Le porte-parole de la branche militaire du Hamas a affirmé que le mouvement palestinien allait libérer "dans les prochains jours" des otages étrangers parmi ceux qu'il retient à Gaza.
Suivez les dernières informations en direct.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

CAMP DE RÉFUGIÉS DE JABALIYA

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé ce mardi que le camp de réfugiés de Jabaliya, au nord de la bande de Gaza, avait été bombardé. Une information confirmée dans la soirée par l'armée israélienne, qui a indiqué y avoir tué un commandant du Hamas, l'un des responsables, selon elle, de l'attaque du 7 octobre.

EXCLUSIF

Le Qatar joue un rôle clé dans les tractations pour faire libérer les otages toujours retenus par le Hamas après son attaque du 7 octobre. Une équipe de TF1 a pu rencontrer le négociateur en chef du Qatar, Mohammed Al Khulaifi. Un entretien exclusif diffusé ce mardi dans le 20H.

BOLIVIE

Le gouvernement bolivien annonce rompre les liens diplomatiques avec Israël. Le gouvernement "a pris la décision de rompre les relations diplomatiques avec l'État d'Israël, en signe de rejet et de condamnation de l'offensive militaire israélienne agressive et disproportionnée menée dans la bande de Gaza", a déclaré le vice-ministre bolivien des Affaires étrangères, Freddy Mamani, lors d'une conférence de presse.

LA MÉDIATION "COMPROMISE" PAR LES FRAPPES ISRAÉLIENNES, SELON LE QATAR

Le Qatar a mis en garde ce mardi contre l'extension des opérations israéliennes dans la bande de Gaza, susceptible de "saper les efforts de médiation et de désescalade", et condamné le bombardement du plus grand camp de réfugiés de ce territoire palestinien. Le ministère qatari des Affaires étrangères a qualifié la frappe sur le camp de Jabaliya de "nouveau massacre contre le peuple palestinien sans défense", a rapporté l'agence officielle qatarie.

PHOSPHORE BLANC : LE LIBAN ACCUSE ISRAËL

Le Liban a chargé ce mardi sa mission auprès de l'ONU de porter plainte contre Israël, qu'il accuse d'avoir utilisé du phosphore blanc dans ses frappes pour provoquer des incendies dans le sud du pays, selon la diplomatie libanaise. "Nous nions ces allégations", avait réagi dans la foulée un porte-parole de l'armée israélienne.


Les bombes au phosphore sont des armes incendiaires dont l'usage est interdit contre des civils, mais pas contre des cibles militaires, selon une Convention signée en 1980 à Genève.

L'EQUIPE DE FOOTBALL D'ISRAËL JOUERA SES MATCHS EN HONGRIE

Deux matches de l'équipe nationale israélienne comptant pour les qualifications de l'Euro-2024 ont été délocalisés en Hongrie, a annoncé ce mardi l'UEFA, aucune rencontre ne pouvant être organisée sur le sol israélien pour des raisons de sécurité. Israël affrontera la Suisse le 15 novembre avant d'être opposé à la Roumanie le 18 novembre, les deux matchs étant programmés dans la ville de Felcsút en Hongrie.

RASSEMBLEMENT À PARIS

Un rassemblement "en solidarité au peuple palestinien" organisé par des élus LFI, des collectifs politiques et syndicaux et prévu ce jeudi à Paris ne sera pas interdit, a appris l'AFP auprès de la préfecture de police.


La préfecture de police a expliqué que le préfet Laurent Nuñez avait été "sollicité en amont par les organisateurs de ce rassemblement statique [...] dans le cadre de l'appel unitaire du collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens". "Eu égard au contenu de l'appel à manifester et aux organisateurs déclarants, cette manifestation ne sera pas interdite, mais sera strictement encadrée", a-t-elle ajouté.

L'ÉGYPTE VA ACCUEILLIR DES BLESSÉS PALESTINIENS

Les autorités égyptiennes se préparent à accueillir mercredi des blessés palestiniens depuis la bande de Gaza, ont annoncé ce mardi des sources médicales et des services de sécurité. "Des équipes médicales seront présentes demain au point de passage (de Rafah) pour examiner les cas venant (de Gaza) dès leur arrivée [...] et déterminer les hôpitaux vers lesquels ils seront envoyés", a déclaré à l'AFP un responsable médical de la ville égyptienne d'Al-Arich.

Urgent

DEUX ENFANTS FRANÇAIS DÉCÉDÉS À GAZA

Le ministère des Affaires étrangères annonce dans un communiqué que "deux enfants de nationalité française se trouvant dans le nord de la bande de Gaza" sont décédés. Leur mère, de nationalité française, "aurait elle-même été blessée, de même que son troisième enfant".


"Le consulat général de France à Jérusalem ne parvient toutefois pas à établir le contact direct sur le terrain avec cette ressortissante", poursuit le ministère. "Nous demandons instamment à nouveau à ce que les ressortissants étrangers et notamment nos compatriotes puissent sortir de Gaza. [...] La France réitère son appel urgent à une trêve humanitaire afin que l'aide humanitaire puisse parvenir à ceux qui en ont besoin."

L'ARMÉE ISRAÉLIENNE INDIQUE AVOIR TUÉ UN COMMANDANT DU HAMAS

L'armée israélienne a confirmé avoir bombardé le camp de réfugiés de Jabaliya dans la bande de Gaza ce mardi, affirmant y avoir tué un commandant du Hamas qui était, selon elle, un des responsables de l'attaque lancée en Israël par le mouvement islamiste palestinien le 7 octobre. 


"Son élimination a eu lieu dans le cadre d'une vaste opération de lutte contre les terroristes et les infrastructures terroristes appartenant au bataillon central de Jabaliya, qui avait pris le contrôle de bâtiments civils dans la bande de Gaza", a indiqué l'armée.

ÉTOILES DE DAVID : LA POLICE TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE MOBILISÉE

Après la découverte d'étoiles de David, symbole de la religion juive et de l'État d'Israël, taguées en bleu sur plusieurs bâtiments, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a demandé "à tous les préfets de mobiliser la police technique et scientifique pour retrouver les auteurs de ces menaces absolument ignobles et inacceptables". "L'antisémitisme est un poison qu'il faut combattre", a-t-il poursuivi.

Etoiles de David taguées : "l'antisémitisme est un poison", dénonce Gérald DarmaninSource : TF1 Info

Urgent

DES OTAGES LIBÉRÉS "DANS LES PROCHAINS JOURS"

Le porte-parole de la branche militaire du Hamas a affirmé ce mardi que le mouvement islamiste palestinien allait libérer "dans les prochains jours" des otages étrangers. "Nous avons informé les intermédiaires que nous libèrerons un certain nombre d'étrangers dans les prochains jours", a déclaré Abu Obeida dans une vidéo diffusée par les médias du Hamas.

POUR LE HAMAS, GAZA SERA "UN CIMETIÈRE" POUR L'ARMÉE ISRAÉLIENNE

Un porte-parole du Hamas affirme que la bande de Gaza deviendra "un cimetière et un bourbier" pour les soldats de l'armée israélienne, et promet d'infliger au Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou une défaite "qui sonnera la fin de sa carrière politique".

LES VÉRIFICATEURS

Plus de trois semaines après les attaques perpétrées par le Hamas en Israël, des publications en ligne évoquent le meurtre d'un bébé, qui aurait été "brûlé dans un four". Une rumeur partie du président d'une ONG israélienne, qu'aucun élément probant ne permet de confirmer à ce stade.

"FERME" CONDAMNATION DE L'UE CONTRE DES ATTAQUES SUR DES PALESTINIENS

Le chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell a "fermement" condamné ce mardi les attaques commises "par des colons israéliens contre des Palestiniens" en Cisjordanie occupée, faisant part de sa "vive inquiétude" à ce sujet.


Lors d'échanges avec les ministres des Affaires étrangères d'Arabie saoudite, d'Égypte et de Jordanie, ainsi qu'avec le secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), Josep Borrell a également abordé "la nécessité urgente de restaurer l'horizon politique et de relancer le processus de paix, ainsi que de parvenir à un règlement permanent et durable de ce conflit, fondé sur la solution à deux États", selon un communiqué.

ROQUETTES

Des roquettes ont été lancées sur Tel Aviv et le centre d'Israël, selon l'armée israélienne.

ACTES ANTISÉMITES

Depuis les attaques du Hamas, la communauté juive est la cible de plus en plus d'actes antisémites en France. Selon les chiffres du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, il y a eu "autant d'actes en trois semaines que sur toute l'année écoulée". Dès lors, le ministre a annoncé la mobilisation de 10.000 policiers pour protéger 950 sites.

DEUX SOLDATS ISRAÉLIENS MORTS À GAZA

L'armée israélienne a annoncé ce mardi que deux de ses soldats avaient été tués. Les deux militaires "sont tombés dans les combats dans le nord de la bande de Gaza", a indiqué l'armée dans un communiqué, quelques heures après avoir fait état de "combats féroces" avec le Hamas dans ce secteur.

GAZA, "UN CIMETIÈRE POUR DES MILLIERS D'ENFANTS"

La bande de Gaza est devenue "un cimetière pour des milliers d'enfants", ont déclaré ce mardi les Nations unies, qui craignent que d'autres ne meurent de déshydratation. "Nos craintes les plus vives de voir le nombre d'enfants tués se transformer en dizaines, puis en centaines, et enfin en milliers, se sont réalisées en l'espace de quinze jours", a déploré James Elder, porte-parole de l'Unicef, dans un communiqué.


"Les chiffres sont effroyables : plus de 3450 enfants auraient été tués, et il est stupéfiant de constater que ce chiffre augmente chaque jour", a-t-il souligné. "Gaza est devenu un cimetière pour des milliers d'enfants." Plus d'un million d'enfants vivant dans la bande de Gaza souffrent en outre d'un manque d'eau potable, a-t-il précisé.

L'APPEL DES FAMILLES D'OTAGES À PARIS

Une dizaine de familles d'otages franco-israéliens détenus par le Hamas ont été reçues ce mardi à l'Assemblée nationale, avant de tenir une conférence de presse depuis l'Hôtel de ville de Paris. Elles réclament "une libération immédiate, sans conditions, de tous les otages".

Otages du Hamas : les familles prennent la paroleSource : TF1 Info

ACTES ANTISÉMITES EN FRANCE

À la tribune de l'Assemblée nationale, la Première ministre a condamné les actes antisémites qui augmentent largement en France depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas. "Au nom du gouvernement, je condamne avec une fermeté absolue ces agissements ignobles", a déclaré Élisabeth Borne. "Nous sommes à vos côtés, [...] c'est le devoir de la République de protéger tous les juifs de France."

GAZA : 50 MORTS DANS UN BOMBARDEMENT, SELON LE HAMAS

Le ministère de la Santé du gouvernement du Hamas affirme qu'au moins 50 personnes ont été tuées dans un bombardement israélien dans un camp de réfugiés du nord de la bande de Gaza. Le bombardement, dont le bilan final pourrait être considérablement plus lourd selon ce même ministère, a détruit "au moins 20 bâtiments", dans le camp de réfugiés de Jabaliya. Interrogée par l'AFP, l'armée israélienne n'a pas réagi dans l'immédiat.

Urgent

ACTES ANTISÉMITES EN FRANCE

Face à la multiplication des actes antisémites depuis le début du conflit entre Israël et le Hamas, Élisabeth Borne a condamné mardi "avec la plus grande fermeté" ces "agissements ignobles" et affirmé que l'exécutif "ne laisser(ait) rien passer".


Depuis le 7 octobre, "plus de 850 incidents ont eu lieu et près de 6000 signalements en ligne ont été réalisés", a indiqué la Première ministre lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, faisant état de "plus de 430 interpellations et plus de 230 enquêtes en cours".

DES ÉTOILES DE DAVID TAGUÉES EN RÉGION PARISIENNE

Des étoiles de David ont été découvertes entre dimanche et lundi sur les façades d'immeubles de Saint-Ouen et de Saint-Denis. Ce mardi, une soixantaine de ces symboles ont également été retrouvés sur des murs du 14e arrondissement de Paris. Des enquêtes ont été ouvertes par les parquets de Bobigny et Paris.

LES GROUPES PRO-IRANIENS NE PEUVENT PAS "RESTER SILENCIEUX"

Le chef de la diplomatie iranienne,  Hossein Amir-Abdollahian, a prévenu mardi que les groupes pro-iraniens dans la région ne pouvaient pas rester "silencieux" face à la guerre Israël-Hamas, en soulignant l'urgence de mettre fin à la guerre. "Il est normal que les groupes et les mouvements de la résistance ne restent pas silencieux face aux crimes" commis dans la bande de Gaza, a-t-il affirmé lors d'une visite au Qatar.


"Ils n'écouteront les conseils de personne, donc il faut que nous profitions de la dernière opportunité  politique pour mettre fin à la guerre" a-t-il ajouté, selon un communiqué du ministère iranien des Affaires étrangères publié à l'issue de sa rencontre avec l'émir du Qatar, Tamin ben Hamad Al-Thani.

LES REBELLES DU YÉMEN VONT POURSUIVRE LEURS ATTAQUES

Les rebelles Houthis au Yémen, proches de l'Iran, ont promis mardi de poursuivre leurs attaques contre Israël jusqu'à la fin de sa guerre contre le Hamas, affirmant avoir déjà lancé des missiles et drones. "Les forces armées yéménites (...) continueront à mener des attaques de missiles et de drones jusqu'à ce que l'agression israélienne s'arrête", selon un communiqué diffusé par la télévision des rebelles, Al-Masirah TV. 

SHANI LOUK

"Horrifiés par le massacre de Shani Louk, citoyenne germano-israélienne, par le Hamas. Sa mort illustre la barbarie des terroristes à l'égard de centaines de citoyens israéliens et internationaux", s'est insurgé lundi Josep Borrell, haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères. "L'UE demande la libération immédiate et inconditionnelle de tous les otages à Gaza", a-t-il réclamé.

COMBATS INTENSES

L'armée israélienne a fait état mardi de "combats féroces" dans la bande de Gaza contre les combattants du Hamas palestinien. "Nos forces sont engagées dans des combats féroces contre les terroristes du Hamas en profondeur dans la bande de Gaza", a-t-elle dit dans un communiqué. De son côté, la branche militaire du Hamas a affirmé avoir ciblé "deux blindés" avec des obus anti-char et que ses combattants avaient "anéanti" une force israélienne en lui tendant une embuscade dans un bâtiment dans le nord du territoire.

LES JOURNALISTES PAIENT UN LOURD TRIBUT

Au moins 31 journalistes ont été tués depuis l'attaque du Hamas le 7 octobre sur le sol israélien, parmi lesquels 26 Palestiniens, quatre Israéliens et un Libanais, annonce mardi le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), basé aux États-Unis. Il a également dénombré huit blessés et neuf journalistes disparus ou détenus. Ce bilan est d'ores et déjà le plus meurtrier depuis la création de l'organisme en 1992. 


"Le CPJ souligne le travail important mené par les journalistes et les civils en temps de crise, et insiste sur le fait qu'ils ne doivent pas être ciblés par les parties au conflit", a déclaré dans le communiqué Sherif Mansour, coordinateur de la zone Moyen-Orient et Afrique du Nord. Il souligne également le "risque particulièrement élevé" encouru par les journalistes présents dans la bande de Gaza. 

TSAHAL DIT AVOIR INTERCEPTÉ UN MISSILE PROVENANT DE LA MER ROUGE

"Un missile sol-sol a été tiré vers le territoire israélien depuis la zone de la mer Rouge et a été intercepté avec succès par le système de défense aérienne", a déclaré l'armée israélienne dans un communiqué. Les rebelles Houthis au Yémen, pays riverain de la mer Rouge, ont affirmé mardi avoir lancé "des drones" en direction d'Israël, en réponse à ses bombardements contre le Hamas dans la bande de Gaza.

"PLUS DE 800 FAITS D'ACTES ANTISÉMITES" EN FRANCE

"À l'heure actuelle, plus de 800 faits d'actes antisémites ont été recensés depuis le 7 octobre", a informé, mardi, le porte-parole du gouvernement Olivier Véran. "Le gouvernement est mobilisé d'un point de vue sécuritaire, mais aussi dans les différents lieux où l'antisémitisme se propage. (...) La France refuse toute importation de la haine liée à ce conflit sur son territoire", a-t-il martelé durant son point-presse.

LE "TONNERRE" VA "ACCOSTER PROCHAINEMENT" À GAZA

"Le navire Tonnerre accostera prochainement à proximité de Gaza de manière à participer à des opérations de secours", a annoncé, mardi, le porte-parole du gouvernement Olivier Véran. 

LE DOCUMEN TOP SECRET QUI ÉCLABOUSSE NÉTANYAHOU

Le Premier ministre de l'État hébreu, Benyamin Nétanyahou, est mis en difficulté par la publication d'un document confidentiel par un quotidien israélien. Selon cette note, il avait été informé dès 2016 de la menace d'une opération du Hamas en Israël accompagnée de prise d'otages.

LE PATRIARCAT ORTHODOXE CONDAMNE UN BOMBARDEMENT ISRAÉLIEN À GAZA

Le Patriarcat orthodoxe à Jérusalem a condamné mardi le "bombardement par l'armée israélienne" de son centre culturel à Gaza, déplorant une "détermination injustifiée d'Israël à détruire les infrastructures civiles et les centres de services sociaux" dans le territoire palestinien. La juridiction canonique autocéphale de l'Église orthodoxe a publié un communiqué "condamnant le bombardement par l'armée israélienne du Centre culturel orthodoxe dans le quartier de Tal Al-Hawa à Gaza plus tôt dans la journée".

LES PREMIÈRES IMAGES DE TSAHAL AU SOL

Voici les premières images de Tsahal au sol dans la bande de Gaza, fournies par l'armée israélienne. Des combats ont lieu entre soldats israéliens et membres du Hamas dans le nord de la bande de Gaza, au 4e jour d'opérations terrestres de l'armée israélienne. Le porte-parole de l'armée, Jonathan Conricus, a confirmé que "les troupes israéliennes se trouvent dans différentes parties du nord de la bande de Gaza".

Tsahal à Gaza : premières images au ras du solSource : TF1 Info

UN PALESTINIEN TUÉ PAR DES TIRS ISRAÉLIENS EN CISJORDANIE

Un septuagénaire palestinien, Rawhi Rachid Sawafta, a été tué mardi par des tirs de l'armée israélienne lors d'un raid dans le nord de la Cisjordanie, a indiqué le ministère de la Santé de l'Autorité palestinienne. Il est mort "après avoir été touché par balle au visage" lors d'une incursion de l'armée israélienne dans la ville de Toubas, selon le ministère palestinien. Neuf Palestiniens ont été blessés, dont deux grièvement, lors de heurts avec la force israélienne effectuant l'incursion, a ajouté le ministère.

NOUVEAU BILAN HUMAIN DANS LA BANDE DE GAZA

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé mardi que 8525 personnes, dont 3542 enfants et 2187 femmes, avaient été tuées dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre avec Israël, lancé en représailles des attaques du 7 octobre. Le précédent bilan publié lundi faisait état de 8306 morts.

L'APPEL DES FAMILLES D'OTAGES

Une dizaine de familles d'otages franco-israéliens, détenus par le Hamas, sont arrivées, lundi 30 octobre, à Paris, pour se "faire entendre". Pour les libérer, l'organisation terroriste a fixé ses conditions : relâcher "6000 prisonniers" actuellement retenus en Israël. Sur LCI, Ishay Dan, un parent d'otages, a demandé au Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, d'accéder à leur demande.

"240 OTAGES" RETENUS PAR LE HAMAS

Dans un nouveau point de situation, l'armée israélienne fait état mardi de 240 personnes, qui seraient retenues en otage par le Hamas. Un de plus que lors du dernier bilan fourni par Tsahal. "Ce chiffre a augmenté parce que certains des otages ne sont pas des citoyens israéliens donc le processus d'identification est plus complexe", a expliqué le porte-parole des forces armées israéliennes, Daniel Hagari.

DES REBELLES AU YÉMEN ENVOIENT DES DRONES SUR ISRAËL

Les rebelles Houthis au Yémen ont affirmé mardi avoir lancé des drones en direction d'Israël, en réponse à la guerre menée par ce pays contre le Hamas palestinien. L'armée israélienne a affirmé plus tôt avoir détecté un "engin volant hostile" au large de la ville d'Eilat sur la mer Rouge. Interrogé par l'AFP, le Premier ministre du gouvernement des Houthis, Abdelaziz ben Habtour, a affirmé que "ces drones appartiennent au Yémen". 

LA MAISON DU NUMÉRO 2 DU HAMAS DÉMOLIE À L'EXPLOSIF

Tsahal a démoli à l'explosif mardi à l'aube en Cisjordanie la maison vide de Saleh al-Arouri, numéro deux du Hamas palestinien, en exil au Liban depuis plusieurs années, selon des témoins. La démolition de la villa de deux étages, dans le village d'Aroura, à 20 km au nord de Ramallah, est survenue en pleine guerre entre Israël et le Hamas. Une "importante force" israélienne a procédé à la démolition à l'explosif.

"INDIGNÉS ET CHOQUÉS"

La maire du 14e arrondissement de Paris, Carine Petit, a dénoncé mardi les tags antisémites retrouvés sur de nombreux murs. "L'antisémitisme plaqué dans nos rues comme aux heures les plus sombres", s'est émue l'élue. "Il faut que ces auteurs soient retrouvés et condamnés."

"DES IMAGES RÉVOLTANTES, À VOMIR"

Le ministre délégué chargé des Transports, Clément Beaune, a réagi, mardi, sur LCI, aux tags et inscriptions antisémites découverts ces derniers jours en banlieue parisienne et à Paris. Le membre du gouvernement a aussi précisé qu'en France, "plus de 500 lieux" font l'objet d'une protection renforcée.

DES TAGS ANTISÉMISTES DÉCOUVERTS EN FRANCE

L'Union des étudiants juifs de France (UEJF) a posté, mardi 31 octobre, des photos montrant des tags et inscriptions antisémites sur des murs en région parisienne. "Aubervilliers, Saint-Ouen, 14e arrondissement de Paris. Même mode opératoire, même pochoir d'étoile de David. Certains veulent terroriser les Français juifs en reprenant les méthodes des années 30. Ils doivent être rapidement trouvés et sévèrement punis", a commenté l'association issue de la Résistance juive créée en 1944.

L'ÉTOILE JAUNE "DÉSHONORE LES VICTIMES DE L'HOLOCAUSTE"

Dani Dayan, le président de Yad Vashem, le mémorial israélien de la Shoah à Jérusalem, a vivement critiqué la démarche. "Nous étions désolés de voir les membres de la délégation israélienne à l'ONU porter une étoile jaune. Cet acte déshonore les victimes de l'Holocauste ainsi que l'État d'Israël", a-t-il écrit sur X (ex-Twitter). "L'étoile jaune symbolise l'impuissance du peuple juif et sa dépendance envers les autres. Nous avons désormais un État indépendant et une armée forte. Nous sommes maîtres de notre propre destin. Aujourd'hui, nous accrocherons à notre boutonnière un drapeau bleu et blanc, pas une étoile jaune."

LE RÉCAP' DES 24 DERNIÈRES HEURES

L'armée israélienne continuait, lundi 30 octobre, d'avancer dans la bande de Gaza, où la situation humanitaire se détériore de jour en jour pour les 2,4 millions de Gazaouis. Le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a rejeté l'éventualité d'une trêve, jugeant qu'il s'agissait d'"un appel à se rendre face au Hamas". Voici les principales informations de ces dernières 24 heures.

DES FAMILLES D'OTAGES À PARIS POUR SE "FAIRE ENTENDRE"

Une dizaine de familles d'otages franco-israéliens détenus par le Hamas sont arrivées lundi soir à Paris pour se "faire entendre". Elles ont été accueillies à l'aéroport de Roissy par une vingtaine de personnes qui brandissaient des portraits d'otages. "Nous voulons que la communauté internationale fasse pression pour que le Hamas libère tous les otages", a déclaré à l'AFP Adva Adar, dont la grand-mère a été kidnappée. Sa venue à Paris a pour but de se "faire entendre". "En écoutant nos histoires, (montrer) qu'il y a des vraies personnes derrière, (...) qu'on a besoin de leur aide", a déclaré la jeune femme, émue.

L'ÉTOILE JAUNE ACCROCHÉE SUR LA POITRINE

L'ambassadeur israélien à l'ONU, Gilad Erdan, a accroché une étoile jaune sur sa poitrine lundi lors d'une réunion du Conseil de sécurité, assurant qu'il la porterait "avec fierté" tant que le Conseil ne condamnerait pas "les atrocités" du Hamas. "Comme mes grands-parents, et les grands-parents de millions de juifs, à partir d'aujourd'hui, mon équipe et moi porteront des étoiles jaunes", a-t-il ajouté.


Il s'est ensuite levé pour accrocher à son costume une étoile jaune frappée des mots "Never again" (plus jamais ça), en référence à l'étoile dont le port était imposé aux Juifs par les Nazis. "Nous porterons cette étoile jusqu'à ce que vous vous réveilliez et condamniez les atrocités du Hamas", a-t-il conclu.

L'ambassadeur israélien à l'ONU porte une étoile jauneSource : TF1 Info

UN HÔPITAL SOUS LE DÉLUGE DE FEU

Le Croissant-Rouge palestinien a fait état mardi de nouvelles frappes d'artillerie aux abords de l'hôpital al-Quds, au nord de la bande de Gaza. "Le bâtiment tremble et les civils déplacés ainsi que les équipes au travail sont en proie à la peur et à la panique", a-t-il écrit sur X (ex-Twitter), après avoir déjà fait part de bombardements dans cette zone dimanche soir. Israël accuse le Hamas de se servir des hôpitaux pour cacher armes ou combattants, ce que le mouvement islamiste dément.

L'AIDE HUMANITAIRE S'ENTASSE À RAFAH

Des tonnes d'aide s'entassent au poste-frontière de Rafah, séparant l'Égypte de Gaza, en attendant d'être inspectées par Israël. Seuls 117 camions d'aide sont arrivés depuis le 21 octobre à Gaza, déjà soumis à un blocus israélien depuis 2007 et la prise de pouvoir du Hamas, selon le dernier décompte de l'ONU lundi matin. L'organe du ministère israélien de la Défense supervisant les activités civiles dans les Territoires palestiniens, le COGAT, a indiqué mardi que 39 autres camions étaient arrivés dans la journée.

UN CESSEZ-LE-FEU "NE SE PRODUIRA PAS"

L'éventualité d'une trêve est totalement exclue par Benyamin Nétanyahou. "Les appels à un cessez-le-feu sont des appels à se rendre face au Hamas. Cela ne se produira pas", a asséné lundi le Premier ministre israélien, en dépit des demandes répétées des organisations humanitaires qui déplorent une situation catastrophique dans le territoire palestinien. Pour Washington, son allié, qui préconise plutôt des "pauses humanitaires", un cessez-le-feu n'est pas "la bonne réponse pour l'instant".

TSAHAL PROGRESSE "MÉTHODIQUEMENT" DANS GAZA

L'armée israélienne progresse "méthodiquement" dans la bande de Gaza, a affirmé le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou. "Tsahal a étendu son entrée terrestre dans la bande de Gaza, elle le fait par étapes mesurées et très puissantes, en progressant méthodiquement", a-t-il expliqué, confirmant que la "troisième phase" de l'opération militaire, lancée en représailles des attaques du 7 octobre, a débuté.


Le porte-parole de l'armée israélienne, Jonathan Conricus, a ajouté mardi matin que "les troupes israéliennes se trouvent dans différentes parties du nord de la bande de Gaza". "Nous avons fait entrer des véhicules lourdement blindés, des chars, des véhicules blindés de combat, des bulldozers", a-t-il ajouté, ajoutant comprendre que la situation (humanitaire) est difficile mais ce n'est pas de notre fait".

BIENVENUE

Bonjour à toutes et à tous. Bienvenue sur TF1info pour suivre les derniers développements autour de la guerre entre Israël et le Hamas, débutée après les événements tragiques du 7 octobre dernier.

Des "besoins humanitaires sans précédent". Lundi 30 octobre, le chef de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a de nouveau tiré la sonnette d'alarme sur la situation à Gaza. Selon lui, le système actuel d'aide dans la petite enclave via le poste frontière de Rafah est "voué à l'échec". "Soyons clairs : la poignée de convois autorisés via Rafah n'est rien comparé aux besoins de plus de 2 millions de personnes piégées à Gaza", a lancé Philippe Lazzarini, réclamant un "cessez-le-feu humanitaire immédiat devenu une question de vie ou de mort pour des millions de personnes". 

"Le système en place pour permettre l'entrée de l'aide à Gaza est voué à l'échec à moins d'une volonté politique pour que le flot d'aide soit significatif, en rapport avec les besoins humanitaires sans précédent", a-t-il ajouté devant le Conseil de sécurité, incapable d'agir depuis le 7 octobre. Selon le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric, 33 camions apportant eau, nourriture et matériel médical sont entrés dimanche dans la bande de Gaza via Rafah, le volume d'aide "le plus important depuis le 21 octobre", jour de l'ouverture de ce point de passage avec l'Égypte après le siège imposé à l'enclave palestinienne en réponse à l'attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien Hamas du 7 octobre.

Avant le 7 octobre, environ 500 camions entraient dans la bande de Gaza chaque jour. Philippe Lazzarini a jugé "choquantes" les attaques "horribles" du Hamas tout comme les frappes israéliennes sur Gaza. "Le siège actuel imposé à Gaza est une punition collective", a-t-il ajouté, notant que ses milliers de collègues de l'UNRWA, dont 64 ont été tués, "sont une lueur d'espoir (...) au moment où l'humanité plonge dans son heure la plus sombre". "Les habitants de Gaza ont le sentiment de ne pas être traités comme d'autres civils. La plupart d'entre eux se sentent piégés dans une guerre avec laquelle ils n'ont rien à voir !", a-t-il insisté avant de conclure : "Une population entière est déshumanisée".


La rédaction de TF1

Tout
TF1 Info