EN DIRECT - Guerre Israël-Hamas : pas de libération d'otages avant vendredi, annonce Israël

Publié le 22 novembre 2023 à 5h53, mis à jour le 22 novembre 2023 à 23h31

Dans la nuit de mardi à mercredi, un accord a été trouvé en Israël et le Hamas pour la libération de 50 otages en échange de prisonniers palestiniens.
Une trêve de quatre jours dans la bande de Gaza a été également décidée.
Suivez les dernières informations sur le conflit.

Ce live est à présent terminé. 

PAS DE TRÊVE AVANT VENDREDI

Il n'y aura pas de trêve dans les combats entre Israël et le Hamas avant vendredi, contrairement à ce qu'avaient annoncé initialement les protagonistes qui avaient d'abord envisagé que l'accord débuterait dès jeudi, indique à l'AFP un responsable israélien.

LE FILS D'UN DÉPUTÉ DU HEZBOLLAH TUÉ PAR UN BOMBARDEMENT ISRAÉLIEN

Le fils de Mohamed Raad, président du groupe du Hezbollah au parlement libanais, a été tué ce mercredi dans un bombardement israélien dans le sud du Liban, a indiqué à l'AFP une source proche de la famille. Il "a été tué, avec d'autres membres du Hezbollah" dans une frappe israélienne sur une maison du village de Beit Yahoun.

Urgent

PAS DE LIBÉRATION D'OTAGES AVANT VENDREDI

Aucun otage israélien aux mains du Hamas ne sera libéré avant vendredi, a annoncé le chef du Conseil national de la sécurité israélien, Tzachi Hanegbi, alors que la trêve et les premières libérations étaient attendues ce jeudi. "Les négociations pour la libération de nos otages se poursuivent sans cesse", le début de la libération n'interviendra "pas avant vendredi", a-t-il précisé.

L'IRAN MET EN GARDE CONTRE UNE EXTENSION DU CONFLIT

Le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian a mis en garde ce mercredi contre un débordement de la guerre si la trêve censée entrer en vigueur jeudi n'était pas durable. "Si ce cessez-le-feu commence demain (jeudi), s'il ne dure pas, les conditions dans la région ne resteront pas les mêmes qu'avant le cessez-le-feu et la guerre va s'étendre", a-t-il prévenu dans une interview à la chaîne Al-Mayadeen, basée à Beyrouth, selon l'agence de presse iranienne Fars.


"Nous ne cherchons pas une extension de la guerre", mais "si la guerre augmente en intensité, toutes les possibilités sont ouvertes pour" celle-ci, a encore indiqué le ministre, dont le pays ne reconnaît pas l'existence d'Israël et soutient le Hamas et le Hezbollah libanais.

TRÊVE HUMANITAIRE

La trêve humanitaire prévue par l'accord entre Israël et le Hamas "ne peut pas seulement être une pause", a plaidé ce mercredi l'ambassadeur palestinien à l'ONU, appelant à utiliser ces quelques jours pour empêcher la "reprise de l'agression".


"Des centaines d'enfants palestiniens ne vont pas être tués grâce à cette trêve. Nous leur devons à eux et à tous les civils de la bande de Gaza de mettre un terme définitif à cette attaque criminelle contre le peuple palestinien", a déclaré l'ambassadeur palestinien Riyad Mansour lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.

VIDÉO

Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a pris la parole ce mercredi soir, quelques heures avant le début de l'accord autour de la libération d'otages. Il a notamment affirmé que "la guerre" continuera "jusqu'à la victoire".

Accord sur la libération des otages : la prise de parole de Benyamin NétanyahouSource : TF1 Info

BENYAMIN NÉTANYAHOU : "CETTE GUERRE CONTINUE"

"Cette guerre continue", insiste le Premier ministre Benyamin Nétanyahou qui évoque comme objectif "le retour de tous les otages" et "anéantir le Hamas". "Nous allons rendre la sécurité au sud et au nord, jusqu'à la victoire", poursuit-il. "Cette victoire a un prix lourd, nos soldats risquent leur vie pour nous tous. Tous les parents de ceux qui ont perdu leurs enfants nous disent de continuer jusqu'au bout. Nous allons faire la guerre ensemble, et avec l'aide de Dieu, nous gagnerons ensemble."

BENYAMIN NÉTANYAHOU : L'ACCORD SUR LES OTAGES, "UNE BONNE DÉCISION"

"Durant la trêve, la sécurité de nos forces va être assurée. Dans le même temps, Tsahal va se préparer à la suite de la guerre", affirme le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou. "Je crois que c'est la bonne décision."

BENYAMIN NÉTANYAHOU : "LIBÉRER NOS OTAGES, UNE MISSION SACRÉE"

"Nous pouvons avoir la libération des bébés, d'enfants, de mamans, de femmes à risque", précise le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou. "Nous avons le devoir militaire de le faire. Nous avons déjà libéré une otage par la force militaire, mais une action militaire n'est pas toujours possible. Nous faisons tout ce que nous pouvons. Libérer nos otages est une mission sacrée."

BENYAMIN NÉTANYAHOU ÉVOQUE "LA LIBÉRATION D'AUTRES OTAGES PAR LA SUITE"

 "Une pression militaire massive et incessante" et "la pression diplomatique" ont permis d'aboutir à cet accord de libération des otages, affirme le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou. "Cette combinaison nous a permis d'obtenir ces conditions. Je pense que cette combinaison permettra la libération d'autres otages par la suite. Aucun assassin ne sera libéré et la Croix-rouge va pouvoir rendre visite aux otages et leur donner des médicaments."

BENYAMIN NÉTANYAHOU : "EN ACTION POUR FAIRE REVENIR TOUS LES OTAGES"

Benyamin Nétanyahou s'exprime. "Hier soir, j'ai réussi le gouvernement pour approuver la première étape de l'accord sur le retour des otages. Depuis le début de la guerre, je ne cesse de penser à eux", déclare le Premier ministre israélien. "J'ai entendu ce cauchemar que nous vivons, l'angoisse qui ne connait pas de limites. Nous sommes en action pour les faire tous revenir à la maison. Quand je dis tous, je dis clairement tous."

EXCLUSIF - TF1 À L'HÔPITAL AL-SHIFA

Les équipes de TF1/LCI ont pu pénétrer dans les tunnels sous l'hôpital Al-Shifa. Découvrez nos images exclusives.

Gaza : notre équipe dans les tunnels du HamasSource : TF1 Info

ACCORD SUR LES OTAGES : L'APPEL "À LA PRUDENCE" DE L'ANCIEN PORTE-PAROLE DE TSAHAL

Édouard Cukierman, ancien porte-parole de l'armée israélienne, appelle sur LCI à la prudence après l'accord de libération des otages, qui pourrait débuter ce jeudi après-midi. "On ne sait jamais avec le Hamas ce qu'il va se passer", prévient-il. "Nous sommes très prudents. Nous continuons intensément les premières opérations militaires jusqu'à ce que les premiers otages soient libérés."

Les premiers otages pourraient être libérés "jeudi en début d'après-midi", selon l'ancien porte-parole de TsahalSource : TF1 Info

PRISE DE PAROLE DE BENYAMIN NÉTANYAHOU

Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou doit s'exprimer en début de soirée. Une prise de parole à suivre en direct sur LCI (canal 26).

LA FRANCE SOUHAITE UN "CESSEZ-LE-FEU DURABLE"

L'accord entre Israël et le Hamas pour libérer des otages retenus par le mouvement islamiste palestinien doit être "amplifié", et la "pause humanitaire" qu'il prévoit "mise à profit" pour œuvrer à "un cessez-le-feu durable", a déclaré ce mercredi la présidence française.


Le chef de l'État français Emmanuel Macron, qui a reçu les ministres des Affaires étrangères de plusieurs pays arabes et musulmans, leur a dit que cela impliquait "que la sécurité d'Israël soit parfaitement prise en compte par tout le monde", a ajouté l'Élysée.

RELÂCHER TOUS LES OTAGES, "UNE PRIORITÉ ABSOLUE"

Le ministre des Armées Sébastien Lecornu s'est entretenu avec Yaov Gallant, ministre de la Défense d'Israël. Il a "salué l'annonce d'un accord pour la libération des otages et pour une trêve humanitaire", tout en insistant que la volonté de "faire libérer tous les otages". "C'est notre priorité absolue", écrit le ministre.

UNE TRÊVE "INSUFFISANTE", SELON LES ONG

La possibilité d'une trêve de quatre jours ouverte par l'accord conclu entre Israël et le Hamas est "insuffisante" pour faire entrer l'aide requise dans la bande de Gaza, ont estimé ce mercredi plusieurs ONG, appelant à un cessez-le-feu.


"C'est insuffisant et ce n'est certainement pas assez en termes de droits humains", a notamment affirmé Paul O'Brien, directeur exécutif d'Amnesty International aux États-Unis, lors d'une visioconférence à laquelle participaient également Handicap international, Oxfam, Médecins sans frontières, Médecins du Monde ou encore Save the Children.

TÉMOIGNAGE D'UNE MÈRE D'OTAGES

Un accord a été officialisé dans la nuit de mardi à mercredi pour une libération d'otages retenus depuis le 7 octobre par le Hamas. Hadas Kalderon est la mère de deux enfants de 12 et 16 ans aux mains du mouvement islamiste palestinien. Sur LCI, elle espère que les deux parties auront "l'intelligence et l'humanité" d'aller au bout de cet accord.

GAZA, LE LIEU "LE PLUS DANGEREUX AU MONDE POUR UN ENFANT"

La bande de Gaza est aujourd'hui "l'endroit le plus dangereux au monde pour un enfant", a dénoncé ce mercredi devant le Conseil de sécurité de l'ONU la patronne de l'Unicef, jugeant que des pauses humanitaires ne sont "pas suffisantes" pour arrêter ce "carnage".


"Plus de 5300 enfants palestiniens auraient été tués en seulement 46 jours, cela représente 115 enfants par jour, chaque jour, pendant des semaines et des semaines", a déclaré Catherine Russell, déplorant ce bilan "sans précédent", auquel s'ajoutent les risques d'épidémie et l'augmentation massive de la malnutrition.

DÉBAT SUR LA PEINE DE MORT

Un débat sur un projet de loi visant à établir la peine de mort pour les auteurs d'actes terroristes a tourné à la confrontation, lundi au parlement israélien. Les familles des otages s'en sont pris aux députés d'extrême droite, favorables au texte.

LA MISE EN GARDE DU PAPE

Le pape François a mis en garde ce mercredi contre "une montagne de morts" dans la guerre entre Israël et le Hamas, appelant au "dialogue et aux négociations". "Prions pour la paix en Terre Sainte. Prions pour que les controverses soient résolues par le dialogue et la négociation, et non par une montagne de morts de part et d'autre", a-t-il déclaré dans un appel vidéo pour la paix dans le monde et au Proche-Orient.

MISSILE INTERCEPTÉ PAR ISRAËL

L'armée israélienne affirme avoir intercepté avec un avion de chasse un "missile de croisière" qui s'avançait vers le sud du pays. "Un chasseur de l'armée de l'air israélienne a intercepté avec succès un missile de croisière qui était lancé vers Israël", a précisé le communiqué de l'armée, après des informations sur une intrusion dans l'espace aérien dans la zone de la ville d'Eilat.

UNE MÈRE D'OTAGES SUR LCI

Hadas Kalderon, mère de deux enfants toujours aux mains du Hamas, espère que l'accord sur les otages "sera vrai". "J'ai beaucoup d'espoir", déclare-t-elle sur LCI. "Mes enfants et leur père doivent être là. J'espère qu'ils seront libérés dès que possible. Cet accord nous donne un peu d'espace d'air, mais je suis très stressée. Tant que je ne les vois pas de mes yeux..."

La mère de deux enfants otages répond à LCISource : TF1 Info

PROCÈS EN DIRECT

L'influenceuse Warda A. est actuellement devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris. En cause, des propos tenus dans une vidéo postée sur Instagram. Le 3 novembre, face caméra, elle ironisait sur la mort d'un bébé israélien, qui aurait été placé dans un four. Notre journaliste Aurélie Sarrot suit son procès. Un direct à retrouver ici. ↓

7 MILLIONS DE LIVRES POUR LUTTER CONTRE L'ANTISÉMITISME

Le ministre des Finances britannique va débloquer 7 millions de livres sterling sur trois ans pour financer des organisations luttant contre l'antisémitisme dans les écoles et les universités. "Je suis profondément préoccupé par la montée de l'antisémitisme dans notre pays", a déclaré Jeremy Hunt, lors d'une présentation budgétaire au Parlement.  "Nous ne devons jamais permettre un retour en arrière" sur "l'antisémitisme et toutes les formes de racisme."

PAS UN "CESSEZ-LE-FEU" MAIS UNE "PAUSE OPÉRATIONNELLE"

Pour l'armée israélienne, la bonne "terminologie" à utiliser pour décrire la trêve accordée n'est pas un cessez-le-feu, mais une "pause opérationnelle". Lors d'un point-presse, le lieutenant-colonel Richard Hecht, porte-parole de l'armée israélienne, a par ailleurs précisé que les forces armées attendaient toujours les derniers détails de l'accord. Il a toutefois suggéré que la trêve ne devrait pas intervenir avant plus de 24 heures, contrairement à ce qu'indiquaient les informations communiquées plus tôt par le membre du bureau politique du Hamas. "Il nous reste probablement encore, peut-être plus, d'un jour, avant que ce processus n'arrive à maturité", a-t-il déclaré.

SIX PALESTINIENS TUÉS EN CISJORDANIE

Six Palestiniens ont été tués par balle dans le camp de réfugiés de Tulkarem, en Cisjordanie occupée, annonce le ministère de la Santé de l'Autorité palestinienne. L'armée israélienne est entrée dans le camp à l'aube, d'après le Croissant-Rouge palestinien, qui a précisé que ses équipes avaient été empêchées par des soldats d'accéder au camp. Le Croissant-Rouge a affirmé également qu'un jeune homme de 16 ans, blessé au visage par des éclats d'explosion, avait été arrêté par l'armée israélienne dans une de ses ambulances avant d'être libéré peu après.


Les soldats de Tsahal étaient toujours dans le camp mercredi en milieu de matinée, selon un photographe de l'AFP sur place. Contactée par l'AFP, l'armée israélienne n'a pas commenté dans l'immédiat.

TÉMOIGNAGE DES FAMILLES AUPRÈS DU PAPE

C'est un témoignage qui a sûrement secoué le pape François. Alors qu'il rencontrait séparément des parents d'otages détenus par le Hamas et des Palestiniens ayant de la famille à Gaza, le chef de l'Église catholique a reçu une mère dont l'enfant a été pris en otage. Dans une vidéo, elle montre les images de son fils, le bras arraché. "C'est mon fils. Et cela fait 47 jours qu'il n'a pas de bras", lui confie-t-elle.

"BEAUCOUP RESTE À FAIRE" SOULIGNE L'ONU

L'accord entre Israël et le Hamas est "un pas important dans la bonne direction, mais beaucoup reste à faire", souligne un porte-parole du secrétaire général de l'ONU. "Les Nations unies mobiliseront toutes leurs capacités pour soutenir la mise en œuvre de l'accord et maximiser son impact positif sur la situation humanitaire à Gaza", ajoute le porte-parole.


Le patron de l'OMS a également salué l'accord, mais insisté lui aussi pour dire que "cela ne suffit pas à mettre fin aux souffrances des civils". Sur le réseau social X, Tedros Adhanom Ghebreyesus a réclamé la libération de tous les otages, et en attendant, des soins pour ceux qui resteront encore en captivité. Il continue aussi "d’appeler à un cessez-le-feu" pour pouvoir véritablement aider les habitants de Gaza sur la durée et en toute sécurité.

ANAKARA ESPÈRE "UNE FIN" AU CONFLIT

La Turquie espère que l'accord entre Israël et le Hamas aidera "à mettre fin entièrement" à la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien. "Nous espérons que cette trêve humanitaire contribuera à mettre fin entièrement au conflit le plus rapidement possible et à initier un processus vers une paix juste et durable", indique le communiqué du ministère turc des Affaires étrangères.

LES AÉROPORTS SYRIENS HORS SERVICE

Les aéroports de Damas et Alep sont toujours hors service depuis les frappes israéliennes qui les ont simultanément visés le mois dernier, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. Ils restent fermés malgré la fin des travaux de réparation, a indiqué à l'AFP le directeur de l'Observatoire (OSDH), Rami Abdel Rahmane. Les autorités syriennes n'ont toutefois pas encore précisé les raisons de cette prolongation des fermetures.


Il s'agit de la plus longue fermeture depuis le début du conflit syrien en 2011.

RÉUNION AU SOMMET

Emmanuel Macron reçoit actuellement les principaux ministres des Affaires étrangères des pays arabes pour évoquer "la situation au Proche-Orient". Sont conviés les chefs de la diplomatie de l'Arabie saoudite, de l'Egypte, de la Jordanie, des territoires palestiniens, de l'Indonésie, du Nigéria, et de la Turquie, ainsi que le secrétaire général de la Ligue arabe Ahmed Aboul Gheit, précise l'Élysée.

LA TRÊVE DÉBUTERA DEMAIN MATIN

Le membre du bureau politique du Hamas, Musa Abu Marzouk, a déclaré dans une interview donnée à la chaîne de télévision Al Jazeera que la trêve débutera demain à 9h (heure française). Il a également précisé que la plupart des otages dont la libération est prévue ont une nationalité étrangère.

LA GUERRE EST DU "TERRORISME" SELON LE PAPE

Pour le pape François, le conflit au Proche-Orient a dépassé le stade de la guerre pour devenir du "terrorisme". Peu après avoir rencontré séparément des parents d'otages détenus par le Hamas et des Palestiniens ayant de la famille à Gaza, le chef de l'Église catholique a déclaré qu'il avait entendu directement comment "les deux parties souffrent" dans le conflit. Il a demandé des prières pour que les deux parties "ne continuent pas avec leurs passions qui, en fin de compte, tuent tout le monde".

400 ENTRÉES DE TUNNELS DÉTRUITES

Les forces armées israéliennes affirment avoir découvert et détruit quelque "400 puits" amenant à des tunnels dans la bande de Gaza depuis le début de l'offensive terrestre.

ÉVACUATIONS DE PATIENTS

Le Croissant-Rouge palestinien annonce qu'il est en train d'évacuer des patients de l'hôpital al-Shifa, dans le nord de la bande de Gaza. 14 ambulances, appartenant à la société nationale de secours, 

accompagnées par l'ONU et Médecins sans frontières, sont arrivées pour évacuer les patients et les blessés de l'hôpital al-Shifa vers les hôpitaux du sud.

LES FAMILLES D'OTAGES "TRÈS HEUREUSES"

La principale association israélienne de familles d'otages dans la bande de Gaza se dit "très heureuse qu'une libération partielle soit en cours. "Pour l'instant, nous ne savons pas exactement qui sera libéré et quand", précise-t-elle toutefois dans son communiqué.

ACCORD ISRAËL-HAMAS

Sur le réseau social X, Emmanuel Macron "salue" l'accord et dit œuvrer "sans relâche pour que tous les otages soient libérés" 

LE TÉMOIGNAGE DE LA GRAND-MÈRE D'EITAN

Au micro de notre  journaliste, Solenn Riou, la grand-mère d'un otage franco-israélien partage son émotion. Dans cette attente interminable, les sentiments se mélangent toujours. Retrouvez ici son témoignage. ↓

Accord sur les otages : le témoignage émouvant de la grand-mère d'Eitan, qui a "peur" d'espérerSource : TF1 Info

"ON RESTE DANS LE NOIR"

Malgré l'annonce d'un accord sur la libération des otages, Jocelyne reste inquiète. Au micro de LCI, la grand-mère d'Eitan, cet enfant de 12 ans disparu depuis l'offensive sanglante du Hamas, ne  laisse pas apparaitre l'ombre d'un soulagement. 


"Je n'ai reçu aucune information, ni du gouvernement, ni du consulat", déplore-t-elle. Alors, tant qu'elle ne revoit pas le visage de son petit-fils franco-israélien, Jocelyne n'ose même pas espérer. Elle en a même peur. "Je n'ose même pas appeler ma fille pour ne pas remuer les émotions", témoigne-t-elle. "J'ai très peur." "Tant que je ne les vois pas,  je reste toujours dans le noir", se désole-t-elle encore, très émue. 


Peut-elle au moins s'imaginer, un jour, jouer avec lui au parc ? La réponse est non. "Je m'imagine juste qu'il est sous des tunnels, depuis un mois et demi."

40% DES HABITATIONS DÉTRUITES À GAZA

L'Autorité palestinienne a déclaré à Josep Borrell que 40% des habitations ont été démolies dans la bande de Gaza. Après un voyage de quatre jours en Israël, en Palestine, au Qatar, au Bahreïn et en Jordanie, le vice-président de la Commission européenne a déclaré qu'il souhaitait faire part de son sentiment d'"urgence absolue" face à la "situation dramatique à Gaza" et à l'"espoir ténu" de parvenir à des pourparlers de paix et à des solutions politiques durables pour le Proche-Orient.


Dans un long billet de blog, celui qui est responsable des Affaires étrangères pour l'UE a également révélé que l'armée israélienne lui avait fait part de son intention de créer une "petite zone de sécurité le long de la mer dans la partie sud de Gaza" pour la population civile "afin de mener les opérations terrestres dans le sud". 

FRAPPES ISRAÉLIENNES SUR LE LIBAN

L'armée israélienne affirme qu'elle frappe des cibles du Hezbollah dans le sud du Liban. Les sites visés comprenaient un complexe militaire, ainsi que d'autres infrastructures appartenant au groupe terroriste, précise l'armée israélienne.

L'ÉGYPTE SE FÉLICITE POUR SA MÉDIATION

Le président de l'Égypte salue "le succès" de la médiation du Caire, de Doha et Washington, selon une communication officielle.

RÉCIT

L'accord approuvé par le gouvernement israélien met fin à cinq semaines de négociations, narrées par un haut responsable américain. Retour sur cinq semaines de suspens.  ↓

LE QUAI D'ORSAY RESTE PRUDENT

Si Paris espère qu'il y aura des Français parmi les otages, le Quai d'Orsay reste prudent. Interrogée sur les raisons pour lesquelles elle ne donne pas cette précision, Catherine Colonna a ainsi répondu : "Par prudence." "Il faut que chacune des parties tienne sa part du contrat, il faut que rien ne vienne entraver le processus, il faut une mise en œuvre", a argué la ministre des Affaires étrangères. Elle a aussi rappelé que les otages étaient à la fois aux mains du Hamas et du Jihad islamique, ce qui complique l'opération, même si le Hamas "a assuré qu'il pouvait rassembler l'ensemble des otages".

QUI SONT LES 300 PRISONNIERS PALESTINIENS ?

La BBC a analysé la liste des 300 prisonniers palestiniens dont Israël a accepté l'éventuelle libération en échange des otages détenus par le Hamas. La plupart d'entre eux "sont âgés de 17 ou 18 ans", la fourchette s'étalant de 14 à 59 ans. La majorité des détenus - 274 sur 300 - sont des hommes, précise le média britannique. La liste comprend également 33 femmes, 123 enfants et 49 membres du Hamas.


Les délits dont ils sont accusés comprennent "la tentative de meurtre, le lancement d'une bombe, la création d'un objet explosif ou incendiaire, le jet de pierres, le contact avec une organisation hostile, les lésions corporelles graves et l'incendie criminel pour des motifs nationalistes".

MAHMOUD ABBAS "SALUE L'ACCORD DE TRÊVE HUMANITAIRE"

Un haut responsable de l'Autorité palestinienne en Cisjordanie occupée déclare que "son président Mahmoud Abbas et sa direction" saluait l'accord "de trêve humanitaire" dans la bande de Gaza. L'Autorité palestinienne "réaffirme l'appel à la cessation complète de l'agression israélienne contre le peuple palestinien et à l'entrée de l'aide humanitaire" et rend hommage à la médiation qatarie et égyptienne, a déclaré Hussein al-Sheikh sur X.

BERLIN SALUE UNE "PERCÉE"

Berlin salue l'accord, le décrivant comme une "percée", et demande qu'une "aide vitale" soit envoyée à Gaza. "La libération annoncée d'un premier groupe d'otages est une avancée, même si rien au monde ne peut effacer leurs souffrances", a déclaré la ministre des Affaires étrangères sur X. "La pause humanitaire doit être mise à profit pour apporter une aide vitale aux habitants de Gaza", a ajouté Annalena Baerbock.

LONDRES DÉCRIT UNE "ÉTAPE CRUCIALE"

Londres décrit cet accord comme "une étape cruciale pour soulager les familles des otages et résoudre la crise humanitaire à Gaza". "Je demande urgemment à toutes les parties de veiller à ce que l'accord soit respecté dans son intégralité", a ajoute le chef de la diplomatie britannique, David Cameron.

PLUS D'INFORMATIONS SUR L'ACCORD

Le gouvernement israélien vient de publier les conditions de l'accord qu'il a approuvé. Celui-ci se divise en deux étapes, chacune comportant plusieurs phases :

- Lors de la première étape, Israël libérera 150 prisonniers palestiniens une fois que 50 otages vivants auront été ramenés en Israël. Cette opération se déroulera en quatre phases, avec au moins dix otages libérés à chaque phase. Celle-ci durera "quatre jours, au cours desquels les combats marqueront une pause", précise la décision.


- Au cours de la deuxième phase, Israël libérera "jusqu'à" 150 prisonniers" supplémentaires à la condition qu'au moins "50 otages supplémentaires soient rendus à Israël". Encore une fois, chaque phase prévoit la libération d'au moins dix otages.


Selon cette décision, la totalité des 300 prisonniers palestiniens, majoritairement des adolescents, ne seront libérés qu'à condition que 100 otages vivants - citoyens israéliens ou résidents israéliens - soient libérés de Gaza et renvoyés en Israël. "Pour chaque libération supplémentaire de 10 otages, il y aura une pause supplémentaire de 24 heures dans les combats", précise le texte.


La déclaration précise que les combats reprendront "immédiatement" après la fin de chaque trêve, "afin de détruire les capacités militaires et organisationnelles du Hamas". L'ensemble de ce processus est limité à un maximum de dix jours à compter de la fin de la première phase, selon le document.

LES FRAPPES SE POURSUIVENT À GAZA

L'armée israélienne poursuit son incursion dans la bande de Gaza, selon un communiqué publié sur Telegram."Les forces de défense d'Israël poursuivent leurs opérations dans la bande de Gaza, notamment en frappant les infrastructures terroristes, en tuant des terroristes et en localisant des armes", lit-on dans le communiqué. 

PÉKIN "SALUE L'ACCORD"

La Chine salue l'accord conclu pour une trêve humanitaire à Gaza en l'échange de la libération d'otages. "Nous saluons l'accord de cessez-le-feu temporaire entre les parties concernées et espérons qu'il permettra d'apaiser la crise humanitaire, de contribuer à la désescalade et réduire les tensions", a indiqué à la presse une porte-parole de la diplomatie chinoise, Mao Ning.

ON FAIT LE POINT SUR L'ACCORD

Si vous venez de nous rejoindre, voici ce qu'il faut savoir sur l'accord conclu pour la libération des otages retenus par le Hamas. ↓

Gaza : au moins 50 otages devraient être libérésSource : TF1 Info

QUELS PRISONNIERS POURRAIENT ÊTRE LIBÉRÉS ?

Israël fournit des détails sur les prisonniers palestiniens qui pourraient être libérés dans le cadre de l'accord pour une trêve humanitaire à Gaza en l'échange de la libération d'otages. La liste publiée par le ministère de la Justice inclut 300 prisonniers,  majoritairement des adolescents. Soit le double des 150 femmes et enfants emprisonnés qu'Israël a accepté de libérer au cours de la pause initiale de quatre jours.

UNE ASSOCIATION ISRAÉLIENNE CONTRE L'ACCORD

L'association The Almagor Terror Victims a déclaré qu'elle déposerait une requête contre la Cour suprême d'Israël ce matin contre l'accord sur la libération des otages et d'un cessez-le-feu. Cité par le Times of Israël, l'association demande notamment à voir la liste des prisonniers qu'Israël envisage de libérer dans le cadre de l'accord. L'organisation demande également à voir tous les détails des engagements pris par Israël envers le Hamas, "ainsi que la livraison de carburant et d'autres fournitures qui pourraient aider le Hamas à mener des opérations de terreur contre les résidents d'Israël".


Pour rappel, l'accord sera mis en œuvre dans 24 heures afin de donner aux citoyens israéliens la possibilité de demander à la Cour suprême de bloquer la libération des prisonniers palestiniens.

LES ÉTATS-UNIS ABATTENT CINQ COMBATTANTS

Des frappes américaines en Irak ont tué au moins cinq combattants des "Brigades du Hezbollah", selon deux sources de sécurité citées par l'AFP. Plus tôt, le Commandement militaire américain au Moyen-Orient, Centcom, avait annoncé avoir mené des "frappes de précision" sur deux sites au sud de la capitale en représailles aux récentes attaques de ce groupe pro-Iran contre les troupes américaines et les forces de la coalition internationale antijihadistes en Irak et en Syrie.


Cette série de frappes américaines sont les premières en Irak dans un contexte de tensions régionales accrues depuis plus d'un mois, suite à la guerre entre Israël et le mouvement palestinien Hamas à Gaza.

LE POINT SUR LA SITUATION

Il est 8h. L'occasion de revenir sur les faits marquants des 24 dernières heures. ↓

UN MOMENT DE "RÉEL ESPOIR" POUR PARIS

La ministre des Affaires étrangères salue l'accord trouvé sur la libération de 50 otages israéliens du Hamas, dans lequel elle voit "un moment de réel espoir". Au micro de Franceinter, Catherine Colonna a "salué" un accord qui signifie pour la "première fois une libération effective". "Nous espérons qu'il y a des Français parmi eux et nous y travaillons", a ajouté la ministre, alors que huit Français sont toujours dans les mains du Hamas.

BRUXELLES "SALUE" LA TRÊVE

La présidente de la Commission européenne "salue de tout cœur" la trêve à Gaza. "Je partage la joie des familles qui pourront bientôt à nouveau embrasser leurs proches", a-t-elle écrit dans un communiqué. Ursula von der Leyen demande par ailleurs "un sursaut humanitaire", s'engageant à faire "tout son possible pour profiter de cette pause pour apporter une aide humanitaire à Gaza".

ON FAIT LE POINT

Que prévoit l'accord conclu entre Israël et le Hamas ? On fait le point ici ↓

MOSCOU "SALUE" L'ACCORD

La Russie "salue" l'accord sur une trêve humanitaire à Gaza, indique la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova. La porte-parole, citée par les agences de presse russes, a par ailleurs souligné que "c'est exactement à quoi la Russie a appelé dès le début de l'escalade du conflit".

LE QATAR CONFIRME L'ACCORD

Après les déclarations du gouvernement israélien et du Hamas, les autorités du Qatar, émirat du Golfe au centre des pourparlers de trêve, a confirmé un accord pour une "pause humanitaire" dans la bande de Gaza. "Le Qatar annonce le succès de ses efforts de médiation entrepris conjointement avec l'Egypte et les Etats-Unis qui ont abouti à un accord pour une pause humanitaire", s'est félicité le ministère des Affaires étrangères de l'émirat du Golfe. 


"Le début de cette pause sera annoncé dans les prochaines 24 heures et durera quatre jours, avec possibilité de prolongation", a-t-il ajouté.

MALGRÉ L'ACCORD, PAS LA FIN DE LA GUERRE

L'armée israélienne "poursuivra sa guerre" contre le Hamas au terme de la trêve dans la bande de Gaza, a assuré mercredi le gouvernement israélien dans un communiqué transmis à l'AFP. 


Ce mercredi matin, un des porte-paroles de l'armée israélienne a confirmé sur LCI que malgré l'accord, "ce n'est pas la fin de la guerre" contre le Hamas.

Accord Israël-Hamas : "Non, ce n'est pas la fin de la guerre", selon le porte-parole de l'armée israélienne, Colonel Olivier RafowiczSource : TF1 Info

LES DÉTAILS DE L'ACCORD

Depuis Tel Aviv, notre journaliste Solenn Riou nous livre les détails de l'accord conclu cette nuit entre Israël et le Hamas.

Les détails de l'accord entre Israël et le HamasSource : TF1 Info

BIDEN SATISFAIT

Le président américain Joe Biden s'est dit "extraordinairement satisfait" de la libération prochaine d'otages. "Je suis extraordinairement satisfait (du fait) que plusieurs de ces âmes courageuses (...) seront réunies avec leurs familles une fois que cet accord sera pleinement mis en œuvre", a déclaré Biden dans un communiqué diffusé par la Maison Blanche. 

UN ACCORD ENFIN CONCLU

Le gouvernement israélien a donné son feu vert à un accord visant à obtenir la libération de 50 otages en échange de prisonniers palestiniens et d'une trêve de quatre jours dans la bande de Gaza, premier signe tangible de répit après des semaines de guerre.  


"Le gouvernement a approuvé les grandes lignes de la première étape d'un accord selon lequel au moins 50 personnes enlevées - des femmes et des enfants - seront libérées pendant quatre jours au cours desquels il y aura une accalmie dans les combats", selon un communiqué en hébreu du gouvernement transmis à l'AFP. 


L'accord pour libérer des otages est "la bonne décision" à prendre, avait déclaré mardi soir le Premier ministre Benjamin Netanyahu avant le début de la réunion de son cabinet qui s'est poursuivie tôt mercredi par ce feu vert.

BONJOUR À TOUS

 Bienvenue sur ce live pour suivre l'actualité de la guerre entre Israël et le Hamas. 

Un accord semblait imminent mardi soir pour obtenir une libération d'otages en échange de prisonniers palestiniens et d'une trêve dans la guerre qui oppose Israël et le Hamas dans la bande de Gaza. Les principaux acteurs faisaient état dans la soirée d'avancées importantes dans les négociations.   

L'accord en cours de négociation est "la bonne décision" à prendre, a déclaré à son gouvernement le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou. Environ 240 personnes ont été enlevées lors de l'attaque sanglante lancée par le mouvement islamiste, au pouvoir dans la bande de Gaza, contre Israël le 7 octobre.

Retrouvez les dernières infos dans le fil ci-dessus.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info