Au moins trois personnes ont été tuées lundi et six autres blessées, dont deux adolescents, dans une frappe russe sur Snigourivka, un village de la région méridionale de Mykolaïv.
Suivez les dernières informations en direct sur le conflit.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

OPPOSANTS

Plusieurs membres du groupe russo-bélarusse Bi-2, célèbre en Russie pour son opposition à l'invasion de l'Ukraine, ont obtenu la nationalité moldave, a annoncé ce pays d'Europe de l'Est. "La présidente Maia Sandu a signé le décret accordant la citoyenneté de la République de Moldavie à certains membres de Bi-2 et à leur famille", a écrit sur le réseau social Telegram son chef de cabinet, Adrian Balutel. 


"Notre pays protège la dignité humaine, la liberté d'expression et affiche sa solidarité avec ceux qui sont en danger", a-t-il ajouté, rappelant que les artistes du groupe avaient été "réprimés après s'être élevés contre la guerre en Ukraine". Formé dans les années 1980 au Bélarus, alors partie intégrante de l'Union soviétique, Bi-2 a quitté la Russie en signe de protestation contre l'offensive en Ukraine et se produit désormais dans des pays comptant d'importantes communautés russophones.  

INSTRUCTEURS FRANÇAIS

Kiev a précisé ce soir que l'envoi en Ukraine d'instructeurs militaires français était "toujours en discussion" avec Paris, après que le commandant en chef de l'armée ukrainienne a affirmé que la France allait en envoyer "prochainement". 


"Depuis février 2024, l'Ukraine a exprimé son intérêt pour la perspective de recevoir des instructeurs étrangers en Ukraine", a indiqué un communiqué du ministère de la Défense. "Pour l’instant, nous sommes toujours en discussions avec la France et d’autres pays sur cette question". 


Le ministère français de la Défense avait tempéré la déclaration de son homologue ukrainien, en évoquant un "chantier" encore en cours, et une piste qui continue à être explorée, sans confirmer l'imminence d'un envoi d'instructeurs militaires.

DRONE EN BANLIEUE DE MOSCOU

La Russie a affirmé avoir abattu un drone dans la banlieue de Moscou et imposé des restrictions de vol pendant moins d'une heure à deux aéroports de la capitale. "Aujourd'hui, vers 21 heures, dans le district de Kuchino (est de Moscou), les défenses aériennes ont abattu un drone, dont les débris sont tombés sur une maison", a posté sur Telegram Andrei Vorobyov, gouverneur de la région de la capitale russe.  


Le ministère russe de la Défense avait plus tôt indiqué que la défense aérienne avait abattu un "ballon de petite taille".  Les responsables de l'aviation ont indiqué que des restrictions de trafic avaient été imposées aux aéroports de Domodedovo et de Zhukovsky, deux des aéroports de la capitale russe, pendant un peu plus d'une demi-heure. 

MISSILES

La Pologne a annoncé l'achat aux États-Unis de missiles de croisière, pour une valeur de 677 millions d'euros, afin d'augmenter ses capacités de défense face à une menace potentielle de la part de la Russie. "La guerre en Ukraine a démontré l'importance de pouvoir tirer des missiles sur des cibles même très éloignées de la ligne de front, et la portée des missiles qui seront achetés est d'environ 1.000 km", a précisé le ministère polonais de la Défense dans un communiqué. 


Les livraisons des missiles AGM-158 JASSM-ER (Joint Air-to-Surface Standoff Missile) seront effectuées entre 2026 et 2030, a précisé le ministère. Le contrat, qui doit être officiellement signé mardi, s'inscrit dans le cadre d'une modernisation rapide de l'armée polonaise, accélérée par l'agression russe contre l'Ukraine. Face à la menace russe, Varsovie a augmenté son budget de défense à environ 4% du PIB, chiffre le plus élevé parmi les pays de l'Otan. 

INSTRUCTEURS FRANÇAIS : PARIS TEMPÈRE

L'envoi d'instructeurs français en Ukraine "fait partie des chantiers discutés depuis la conférence sur le soutien à l'Ukraine" en février dernier, a tempéré le cabinet du ministre de la Défense français auprès de TF1 et LCI. Cette piste continue d'être explorée "notamment pour comprendre les besoins exacts" des ukrainiens, selon cette source. 


Un peu plus tôt ce lundi, le commandant en chef de l'armée ukrainienne avait affirmé que la France allait envoyer "prochainement" de premiers instructeurs militaires en Ukraine. Officiellement, la France ne dispose pas de militaires assistant ou formant les forces ukrainiennes en Ukraine. Emmanuel Macron a évoqué à plusieurs reprises la possibilité d'envoyer des troupes occidentales pour aider Kiev, suscitant la controverse parmi ses alliés ainsi que la colère de la Russie. 

CONFIANCE

Les Vérificateurs de TF1info ont enquêté sur l'assertion de l'ancien sénateur Yves Pozzo di Borgo, selon laquelle le président ukrainien ne serait plus soutenu que par 7% de ses compatriotes. ⬇️

DÉFENSE EUROPÉENNE

L'Europe est à "un moment inédit de son histoire" qui la contraint à penser par elle-même "sa défense et sa sécurité", a déclaré Emmanuel Macron, face notamment à une Russie qui "sera là demain, après-demain". 


"La géographie, nous ne la changerons pas avec la Russie qui aujourd'hui menace notre sécurité et a agressé l'Ukraine", a-t-il déclaré dans un discours devant de jeunes Européens, à Dresde, dans l'est de l'Allemagne, où il effectue une visite d'État. Le continent a certes pu compter au fil des années sur l'allié américain, qui encore aujourd'hui est le premier fournisseur en armement de l'Ukraine pour l'aider à repousser l'agresseur russe. 


"Nous avons le droit et même le devoir de nous dire quelle chance nous avons d'avoir ces alliés. Mais est-ce raisonnable de leur demander toujours davantage d'efforts ?", a-t-il ajouté, plaidant de nouveau avec force pour que l'Europe prenne sa défense en main.

INSTRUCTEURS FRANÇAIS ?

Le commandant en chef de l'armée ukrainienne a affirmé que la France allait envoyer "prochainement" de premiers instructeurs militaires en Ukraine afin de former les troupes de ce pays ravagé par la guerre avec la Russie. "Je salue l'initiative de la France d'envoyer des instructeurs en Ukraine pour former les militaires ukrainiens. J'ai déjà signé les documents qui permettront aux premiers instructeurs français de se rendre prochainement dans nos centres de formation et de se familiariser avec les infrastructures et leur personnel", a écrit sur Telegram le général Oleksandre Syrsky. 

ZELENSKY A MADRID

Le président ukrainien a été reçu ce lundi par le couple royal espagnol à Madrid. 

ANDRES BALLESTEROS / POOL / AFP

"MESURES DE RÉTORSION"

La Russie a promis de prendre des "mesures de rétorsion" contre la Pologne après l'annonce par Varsovie d'imposer des restrictions aux déplacements des diplomates russes sur son sol, en raison de la "guerre hybride" menée par Moscou, selon les dirigeants polonais. "Nous (...) prendrons des mesures de rétorsion pour que les dirigeants polonais, qui sont envahis par la russophobie, regrettent grandement les prochaines mesures antirusses prises", a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, citée par les agences de presse russes. 

FRAPPE RUSSE

Au moins trois personnes ont été tuées et six autres blessées, dont deux adolescents, dans une frappe russe sur Snigourivka, un village de la région méridionale de Mykolaïv en Ukraine, a annoncé son gouverneur, Vitaly Kim. 

"GUERRE HYBRIDE"

Varsovie a décidé d'imposer des restrictions aux déplacements des diplomates russes dans le pays en raison de "l'implication" de Moscou dans "une guerre hybride", a déclaré lundi le ministre polonais des Affaires étrangères.  


"Je viens d'annoncer une décision de la Pologne concernant l'implication de l'État russe dans une guerre hybride contre l'UE, y compris la Pologne. Il s'agira de restrictions à la circulation des diplomates russes dans notre pays", a déclaré Radoslaw Sikorski à la presse à Bruxelles. 

ÉVACUATIONS

Une équipe de LCI a pu accompagner des volontaires qui participent à l'évacuation des civils de la région de Vovtchansk, où les combats font rage. 

ZELENSKY A LISBONNE MARDI

Après sa visite à Madrid, le président ukrainien se rendra au Portugal ce mardi, pour signer un accord de sécurité et de coopération militaire. Le déplacement de Volodymyr Zelensky inclura des rencontres avec le chef du gouvernement et le président Marcelo Rebelo de Sousa. 

SOMMET SANS MOSCOU

Volodymyr Zelensky a rejeté la proposition de la Chine et du Brésil qui insistent sur la participation de la Russie à un sommet pour la paix en Ukraine prévu en Suisse mi-juin. "Actuellement, nous ne voyons pas la Russie y participer, parce que la Russie va tout bloquer, c'est clair", a déclaré le président ukrainien lors d'une conférence de presse à Madrid. "Elle veut détruire l'Ukraine, nous anéantir",  a-t-il asséné.  

UE : LA HONGRIE AGACE

Plusieurs pays européens, dont l'Allemagne, n'ont pas caché leur agacement devant les blocages systématiques de la Hongrie sur l'aide européenne à l'Ukraine, dont Kiev a pourtant un besoin urgent. "J'en appelle instamment à la Hongrie pour qu'elle permette enfin à nouveau l'aide à l'Ukraine, pour le maintien de la paix", a déclaré la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, avant une réunion avec ses homologues de l'UE à Bruxelles. 


L'aide militaire à l'Ukraine, que les Européens ont décidé d'augmenter de 5 milliards d'euros en mars, est totalement bloquée par un veto hongrois. Cette aide, d'un total de plus de 6,5 milliards d'euros, transite par un fonds ad hoc, la Facilité européenne pour la paix (EPF en anglais), également bloquée. "On ne peut pas accepter qu'un seul pays, qui a accepté ce montant à la table des chefs d'État et de gouvernement il y a quelques mois, bloque maintenant cette aide cruciale à l'Ukraine", a dénoncé la cheffe de la diplomatie belge, Hadja Lahbib.

APPEL DE ZELENSKY A L'OCCIDENT

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé lundi l'Occident à contraindre la Russie à la paix "par tous les moyens", au moment où Kiev réclame de pouvoir utiliser des armes occidentales pour frapper le territoire russe.


"Nos soldats se défendent contre l'offensive russe, c'est pourquoi nous devons intensifier notre travail commun avec nos partenaires pour obtenir davantage : la sécurité et une coercition tangible de la Russie à la paix par tous les moyens", a-t-il déclaré, lors d'une conférence de presse en Espagne au côté du Premier ministre espagnol Pedro Sánchez.

AIDE DE L'ESPAGNE A KIEV

L'accord de sécurité signé lundi par l'Espagne et l'Ukraine lors de la visite officielle de Volodymyr Zelensky à Madrid comprend une aide militaire de Madrid d'un montant d'un milliard d'euros, a annoncé le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez.


Cet accord "inclut un engagement d'aide militaire pour 2024 d'un milliard d'euros qui va permettre à l'Ukraine de renforcer ses capacités" de défense face à l'offensive russe, a déclaré M. Sánchez lors d'une conférence de presse commune avec le président ukrainien.

ZELENSKY A MADRID

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky est arrivé lundi à Madrid pour signer un accord de sécurité avec le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez destiné à accroître l'aide militaire, jusqu'ici limitée, de Madrid à Kiev. "Je suis arrivé en Espagne pour signer un accord bilatéral de sécurité et m'entretenir avec le Premier ministre Pedro Sánchez", a indiqué M. Zelensky dans un message publié sur le réseau social Telegram.


"Nous allons parler de la poursuite de la coopération en matière de défense, de la préparation d'une nouvelle aide militaire et de la formation de l'armée ukrainienne", a ajouté le président ukrainien, qui presse ses alliés de renforcer leur aide pour contrer l'offensive russe.

LA RUSSIE REVENDIQUE LA PRISE DE NOUVELLES LOCALITES

La Russie a revendiqué lundi la prise de deux nouvelles localités dans les régions de Donetsk et Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, continuant sa poussée dans ces deux secteurs du front où elle est à l'offensive face à une armée ukrainienne en difficulté.


L'armée russe a "libéré le village" de Netaïlové, dans la région de Donetsk, ainsi que la localité d'Ivanivka, dans celle de Kharkiv, plus au nord, a affirmé le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

ZELENSKY ARRIVÉ A MADRID

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky est arrivé lundi à Madrid pour une visite officielle qui doit être marquée par la signature d'un accord destiné à accroître l'aide militaire de Madrid à Kiev.


Selon les images diffusées par la télévision publique espagnole, M. Zelensky a été accueilli sur le tarmac de l'aéroport de Madrid par le roi Felipe VI. Cette visite est la première visite officielle du président ukrainien en Espagne.

JENS STOLTENBERG

L'Ukraine a les mains liées en raison des restrictions sur l'usage des armes fournies par ses alliés occidentaux sur le territoire russe, a déploré lundi à Sofia le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.


"Cela lie les mains dans le dos des Ukrainiens et rend très difficile pour eux d'assurer leur défense", a déclaré M. Stoltenberg, à l'ouverture d'une réunion de l'Otan dans la capitale bulgare.

ESPIONNAGE AU PROFIT DE LA RUSSIE

La justice allemande a condamné lundi un ancien officier de l'armée à trois ans et demi de prison pour avoir transmis des informations militaires confidentielles à la Russie, après le début de l'invasion de l'Ukraine par les troupes de Moscou.


Selon l'accusation, Thomas H. a, de sa propre initiative, transmis des informations aux services secrets russes, un acte que le prévenu avait justifié lors de son procès à Düsseldorf (ouest) par sa volonté d'éviter une escalade nucléaire dans la guerre en Ukraine.

LCI SUR LE TERRAIN

Alors que l’offensive russe dans la région de Kharkiv, dans le nord-est de l’Ukraine se poursuit, des milliers de personnes ont été contraintes de fuir les combats. Une de nos équipes s'est rendue sur place, autour de Vovtchansk, où de nombreux habitants vivent cachés par peur des bombardements ininterrompus quand d'autres cherchent à être évacués d'urgence.

LCI sur le terrain : avec les évacués autour de VovtchanskSource : TF1 Info

ATTAQUE DE DRONE CONTRE UNE STATION-SERVICE EN RUSSIE

Une personne a été tuée et trois autres ont été blessées lundi dans une attaque ukrainienne de drone contre une station-service dans la région russe d'Oriol, à environ 160 km de la frontière avec l'Ukraine, a indiqué le gouverneur local. "Un drone est tombé ce matin sur le territoire d'une station-service dans la ville de Livny" en endommageant la façade d'un bâtiment administratif, a écrit Andreï Klytchkov, le gouverneur de la région d'Oriol, sur Telegram.


Après l'arrivée des services de secours sur les lieux, une nouvelle attaque de drone est survenue, selon la même source.

ZELENSKY EN ESPAGNE CE LUNDI

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui presse ses alliés de renforcer leur aide pour contrer l'offensive russe, sera lundi à Madrid ce lundi où il rencontrera le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, a annoncé dimanche le gouvernement espagnol. "Le président du gouvernement, Pedro Sanchez, recevra le président de l'Ukraine" à midi (10H00 GMT), puis les deux dirigeants tiendront une conférence de presse, ont annoncé les services du Premier ministre dans un communiqué.


Le roi Felipe VI recevra également le dirigeant ukrainien, a indiqué le palais dans un communiqué. Il s'agit de la première visite officielle du président Zelensky en Espagne depuis son arrivée au pouvoir en 2019, plus de deux ans après le début de l'invasion russe de son pays. 

LE POINT SUR LA SITUATION

Voici les informations marquantes des dernières 24 heures :


- Le bilan de la frappe russe sur un hypermarché de bricolage à Kharkiv a continué de grimper, passant à 16 morts ce dimanche, au lendemain de cette attaque qualifiée d'"ignoble" par le président ukrainien.

- Le ministre des Sports ukrainien a demandé à l'équipe nationale de garder "la tête froide" lors des JO de Paris, auxquels des athlètes russes et biélorusses participeront. Au Guardian, le ministre par intérim appelle donc les sportifs ukrainiens à ne prêter aucune attention aux éventuelles provocations de leurs homologues russes. 

- Dans son estimation quotidienne des pertes infligées à Moscou, l'État-major des armées ukrainien a indiqué dimanche que 501.190 soldats russes sont morts au combat depuis le 24 février 2022.

BIENVENUE

Bonjour et bienvenue dans ce direct consacré à la guerre en Ukraine et à ses conséquences dans le monde. Vous y trouverez toutes les dernières informations de ce lundi 27 mai.

C'est une première. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky va se rendre, lundi 27 mai, en Espagne où il rencontrera le Premier ministre Pedro Sanchez, a annoncé dimanche le gouvernement espagnol. "Le président du gouvernement, Pedro Sanchez, recevra le président de l'Ukraine" à midi (10h GMT), puis les deux dirigeants tiendront une conférence de presse, ont annoncé les services du Premier ministre dans un communiqué. 

Le roi Felipe VI recevra également le dirigeant ukrainien, a indiqué le palais dans un communiqué. Il s'agit de la première visite officielle du président Zelensky en Espagne depuis son arrivée au pouvoir en 2019, plus de deux ans après le début de l'invasion russe de son pays. 

Le Premier ministre Sánchez avait expliqué mercredi devant les députés espagnols qu'un accord de coopération bilatérale serait signé. "Dès que la situation sur le front le permettra, nous signerons un accord avec l'Ukraine qui renforcera la coopération économique, sociale et institutionnelle entre nos pays", a-t-il déclaré.

Le président Zelensky était attendu mi-mai à Madrid pour une visite officielle, mais avait dû a annuler sa visite, en raison de la nouvelle offensive russe dans le nord de l'Ukraine, selon la presse espagnole. Volodymyr Zelensky doit signer, selon le quotidien El Pais, un accord bilatéral de sécurité destiné à garantir un soutien militaire de Madrid à Kiev.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info