EN DIRECT - Guerre Israël-Hamas : Air France prévoit la reprise de la ligne Paris-Tel-Aviv le 24 janvier

Publié le 9 janvier 2024 à 6h30, mis à jour le 9 janvier 2024 à 21h16

Source : JT 20h WE

Air France prévoit de reprendre le 24 janvier la desserte de Tel-Aviv, suspendue depuis l'attaque du Hamas contre Israël.
Ce programme de vols sera bien plus réduit que celui qui existait avant le 7 octobre.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

AIR FRANCE

Air France prévoit de reprendre le 24 janvier la desserte de Tel-Aviv, suspendue depuis l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, a annoncé ce mardi la compagnie aérienne française. "Air France prévoit de reprendre ses vols entre Paris-Charles-de-Gaulle et Tel-Aviv à compter du 24 janvier prochain à raison de trois vols par semaine les mercredis, jeudis et dimanches", a précisé l'entreprise dans une déclaration transmise à l'AFP.


Ce programme de vols sera bien plus réduit que celui qui existait avant le 7 octobre, soit deux liaisons quotidiennes avec de gros porteurs Airbus A350.

BLINKEN AU MOYEN-ORIENT

Israël accepte le principe d'une mission d'évaluation de l'ONU sur la situation dans le nord de la bande de Gaza afin d'envisager le retour des Palestiniens déplacés par la guerre, a déclaré mardi à Tel Aviv le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken. 


"Nous nous sommes mis d'accord aujourd'hui sur un plan permettant aux Nations unies de mener une mission d'évaluation, qui déterminera ce qui doit être fait pour permettre aux Palestiniens déplacés de rentrer chez eux en toute sécurité dans le nord" de Gaza, a-t-il déclaré à la presse à l'issue d'entretiens avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. 

"ACCROITRE LA PRESSION SUR L'IRAN"

Accroître "la pression sur l'Iran est crucial" et "pourrait empêcher une escalade régionale" sur d'autres fronts de la guerre à Gaza, a dit mardi le ministre de la Défense israélien Yoav Gallant, lors d'une rencontre à Tel-Aviv avec le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken. 


Les craintes d'une escalade régionale du conflit entre Israël et ses autres ennemis, une alliance informelle de groupes armés soutenus par l'Iran au Liban, en Syrie, en Irak et au Yémen, n'ont cessé de croître depuis le début de la guerre à Gaza déclenchée par les attaques du Hamas palestinien le 7 octobre.  

"EPARGNER" LES CIVILS

Le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, a insisté mardi auprès du Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, sur "l'importance" d'épargner les civils palestiniens dans sa guerre contre le mouvement islamiste Hamas dans la bande de Gaza, a indiqué le Département d'Etat.


Lors d'une rencontre entre les deux hommes à Tel-Aviv, M. Blinken a "réaffirmé notre soutien au droit d'Israël à prévenir une répétition des attaques terroristes du 7 octobre, et insisté sur l'importance d'éviter de porter davantage atteinte aux civils et (sur celle) de protéger les infrastructures civiles à Gaza", selon un communiqué.

BLINKEN A TEL AVIV

Israël traverse un "moment très difficile" mais a des "chances réelles" d'intégration avec ses voisins arabes, a estimé mardi le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, à Tel-Aviv où il poursuit sa tournée au Moyen-Orient.


"Je connais les efforts que vous avez engagés depuis plusieurs années pour bâtir de bien meilleures connexions et intégration au Moyen-Orient. Et je pense qu'il y a des chances réelles dans ce domaine. Mais nous devons surmonter ce moment très difficile", a déclaré M. Blinken au début d'une rencontre avec le ministre israélien des Affaires étrangères, Israël Katz.


Le plus haut diplomate américain effectue sa cinquième visite officielle en Israël depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza le 7 octobre, provoquée par l'attaque sanglante du Hamas palestinien sur le sol israélien.

NOUVEAU BILAN DU HAMAS

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé mardi que 23.210 personnes avaient été tuées dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre le mouvement islamiste palestinien et Israël.


Dans les dernières 24 heures, 126 personnes ont été tuées, selon ce nouveau bilan, qui fait également état de 59.167 personnes blessées depuis le 7 octobre. Les personnes décédées ou tuées sont en majorité des femmes, des adolescents et des enfants. 

HEZBOLLAH

Le Hezbollah libanais a affirmé avoir ciblé mardi un centre de commandement de l'armée israélienne dans le nord du pays, en réponse à l'élimination du numéro deux du mouvement islamiste palestinien Hamas et d'un haut responsable militaire de sa formation.


Le mouvement islamiste libanais a déclaré dans un communiqué avoir ciblé "le centre de commandement de la région nord de l'armée" israélienne à l'aide de "plusieurs drones suicides", en "réponse" à l'élimination le 2 janvier du numéro deux du Hamas, Saleh al-Arouri, et à celle de son responsable, Wissam Tawil, tué la veille.

GAZA

Le chef du mouvement islamiste palestinien Hamas, Ismaïl Haniyeh, a appelé mardi les pays musulmans à le "soutenir" dans sa guerre contre Israël dans la bande de Gaza en lui fournissant "des armes".


"Le rôle de la nation musulmane (...) est majeur" et "le temps est venu de soutenir la résistance avec des armes, parce que c'est la bataille d'Al-Aqsa et non pas seulement la bataille du peuple palestinien", selon un discours prononcé à Doha dont le texte a été transmis aux médias dans la bande de Gaza. La mosquée Al-Aqsa, à Jérusalem, est le troisième lieu saint de l'islam.  

"GENOCIDE"

Israël et l'Afrique du Sud s'affrontent jeudi devant la plus haute juridiction de l'ONU, après que Pretoria a accusé Israël d'"actes génocidaires" à Gaza, accusations qualifiées par les Israéliens de "diffamation sanglante".


Dans une requête de 84 pages adressée à la Cour internationale de Justice (CIJ), qui siège à La Haye, l'Afrique du Sud exhorte les juges à ordonner d'urgence à Israël de "suspendre immédiatement ses opérations militaires" dans la bande de Gaza. Pretoria estime qu'Israël "s'est livré, se livre et risque de continuer à se livrer à des actes de génocide contre le peuple palestinien à Gaza".


Israël a réagi avec véhémence à ces propos, qualifiés de "diffamation sanglante absurde" par le porte-parole du gouvernement, Eylon Levy.

ON FAIT LE POINT

Voici les derniers événements à retenir sur la guerre entre Israël et le Hamas : 


◾ Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, doit rencontrer les dirigeants israéliens aujourd'hui et faire pression pour une désescalade de la guerre à Gaza, au lendemain de frappes en Syrie et au Liban qui ont tué deux hauts responsables du Hamas et du Hezbollah.


◾ Des sirènes alertant sur des tirs de roquettes ont retenti hier dans le centre et le sud d'Israël, ainsi qu'à proximité de la frontière avec le Liban, où les frappes israéliennes et les échanges de tirs avec les militants du Hezbollah soutenus par l'Iran font craindre une extension du conflit vers le nord. 


◾ Le Hezbollah a annoncé lundi la mort d'un de ses "commandants", Wissam Hassan Tawil, dans une frappe israélienne, ce qui constitue une première depuis octobre pour ce mouvement. Ce raid intervient après la mort du numéro deux du Hamas, Saleh al-Arouri, dans une frappe au Liban début janvier.


◾ Hier, l'armée israélienne a également indiqué avoir tué une "figure centrale" du Hamas en Syrie, Hassan Akasha. "Il était une figure centrale responsable des roquettes tirées vers Israël par le Hamas depuis le territoire syrien ces dernières semaines", a précisé l'armée.


◾ Les organisations internationales alertent sur le désastre sanitaire en cours, avec une aide humanitaire qui entre au compte-gouttes, malgré une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU. Le Conseil des relations américano-islamiques, plus grande organisation de défense des droits civiques musulmans aux États-Unis s'est joint hier à l'organisation israélienne de défense des droits de l’homme B’Tselem pour condamner une "politique déclarée" de famine à Gaza menée par Israël.


◾ Israël et l'Afrique du Sud s'affrontent aujourd'hui devant la plus haute juridiction de l'ONU, après que Pretoria a accusé Israël d'"actes génocidaires" à Gaza, accusations qualifiées par les Israéliens de "diffamation sanglante".

Bonjour et bienvenue sur ce direct consacré à la guerre entre Israël et le Hamas. Retrouvez ici les dernières informations. 

Le président américain, Joe Biden, a dit lundi travailler "discrètement" afin qu'Israël "réduise nettement" sa présence dans le territoire palestinien où la guerre est entrée dans son quatrième mois. 

Selon des responsables américains, le déplacement de M. Blinken en Israël, qui a débuté lundi soir, vise à presser l'État hébreu d'entrer dans une nouvelle phase militaire moins coûteuse en vies palestiniennes, et à engager dans la région un dialogue sur l'après-guerre. Antony Blinken, en tournée dans la région pour la quatrième fois depuis le début de la guerre le 7 octobre, espère aussi empêcher une montée de tension dans la région, en particulier à la frontière israélo-libanaise.

L'armée israélienne a annoncé lundi avoir tué une "figure centrale" du Hamas en Syrie, responsable de tirs de roquettes sur Israël depuis le territoire syrien, dans un rare communiqué sur ses opérations en Syrie. Hassan Akasha a été tué à Beit Jinn, a indiqué l'armée, une localité syrienne proche du Golan syrien, occupé par Israël, et de la frontière libanaise, située dans une région sous contrôle du régime de Bachar al-Assad.

Lundi, un responsable militaire du Hezbollah a été tué à une dizaine de kilomètres de la frontière avec Israël. Selon le Hezbollah, il s'agit du "commandant Wissam Hassan Tawil", le plus haut responsable militaire de cette formation tué depuis qu'elle a ouvert un front avec Israël pour soutenir le Hamas palestinien.

Le même jour, l'armée israélienne a frappé Khan Younès, principale ville du sud de Gaza et nouvel épicentre des combats, tuant "dix terroristes se préparant à tirer des roquettes sur Israël". Dans la matinée, une frappe à Rafah, à la pointe sud de Gaza, a détruit une voiture dont secouristes et habitants extrayaient des corps, selon l'AFPTV, qui rapporte aussi des tirs de roquettes depuis le sud de la bande de Gaza en direction du centre d’Israël.

Deux journalistes, Moustafa Thuraya et Hamza Waël Dahdouh, travaillant pour Al Jazeera y ont été tués dimanche par une frappe israélienne sur leur véhicule, selon la chaîne qatarie. Un troisième journaliste à bord, Hazem Rajab, a été grièvement blessé. L'armée israélienne a assumé la responsabilité du tir, déclarant à l'AFP avoir "frappé un terroriste qui pilotait un appareil volant représentant une menace pour les troupes", et être "au fait des informations selon lesquelles, au cours de la frappe, deux autres suspects qui se trouvaient dans le même véhicule avaient aussi été touchés"

Israël a juré de détruire le Hamas, mouvement classé terroriste par les États-Unis et l'Union européenne, après son attaque sans précédent sur son territoire le 7 octobre, qui a tué environ 1140 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte de l'AFP à partir du bilan israélien.

Environ 250 personnes ont été enlevées et emmenées à Gaza, dont une centaine libérées en échange de prisonniers palestiniens lors d'une trêve fin novembre. Au total, 132 sont toujours retenus en otage par différents groupes armés palestiniens. Lundi, le Jihad islamique à diffusé une vidéo d'un otage israélien en vie.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info