Les troupes israéliennes sont "au cœur de Gaza-ville", a annoncé le ministre de la Défense israélien ce mardi.
Une annonce qui intervient un mois jour pour jour après l'attaque du Hamas.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

ATTAQUES DU 7 OCTOBRE : UN MOIS APRES, RETOUR SUR LES LIEUX

Il y a un mois, le Hamas parvenait à pénétrer sur le sol israélien, tuant plus de 1400 personnes. Kibboutz, parking du festival Nova... nos envoyés spéciaux sont retournés sur les lieux des attaques du mouvement palestinien, le 7 octobre dernier. 

ROYAUME-UNI : LE PREMIER MINISTRE VEUT ANNULER UNE MARCHE PRO-PALESTINIENNE

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a appelé ce mardi les organisateurs d'une marche pro-palestinienne à annuler cette manifestation prévue à Londres samedi, jour des commémorations de l'armistice de la Première Guerre mondiale. Des milliers de personnes sont attendues dans ce rassemblement visant notamment à réclamer un cessez-le-feu immédiat dans le conflit entre Israël et le Hamas.


"Nous continuons de penser que prévoir des manifestations le jour de l'armistice (Armistice Day) est une provocation et un manque de respect, et nous exhortons les organisateurs à reconsidérer" leur projet, a indiqué un porte-parole du Premier ministre à des journalistes. 

CICR : UN CONVOI VISE PAR DES TIRS A GAZA

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a affirmé qu'un de ses convois acheminant de l'aide humanitaire avait été visé mardi par des tirs, dont il n'a pas précisé la provenance, se disant "profondément troublé" par cet incident. "Le convoi de cinq camions et deux véhicules du CICR transportait des fournitures médicales vitales (...) notamment vers l'hôpital al-Quds de la Société du Croissant-Rouge palestinien, lorsqu'il a été touché par des tirs. Deux camions ont été endommagés et un conducteur a été légèrement blessé", a affirmé le CICR dans un communiqué, disant être "profondément troublé" que son convoi humanitaire "ait été pris pour cible"

WASHINGTON CONTRE UNE OCCUPATION DE GAZA PAR ISRAEL

Washington a affirmé ce mardi s'opposer à une nouvelle occupation à long terme de Gaza par Israël alors que le  le Premier ministre Benjamin Netanyahu a assuré vouloir prendre "la responsabilité générale de la sécurité" du territoire après la guerre. "De façon générale, nous ne soutenons pas une réoccupation de Gaza et Israël ne le soutient pas non plus", a déclaré le porte-parole du département d'État, Vedant Patel.

LE HEZBOLLAH N'A PAS INTERET A ENTRER EN GUERRE, PREVIENT NETANYAHU

Le Hezbollah libanais soutenu par l'Iran "ferait l'erreur de sa vie" en entrant en guerre contre Israël qui affronte depuis 32 jours le Hamas palestinien dans la bande de Gaza, a répété mardi soir le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. "Si le Hezbollah décide de se joindre à la guerre, il ferait l'erreur de sa vie", a déclaré lors d'un discours M. Netanyahu, alors que la zone frontalière entre Israël et le Liban est le théâtre d'échanges de tirs quotidiens entre l'armée israélienne et le Hezbollah et ses alliés, depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien le 7 octobre.

LE CICR APPELLE A METTRE FIN A LA SOUFFRANCE DES CIVILS

Un mois après d'attaque du Hamas qui a déclenché la guerre en cours entre Israël et le mouvement islamiste palestinien, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a appelé les parties à mettre fin aux souffrances des civils, notamment des enfants, déplorant une "faillite morale". Depuis un mois, "les civils à Gaza et en Israël sont obligés de subir des souffrances et des pertes immenses. Cela doit cesser", a déclaré le CICR dans un communiqué.

GAZA : NI CESSEZ-LE-FEU, NI CARBURANT, ANNONCE NETANYAHU

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a dit exclure ce mardi tout cessez-le-feu ou livraison de carburant à la bande de Gaza tant que les otages qui y sont retenus par le Hamas ne sont pas libérés. "Pas d'entrée d'essence, pas de travailleurs (palestiniens) en Israël et pas de cessez-le-feu sans la libération de nos otages", a affirmé M. Netanyahu dans un discours.

WASHINGTON A AIDE 400 AMERICAINS A QUITTER GAZA

Washington a annoncé mardi avoir aidé 400 Américains et membres de leur famille à quitter la bande de Gaza, bombardée sans relâche par les forces israéliennes depuis l'attaque sanglante du Hamas, après la réouverture du poste-frontière de Rafah vers l'Égypte. "Nous avons aidé plus de 400 citoyens américains, résidents permanents et autres personnes éligibles à quitter Gaza", a déclaré le porte-parole du département d'État, Vedant Patel. Le nombre d'Américains toujours à Gaza et cherchant à partir n'a pas été précisé. 

UNE EX-COLLABORATRICE DU QUAI D'ORSAY VUE ARRACHANT LE PORTRAIT D'OTAGES

Une enquête administrative a été ouverte sur une ex-collaboratrice du ministère français des Affaires étrangères vue à Paris "arrachant le portrait d'otages israéliens" détenus par le Hamas à Gaza, selon un communiqué du Quai d'Orsay publié ce mardi. "Parmi ces otages figurent plusieurs ressortissants français, dont très probablement des mineurs", a affirmé le ministère, après la diffusion sur X (ex-Twitter) d'une vidéo montrant la scène, annonçant l'ouverture d'une enquête administrative "sur les conditions de son recrutement, bien que cette personne n'ait plus de relations contractuelles avec ce ministère depuis l'été dernier". "Il reviendra en outre à la justice de déterminer si ces actes justifient des poursuites pénales", a précisé le Quai d'Orsay. 

UNE VINGTAINE DE CANADIENS EVACUES DE GAZA

Une vingtaine de Canadiens ont été évacués ce mardi, après plusieurs jours d'attente, de la bande de Gaza, bombardée sans relâche par Israël depuis l'attaque meurtrière du mouvement islamiste palestinien Hamas le 7 octobre, a annoncé Ottawa. "Le premier groupe de Canadiens a quitté Gaza. Notre équipe de fonctionnaires les a accueillis du côté égyptien de la frontière et leur apporte un soutien", a déclaré la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, sur X (anciennement Twitter).


"Environ 20 à 25 Canadiens ont franchi la frontière de Rafah pour se rendre en Egypte", a confirmé un peu plus tard le ministère qui a dit s'attendre à ce que 80 citoyens canadiens, résidents permanents et membres de leur famille puissent quitter Gaza mardi.

ATTAQUES DU 7 OCTOBRE : ISRAEL DIFFUSE 43 MINUTES DE VIDEOS

L'armée israélienne a décidé de montrer aux médias français les images des massacres commis par le Hamas le 7 octobre dernier. Quarante-trois minutes de vidéos, retrouvées sur les GoPro des terroristes du mouvement palestinien, sur des téléphones de victimes israéliennes ou dans des caméras embarquées dans des voitures.

TSAHAL AFFIRME ETRE "AU COEUR DE GAZA VILLE"

Les troupes israéliennes sont "au cœur de Gaza-ville", a affirmé ce mardi soir le ministre israélien de la Défense Yoav Gallant, au 32ᵉ jour de la guerre entre Israël et le Hamas palestinien. "Nous allons détruire le Hamas (...) Nos forces sont prêtes sur tous les fronts", a-t-il dit lors d'une conférence de presse à Tel-Aviv, ajoutant que "Gaza est la plus grande base terroriste jamais construite". "Il n'y aura pas de trêve humanitaire sans le retour des otages." 

DES FAMILLES D'OTAGES APPELLENT A L'AIDE AU CONGRES AMERICAIN

Des familles d'otages israéliens enlevés par le Hamas le 7 octobre ont lancé un appel à l'aide mardi pour la libération de leurs proches, lors d'une conférence de presse au Congrès des États-Unis, à Washington. "Nous ne connaissons pas leur état de santé, je n'ai rien, alors j'ai besoin de votre aide", a clamé Doris Liber, sans nouvelle de son fils Guy Iluz, 26 ans, depuis l'attaque au cours de laquelle le Hamas a pris plus de 240 personnes en otages. Doris Liber se tenait aux côtés d'autres familles d'Israéliens disparus depuis et de plusieurs élus républicains qui les avaient invitées à s'exprimer devant la presse.

LARCHER ET BRAUN-PIVET APPELLENT A UNE MARCHE CONTRE L'ANTISEMITISME

Le président du Sénat, Gérard Larcher, et la présidente de l'Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, appellent ce mardi "tous ceux qui se reconnaissent dans les valeurs de notre République" à participer dimanche 12 novembre à une "grande marche civique" contre l'antisémitisme. 


Dans une tribune publiée par Le Figaro, les présidents des deux chambres du Parlement y dénoncent des actes antisémites qui "se multiplient dangereusement" en France depuis la guerre déclenchée par les massacres perpétrés le 7 octobre par le Hamas en Israël, avec en "quatre semaines à peine, plus de 1.000 faits" enregistrés, "soit deux fois plus qu'au cours de toute l’année 2022".

ANTISÉMITISME

Une jeune femme de 18 ans a été condamnée à cinq mois d'emprisonnement ferme pour avoir craché sur la kippa d'un homme dans le centre d'Avignon, a-t-on appris auprès du parquet. Jugée en comparution immédiate ce lundi, elle a été condamnée pour injure envers une personne à raison de son origine ou de son appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée. 


Sa peine est aménageable sous forme de bracelet électronique, a détaillé auprès de l'AFP la procureure de la République Florence Galtier, confirmant une information de la presse locale. Les faits se sont produits jeudi à la sortie d'une épicerie, quand un homme de confession juive portant une casquette pour dissimuler sa kippa sort du commerce et est pris à partie par deux jeunes femmes. Sa casquette tombe, entraînant sa kippa à terre. L'une des jeunes filles crache alors sur cette kippa constellée d'étoile de David, la piétine et, selon la victime, profère des insultes à caractère antisémite. 

TAGS ANTISÉMITES

Un juge d'instruction a été désigné ce mardi pour enquêter sur les tags d'étoiles de David bleues, à Paris et dans sa banlieue la semaine dernière, a indiqué la procureure de Paris, qui n'exclut pas que ce marquage "ait été réalisé à la demande expresse d'une personne demeurant à l'étranger". 


"L'enquête va désormais se poursuivre dans le cadre d'une instruction judiciaire, tant pour identifier les auteurs que pour analyser l'intention ayant guidé cette opération", a précisé Laure Beccuau dans un communiqué de presse. 

C'est le sujet dont débattront les invités de David Pujadas sur le plateau de LCI.

"L'HISTOIRE NOUS JUGERA TOUS"

"Combien de temps va durer cette catastrophe humanitaire", demande le patron de l'OMS dans ce tweet, en estimant que "l'Histoire nous jugera tous par ce que l'on aura fait pour mettre fin à cette tragédie".

ANALYSE

"Le Hamas a-t-il signé son arrêt de mort ?". C'est l'hypothèse développée par Frédéric Encel sur le plateau de LCI. Le docteur en géopolitique prédit aussi la chute inéluctable du gouvernement Netanyahou, complètement décrédibilisé auprès de l'opinion israélienne.

Frédéric Encel : le Hamas a-t-il signé son arrêt de mort ?Source : TF1 Info

AIDE A LA JORDANIE

L'Union européenne a annoncé accorder une aide de plus de 900 millions d'euros à la Jordanie, qui redoute les conséquences de la guerre opposant depuis un mois Israël et le Hamas. Cette annonce a été faite à l'issue d'une rencontre entre la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et du roi de Jordanie Abdallah II à Bruxelles. Les deux dirigeants ont évoqué les représailles israéliennes contre le Hamas, qui ont fait, selon le mouvement palestinien au pouvoir dans la bande de Gaza, plus de 10.000 morts, dont des milliers d'enfants. 

TÉMOIGNAGES

Un mois après l'attaque de leur kibboutz, des rescapés israéliens témoignent au micro de TF1.

FRONTIÈRE

Des véhicules militaires israéliens sont photographiés par l'AFP alors qu'ils traversent la frontière en direction d'Israël, après une incursion dans la bande de Gaza.

JACK GUEZ / AFP

PLAINTES CONTRE LE HAMAS

Les avocates Ilana Soskin et Yaël Scemama ont annoncé avoir déposé plainte ce lundi après-midi à Paris contre le Hamas. Elles ont lancé cette procédure au nom de deux Français, dont trois membres de la famille ont été "assassinés" le 7 octobre "par les terroristes du Hamas" dans le kibboutz Beeri, tandis que "cinq" autres membres "sont retenus en otage à Gaza, dont deux très jeunes enfants de 3 et 8 ans".

PLUS DE 100 FRANÇAIS ÉVACUÉS DE GAZA

Plus de 100 Français au total ont été évacués de Gaza, selon le quai d'Orsay. "Deux groupes de ressortissants français, d’agents et d’ayants droit ont pu quitter hier et aujourd’hui la bande de Gaza par le point de passage de Rafah. Ils se trouvent en sécurité en Égypte, où ils ont été pris en charge par l’ambassade de France et notre consulat général au Caire ainsi que par les équipes du Centre de crise et de soutien du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Ceci porte à plus de 100 personnes le total des sorties organisées par la France", précise le ministère.

POUR MÉDECINS SANS FRONTIÈRES, UN CESSEZ-LE-FEU À GAZA EST "UNE URGENCE VITALE"

Alors que la guerre provoquée par l'attaque sanglante du Hamas contre Israël entre dans son deuxième mois, Médecins sans frontières a décrit une "situation humanitaire catastrophique" dans le territoire en proie à "une guerre totale", selon la directrice de l'organisation, Claire Magone.


"La population est exsangue et les secouristes pratiquement impuissants. Face à l'hécatombe, un cessez-le-feu relève de l'urgence vitale", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse au siège de l'organisation à Paris.

LES IMAGES DU BUREAU DE L'AFP DÉTRUITS À GAZA

La correspondante de l'Agence France-Presse (AFP) à Jérusalem a publié sur X une photo du bureau de l'agence détruit la semaine dernière à Gaza, après un bombardement israélien. Tsahal s'était défendu d'avoir voulu frapper l'immeuble, évoquant de possibles "débris" ayant pu abîmer le bâtiment. De son côté, l'AFP a demandé à Israël "une enquête approfondie et transparente sur la responsabilité exacte de son armée".

NOS ENVOYÉES SPÉCIALES EN CISJORDANIE

Nos envoyées spéciales Claire Cambier et Camille Souhaut étaient à Jénine, en Cisjordanie, où les incursions israéliennes se sont multipliées ces dernières semaines. Retrouvez leur reportage tourné pour LCI.

UN JOURNALISTE GAZAOUI TUÉ DANS UNE FRAPPE, SELON L'AGENCE DE PRESSE OFFICIELLE PALESTINIENNE

L'agence de presse officielle palestinienne Wafa a annoncé mardi qu'un de ses journalistes à Gaza avait été tué dans une frappe israélienne. Le journaliste, Mohammad Abou Hassira, est mort dans "un bombardement israélien qui a visé sa maison près du port de pêche à l'ouest de la ville de Gaza", a indiqué l'agence. Selon elle, 42 membres de la famille du journaliste "dont ses enfants et ses frères" ont également péri dans l'attaque.


Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a dénombré lundi au moins 36 journalistes et employés de médias (31 Palestiniens, 4 Israéliens, 1 Libanais) tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas le 7 octobre.

DEUX NOUVELLES PLAINTES EN FRANCE

Deux nouvelles plaintes ont été déposées en France auprès de la justice antiterroriste, dont l'une pour crimes contre l'humanité, visant les attaques du Hamas en Israël.


Des avocates ont annoncé avoir déposé plainte au nom de deux Français dont trois membres de la famille ont été "assassinés" le 7 octobre "par les terroristes du Hamas" dans le kibboutz Beeri, tandis que "cinq" autres membres "sont retenus en otage à Gaza, dont deux très jeunes enfants de 3 et 8 ans." La plainte pour crimes contre l'humanité "vise le Hamas et ses dirigeants".


Une plainte a par ailleurs été déposée pour "assassinat en relation avec une entreprise terroriste" concernant la mort le 7 octobre de Valentin Elie Ghnassia, 22 ans, militaire français engagé au sein de Tsahal et dans un "parcours d'intégration" pour obtenir la nationalité israélienne. Il aurait été visé "par un tir mortel" d'un membre du Hamas dans ce même kibboutz Beeri.

REPORTAGE : FUIR LA BANDE DE GAZA, MALGRÉ LES FRAPPES ET LES ENTRAVES

À Khan Younis, ville de la bande de Gaza située à quelques kilomètres de frontière égyptienne, des milliers de réfugiés se massent pour faire le conflit entre le Hamas et Israël. Plusieurs d'entre eux témoignent dans ce sujet vidéo.

Gaza : fuir, malgré les frappes et les entravesSource : TF1 Info

LA COALITION ANTI-DJIHADISTES VISÉE PAR DEUX ATTAQUES DE DRONES EN IRAK

Deux attaques infructueuses menées avec des drones ont visé mardi matin une base militaire à l'aéroport d'Erbil, en Irak, abritant des troupes de la coalition internationale anti-djihadistes, ont rapporté les autorités locales. Le Premier ministre irakien Mohamed Chia al-Soudani, porté au gouvernement par une coalition de partis pro-Iran, a condamné ces frappes. Il a aussi promis des "enquêtes" pour en connaître les auteurs.


Les États-Unis accusent l'Iran, fervent soutien du Hamas, d'être derrière ces attaques. La coalition anti-djihadistes, tout comme les forces américaines, ont été ciblées plusieurs fois par des drones ou des missiles depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien.

PLUS DE 160 SOIGNANTS TUÉS À GAZA, SELON L'OMS

"Plus de 160 soignants sont morts dans l'exercice de leurs fonctions, alors qu'ils s'occupaient des blessés et des malades, a déclaré Christian Lindmeier, porte-parole de l'Organisation mondiale de la Santé, lors d'une conférence de presse ce mardi, selon des propos rapportés par l'agence Reuters. Ce sont ces personnes qui font fonctionner le système de santé grâce à leur dévouement et qui ont trouvé le moyen de maintenir un certain niveau de service.

LES ÉMIRATS ARABES UNIS VONT METTRE EN PLACE UN HÔPITAL DE CAMPAGNE À GAZA

Les Émirats arabes unis ont annoncé qu'ils allaient mettre en place un hôpital de campagne dans la bande de Gaza, où l'aide humanitaire entre au compte-goutte après un mois de guerre entre Israël et le Hamas. 150 lits devraient être disponibles dans cette structure, comprendra des unités de chirurgie, de gynécologie et de soins intensifs. Elle s'occupera "à la fois des enfants et des adultes", selon l'agence de presse officielle WAM.

ISRAËL OUVRE UN CORRIDOR AU SEIN DE GAZA

L'armée israélienne indique sur les réseaux sociaux avoir ouvert un couloir allant du nord au sud de Gaza pour permettre aux habitants de la bande de Gaza de se déplacer. "Si vous tenez à vous et à vos proches, partez vers le sud selon nos instructions", indique sur X un porte-parole de Tsahal, en s'adressant directement aux Gazaouis. Le corridor est ouvert depuis 10 heures heure locale et le restera jusqu'à 14 heures.

MINUTE DE SILENCE EN ISRAËL

Une minute de silence a été réalisée ce mardi en Israël pour rendre hommage aux victimes, aux otages et aux personnes portées disparues après l'attaque du Hamas le 7 octobre sur le sol hébreu. Cela fait un mois que le pays est en guerre contre le groupe palestinien.

LE GÉNÉRAL DOMINIQUE TRINQUAND SUR LCI

"On voit bien que pour limiter les pertes des soldats israéliens, Israël privilégie les frappes aériennes", décrypte le général Dominique Trinquand, ancien chef de mission militaire française à l'ONU et invité d'Adrien Gindre ce mardi matin sur LCI. 

UN HOMME JUIF MEURT EN CALIFORNIE DANS DES HEURTS ENTRE PRO-PALESTINIENS ET PRO-ISRAÉLIENS

Un homme juif de 69 ans est décédé à Thousand Oaks, au nord-ouest de Los Angeles, aux États-Unis, en marge d'affrontements entre pro-israéliens et pro-palestiniens. Sur les lieux, la police a constaté que la victime, Paul Kessler, "souffrait d'un traumatisme crânien", précise le communiqué des autorités. 


"Des témoins ont indiqué que Kessler était impliqué dans une altercation physique avec un ou plusieurs manifestants" du rassemblement pro-palestinien. "Au cours de l'altercation, M. Kessler est tombé en arrière et s'est cogné la tête contre le sol", ajoute le communiqué. Il est décédé lundi des suites de ses blessures, selon la même source, qui précise qu'une enquête a été ouverte. 

RETOUR SUR LE MOIS ÉCOULÉ APRÈS L'ATTAQUE DU HAMAS

Un mois pile après l'attaque du Hamas en Israël, retour sur les moments marquants du conflit entre l'État hébreu et le groupe palestinien au Proche-Orient.

REPORTAGE LCI DANS UN CAMP DE JÉNINE, EN CISJORDANIE

Les incursions de soldats israéliens se multiplient en Cisjordanie. Les affrontements entre Tsahal et des combattants palestiniens à Jénine, une ville de la région, font des dégâts parmi les habitants. "On s'est enfui et quand on est revenus, on s'est rendu compte que l'entrée de notre maison était bloquée par des débris", témoigne une habitante d'un camp de la ville. Retrouvez le reportage de nos envoyées spéciales sur place Claire Cambier et Camille Souhaut pour LCI.

LCI sur le terrain dans un camp à JénineSource : TF1 Info

1400 BOUGIES ALLUMÉES DEVANT LE MUR DES LAMENTATIONS À JÉRUSALEM

Un mois après l'attaque terroriste du 7 octobre sur le sol hébreu, 1400 bougies ont été allumées devant le mur des Lamentations, lieu saint du judaïsme, pour chacune des victimes israéliennes. Une autre cérémonie doit avoir lieu mardi soir sur le même site en hommage aux otages et aux personnes portées disparues, dont les proches ont manifesté lundi devant la Knesset, le Parlement israélien.

FADEL SENNA / AFP

LES MINISTRES DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU G7 SE RÉUNISSENT

Les ministres des Affaires étrangères du G7 ont atterri à Tokyo, au Japon, pour deux jours de sommet. Au cœur de leurs discussions ? Le conflit au Proche-Orient. Le groupe des Sept devrait cependant avoir beaucoup de mal à appeler d'une seule voix à un cessez-le-feu dans la bande de Gaza. Le Conseil de sécurité des Nations unies n'y parvient pas lui-même pour l'instant et Israël y est opposé tant que ses ressortissants enlevés par le mouvement islamiste Hamas lors de son attaque le 7 octobre n'auront pas été libérés.


Le secrétaire d'État américain Anthony Blinken n'a pas de fait de commentaire à son arrivée dans la capitale japonaise, quelques heures après sa tournée au Proche-Orient, qui l'a notamment mené en Turquie, lundi. De son côté, le ministère français des Affaires étrangères a rappelé la nécessité de "déployer tous les efforts possibles pour empêcher un embrasement régional".

LES REBELLES HOUTHIS DU YÉMEN DÉCLENCHENT UNE NOUVELLE ATTAQUE DE DRONE SUR ISRAËL

Les rebelles Houthis du Yémen déclenchent une nouvelle attaque de drone sur Israël. Les rebelles Houthis du Yémen, proches de l'Iran, ont indiqué avoir mené lundi une nouvelle attaque de drone contre Israël, en réponse à la guerre menée par l'armée israélienne contre le Hamas palestinien dans la bande de Gaza. 


"Les forces armées yéménites ont lancé ces dernières heures une salve de drones sur diverses cibles sensibles de l'ennemi israélien dans les territoires occupés", a déclaré le porte-parole de leurs forces armées Houthies, Yahya Sari, sur les réseaux sociaux. L'armée israélienne n'a pas réagi dans l'immédiat à ces déclarations.

LE HAMAS TIRE DES ROQUETTES SUR ISRAËL DEPUIS LE LIBAN

La branche armée du Hamas a annoncé lundi avoir tiré depuis le sud du Liban 16 roquettes sur le nord d'Israël, affirmant avoir visé le sud de la ville d'Haïfa, "en réponse" aux bombardements israéliens à Gaza. L'armée israélienne a fait état d'"environ 30 tirs" de projectiles "depuis le Liban vers le nord d'Israël", ajoutant qu'elle ripostait sur les lieux d'origine des tirs.

POUR L'ONU, GAZA EST DEVENUE UN "CIMETIÈRE POUR LES ENFANTS"

L'ONU a de nouveau pressé les différentes parties à un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, devenue un "cimetière pour enfants", selon le chef de l'organisation, Antonio Gutteres. "Le cauchemar à Gaza est plus qu'une crise humanitaire, c'est une crise de l'humanité", a affirmé le secrétaire général des Nations Unies, en soulignant qu'un "cessez-le-feu humanitaire" devient "plus urgent à chaque heure qui passe".


Le responsable a également réitéré sa condamnation des "actes terroristes odieux" du Hamas le 7 octobre et fustigé le mouvement palestinien qui utilise "les civils comme boucliers humains et continue à tirer des roquettes vers Israël sans distinction". Il a par ailleurs insisté sur l'aide humanitaire insuffisante passant par Rafah, point de passage avec l'Égypte. Avec 400 camions en deux semaines, "le goutte-à-goutte d'aide n'est rien face à l'océan de besoins".

NÉTANYAHOU ÉVOQUE L'APRÈS-GUERRE À GAZA

Le Premier ministre israélien a déclaré lundi que son pays aurait la "responsabilité globale de la sécurité" de la bande de Gaza pour une durée indéterminée, une fois que la guerre avec le Hamas aura pris fin, rejetant à nouveau la possibilité d'un cessez-le-feu.


Interrogé sur la chaîne ABC News sur qui devrait gouverner après la guerre, Benyamin Nétanyahou a répondu : "Ceux qui ne veulent pas continuer sur la voie du Hamas".


"Israël assumera, pour une durée indéterminée, la responsabilité générale de la sécurité" dans le territoire palestinien, a-t-il ajouté. "Car nous avons vu ce qui se passe lorsque nous ne l'avons pas. Lorsque nous n'avons pas cette responsabilité en matière de sécurité, nous assistons à l'éruption de la terreur du Hamas à une échelle que nous ne pouvions pas imaginer", a-t-il dit.

NÉTANYAHOU REJETTE UN CESSEZ-LE-FEU

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rejeté une nouvelle fois lundi l'idée d'un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, sans libération des otages enlevés par le mouvement islamiste palestinien Hamas.


"Il n'y aura pas de cessez-le-feu, de cessez-le-feu général, à Gaza, sans la libération de nos otages", a-t-il déclaré dans un entretien télévisé avec ABC News. "En ce qui concerne (...) les petites pauses – une heure par-ci, une heure par-là – nous les avons déjà eues", a-t-il ajouté.

BOMBE NUCLÉAIRE : SUGGESTION "INACCEPTABLE", FUSTIGENT LES ÉTATS-UNIS

Les États-Unis ont qualifié ce lundi d'"inacceptable" la suggestion d'un ministre israélien de second rang de larguer une bombe atomique sur Gaza et ont exhorté toutes les parties du conflit à éviter une "rhétorique haineuse". "Le Premier ministre Nétanyahou et le gouvernement israélien ont désavoué ces propos, que nous avons également jugés totalement inacceptables", a déclaré à la presse le porte-parole du département d'État américain, Vedant Patel. "Nous continuons à penser qu'il est important que toutes les parties au conflit s'abstiennent de toute rhétorique haineuse susceptible d'attiser les tensions."


Le cabinet du Premier ministre israélien a suspendu dimanche le ministre d'extrême droite Amichay Eliyahu de "toute réunion gouvernementale" jusqu'à nouvel ordre, lui qui avait répondu "c'est une option" à un journaliste qui lui demandait s'il préconisait de larguer "une sorte de bombe nucléaire" sur Gaza pour "tuer tout le monde".

DES "PAUSES TACTIQUES" ÉVOQUÉES

Le président américain Joe Biden a évoqué ce lundi avec le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou la "possibilité de pauses tactiques" de l'armée israélienne dans la bande de Gaza pour permettre à la population civile palestinienne de fuir les combats.


Lors d'une conversation téléphonique, les deux dirigeants ont "discuté de la possibilité de pauses tactiques pour fournir aux civils des opportunités de quitter en sécurité les zones de combats, s'assurer que l'aide parvient aux civils dans le besoin et permettre la potentielle libération d'otages", selon un communiqué de la Maison-Blanche.

Bonjour et bienvenue dans ce live, nous allons suivre ensemble les dernières informations sur le conflit au Proche-Orient, déclenché il y a tout juste un mois par l'attaque massive du Hamas contre Israël.

Le président américain Joe Biden a évoqué lundi avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu la "possibilité de pauses tactiques" de l'armée israélienne dans la bande de Gaza pour permettre à la population civile palestinienne de fuir les combats.

Lors d'une conversation téléphonique, les deux dirigeants ont "discuté de la possibilité de pauses tactiques pour fournir aux civils des opportunités de quitter en sécurité les zones de combats, s'assurer que l'aide parvient aux civils dans le besoin et permettre la potentielle libération d'otages", selon un communiqué de la Maison-Blanche.

Un sous-marin américain se trouve au Moyen-Orient dans le but de "dissuader" toute tentative de faire dégénérer la guerre entre Israël et le Hamas en un conflit régional, a annoncé lundi le ministère américain de la Défense.

Washington craint que les bombardements israéliens incessants sur la bande Gaza, en riposte à une attaque d'une ampleur inédite du Hamas, ne poussent d'autres mouvements proches de l'Iran à intervenir davantage dans le conflit.

Selon le dernier bilan du ministère de la Santé du Hamas, 10.022 personnes, en majorité des civils, dont plus de 4000 enfants, ont été tuées dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre dans les bombardements israéliens. 

Selon les autorités israéliennes, au moins 1400 personnes sont mortes côté israélien, essentiellement des civils tués le jour de l'attaque du Hamas, d'une ampleur sans précédent en Israël, et plus de 240 otages ont été enlevés. 

Au moins 30 soldats ont été tués depuis le début de l'opération terrestre, d'après l'armée.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info