriculteurs polonais. 


"Après une pause pour la période des fêtes, nous avons repris dans la matinée le blocage du poste de Medyka (sud-est) faute d'un accord par écrit avec le gouvernement", a déclaré à l'AFP Roman Kondrow, un des organisateurs, ajoutant que le blocage allait se poursuivre jusqu'au 3 février. "Si un accord (...) est signé, nous suspendrons notre blocage en attendant que nos revendications soient réalisées."

QUATRE MORTS DANS DES FRAPPES RUSSES

Au moins quatre personnes ont été tuées dans des bombardements russes dans l'est et le centre de l'Ukraine, ont annoncé jeudi les autorités ukrainiennes, après plusieurs jours d'attaques massives de Moscou qui ont fait des dizaines de morts et de blessés. Dans la région de Kirovograd (centre), relativement éloignée de la ligne de front, une attaque russe au missile "sur une installation industrielle" a fait un mort et "huit blessés" à Kropyvnytskiï, a indiqué dans un post sur Telegram le gouverneur Andriï Raïkovytch.


Dans la région méridionale de Kherson, un habitant de 61 ans est décédé à la suite d'une frappe russe à Stanislav, a déploré le gouverneur régional, Oleksandre Prokoudine. Sur la ligne de front est, près de Donetsk, une frappe russe a fait un mort et un blessé à Katerynivka, selon le gouverneur Vadym Filachkine.


La veille, des attaques russes ont tué une personne et blessé trois autres dans la région de Donetsk, où les forces de Moscou ont visé 11 villages, a déploré sur Telegram jeudi le ministère ukrainien de l'Intérieur.

RÉUNION OTAN-KIEV LA SEMAINE PROCHAINE

Les ambassadeurs de l'Ukraine et des pays membres de l'Otan vont se retrouver mercredi à Bruxelles, à la demande de Kiev qui réclame davantage de moyens de défense aérienne après de récentes frappes russes. Cette réunion, décidée par le secrétaire général de l'organisation, Jens Stoltenberg, à la demande de l'Ukraine, fait suite aux "récentes attaques de missiles et de drones russes contre des civils ukraniens", a expliqué jeudi le porte-parole de l'Alliance transatlantique, Dylan White.


Les pays de l'Otan ont déjà fourni "d'importantes quantités de systèmes de défense aérienne à l'Ukraine et sont engagés à renforcer encore les moyens de défense de l'Ukraine", a-t-il ajouté.

MOSCOU ET KIEV ÉCHANGENT DES CENTAINES DE PRISONNIERS DE GUERRE

La Russie et l'Ukraine ont annoncé mercredi avoir chacune libéré plus de 230 prisonniers de guerre dans leur plus grande opération d'échange de ce type en près de deux ans de conflit et en pleine escalade des bombardements. Il s'agit du premier échange de prisonniers de guerre depuis l'été, les autorités ukrainiennes ayant accusé Moscou de bloquer les négociations à ce sujet.


"À l'issue d'un processus de négociation complexe, 248 militaires russes ont été rapatriés du territoire contrôlé par le régime de Kiev", s'est réjoui le ministère russe de la Défense dans un communiqué mis en ligne sur Telegram. "Plus de 200 de nos soldats et civils sont revenus de captivité chez les Russes", a de son côté annoncé le président ukrainien, Volodymyr Zelensky.


Selon le commissaire ukrainien aux droits humains, Dmytro Loubinets, exactement 230 militaires ukrainiens ont été échangés au cours de ce "49e échange" entre Kiev et Moscou depuis le début de l'assaut russe en février 2022. C'est "le plus important en termes de nombre de défenseurs (ukrainiens) rapatriés", a affirmé le centre ukrainien de coordination chargé des prisonniers de guerre.

MOSCOU VEUT ÉPUISER L'UKRAINE AVEC SES FRAPPES MASSIVES

Les récentes frappes massives russes contre des grandes villes ukrainiennes visent, selon les experts, à épuiser la population et la défense antiaérienne de l'Ukraine, qui a une nouvelle fois réclamé plus d'armes à ses alliés occidentaux. L'un des premiers objectifs du Kremlin, explique Mick Ryan, chercheur associé au CSIS (Center for strategic and international studies), est de "tester" la défense antiaérienne, qui est montée en puissance grâce au système américain Patriot ou encore à son équivalent franco-italien SAMP/T MAMBA.


Moscou cherche à engager une course contre-la-montre en espérant que "l'Ukraine sera à court d'intercepteurs avant que la Russie ne soit à court de missiles et de drones", relève cet ex-général sur X.

BIENTÔT À COURT DE MUNITIONS ?

La défense antiaérienne mobile ukrainienne a assez de munitions pour faire face à "quelques" nouvelles frappes russes de grande ampleur mais ses stocks ne pourront être reconstitués qu'avec l'aide des Occidentaux, alerte un général ukrainien.  "Dans la situation actuelle, en ce qui concerne les systèmes mobiles de défense antiaérienne, les munitions (...) sont suffisantes pour résister aux prochaines puissantes attaques", souligne le général Serguiï Naïev, le commandant des forces conjointes ukrainiennes, interrogé mercredi par l'AFP au cours d'une réunion avec d'autres militaires près de Kiev. 


"Mais à moyen et long termes, nous avons bien sûr besoin de l'aide des pays occidentaux pour reconstituer le stock de missiles", ajoute celui qui a sous sa charge ces unités chargées notamment de défendre le ciel de la capitale ukrainienne. Pour lui, la priorité est donc d'"obtenir davantage de munitions" face à une armée russe qui "veut vraiment épuiser le système de défense antiaérienne".


Selon le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, la Russie a envoyé depuis le 29 décembre 2023 près de 300 missiles et plus de 200 drones explosifs Shahed en direction de l'Ukraine.

BIENVENUE

Bonjour à tous et à tous. Bienvenue sur TF1info pour suivre les dernières actualités autour de la guerre en Ukraine, débutée le 24 février 2022 après l'invasion russe ordonnée par Vladimir Poutine.

Des centaines de prisonniers échangés. Mercredi 3 janvier, la Russie et l'Ukraine ont annoncé avoir chacun libéré plus de 230 prisonniers de guerre. Il s'agit de l'opération la plus importante de ce type réalisée entre les deux pays en deux ans de conflit et en pleine escalade des bombardements ainsi que du premier échange de prisonniers de guerre depuis l'été, les autorités ukrainiennes ayant accusé Moscou de bloquer les négociations à ce sujet.

"À l'issue d'un processus de négociation complexe, 248 militaires russes ont été rapatriés du territoire contrôlé par le régime de Kiev", s'est réjoui le ministère russe de la Défense dans un communiqué sur Telegram. "Plus de 200 de nos soldats et civils sont revenus de captivité chez les Russes", a de son côté indiqué le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Selon le commissaire ukrainien aux droits humains, Dmytro Loubinets, exactement 230 militaires ukrainiens ont été échangés au cours de ce "49e échange" entre Kiev et Moscou depuis le début de l'assaut russe en février 2022.

C'est "le plus important en termes de nombre de défenseurs (ukrainiens) rapatriés", a affirmé le centre ukrainien de coordination chargé des prisonniers de guerre. Parmi eux figurent 66 défenseurs de l'usine Azovstal au moment du siège de la ville de Marioupol par l'armée russe en 2022, selon un responsable ukrainien ayant pris part aux négociations. Cet échange intervient en pleine intensification des violences entre Russes et Ukrainiens ces derniers jours, avec des frappes des deux côtés qui ont fait des dizaines de morts et de blessés parmi les civils.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info