EN DIRECT - Guerre en Ukraine : 11 morts dont plusieurs enfants dans une frappe russe dans l'est du pays

Publié le 6 janvier 2024 à 7h00, mis à jour le 6 janvier 2024 à 19h38

Une frappe russe a fait au moins onze morts, dont cinq enfants, et huit blessées ce samedi 6 janvier dans l'est de l'Ukraine, selon les autorités locales.
Le gouverneur régional affirme que "le coup principal a été porté à Pokrovsk et Rivn", deux villes de la région de Donetsk.
Suivez les dernières informations en direct.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

MOSCOU

Depuis plusieurs mois, la colère a envahi les proches des soldats russes mobilisés en Ukraine. Selon Vladimir Poutine, près de 250.000 personnes mobilisées combattent sur le terrain. Les femmes de ces réservistes exigent qu'ils reviennent chez eux, certains étant mobilisés depuis plus d'un an.

Urgent

FRAPPE RUSSE

Au moins onze personnes ont été tuées, dont cinq enfants, et huit blessées samedi lors d'une frappe russe ayant notamment visé la ville de Pokrovsk, dans l'est de l'Ukraine, a annoncé le gouverneur régional. "Les Russes ont frappé la région avec des missiles S-300, tuant onze personnes et en blessant huit autres. Le coup principal a été porté à Pokrovsk et Rivné de la communauté de Myrnograd", a indiqué sur Telegram Vadim Filachkine, à la tête de la région de Donetsk.

UNE FRONDE (TIMIDE) EN RUSSIE

Des femmes de Russes mobilisés pour combattre en Ukraine ont déposé symboliquement samedi des fleurs sur la flamme du soldat inconnu sous les murs du Kremlin, en signe de protestation, pour demander le retour de leurs maris du front.


La colère prend de l'ampleur depuis des mois chez les proches des réservistes mobilisés sur ordre de Vladimir Poutine en septembre 2022, un sujet sensible pour les autorités qui se sont jusqu'à présent gardées de réprimer ce mouvement de fronde naissant. Samedi, elles étaient une quinzaine malgré le froid à déposer des fleurs rouges sur cet important symbole en plein coeur de Moscou.


"Nous voulons attirer l'attention des autorités et du public sur notre appel. Nous avons essayé plusieurs moyens. Nous avons lancé un appel écrit aux députés, aux responsables, aux administrations, mais nous n'avons pas été entendu", a expliqué à l'AFP Maria, directrice des ventes de 47 ans.

LOUGANSK

Selon le gouverneur nommé par Moscou à Lougansk, les autorités russes sont en passe de créer des centres de propagande dans les territoires occupés sous la forme de "musées de l'opération militaire spéciale". "Ces lieux de propagande exposeront du matériel militaire russe et glorifieront les collaborateurs locaux", assure le gouvernement pro-Moscou.

DONETSK

Les autorités russes d'occupation dans la région orientale de Donetsk ont indiqué que les bombardements ukrainiens ont tué deux personnes, à la veille de la célébration du Noël orthodoxe par Moscou. 


"Deux personnes ont été tuées à Makiïvka et Horlivka", deux villes industrielles de l'est de l'Ukraine contrôlé par Moscou, a déclaré sur Telegram le chef de la région de Donetsk, Denis Pouchiline. Les frappes se multiplient de part et d'autres ces derniers jours, alors que le conflit dure depuis près de deux ans.

NOËL ORTHODOXE

La Russie annonce qu'elle annule les messes de minuit du Noël orthodoxe dans la ville de Belgorod. La veille, les autorités de la région de Belgorod avaient proposé d'évacuer les habitants inquiets face à la multiplication des attaques. 


Cette mesure inédite pour une grande ville en Russie s'inscrit en porte-à-faux par rapport au Kremlin qui s'est toujours efforcé de donner l'image que le conflit n'affecte pas directement le quotidien et la sécurité des Russes.


La Russie célèbre le Noël orthodoxe le 7 janvier et des messes de minuit sont célébrées dans la nuit du 6 janvier.

UN MORT DANS DES BOMBARDEMENTS UKRAINIENS

A Golivka, ville sous contrôle de Moscou dans l'est de l'Ukraine, des bombardements ukrainiens ont fait un mort et deux blessés, selon une publication sur Telegram du maire Ivan Prikhodko.


Les frappes se multiplient de part et d'autres ces derniers jours, alors que le conflit dure depuis près de deux ans. La Russie a massivement bombardé des villes ukrainiennes à deux reprises, faisant 61 morts en une semaine. L'Ukraine a pour sa part visé à de multiples reprises la ville russe de Belgorod, à 50 km de la frontière, dont lors d'une attaque sans précédent samedi dernier, qui a fait 25 morts.

LIVRAISON DE F-16 D'ICI QUELQUES MOIS

Les avions de combat américains F-16 devraient être livrés par le Danemark à l'Ukraine au deuxième trimestre 2024, annonce le ministère danois de la Défense. "Il s'agit notamment de finaliser la formation du personnel ukrainien qui exploitera l'avion après la donation", précise-t-il, alors que des pilotes ukrainiens sont actuellement formés sur le sol danois. Un calendrier plus précis n'est toutefois pas fixé, car le bon déroulé de la formation "dépend de plusieurs facteurs tels que les conditions matérielles et météorologiques", a prévenu le ministère danois.

DÉFENSE ANTI-AÉRIENNE

Tandis que le système de défense américain Patriot aide l'Ukraine à se défendre contre les assauts russes, il pourrait bientôt être à court de missiles. Citant des responsables de la Maison Blanche et du Pentagone, le New York Times révèle que les États-Unis pourraient bientôt ne plus être en mesure d'approvisionner les systèmes en missiles intercepteurs, qui peuvent coûter de 2 à 4 millions de dollars l'unité.

VERS DES LIVRAISONS ALLEMANDES DE MISSILES TAURUS ?

Le débat sur une livraison de missiles de croisière Taurus à Kiev s'intensifie en Allemagne, où plusieurs responsables politiques exhortent le chancelier à donner son aval. "La livraison de missiles Taurus à l'Ukraine aurait dû avoir lieu depuis longtemps", juge Sara Nanni, une porte-parole du groupe parlementaire des Verts. "La protection la plus efficace contre les attaques aériennes russes consiste à atteindre des cibles situées sur le territoire russe et dans les territoires occupés de l'est de l'Ukraine, à partir desquelles la Russie lance ses attaques", a-t-elle estimé dans un entretien au quotidien Rheinische Post. 


Le chancelier Scholz avait décidé début octobre de ne pas livrer de missiles Taurus pour le moment. Cette décision était motivée par la crainte que le territoire russe soit également touché par ces armes de précision d'une portée de 500 kilomètres.

UNE HÉCATOMBE CÔTÉ RUSSE ?

Le ministère britannique de la Défense indique que le "nombre moyen de victimes quotidiennes russes a augmenté de près de 300" au cours de l'année 2023. "Si les chiffres se maintiennent au même rythme au cours de l'année prochaine, la Russie aura perdu plus d'un demi-million de personnes en Ukraine", ajoute le ministère britannique.


Un bilan à prendre avec précaution. Comme nous vous l'expliquions dans cet article, il est toujours aussi difficile de se fier aux estimations sur le bilan des pertes humaines, tant cette évaluation est hautement stratégique en temps de guerre

REPORTAGE

Comment l'Ukraine protège-t-elle son sol des attaques venues du ciel ? Découvrez notre reportage au cœur de la défense anti-aérienne de Kiev, qui a maîtrisé certains missiles russes. ↓

Ukraine : la défense anti-aérienne en actionSource : TF1 Info

UNE "USINE À TROLLS" RUSSES À NICE ?

Une enquête publiée par le média russophone Meduza révèle qu'Evgueni Prigojine, l'ancien chef de la milice Wagner, aurait loué en 2014 un appartement à Nice pour y placer une usine trolls chargée de publier des contenus anti-UE sur les réseaux sociaux. Selon le site indépendant, l'objectif assigné à cette équipe aurait été de se faire arrêter par les autorités françaises, ce qui aurait donné à Prigojine l'opportunité de dénoncer le non-respect de la liberté d’expression en France. Cette arrestation n'a toutefois jamais eu lieu.

L'AVIATION RUSSE À LA PEINE, DIT LONDRES

Dans son dernier rapport quotidien sur la situation en Ukraine, le ministère britannique de la Défense affirme que la Russie n'arrive pas à établir sa supériorité aérienne sur l'Ukraine. Selon les renseignements britanniques, "trois avions de combat" russes ont en effet été abattus juste avant Noël, ce qui a eu un impact sur les objectifs tactiques des forces terrestres de Moscou. Bien que la Russie ait intensifié ses frappes aériennes ces derniers jours, le niveau reste donc "inférieur" à celui observé avant Noël.

ŒIL DE MOSCOU

Dans une récente prise de parole, le chef du contre-espionnage norvégien confie que parmi les migrants qui ont traversé la frontière russe en 2015, certains se seraient vus confier des missions de renseignements en faveur de la Russie. "Nous avons constaté que les services de pays étrangers avaient envoyé des gens en mission" à travers le flux migratoire, explique Atle Tangen cité par la presse norvégienne. Selon ses informations, il ne s'agissait pas d'espions à proprement parler mais "de personnes qui avaient été trompées ou menacées par les services de renseignement pour qu'elles accomplissent des missions à leur place".

IMAGES À BELGOROD

Comme nous vous le disions plus tôt, les autorités de Belgorod ont invité les habitants à évacuer et à sécuriser leurs fenêtres pour se protéger des éclats d'obus. On fait le point sur les annonces dans cette ville  visée par des bombardements ukrainiens qui s'intensifient. ↓

Russie : à Belgorod, les habitants sont priés d'évacuerSource : TF1 Info

ZELENSKY VEUT SAISIR LES AVOIRS RUSSES

Le président ukrainien appelle les Occidentaux à saisir les 300 milliards de dollars d'avoirs russes gelés à l'étranger. "Ils doivent être mis à profit pour soutenir l'Ukraine", plaide Volodymyr Zelensky dans une publication sur X.

DÉFENSE ANTI-AÉRIENNE RUSSE

La Russie affirme avoir abattu quatre missiles ukrainiens cette nuit, qui survolait la Crimée annexée. La veille, Moscou avait assuré avoir déjoué une nouvelle attaque de drones ukrainiens contre la péninsule et avait fait état de 36 drones abattus tôt vendredi.

UNE BASE AÉRIENNE FRAPPÉE EN CRIMÉE

L'armée de l'air ukrainienne affirme avoir détruit une base aérienne russe en Crimée annexée. "Aérodrome de Saki, toutes les cibles ont été abattues", s'est félicité le commandant de l'armée de l'Air, le général Mykola Olechtchouk, sur Telegram


Une information accompagnée d'une photo, et qui fait écho aux affirmations de plusieurs médias locaux faisant état d'une dizaine d'explosions dans la nuit, près de la ville d'Eupatoria, dans l'Ouest de la péninsule.

RÉUSSITE MILITAIRE

Kiev a publié vendredi les images d'un Kinjal, ce missile présenté comme "invincible" par Vladimir Poutine, qui aurait été abattu. Voici ce que l'on sait de la neutralisation de ce missile hypersonique.  ↓

QUELLE AIDE POUR L'UKRAINE ?

La Commission européenne travaille sur des "solutions opérationnelles" pour aider l'Ukraine si le plan de financement de 55 millions de dollars venait à échouer, a révélé la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen. "Il est important de savoir que nous avons débloqué avant Noël la dernière tranche de notre paquet de soutien de 18 milliards d'euros pour l'Ukraine pour 2023, ce qui aidera l'Ukraine à financer ses besoins pour le début de cette année", a par ailleurs ajouté la présidente de la Commission lors d'une conférence de presse en Belgique hier soir. 


Le Conseil européen doit se réunir en sommet le 1er février pour discuter du programme de financement pour l'Ukraine. Mais pour l'heure, les dirigeants de l'UE n'ont pas réussi à se mettre d'accord en raison de l'obstruction du premier ministre hongrois Viktor Orban.

LA SITUATION CE MATIN

Il est 7h, l'occasion de revenir sur les événements des dernières heures : 

- Les autorités de Belgorod ont invité les habitants à évacuer et à sécuriser leurs fenêtres pour se protéger des éclats d'obus. "Dès aujourd'hui, nous sommes prêts à vous transporter à Stary Oskol et à Goubkine, où vous serez dans des conditions très confortables, dans des chambres chaudes et sûres. Vous y resterez aussi longtemps que nécessaire", a annoncé le gouverneur de la région russe, frontalière de l'Ukraine et visée par des bombardements ukrainiens qui s'intensifient.


- La mesure prise par les autorités russes à Belgorod est inédite pour une grande ville en Russie et s'inscrit en porte-à-faux par rapport au Kremlin qui s'est toujours efforcé de donner l'image, depuis près de deux ans d'invasion, que le conflit n'affecte pas directement le quotidien et la sécurité des Russes. Cette stratégie a volé en éclat le 30 décembre quand 25 personnes ont perdu la vie dans cette ville frontalière. 


- Avec Vladimir Poutine qui a promis d'"intensifier" les frappes russes contre des "cibles militaires" en Ukraine, les autorités municipales à Kiev ont demandé "instamment" aux habitants de la capitale de ne pas prendre part aux événements de masse pour célébrer l'Épiphanie ce samedi.


- L'Ukraine a publié hier soir des images de ce qu'elle a présenté comme un missile hypersonique russe Kinjal, dont elle a affirmé avoir abattu dix exemplaires lors des frappes massives de mardi à l'aide du système antiaérien américain Patriot. 

BONJOUR

Bonjour et bienvenue dans ce direct consacré à la guerre en Ukraine.

La Russie en difficulté. Les autorités de la région russe de Belgrorod, frontalière de l'Ukraine et visée par des bombardements ukrainiens qui s'intensifient, ont proposé vendredi  janvier aux habitants le souhaitant d'évacuer et les ont invités à sécuriser leurs fenêtres pour se protéger des éclats d'obus. "Dès aujourd'hui, nous sommes prêts à vous transporter à Stary Oskol et à Goubkine (plus éloignés de la frontière, ndlr), où vous serez dans des conditions très confortables, dans des chambres chaudes et sûres. Vous y resterez aussi longtemps que nécessaire", a annoncé le gouverneur de la région de Belgorod, Viatcheslav Gladkov, sur Telegram.

Cette mesure inédite pour une grande ville en Russie s'inscrit en porte-à-faux par rapport aux efforts du Kremlin qui s'est toujours efforcé de donner l'image, depuis près de deux ans d'invasion, que le conflit n'affecte pas directement le quotidien et la sécurité des Russes. Signe d'une inquiétude qui grandit, plus tôt dans la journée, la ville de Belgorod avait déjà appelé pour la première fois ses habitants à sécuriser leurs fenêtres pour "se protéger" d'éventuels éclats de verre face aux bombardements ukrainiens qui s'y multiplient.

La veille, les autorités régionales avaient, elles, annoncé repousser la rentrée scolaire du 9 au 19 janvier dans la ville et dans quelques localités environnantes. Les hostilités se sont encore accrues entre Russes et Ukrainiens au tournant de la nouvelle année, avec une multiplication de frappes particulièrement meurtrières. En représailles à l'attaque sans précédent sur Belgorod, Vladimir Poutine avait promis d'"intensifier" les frappes russes contre des "cibles militaires" en Ukraine.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info