EN DIRECT - Guerre Israël-Hamas : le secrétaire d'État Anthony Blinken a atterri en Israël

Publié le 8 janvier 2024 à 6h30, mis à jour le 8 janvier 2024 à 21h46

Un important responsable militaire du Hezbollah pro-iranien a été tué dans une frappe israélienne qui a visé sa voiture lundi dans le sud du Liban, selon un responsable de sécurité libanais.
Antony Blinken a atterri dans la soirée en Israël, avant des entretiens mardi sur l'avenir de Gaza.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

ISRAËL AFFIRME AVOIR TUÉ UNE "FIGURE CENTRALE" DU HAMAS EN SYRIE

L'armée israélienne a annoncé ce lundi avoir tué une "figure centrale" du Hamas en Syrie, responsable de tirs de roquettes sur Israël depuis le territoire syrien. Hassan Akasha a été tué à Beit Jinn, a indiqué l'armée, une localité syrienne proche du Golan syrien, occupé par Israël, et de la frontière libanaise, située dans une région sous contrôle du régime de Bachar al-Assad.


"Il était une figure centrale responsable des roquettes tirées vers Israël par le Hamas depuis le territoire syrien ces dernières semaines", a précisé l'armée dans son communiqué. "Nous n'autoriserons pas (que) le terrorisme (soit exercé) depuis le territoire syrien et tiendrons la Syrie pour responsable de toute activité émanant de son territoire."

BLINKEN ARRIVE EN ISRAËL

Le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, a atterri lundi soir à Tel-Aviv où il aura le lendemain des discussions qui s'annoncent ardues avec les autorités israéliennes, plaidant notamment "l'impératif absolu" d'épargner les civils palestiniens à Gaza.


Arrivé en provenance d'Arabie saoudite, M. Blinken entend également faire pression sur le gouvernement du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, sur l'avenir de la bande de Gaza, fort de ce qu'il a pu entendre dans diverses capitales arabes lors de sa tournée.

POUR LA RECONSTRUCTION DE GAZA

Plusieurs pays ont accepté de coordonner leurs efforts avec ceux des États-Unis pour aider la bande de Gaza à se remettre de la guerre entre Israël et le Hamas, a déclaré lundi le secrétaire d'État, Antony Blinken, lors d'une tournée dans la région.


"Nous avons convenu de travailler ensemble et de coordonner nos efforts pour aider à stabiliser et reconstruire Gaza, tracer une voie politique pour les Palestiniens et œuvrer en faveur d'une paix, d'une sécurité et d'une stabilité à long terme", a-t-il indiqué en Arabie saoudite, avant de se rendre à Tel-Aviv, en Israël.

BLINKEN VEUT NORMALISER LES RELATIONS ISRAËL - ARABIE SAOUDITE

Le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, a déclaré lundi qu'il avait discuté, lors d'une visite en Arabie saoudite, de la normalisation des liens avec Israël, ajoutant qu'il y avait "un intérêt clair à poursuivre dans cette voie".


"Nous en avons parlé à chaque étape, y compris bien sûr ici en Arabie saoudite. Et je peux vous dire qu'il y a un intérêt clair à poursuivre dans cette voie", a-t-il indiqué aux journalistes avant de se rendre en Israël dans le cadre d'une tournée régionale. L'Arabie saoudite a suspendu les négociations sur une possible normalisation avec Israël une semaine après le début de la guerre entre Israël et le Hamas le 7 octobre.

BIDEN VEUT QU'ISRAËL RÉDUISE SA PRÉSENCE A GAZA

Joe Biden, brièvement interrompu pendant un discours par des manifestants demandant un cessez-le-feu à Gaza, a dit lundi qu'il "travaillait discrètement" afin qu'Israël "réduise nettement" sa présence dans le territoire palestinien.


"Je comprends l'ardeur", a assuré le président américain depuis une église de Charleston (sud), alors que les quelques manifestants étaient escortés à l'extérieur, pendant que le reste du public entonnait "Quatre ans de plus! Quatre ans de plus!" en soutien au démocrate de 81 ans, candidat à un second mandat.

UNE VIDÉO D'OTAGE EN VIE

L'organisation islamiste palestinienne Jihad islamique a diffusé lundi une vidéo d'un otage israélien en vie, l'un des 132 toujours retenus dans la bande de Gaza depuis l'attaque du 7 octobre sur le sol israélien.


Dans cette vidéo de la branche armée du Jihad islamique, dans laquelle l'Israélien, parlant en anglais et en hébreu, précise s'exprimer le 5 janvier, demande aux autorités israéliennes d'œuvrer à sa libération et de travailler à un échange avec des prisonniers palestiniens. 

L'ONU PRÉOCCUPÉE PAR LE BILAN ÉLEVÉ DE JOURNALISTES TUÉS

Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU se dit "très préoccupé" par le "bilan élevé" de journalistes palestiniens tués dans la bande de Gaza, après la mort de deux reporters hier.


"Les meurtres de tous les journalistes", y compris Hamza Waël Dahdouh et Moustafa Thuraya, lors d'une frappe attribuée à l'armée israélienne, "doivent faire l'objet d'une enquête approfondie et indépendante pour garantir le strict respect du droit international et les violations doivent faire l'objet de poursuites", a souligné le Haut-Commissariat dans un message sur le réseau social X.

UN APPEL À PUNIR LES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES DU 7 OCTOBRE

Deux experts des droits de l'homme, nommés par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU mais qui ne parlent pas au nom des Nations unies, ont demandé lundi que les auteurs de crimes présumés, notamment des violences sexuelles, commis lors de l'attaque du 7 octobre sur le sol israélien par le Hamas, soient punis. Ils ont rappelé que ces crimes présumés constituaient de graves violations du droit international et pouvaient être "qualifiés de crimes contre l'humanité", évoquant des personnes brûlées vives à leur domicile ou dans des abris ainsi que des corps décapités, mutilés ou avec des signes d'une exécution. 


"Les preuves de plus en plus nombreuses de violences sexuelles signalées sont particulièrement poignantes", ont déclaré la rapporteuse spéciale de l'ONU sur la torture Alice Jill Edwards et le rapporteur spécial sur les exécutions extrajudiciaires Morris Tidball-Binz dans un communiqué. Ils ont dénoncé des "allégations de torture sexuelle (notamment) des viols, viols collectifs, agressions sexuelles, mutilations et tirs sur les parties génitales". "Des corps de femmes ont été retrouvées avec des vêtements remontés jusqu'à la taille, des sous-vêtements enlevés ou déchirés ou tachés de sang", ont-ils ajouté.

LE PAPE DEMANDE "LA LIBÉRATION IMMÉDIATE DE TOUS LES OTAGES"

Le pape François a de nouveau condamné lundi "toutes les formes de terrorisme et d'extrémisme" et demandé "la libération immédiate de tous les otages à Gaza". Jorge Bergoglio a dit que la "forte réponse militaire" d'Israël avait "provoqué une crise humanitaire d'une gravité exceptionnelle et des souffrances inconcevables". Le souverain pontife a en outre fait état de sa "préoccupation" face à l'augmentation (du nombre) des actes antisémites survenus ces derniers mois", après l'intervention militaire de Tsahal.

LE PAPE REJETTE LA NOTION DE "DOMMAGES COLLATÉRAUX" CHEZ LES CIVILS

Le pape François a dénoncé lundi les "crimes de guerre" perpétrés contre les civils dans les conflits notamment dans la bande de Gaza et en Ukraine. "Dans un contexte où le discernement entre objectifs militaires et civils semble ne plus être observé, il n'y a pas de conflit qui ne finisse en quelque sorte par frapper aveuglément la population civile. Les événements en Ukraine et à Gaza en sont la preuve évidente", a déclaré le pape argentin à l'occasion de ses traditionnels vœux du début d'année au corps diplomatique.


"Nous ne devons pas oublier que les violations graves du droit international humanitaire sont des crimes de guerre", a souligné le souverain pontife, appelant à "un engagement accru de la communauté internationale en faveur de la protection et de la mise en œuvre du droit humanitaire". 

LE HAMAS FAIT ÉTAT DE PLUS DE 23.000 MORTS

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé lundi que 23.084 personnes avaient été tuées dans la bande de Gaza depuis le début des opérations militaires engagées par Israël en représailles aux attaques du Hamas palestinien le 7 octobre. Dans les dernières 24 heures, le bilan s'établit à 249 morts et 58.926 blessés . Les morts et les blessés sont majoritairement des femmes et des mineurs.

UN CHEF MILITAIRE DU HEZBIOLLAH TUÉ DANS UNE FRAPPE ISRAÉLIENNE

Un important  chef militaire du Hezbollah pro-iranien a été tué dans une frappe israélienne qui a visé sa voiture lundi dans le sud du Liban. L'homme qui "jouait un rôle de premier plan dans la direction des opérations militaires dans le sud" a été tué "par une frappe israélienne" dans le village de Kherbet Selm, à une dizaine de kilomètres de la frontière avec Israël, a indiqué à l'AFP un responsable de sécurité libanais, ayant requis l'anonymat. Tsahal n'a, pour l'heure, pas confirmé être à l'origine de cette frappe.

LE "PREMIER RISQUE" ÉCONOMIQUE EST "GÉOPOLITIQUE"

Le "premier risque" économique dans le monde est "géopolitique", a estimé le ministre français de l'Économie, Bruno Le Maire lundi, mettant en avant "le retour de la guerre dans le monde et sur le territoire européen". "Un embrasement du Proche-Orient, une insécurité croissante dans le trafic de la mer Rouge, un incident dans le détroit de Taïwan remettraient en cause la stabilité internationale et affecteraient durablement le commerce mondial", a alerté le dirigeant en présentant ses voeux aux acteurs économiques.

UNE GUERRE QUI DURE

Trois mois après les attaques sanglantes du 7 octobre par le Hamas, le choc des Israéliens est encore très fort. En représailles, l'État hébreu a promis de détruire le groupe terroriste. Pour se protéger des bombardements, 85% de la population de la bande de Gaza a été obligée de fuir.

TSAHAL POURSUIT DES FRAPPES SUR GAZA

L'armée israélienne a annoncé lundi des frappes à Khan Younès, principale ville du sud du territoire assiégé et nouvel épicentre des combats, tuant "dix terroristes se préparant à tirer des roquettes sur Israël". Selon le ministère de la Santé du mouvement islamiste, les opérations israéliennes ont fait 73 morts et 99 blessés ces dernières 24 heures, dans le centre de Gaza, où le conflit est entré dans son 4e mois.

LE POINT SUR LA SITUATION

Une 4e mois de guerre sans signe de répit à Gaza. La guerre entre Israël et le Hamas est entrée dans son 4e mois, après l'attaque sans précédent du 7 octobre, qui a tué environ 1.140 personnes, surtout des civils, selon un décompte de l'AFP à partir du bilan israélien. L'offensive israélienne a fait 22.835 morts à Gaza, majoritairement des civils, selon le dernier bilan du Hamas. Les bombardements y ont rasé des quartiers entiers, déplacé 85% de la population et provoqué une crise humanitaire catastrophique selon l'ONU.


Le conflit "pourrait aisément se métastaser". Le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, a estimé dimanche "impératif" qu'Israël, soutenu militairement et politiquement par Washington, en fasse plus pour protéger les civils palestiniens à Gaza, dans une conférence de presse à Doha, au Qatar. Le conflit "pourrait aisément se métastaser causant encore plus d'insécurité et plus de souffrances", a-t-il aussi mis en garde, affirmant que les États-Unis œuvraient à "empêcher le conflit de se propager" dans la région. 


Nouvelle tournée régionale pour le chef de la diplomatie américaine. Antony Blinken est attendu lundi soir en Israël pour des pourparlers ardus, sur fond de regain de tension à la frontière israélo-libanaise. Il doit passer par les Emirats arabes unis et l'Arabie saoudite avant d'atterrir à Tel-Aviv où il s'entretiendra avec les dirigeants israéliens dès mardi.  C'est sa quatrième tournée régionale depuis le 7 octobre dernier.


Mort de deux journalistes à Gaza. Deux journalistes palestiniens, Moustafa Thuraya, un vidéaste pigiste collaborant aussi avec l'AFP, et Hamza Waël Dahdouh d'Al Jazeera ont été tués par une frappe israélienne sur leur voiture. Al Jazeera a accusé l'armée israélienne de "cibler" les journalistes palestiniens à Gaza. L'armée israélienne a assuré à l'AFP avoir "frappé un terroriste qui pilotait un appareil volant représentant une menace pour les troupes". Avec les nouveaux décès dimanche, au moins 79 journalistes et professionnels des médias ont été tués depuis le début de la guerre, selon le Comité pour la protection des journalistes. Parmi eux, 72 étaient palestiniens, quatre israéliens et trois libanais.

BIENVENUE

Bonjour à toutes et à tous. Bienvenue sur TF1info pour suivre les dernières actualités autour de la guerre entre Israël et le Hamas, lancée le 7 octobre 2023 après l'attaque sanglante sur le sol israélien.

La guerre entre Israël et le Hamas palestinien est entrée, dimanche 7 janvier, dans son 4e mois sans aucun signe de répit. Al Jazeera a annoncé la mort de deux journalistes palestiniens travaillant pour elle à Gaza : Moustafa Thuraya, un vidéaste pigiste collaborant aussi avec l'AFP, et Hamza Waël Dahdouh, tués selon elle dimanche par une frappe israélienne sur leur voiture. La chaîne qatarie a accusé l'armée israélienne de "cibler" les journalistes palestiniens à Gaza.

Durant la nuit, l'armée israélienne a mené plusieurs frappes, dont au moins six à Rafah, proche de la frontière égyptienne, a constaté un correspondant de l'AFP. Selon le ministre de la Santé du Hamas, au moins 64 personnes ont été tuées dans ces bombardements. D'après des témoins, Khan Younès, principale ville du sud de Gaza et nouvel épicentre des combats, a aussi été bombardée.

En Cisjordanie occupée, huit Palestiniens ont été tués dimanche, dont sept dans un nouveau raid israélien à Jénine, bastion des factions armées palestiniennes dans ce territoire où les violences ont également fait deux morts israéliens, une policière et un civil, ont indiqué des sources palestiniennes et israéliennes. 

"J'ai un message clair à nos ennemis : ce qui s'est passé le 7 octobre ne se reproduira plus jamais", a déclaré dimanche le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou. "C'est l'engagement de mon gouvernement (...) Nous devons continuer jusqu'à la victoire totale", a-t-il poursuivi.

Dans ce contexte, Antony Blinken, dont le pays est le premier soutien politique et militaire d'Israël, s'est entretenu près de Doha avec l'émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani. M. Blinken, avait auparavant rencontré à Amman le roi Abdallah II de Jordanie. Le secrétaire d'État américain est attendu lundi en Israël et en Cisjordanie occupée.

Israël a juré de détruire le Hamas après son attaque sans précédent sur son territoire le 7 octobre, qui a tué environ 1140 personnes, essentiellement des civils, selon un décompte de l'AFP à partir du bilan israélien. Environ 250 personnes ont été enlevées, dont une centaine libérées lors d'une trêve fin novembre. L'offensive israélienne a fait 22.835 morts à Gaza, majoritairement des civils, selon le dernier bilan du Hamas. Les bombardements y ont rasé des quartiers entiers, déplacé 85% de la population et provoqué une crise humanitaire catastrophique selon l'ONU.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info