En difficulté en Ukraine, Poutine choisit l'escalade

EN DIRECT - Guerre en Ukraine : "La moitié" de Severodonetsk sous le contrôle de l'armée ukrainienne, selon un responsable

La rédaction de TF1info
Publié le 5 juin 2022 à 7h00, mis à jour le 6 juin 2022 à 1h09
JT Perso

"La moitié" de Severodonetsk est sous le contrôle de l'armée ukrainienne, a déclaré dimanche un responsable.
Suivez les dernières informations sur le conflit.

DES LANCE-ROQUETTES POUR L'UKRAINE


Le Royaume-Uni va fournir à l'Ukraine des lance-roquettes d'une portée de 80 kilomètres pour faire face à l'offensive russe, a annoncé lundi le ministère de la Défense, prenant la suite de Washington.


Ces systèmes de lance-roquettes multiples (M270 MLRS) permettront d'"augmenter significativement les capacités des forces ukrainiennes", a indiqué le ministère dans un communiqué. 

CONTRE-OFFENSIVE


L'Ukraine a assuré dimanche que son armée contrôlait la "moitié" de Severodonetsk. Le gouverneur de la région de Lougansk a toutefois dit s'attendre à une contre-attaque majeure des troupes russes.

COUPE DU MONDE


L'Ukraine s'est inclinée dimanche contre le Pays de Galles (1-0) en finale des barrages à la Coupe du monde. C'est un coup franc vicieux de Gareth Bale, détourné dans ses propres filets par Yarmolenko, qui a offert la victoire aux Dragons.

SEVERODONETSK


"La moitié" de Severodonetsk est encore sous le contrôle de l'armée ukrainienne, a déclaré dimanche un responsable local.

AIDE À L'UKRAINE


L'Ukraine affirme dimanche avoir besoin d'une aide occidentale "constante", pas de livraisons d'armes "ponctuelles". "Nous sommes déjà entrés dans une guerre prolongée et nous aurons besoin d'un soutien constant. L'Occident doit comprendre que son aide ne peut être ponctuelle mais qu'elle doit se poursuivre jusqu'à notre victoire", a ainsi déclaré Ganna Malyar, vice-ministre de la Défense. 

VÉRIFICATION


D’après l’ancien sénateur Yves Pozzo di Borgo, le pape François a trouvé des excuses à Vladimir Poutine en jetant la responsabilité sur l’Otan. Ce n’est pas ce qu'a dit le souverain pontife, dans l'entretien en question, accordé début mai à la presse italienne.

VERS UNE PÉNURIE D'EAU POTABLE À MARIOUPOL ?


La pénurie d'eau potable à Marioupol est désormais à un niveau critique, selon un conseiller du maire, Petro Andrushenko, relayé par CNN. D'après le média américain, ce dernier a déclaré que les gens devaient s'inscrire pour recevoir de l'eau potable et ne pouvaient en obtenir que tous les deux jours. 


Les dégâts causés à Marioupol pendant plus de deux mois de bombardements ont été si graves que la plupart des services de base, tels que l'électricité, le gaz et l'eau courante. Ces systèmes doivent encore être rétablis par les autorités locales soutenues par la Russie.

POUTINE MENACE LES OCCIDENTAUX


Si les Occidentaux livrent des missiles de longue portée à l’Ukraine, Vladimir Poutine menace de frapper de nouvelles cibles, sans préciser lesquelles. Selon lui, les livraisons actuelles d’armes vers l’Ukraine visent d'ailleurs à "prolonger le conflit".

262 ENFANTS TUÉS DEPUIS LE DÉBUT DU CONFLIT


Au moins 262 enfants ont été tués et 467 autres ont été blessés depuis le début de la guerre en Ukraine, indique le Parlement ukrainien, ce dimanche, sur Telegram. Ces chiffres ne sont toutefois pas définitifs, car ils ne prennent pas en compte les potentielles victimes dans les zones, où les combats sont toujours en cours, indique le parlement.

DES MATCHS DE FOOTBALL BIENTÔT EN UKRAINE ?


L'Ukraine prévoit de reprendre le football de compétition dans le pays en août malgré les attaques de la Russie, selon l'Associated Press qui a interrogé Andriy Pavelko, le président de la fédération ukrainienne de football. Ce dernier a mené des entretiens avec Volodymyr Zelensky et les dirigeants de la FIFA et de l'UEFA sur la recherche d'un moyen sûr pour jouer les matchs masculins et féminins à domicile, après les avoir abandonnés en février.

DES INFRASTRUCTURES FERROVIAIRES VISÉES À KIEV


A l'aube ce dimanche, plusieurs frappes aériennes russes visant des infrastructures des chemins de fer ont secoué Kiev, les premiers depuis fin avril. Dans le détail, quatre missiles ont frappé l'usine de réparation de wagons de Darnytsia, dans le sud-est de Kiev, a annoncé Olexandre Kamychine, chef de la compagnie publique des chemins de fer ukrainienne Ukrzaliznytsia. Un cheminot a été blessé, a-t-il précisé sur Telegram.


De son côté, Moscou affirme avoir détruit des blindés fournis à l'Ukraine par des pays d'Europe de l'Est. "La Russie ment. Leur objectif, c'est l'économie et les civils ukrainiens. Ils veulent nous priver de la possibilité d'exporter des produits ukrainiens en Occident", a déclaré le responsable ukrainien.

LA FRANCE EN "DISCUSSIONS" POUR REMPLACER LE PÉTROLE RUSSE


La France est en "discussions" avec les Émirats arabes unis pour trouver des solutions de remplacement au pétrole russe frappé d'un embargo européen, a affirmé Bruno Le Maire sur Europe 1 et CNews. Le ministre français de l’Économie a ajouté que Paris cherchait "des substituts à l'approvisionnement en gaz ou en diesel venus de Russie".


Vendredi, l'Union européenne a imposé son 6e paquet de sanctions contre Moscou, comprenant un tarissement de ses approvisionnements en pétrole. L'objectif est de moins participer au financement de la guerre russe en Ukraine au travers des achats massifs d'énergie au régime de Vladimir Poutine.

LE PAPE APPELLE DE NOUVEAU À DE "RÉELLES NÉGOCIATIONS"


En marge de la messe de la Pentecôte, le pape François a exhorté l'Ukraine et la Russie à mener de "réelles négociations". "Alors que la fureur de la destruction et de la mort fait rage et que les affrontements s'enflamment, alimentant une escalade de plus en plus dangereuse pour tous, je renouvelle mon appel aux dirigeants des nations : s'il vous plaît, ne conduisez pas l'humanité à la destruction !", a-t-il lancé face à la foule devant 25.000 fidèles réunis place Saint-Pierre.

L'UKRAINE AVANCE UN BILAN DES PERTES RUSSES


Selon le journal Kyiv Independent, au moins 31.150 soldats russes seraient morts depuis le début de la guerre, le 24 février dernier. Dans le même temps, 1.381 tanks auraient été détruits par l'armée ukrainienne. 


Les données étant fournies par l'Etat-major ukrainien, ces chiffres doivent donc être pris avec prudence. Ces derniers pouvant servir à alimenter une propagande, que ce soit d'un côté ou de l'autre.

FRAPPES SUR KIEV : LA VERSION DE MOSCOU


Selon l'armée russe, les missiles tirés ce dimanche tôt dans la matinée ont détruit des blindés livrés par des pays d'Europe de l'Est.


"Des missiles de haute précision et de longue portée tirés par les forces aérospatiales russes sur la banlieue de Kiev ont détruit des chars T-72 fournis par des pays d'Europe de l'Est et d'autres blindés qui se trouvaient dans des hangars", a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

LIVRAISONS D'ARMES : POUTINE MENACE DE VISER DE NOUVELLES CIBLES


Selon le président russe Vladimir Poutine, la livraison de nouvelles armes à Kiev vise à "prolonger le conflit". 


Si des missiles de longue portée sont livrés à l'Ukraine, "alors nous tirerons les conclusions appropriées et utiliserons nos armes (...) pour frapper des sites que nous n'avons pas visés jusqu'à présent", a déclaré M. Poutine, cité par les agences de presse russes. Il n'a pas précisé quelles cibles pourraient être concernées.

PÉTROLE : LA FRANCE EN DISCUSSION AVEC LES ÉMIRATS


Dimanche, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a annoncé que la France souhaitait remplacer le pétrole russe, désormais quasi-intégralement banni en Europe, par des importations en provenance des Émirats arabes unis. "Nous devons trouver une alternative au pétrole russe", martèle-t-il sur Europe 1.

LA RUSSIE PERD DU TERRAIN À SEVERODONETSK, SELON LES UKRAINIENS


Les Russes ont perdu du terrain à Severodonetsk, ville-clé de l'est de l'Ukraine et épicentre des combats acharnés pour le contrôle du Donbass, a affirmé dimanche le gouverneur régional.


"Les Russes contrôlaient environ 70% de la ville, mais au cours des deux derniers jours ils ont été repoussés. La ville est divisée en deux, ils ont peur de s'y déplacer librement", a déclaré sur Telegram Serguiï Gaïdaï, gouverneur de la région de Lougansk, en partie contrôlée par les séparatistes prorusses depuis 2014, et dont Severodonetsk est la capitale administrative ukrainienne.

LES UKRAINIENS ONT CONTRE-ATTAQUÉ A SEVERODONETSK


Selon le ministre britannique de la Défense, les forces ukrainienne ont bel et bien "contre-attaqué dans la ville de Severodonetsk. Pour Londres, cette contre-offensive a "probablement" émoussé "l'élan opérationnel que les forces russes avaient précédemment acquis en concentrant les unités de combat et la puissance de feu".

LES ÉVÉNEMENTS DE CES DERNIÈRES 24 HEURES

UN BLESSÉ À KIEV, SELON VITALI KLITSCHKO


"Concernant les explosions matinales dans les quartiers de Darnytskyi et Dniprovskyi de la capitale. Il n'y a actuellement aucune victime des frappes de missiles sur les infrastructures", a-t-il déclaré sur Telegram Vitali Klitschko. Cependant, une personne a été hospitalisée, selon le maire de Kiev.

PLUSIEURS "EXPLOSIONS" DANS LA CAPITALE


Des "explosions" ont secoué Kiev dimanche matin, a affirmé son maire Vitali Klitschko dans un message sur Telegram. "Plusieurs explosions dans les quartiers de Darnytsky et Dniprovsky de la ville. Les services sont en train d'éteindre" le feu, a écrit l'édile de la capitale ukrainienne.


"L'agresseur continue de lancer des missiles et de mener des frappes aériennes sur les infrastructures militaires et civiles de notre pays, en particulier à Kiev", a écrit l'état-major de l'armée ukrainienne sur sa page Facebook.


La capitale, autour de laquelle l'étau russe s'est desserré fin mars début avril, avait été notamment frappée le 28 avril, le jour de la visite du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. Selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky, "cinq missiles" s'étaient alors abattus sur Kiev.

BONJOUR À TOUS


Bienvenue dans ce nouveau direct, consacré à la guerre en Ukraine. Le conflit entre dans son 102ᵉ jour, ce dimanche.

C'est l'un des combats les plus stratégiques entre Kiev et Moscou. La Russie s'est lancée, à corps perdu, dans la bataille de Severodonetsk, une ville-clé de l'est de l'Ukraine en proie ce week-end à des "combats de rue", tout en cherchant toujours, selon Kiev, à avoir la mainmise sur l'ensemble du territoire ukrainien.  

Pour le moment en tout cas, plus de 100 jours après le début du conflit, les troupes russes concentraient leur offensive sur le grand bassin minier du Donbass, une région orientale partiellement aux mains depuis 2014 de séparatistes prorusses et dont elles espèrent conquérir l'intégralité.

Une "guerre d'usure", a tranché le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, tandis que le ministre ukrainien de la Défense Oleksiï Reznikov, tout en reconnaissant qu'"il est encore impossible de prédire" quand elle se terminera, a de manière inattendue dans ce contexte lâché samedi : "Selon mes prévisions optimistes, c'est réaliste cette année". 

Lire aussi

Sur le terrain, la situation reste très confuse à Severodonetsk. La Russie affirmait samedi que des unités militaires ukrainiennes s'en retiraient, tandis que l'état-major de l'armée ukrainienne et le maire de cette cité, Olexandre Striouk, signalaient dans la soirée des affrontements en vue de complètement la reprendre.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info