EN DIRECT - Guerre en Ukraine : un mort et des blessés dans des frappes russes, selon Kiev

Publié le 2 décembre 2023 à 6h50, mis à jour le 2 décembre 2023 à 21h15

Source : TF1 Info

Une personne a été tuée et quatre autres blessées dans plusieurs frappes russes sur l'est de l'Ukraine, ont indiqué ce samedi les autorités ukrainiennes.
Suivez les dernières infos sur le conflit.

Ce live est à présent terminé. 

INTERDIT DE SORTIE DU TERRITOIRE

Ce samedi, le SBU a affirmé que le prédécesseur de Volodymyr Zelensky a été empêché de quitter l'Ukraine. Un refus motivé par sa possible rencontre avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban, considéré comme "anti-ukrainien", et la crainte de l'instrumentalisation de celle-ci par la Russie.

UN VOYAGE INTERDIT

Les services de sécurité ukrainiens (SBU) ont affirmé samedi que l'ex-président Petro Porochenko, un rival de l'actuel chef de l'Etat Volodymyr Zelensky, n'avait pas eu le droit de voyager à l'étranger car il allait rencontrer le Premier ministre hongrois Viktor Orban et risquait d'être "instrumentalisé par les Russes".


Petro Porochenko, qui dirigea l'Ukraine de 2014 à 2019 et est aujourd'hui un député de l'opposition, avait affirmé vendredi avoir été bloqué à la frontière alors qu'il devait se rendre à l'étranger pour "des dizaines de réunions en Pologne et aux États-Unis".

UN MORT ET DES BLESSÉS

Une personne a été tuée et quatre autres blessées dans plusieurs frappes russes sur l'est de l'Ukraine, ont indiqué samedi les autorités ukrainiennes, affirmant par ailleurs que leur armée résistait toujours aux assauts "quotidiens" des Russes à Avdiïvka.


Un civil a été tué par un bombardement dans la ville de Tchassiv Iar, et deux autres ont été blessés à Toretsk et Bogdanivka, a déclaré le ministère de l'Intérieur ukrainien sur Telegram.


La région de Donetsk, où se situent ces localités, est l'un des quatre territoires dont la Russie a revendiqué l'annexion en 2022, avec Kherson, Zaporijjia et Lougansk.

"AUCUNE VIOLATION CONSTATÉE"

"La nuit dernière, une panne totale s'est produite à la centrale de Zaporijjia", et des générateurs ont dû être utilisés, a écrit l'opérateur ukrainien du nucléaire Energoatom sur Telegram, précisant que le courant avait été rétabli quelques heures plus tard, vers 07H00 samedi.


L'administration russe de la centrale de Zaporijjia a reconnu que l'alimentation électrique externe avait été coupée, assurant toutefois qu'"aucune violation" de ses "conditions d'exploitation sûres" n'avait été constatée. Le niveau de rayonnement sur le site de la centrale est "normal", a-t-elle assuré sur Telegram.

RENFORCEMENT DES INQUIÉTUDES

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a confirmé samedi que la plus grande centrale d'Europe avait été privée d'électricité pour la "huitième fois" depuis le début du conflit, ce qui "renforce les inquiétudes quant à la sûreté et sécurité nucléaires".


Deux lignes électriques qui alimentaient la centrale "ont été coupées", dont l'une a été "mise hors tension lors d'un raid aérien", a expliqué Energoatom.


Mais cette panne de courant est dangereuse pour le bon fonctionnement de la centrale, qui a risqué "l'accident nucléaire et de rayonnement", a indiqué Energoatom.

"AU BORD DE L'ACCIDENT NUCLÉAIRE"

La centrale ukrainienne de Zaporijjia, aux mains des Russes, s'est trouvée "au bord de l'accident nucléaire" dans la nuit de vendredi à samedi, à cause d'une coupure de courant temporaire, a affirmé l'opérateur ukrainien du nucléaire Energoatom.


"La nuit dernière, une panne totale s'est produite à la centrale de Zaporijjia", a écrit Energoatom sur Telegram, précisant que le courant avait été rétabli quelques heures plus tard. "Les forces d'occupation (russes) ne se soucient pas de la sécurité à la centrale nucléaire de Zaporijjia", a accusé le président de l'opérateur, Petro Kotine.

PLUS DE 1000 MILITAIRES RUSSES TUÉS

Selon le bilan quotidien publié par l'état-major général des forces armées ukrainiennes, 1070 militaires russes ont été tués au cours des dernières vingt-quatre heures. 

REPOUSSER LES ATTAQUES

L'armée russe a affirmé vendredi avancer "dans toutes les directions" en Ukraine, où elle est à l'offensive dans l'est du pays, mais sur un front en grande partie bloqué à l'entrée de l'hiver les forces ukrainiennes assurent repousser ces attaques et maintenir les quelques positions acquises dans la contre-offensive de ces derniers mois. 

DAVANTAGE DE SOLDATS RUSSES MOBILISES

Vladimir Poutine a décidé d'augmenter de 15% le nombre de soldats dans l'armée russe. Près de 170.000 personnes supplémentaires sont donc recherchées, sur la base du volontariat, selon le ministère de la Défense.

BONJOUR À TOUS

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans ce direct du samedi 2 décembre consacré à la guerre en Ukraine.

L'armée russe a affirmé vendredi avancer "dans toutes les directions" en Ukraine, où elle est à l'offensive dans l'est du pays, mais sur un front en grande partie bloqué à l'entrée de l'hiver. Les forces ukrainiennes assurent repousser ces attaques et maintenir les quelques positions acquises dans la contre-offensive de ces derniers mois

Alors que, selon une source sécuritaire ukrainienne à Kiev, les services de sécurité SBU ont porté le conflit jusqu'au plus profond du territoire russe en faisant sauter des convois de produits pétroliers sur la voie ferroviaire stratégique Baïkal-Amour (BAM), desservant l'Extrême-Orient du pays, le président russe Vladimir Poutine a ordonné par décret dans la soirée d'augmenter d'encore 15% le nombre de soldats russes, déjà porté à 1,15 million en 2022.

"L'augmentation des effectifs des forces armées est due à une augmentation des menaces visant notre pays", a explicité le ministère russe de la Défense, citant l'offensive contre l'Ukraine et la "poursuite de l'élargissement de l'Otan".

En Ukraine même, les forces russes "étendent leurs zones de contrôle dans toutes les directions", avait précédemment affirmé le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, assurant que les capacités de combat des Ukrainiens avaient été "considérablement réduites" après leur contre-offensive.

La contre-offensive ukrainienne, déclenchée cet été après des mois de préparatifs, s'est figée dans le Sud et l'Est face à l'ampleur des défenses - notamment de redoutables champs de mines - déployées par les Russes, sans progressions d'ampleur ni espoir de percée à l'entrée de l'hiver.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info