Le président ukrainien a estimé, dans son traditionnel message quotidien sur les réseaux sociaux, que laa défense aérienne ukrainienne pouvait "devenir la plus puissante d'Europe".
Suivez les dernières informations sur le conflit.

"CONTRÔLER L'UKRAINE"


Le patron de l'Otan, Jens Stoltenberg, a affirmé dans une interview que Vladimir Poutine avait toujours l'ambition de "contrôler l'Ukraine". Au cours d'un échange avec l'agence de presse Deutsche Presse-Agentur, cité par The Guardian, le secrétaire général de l'Alliance a estimé que "rien n'indique que le président Poutine a changé l'objectif global de cette guerre", celui de "contrôler l'Ukraine", un objectif qu'il enjoint les alliés de l'Ukraine à contrer. "Cela peut sembler un paradoxe, mais le soutien militaire à l'Ukraine est le chemin le plus rapide vers la paix", a-t-il jugé. 


Il a également appelé à "se préparer pour le long terme" et "aussi à de nouvelles offensives russes". La Russie a mobilisé "de nombreuses nouvelles troupes" et a "démontré sa volonté d'endurer des pertes douloureuses", "nous ne devons pas la sous-estimer", a-t-il ajouté. 

DÉFENSE AÉRIENNE UKRAINIENNE


"Cette année, nous avons non seulement maintenu nos défenses aériennes, mais nous les avons rendues plus fortes que jamais. Mais l'année prochaine, la défense aérienne ukrainienne deviendra encore plus forte, encore plus efficace", a assuré dans son adresse du soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky.


"La défense aérienne ukrainienne peut devenir la plus puissante d'Europe, et ce sera une garantie de sécurité non seulement pour notre pays, mais aussi pour l'ensemble du continent", a-t-il ajouté.

CADEAU FISCAL 


Les soldats et les fonctionnaires russes déployés en Ukraine n'auront plus l'obligation de déclarer leurs revenus, a annoncé vendredi le Kremlin, en vertu d'une exemption aux lois anticorruption à un moment où Moscou multiplie les incitations à partir combattre.


"Cela concerne ceux qui travaillent sur les (quatre) territoires", a déclaré à la presse Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin, faisant référence aux quatre régions ukrainiennes (celles de Donetsk, Lougansk, Kherson, Zaporijjia) dont Moscou revendique l'annexion - sans toutefois les contrôler entièrement - et où se déroule actuellement l'essentiel des combats.

COMPÉTITIONS INTERNATIONALES SPORTIVES


La Fédération russe de football (RFS) n'a pas mis ses menaces à exécution de quitter l'UEFA et a annoncé vendredi qu'elle souhaitait former un groupe de travail avec l'instance européenne pour organiser son retour dans les compétitions internationales, dix mois après le début de l'offensive en Ukraine qui a entraîné la mise au ban du sport russe.


"Le comité exécutif de la Fédération russe de football a pris la décision de proposer à l'UEFA de former un groupe de travail", a déclaré vendredi Alexandre Dioukov, le président de la RFS, lors d'une conférence de presse à Moscou.


De son côté, le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, a affirmé vendredi que les sanctions sportives imposées à la Russie et à la Biélorussie en raison de l'invasion de l'Ukraine "doivent rester et resteront fermement en place" en 2023. Il a par ailleurs assuré que les athlètes ukrainiens bénéficiaient de l'entière solidarité du Mouvement olympique et que le CIO souhaitait voir une équipe ukrainienne forte aux JO de Paris 2024.

FACT CHECKING


L'argument revient souvent dans la propagande russe : les images de la guerre seraient une vaste mise en scène orchestrée par Kiev. Des comptes pro-Russes, relayant des extraits vidéo, accusent régulièrement les Ukrainiens de montrer de faux blessés et de faux morts. Retour sur ces images au cœur du conflit.

FÂCHÉ


Vladimir Poutine n'enverra pas de vœux de bonne année aux présidents américain Joe Biden, français Emmanuel Macron et au chancelier allemand Olaf Scholz, a indiqué vendredi le Kremlin, en pleine crise entre Moscou et l'Occident depuis l'offensive russe en Ukraine.


"Ces homologues ne nous envoient aucuns vœux. De fait, nous n'avons aucun contact avec eux. Et compte tenu des actes inamicaux qu'ils entreprennent en permanence, le président ne leur enverra pas de vœux", a déclaré à la presse Dmitri Peskov, porte-parole de la présidence russe.

SOUTIEN BRITANNIQUE 


Dans un tweet, le premier ministre britannique, Rishi Sunak, a réaffirmé le soutien du Royaume-Uni à l’Ukraine. "Au cours des derniers jours, l’Ukraine a subi l’une des pires salves de missiles. Les Ukrainiens ne se découragent pas ", a-t-il écrit. Le Royaume-Uni va "continuer à les équiper avec le soutien nécessaire pour qu’ils se défendent", ajoute-t-il.

COOPÉRATION MILITAIRE RUSSO-CHINOISE

 

Le président russe Vladimir Poutine a dit vendredi vouloir renforcer la coopération militaire avec la Chine, lors d'une rencontre par visioconférence avec le dirigeant chinois Xi Jinping, louant la résistance de Moscou et Pékin face aux "pressions" occidentales.


"Dans le contexte des pressions sans précédent et des provocations de l'Occident, nous défendons nos positions de principe", a lancé M. Poutine, avant d'annoncer vouloir "renforcer la coopération entre les forces armées de Russie et de Chine".

DRONES KAMIKAZES RUSSES 


L'armée ukrainienne a annoncé vendredi avoir repoussé durant la nuit une attaque russe de drones iraniens sur le pays, y compris Kiev, au lendemain de bombardements russes. 


"Durant la nuit du 29 au 30 décembre, l'ennemi a attaqué l'Ukraine avec des drones suicide de fabrication iranienne, selon un communiqué de l'armée de l'air ukrainienne diffusé sur les réseaux sociaux. Seize drones au total ont été tirés depuis le sud-est et le nord et "tous" ont été détruits par la défense aérienne ukrainienne, selon le communiqué. 


À Kiev, les autorités de la capitale ukrainienne avaient annoncé une alerte aérienne a 02H12 (00H12 GMT) qui a duré un peu plus de deux heures. Le maire Vitali Klitschko a ensuite déclaré que Kiev avait été attaquée par sept drones, dont deux ont été abattus "à l'approche" de la capitale et cinq autres au-dessus de la ville. Il n'y a pas eu de victimes mais des chutes de débris ont endommagé les fenêtres de deux immeubles dans un quartier du sud-ouest de Kiev, a-t-il ajouté.

RÉCAP' 


De nouvelles salves de missiles ont touché plusieurs villes d'Ukraine ce 29 décembre, faisant plusieurs morts et détruisant les infrastructures énergétiques. Les principales villes du pays sont de nouveau privées d'électricité et la population subit le froid, alors qu'un missile antiaérien ukrainien a touché la Biélorussie, Kiev dénonce une "provocation" russe. On fait le point après 310 jours de guerre.

FOCUS SUR BAKHMUT 


Les forces russes ont détourné des ressources vers la bataille pour la ville de Bakhmut dans la région orientale de Donetsk mais n'ont fait aucune avancée, selon l'armée ukrainienne. Un responsable militaire a également déclaré que les forces ukrainiennes avaient progressé vers la ville de Kreminna, dans la région orientale de Louhansk, qui est tombée aux mains des Russes au printemps.

L'UKRAINE "N'EXCLUT PAS UNE PROVOCATION" RUSSE


Kiev "n'exclut pas une provocation délibérée" de la Russie pour "impliquer la Biélorussie dans sa guerre" après que Minsk a déclaré plus tôt avoir abattu un missile antiaérien ukrainien, a annoncé le ministère ukrainien de la Défense.

"La partie ukrainienne n'exclut pas une provocation délibérée de l'État terroriste russe, qui a tracé une telle route pour ses missiles de croisière afin de provoquer leur interception dans l'espace aérien au-dessus du territoire de la Biélorussie", a indiqué le ministère dans un communiqué, se disant par ailleurs "prêt" à participer à une enquête sur les circonstances de cet "incident".

LA RUSSIE PLONGE A NOUVEAU L'UKRAINE DANS LE NOIR ET LE FROID 


"La plupart des régions" d'Ukraine sont touchées jeudi soir par des coupures d'électricité après la nouvelle salve de tirs russes qui a visé dans la matinée les infrastructures électriques du pays, a déploré son président Volodymyr Zelensky.  Lviv, la grande ville de l'ouest de l'Ukraine était jeudi à 90% privée d'électricité, tandis qu’à Kiev, 40% des habitants étaient sans électricité dans la journée. " 

A Odessa, Kherson et autour, à Vinnytsia et en Transcarpatie", les coupures se multiplient, alors que des millions de civils ukrainiens vivent déjà depuis des semaines, en plein hiver, avec une électricité rationnée et des problèmes d'eau et de chauffage. "Avec chacune de ces attaques de missiles, la Russie ne fait que s'enfoncer plus profondément dans une impasse, a-t-il jugé , ils ont de moins en moins de missiles". 

BIENVENUE DANS CE LIVE


Bonjour, et bienvenue sur ce live dédié à la couverture en temps réel de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. 

Regain de violence en Ukraine. Kiev a dénoncé, jeudi 29 décembre, les frappes massives menées par la Russie sur son territoire. Des bombardements qui ont fait, selon les autorités, trois morts et des dégâts importants sur les infrastructures énergétiques, entraînant de nouvelles coupures de courant massives à la veille des fêtes du Nouvel An. Ces frappes ont fait "3 morts et 6 blessés, dont un enfant", a indiqué jeudi soir le ministre de l'Intérieur ukrainien Denys Monastyrskyi à une télévision locale.

Les coupures de courant, elles, se sont multipliées dans le pays, alors que des millions de civils ukrainiens vivent déjà depuis des semaines, en plein hiver, avec une électricité fortement rationnée et des problèmes d'eau courante et de chauffage. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, a dénoncé des frappes d'une "barbarie insensée" lancées contre "des villes ukrainiennes pacifiques juste avant le Nouvel An". À Kiev, 40% des habitants étaient sans électricité dans la journée.

"Provocation délibérée"

Dans ce contexte de bombardements, et d'activation de la défense antiaérienne ukrainienne, la Biélorussie, plus proche allié de Moscou, a de son côté affirmé avoir abattu au-dessus de son territoire un missile de défense anti-aérienne S300 provenant "du territoire ukrainien". Les autorités biélorusses ont diffusé les images de fragments tombés dans un champ de la région de Brest près du village de Gorbakha, dans le sud-ouest du pays. Elles ont convoqué l'ambassadeur d'Ukraine pour protester et réclamer une enquête. 

L'Ukraine a répliqué dans la soirée qu'elle n'excluait pas une "provocation délibérée" de la Russie qui aurait orienté ses missiles de croisières de manière à provoquer leur interception au-dessus du Bélarus pour "impliquer le Bélarus dans sa guerre". Selon l'armée ukrainienne, 54 des 69 missiles de croisière tirés par la Russie ont été abattus, de même que 11 drones explosifs Shahed, de fabrication iranienne. 

Sur le terrain, les combats continuent de faire rage, avec une bataille particulièrement sanglante pour Bakhmout, ville de l'est que la Russie tente de conquérir depuis des mois, et Kreminna, que les forces ukrainiennes tentent de reprendre.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info