EN DIRECT - Guerre Israël-Hamas : Biden et Netanyahou évoquent des "pauses tactiques" de l'armée israélienne à Gaza

Publié le 6 novembre 2023 à 6h45, mis à jour le 6 novembre 2023 à 23h22

Biden et Netanyahou évoquent des "pauses tactiques" de l'armée israélienne à Gaza, selon la Maison Blanche.
Suivez les dernières informations en direct.

Ce live est à présent terminé. 

BOMBE NUCLÉAIRE : SUGGESTION "INACCEPTABLE", FUSTIGENT LES ÉTATS-UNIS

Les États-Unis ont qualifié ce lundi d'"inacceptable" la suggestion d'un ministre israélien de second rang de larguer une bombe atomique sur Gaza et ont exhorté toutes les parties du conflit à éviter une "rhétorique haineuse". "Le Premier ministre (Benyamin) Nétanyahou et le gouvernement israélien ont désavoué ces propos, que nous avons également jugés totalement inacceptables", a déclaré à la presse le porte-parole du département d'État américain, Vedant Patel. "Nous continuons à penser qu'il est important que toutes les parties au conflit s'abstiennent de toute rhétorique haineuse susceptible d'attiser les tensions."


Le cabinet du Premier ministre israélien a suspendu dimanche le ministre d'extrême droite Amichay Eliyahu de "toute réunion gouvernementale" jusqu'à nouvel ordre, lui qui avait répondu "c'est une option" à un journaliste qui lui demandait s'il préconisait de larguer "une sorte de bombe nucléaire" sur Gaza pour "tuer tout le monde".

UN MOIS DE GUERRE : LES MOMENTS MARQUANTS

Il y a un mois, le Hamas parvenait à pénétrer sur le sol israélien, tuant plus de 1400 personnes. Une attaque inédite, qui s'est suivie d'une riposte massive de l'État hébreu. Retour sur les moments marquants de cette guerre.

LES HÔPITAUX AU CŒUR DU CONFLIT

L'armée israélienne a rendu publique des images qui prouvent, selon elle, que le Hamas utilise des hôpitaux de Gaza pour lancer ses attaques. Ces accusations sont rejetées par le mouvement islamiste palestinien. À son tour, il accuse Israël de se servir de ce prétexte pour cibler des hôpitaux.

DES MILITANTS JUIFS AMÉRICAINS APPELLENT À UN CESSEZ-LE-FEU

Quelques centaines de militants juifs américains ont occupé dans le calme ce lundi la Statue de la Liberté à New York pour exiger d'Israël un cessez-le-feu et la fin du "bombardement génocidaire de civils palestiniens à Gaza". Vêtus de tee-shirts noirs frappés des slogans "des juifs demandent un cessez-le-feu maintenant" ou "pas en notre nom", quelques centaines de jeunes ont déployé des banderoles "le monde entier regarde" et "les Palestiniens devraient être libres" au pied du socle de l'emblématique monument symbole de New York.


"Les fameux mots de notre ancêtre juive (la poétesse américaine du XIXe siècle, ndlr) Emma Lazarus gravés sur ce monument nous obligent à agir pour soutenir les Palestiniens de Gaza qui aspirent à vivre libres", a déclaré dans un communiqué Jay Saper de l'organisation Jewish Voice for Peace.

L'ARMÉE ISRAÉLIENNE AFFIRME AVOIR FRAPPÉ DES SITES DU HEZBOLLAH

L'armée israélienne indique sur X (ex-Twitter) que "des avions militaires ont attaqué des cibles de l'organisation terroriste Hezbollah, en réponse aux tirs effectués plus tôt dans la journée depuis le territoire libanais". "Parmi les cibles attaquées figurent un certain nombre de sites où se trouvent les moyens technologiques de l'organisation terroriste Hezbollah, un entrepôt d'armes, des positions de lancement et des infrastructures terroristes", précise-t-elle.

ATTAQUE DE DRONE

Les rebelles Houthis du Yémen, proches de l'Iran, ont affirmé avoir mené ce lundi une nouvelle attaque de drone contre Israël. "Les forces armées yéménites [...] ont lancé ces dernières heures une salve de drones sur diverses cibles sensibles de l'ennemi israélien dans les territoires occupés", a déclaré le porte-parole de leurs forces armées Houthies, Yahya Sari. "Suite à l'opération, l'activité dans les bases et les aéroports ciblés a été interrompue pendant plusieurs heures." 


L'armée israélienne n'a pas réagi dans l'immédiat à ces déclarations.

DES "PAUSES TACTIQUES" ÉVOQUÉES

Le président américain Joe Biden a évoqué ce lundi avec le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou la "possibilité de pauses tactiques" de l'armée israélienne dans la bande de Gaza pour permettre à la population civile palestinienne de fuir les combats.


Lors d'une conversation téléphonique, les deux dirigeants ont "discuté de la possibilité de pauses tactiques pour fournir aux civils des opportunités de quitter en sécurité les zones de combats, s'assurer que l'aide parvient aux civils dans le besoin et permettre la potentielle libération d'otages", selon un communiqué de la Maison-Blanche.

SOUS-MARIN

L'armée américaine a partagé une image montrant l'un de ses sous-marins lanceurs de missiles de croisière en train de naviguer dans le canal de Suez. Un nouveau déploiement militaire d'ampleur qui vise à contenir toute extension régionale du conflit.

1400 BOUGIES DEVANT LE MUR DES LAMENTATIONS

Trente jours après le 7 octobre, 1400 bougies ont été allumées devant le mur des Lamentations, lieu le plus saint du judaïsme à Jérusalem. Une quarantaine de familles de personnes tuées lors de l'assaut du mouvement islamiste palestinien se sont réunies à l'entrée du site de prière le plus sacré pour les juifs, situé dans Jérusalem-Est occupée et annexée par Israël.


Les participants ont allumé environ 1400 bougies portant les noms des victimes, récité la prière des morts du Kaddish et des psaumes avant de chanter l'hymne israélien.

DES "MILLIERS" DE CIVILS TUÉS OU BLESSÉS À GAZA, CONFIRMENT LES ÉTATS-UNIS

Les États-Unis ont reconnu ce lundi que des "milliers" de civils avaient été blessés ou tués à Gaza, pilonné par Israël. Selon le dernier bilan du ministère de la Santé du Hamas, 10.022 personnes, en majorité des civils, dont plus de 4000 enfants, ont été tuées dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre dans des bombardements israéliens.


En Israël, au moins 1400 personnes sont mortes, en majorité des civils tués le jour même de l'attaque du Hamas d'une ampleur sans précédent, le 7 octobre, d'après les autorités israéliennes.

UN CESSEZ-LE-FEU "PLUS URGENT À CHAQUE HEURE QUI PASSE"

La "catastrophe" provoquée par la guerre entre Israël et le Hamas "rend la nécessité d'un cessez-le-feu humanitaire plus urgente à chaque heure qui passe", a plaidé ce lundi le secrétaire général de l'ONU, décrivant Gaza comme "un cimetière pour les enfants".


"Les parties au conflit, et la communauté internationale, font face à une responsabilité immédiate et fondamentale : mettre un terme à cette souffrance collective inhumaine et augmenter radicalement l'aide humanitaire à Gaza", a déclaré Antonio Guterres à la presse.

AHED TAMIMI

L'armée israélienne a annoncé ce lundi l'arrestation de la jeune militante palestinienne Ahed Tamimi. Cette dernière était devenue célèbre à 14 ans, filmée en train de mordre un soldat israélien. Elle est depuis considérée par les Palestiniens comme un exemple de courage face à la répression israélienne dans les Territoires palestiniens occupés.

LE HAMAS N'ACCEPTERA PAS UN "GOUVERNEMENT DE VICHY"

Un dirigeant du Hamas au Liban a affirmé ce lundi que le mouvement islamiste palestinien resterait à Gaza et n'accepterait pas "un gouvernement de Vichy" dans ce territoire qu'il contrôle. "À ceux qui pensent que le Hamas va disparaître, le Hamas restera ancré dans la conscience [...] de notre peuple, et aucune force sur terre ne pourra l'anéantir ou le marginaliser", a déclaré lors d'une conférence de presse le chef du mouvement au Liban, Oussama Hamdane.


"Notre peuple ne permettra pas aux États-Unis d'imposer ses plans visant à créer une administration qui lui convienne et qui convienne à l'occupation (Israël, ndlr), et notre peuple n'acceptera pas un nouveau gouvernement de Vichy", a-t-il ajouté, en référence au régime collaborationniste français sous l'occupation nazie, lors de la Seconde Guerre mondiale.

DES BINATIONAUX ONT QUITTÉ GAZA

Alors que des blessés ont quitté Gaza et sont arrivés en Égypte ce lundi dans des ambulances, des binationaux ont pu faire de même, selon un responsable du point de passage de Raffah, à la frontière. Ce terminal avait déjà ouvert trois jours (mercredi, jeudi et vendredi), laissant sortir des dizaines de blessés palestiniens et des centaines de détenteurs de passeports étrangers, avant que le Hamas ne décide de le refermer.

DE HAUTS RESPONSABLES RÉCLAMENT UN CESSEZ-LE-FEU

De hauts responsables onusiens appellent à un "cessez-le-feu humanitaire immédiat", soulignant leur indignation face au bilan des victimes civiles, notamment le nombre "record" de 88 membres du personnel de l'ONU ayant été tués. "Depuis presque un mois, le monde observe la situation qui se déroule en Israël et dans le Territoire palestinien occupé avec choc et horreur face au nombre grandissant de vies perdues et ravagées", ont écrit dans un rare communiqué communs les chefs de plusieurs agences onusiennes et d'ONG.


Les dirigeants de 18 organisations, dont l'Unicef, le Programme alimentaire mondial, l'Organisation mondiale de la santé, le bureau humanitaire de l'ONU (OCHA) ou l'ONG CARE, qualifient de "honte" le bilan des victimes de la guerre entre Israël et le Hamas déclenchée le 7 octobre par une attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien sur le sol israélien.

Urgent

TIRS DE ROQUETTES SUR ISRAËL

La branche armée du Hamas palestinien a annoncé ce lundi avoir tiré à partir du Liban 16 roquettes sur le nord d'Israël, affirmant avoir visé le sud de la ville de Haïfa. Dans un communiqué, les brigades Ezzedine al-Qassam ont affirmé que ces tirs intervenaient "en réponse aux massacres de l'occupation et à son agression contre notre peuple dans la bande de Gaza".


L'armée israélienne a pour sa part fait état d'"environ 30 tirs" de projectiles "depuis le Liban vers le nord d'Israël", ajoutant qu'elle ripostait sur les lieux d'origine des tirs.

AIDE HUMANITAIRE FRANÇAISE

Quelque "54 tonnes de fret humanitaire d'urgence" ont été envoyés par la France "au profit des Palestiniens de la bande de Gaza".

"CHERCHER LES TERRORISTES ET ÉPARGNER LA POPULATION CIVILE"

L'ancien ambassadeur d'Israël en France, Avi Pazner, martèle sur LCI qu'il "est très important que la population civile parte du nord au sud" de Gaza. "Un corridor humanitaire est ouvert, nous espérons que le plus de civils possibles prendront cette route pour se mettre à l'abri. Malheureusement, le Hamas les empêche et essaie de les faire rester pour servir de bouclier humain, avec toute la tragédie que cela comporte."


"Nous continuons notre opération militaire", poursuit-il. "Nous cherchons les terroristes du Hamas et cherchons à épargner le plus possible la population civile."

Avi Pazner, ancien ambassadeur d'Israël en France : "Nous cherchons les terroristes en épargnant la population civile"Source : TF1 Info

L'ARRIVÉE EN ÉGYPTE D'UN NOUVEAU GROUPE DE BLESSÉS

Un responsable au poste-frontière de Rafah, en Égypte, a précisé qu'un nouveau groupe de blessés était arrivé en Égypte en provenance de Gaza. Six ambulances transportant des blessés sont passées à la frontière et doivent être transférés vers des hôpitaux en Égypte. L'évacuation des citoyens étrangers bloqués à Gaza devait également reprendre ce lundi, selon le responsable.


Le passage au poste-frontière était suspendu depuis deux jours, car selon le gouvernement du Hamas, Israël refusait que l'évacuation de blessés palestiniens se déroule.

L'HÔPITAL AL-SHIFA, UN ÉTABLISSEMENT HISTORIQUE AU COEUR DU CONFLIT

L'hôpital Al-Shifa, est le plus important complexe hospitalier de l'enclave palestinienne, situé au nord de la ville de Gaza. Mais l'armée israélienne estime qu'une base secrète du Hamas se trouverait en sous-sol.

AHED TAMIMI ARRÊTÉE

La Palestinienne de 22 ans, Ahed Tamimi, a été arrêté pour une publication Instagram "incitant au terrorisme" selon l'armée israélienne. Explications dans l'article ci-dessous.

APPEL À UNE "ACTION COLLECTIVE"

La Russie a appelé à une "action collective" sur le conflit israélo-palestinien, par exemple avec l'organisation d'une "conférence internationale", dénonçant ainsi à demi-mot la prétendue volonté des Américains de "monopoliser" la médiation.


"Face à une escalade de violence sans précédent dans la zone du conflit israélo-palestinien, nombreux sont les appels à une action collective pour désamorcer la situation au Moyen-Orient, y compris la tenue d'une conférence internationale", a affirmé le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué. Moscou "soutient activement" cette approche, a ajouté le ministère, assurant que le pays avait "toujours défendu la nécessité d'une stratégie multilatérale".

LE TERMINAL DE RAFAH, DE NOUVEAU OUVERT

Le gouvernement du Hamas a annoncé la réouverture du terminal de Rafah pour les étrangers et les binationaux. Il s'agit de la seule ouverture entre le territoire palestinien et le monde extérieur qui n'est pas contrôlé par Israël. La circulation était suspendue depuis ce samedi, après trois jours d'ouverture, le Hamas estimant que le passage d'ambulances transportant des Palestiniens blessés vers des hôpitaux égyptiens avait été empêché.

PLUS DE 10.000 MORTS À GAZA

Les bombardements incessants de l'armée israélienne sur la bande de Gaza depuis le 7 octobre dernier ont provoqué la mort de plus de 10.000 personnes, a annoncé le ministère de la Santé du Hamas, dans un nouveau bilan dressé aujourd'hui. Parmi ces victimes, le ministère assure comptabiliser 4101 enfants. Le précédent bilan, qui datait de ce dimanche 5 novembre, faisait état de 9770 morts, dont 4800 enfants.

UN SOUS-MARIN NUCLÉAIRE LANCEUR DE MISSILES DE CROISIÈRE AMÉRICAIN

L'armée américaine a annoncé qu'un sous-marin nucléaire lanceur de missiles de croisière était arrivé au Moyen-Orient. Cette déclaration, qui est rare, a été vue comme un message de dissuasion adressé à ses adversaires dans la région, alors que le gouvernement de Joe Biden craint que le conflit opposant Israël au Hamas s'étende à d'autres pays. 


À la suite de cette annonce, Israël a réagi, se félicitant de la mobilisation par son allié de ce sous-marin. "C'est toujours une bonne nouvelle de voir les Américains déployer de plus en plus de forces", a commenté le porte-parole de l'armée israélienne, Richard Hect. "Nous le voyons comme un aspect dissuasif et stabilisateur dans la région", a-t-il ajouté.

LA TURQUIE DEMANDE UN CESSEZ-LE-FEU "IMMÉDIAT"

Le ministre turc des Affaires étrangères Hakan Fidan a demandé au secrétaire d'État américain Antony Blinken un cessez-le-feu "immédiat" et "complet" dans la bande de Gaza, a indiqué une source diplomatique turque.


Au cours de l'entretien  entre les deux hommes à Ankara, Hakan Fidan "a souligné auprès de son homologue américain (...) qu'il était nécessaire d'empêcher Israël de prendre pour cible des civils et de déplacer des personnes à Gaza, et qu'un cessez-le-feu complet devait être décrété immédiatement", a affirmé cette source sous couvert d'anonymat.

AIDE HUMANITAIRE

Les États-Unis œuvrent "très activement" pour acheminer davantage d'aide humanitaire dans la bande de Gaza, actuellement assiégée par l'armée israélienne, a affirmé à Ankara le secrétaire d'État américain Antony Blinken. Une extension de l'aide devrait arriver "dans les jours à venir".


"Nous avons fait de gros progrès ces derniers jours pour accroître l'aide à Gaza", a déclaré à la presse le chef de la diplomatie américaine au terme d'un tête-à-tête avec le ministre turc des Affaires étrangères Hakan Fidan, affirmant qu'"une pause pourrait également aider à cela". 

BORRELL VEUT UNE PAUSE

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a suggéré la mise en œuvre par Israël d'une "pause humanitaire" dans les combats à Gaza afin de faciliter à la Croix-Rouge un accès aux otages retenus par le Hamas. "Je pense qu'une pause humanitaire contrebalancée par un accès aux otages par le Comité international de la Croix-Rouge en tant que première étape vers leur libération est une initiative sur laquelle nous pourrions travailler", a déclaré M. Borrell devant les diplomates de l'Union européenne. 


Les États-Unis, l'UE et d'autres pays ont plaidé pour la mise en place de "pauses humanitaires" dans la guerre entre Israël et le mouvement palestinien Hamas afin de permettre l'acheminement de l'aide internationale dans ce petit territoire assiégé et privé de tout. 

PLUS DE 10.000 MORTS, SELON LE HAMAS

Israël a mené ce lundi d'intenses bombardements sur la bande de Gaza assiégée, où la guerre aurait fait au total près de 10.000 morts en presque un mois, selon le Hamas, tandis que les combats au sol font rage malgré les appels pressants à une trêve humanitaire.

 

Selon le gouvernement du Hamas, au pouvoir dans l'enclave palestinienne, les frappes de la nuit auraient tué plus de 200 personnes dans la bande de Gaza, pilonnée sans relâche en représailles à l'attaque sanglante lancée le 7 octobre contre Israël par le mouvement islamiste. 

RAPPEL DE DIPLOMATES

Le gouvernement sud-africain a décidé de rappeler ses diplomates en poste en Israël pour des consultations, au vu de la situation actuelle dans la région, a annoncé la ministre auprès de la présidence, Khumbudzo Ntshaveni. Elle n'a pas précisé la durée de ce rappel, mais a souligné la "déception" de Pretoria face notamment à "la poursuite des bombardements israéliens sur des écoles et cliniques" dans la bande de Gaza.


Les diplomates donneront un "briefing complet" sur la situation au gouvernement, qui décidera alors s'il peut apporter son aide ou si une "relation continue est réellement en mesure d'être maintenue".

25 MILLIONS D'EUROS D'AIDE HUMANITAIRE

La présidente de la Commission européenne annonce à Bruxelles une aide supplémentaire de 25 millions d'euros en faveur des Palestiniens de la bande de Gaza, ce qui porte à 100 millions le total de l'aide humanitaire européenne.


Ursula von der Leyen a également évoqué dans un discours devant les ambassadeurs européens la mise en place d'un corridor maritime au départ de Chypre pour acheminer l'aide humanitaire de manière régulière vers la bande de Gaza.

ATTAQUE PRÈS D'HÉBRON

Un Palestinien a été tué et trois autres blessés "par des balles israéliennes" à Halhoul, près de Hébron dans le sud de la Cisjordanie, annoncé le ministère palestinien de la Santé dans la matinée. En Cisjordanie occupée, plus de 150 Palestiniens ont été tués par des tirs de soldats ou de colons israéliens depuis le début le 7 octobre de la guerre entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, touours selon un bilan du ministère palestinien de la Santé.

L'IRAN CRITIQUE "L'AIDE AMÉRICAINE"

Le président iranien Ebrahim Raïssi a accusé les États-Unis d'"encourager" Israël à "tuer et à perpétrer des actes cruels" contre les Palestiniens dans la bande de Gaza. Recevant le Premier ministre irakien Mohamed Chia al-Soudani à Téhéran, Ebrahim Raïssi a une nouvelle fois réclamé un "cessez-le-feu immédiat" à Gaza. 


Avec M. Soudani, "nous pensons que les bombardements doivent cesser dès que possible, qu'un cessez-le-feu doit être décrété immédiatement et que l'aide soit apportée au peuple opprimé et fier de Gaza", a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse. "Nos positions sont identiques sur ce dossier", a ajouté le Premier ministre irakien, qui s'est également entretenu lundi avec l'ayatollah Ali Khamenei, la plus haute autorité de l'Iran.

LA JUSTICE SAISIE

Laurent Nuñez a indiqué qu'il saisissait le procureur de la République après les propos tenus par un orateur durant la manifestation propalestinienne du samedi 4 novembre à Paris.

UNE CENTAINE DE BRITANNIQUES ONT QUITTÉ GAZA

Une centaine de Britanniques ont pu quitter la bande Gaza via le poste-frontière de Rafah, a indiqué le gouvernement britannique alors que le territoire est bombardé sans relâche par Israël depuis les attaques meurtrières du Hamas, le 7 octobre dernier. Le Royaume-Uni tente d'évacuer environ 200 ressortissants britanniques et leurs familles, qui ont été inscrits sur une liste après avoir demandé à quitter l'enclave. 14 ressortissants sont morts depuis le début du conflit, et trois sont portés disparus.


Par ailleurs, certains personnels de l'ambassade britannique au Liban et leurs familles ont été "temporairement rappelés", alors que les échanges de tirs quotidiens à la frontière entre Israël et le Liban, où opère le Hezbollah libanais, pro-iranien et allié du Hamas, font craindre un débordement du conflit.

ARRIVÉE D'ANTONY BLINKEN À ANKARA

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken est arrivé à Ankara, en Turquie. Il y rencontre le ministre turc des Affaires étrangères, Hakan Fidan pour évoquer la guerre entre Israël et le Hamas. Aucune rencontre n'est prévue avec le président turc Recep Tayyip Erdogan. 

LE SECTEUR DE L'ATTAQUE À JÉRUSALEM BOUCLÉ

Selon la police, un jeune Palestinien assaillant a attaqué au couteau une soldate israélienne devant un poste de police de Jérusalem-Est annexée, près de la porte de Damas, la blessant grièvement. Le secteur de l'attaque reste bouclé et le chef de la police israélienne, Yaakov Shabtaï s'est rendu sur place.

Attaque à Jérusalem-est : une soldate grièvement blessée, l'assaillant "neutralisé"Source : TF1 Info

200 MORTS LORS DES FRAPPES ISRAÉLIENNES NOCTURNES

Le ministère de la Santé du Hamas à Gaza a annoncé qu'au moins 200 personnes avaient été tuées dans les intenses bombardements israéliens menés dans la nuit dans la bande de Gaza. "Plus de 200 martyrs dans les massacres de la nuit", a indiqué le ministère dans un message aux médias, précisant que ce bilan couvrait seulement Gaza-ville et la partie nord de la bande de Gaza.

É. BORNE "MESURE PLEINEMENT L'ANGOISSE" DES JUIFS FRANÇAIS

"Ce que je dis aux juifs français, c'est que je mesure pleinement leur angoisse face à cette recrudescence d'actes antisémites", indique lundi sur France Inter la Première ministre Élisabeth Borne. "Je redis à tous nos concitoyens que le gouvernement fait tout pour les protéger. On est à leurs côtés." "On ne peut évidemment pas accepter cette résurgence de l'antisémitisme (...) et on sera intraitable. On ne laissera rien passer", affirme la cheffe de l'exécutif. "Les personnes seront retrouvées et condamnées."

"LA FRANCE DEMANDE DES TRÊVES HUMANITAIRES", INDIQUE É. BORNE

"On dit qu'Israël a le droit de se défendre, d'assurer sa survie, par rapport à un groupe terroriste qu'est le Hamas. Mais on dit également que cette défense d'Israël doit se faire dans le respect du droit international humanitaire et que ces civils dans la bande de Gaza ne doit pas être les victimes de cette attaque terroriste", affirme lundi sur France Inter la Première ministre Élisabeth Borne. "On ne peut pas confondre le peuple palestinien et le groupe terroriste qu'est le Hamas. Ce que la France demande, ce sont des trêves humanitaires, et on espère ensuite une solution politique pourra prendre le pas." 

40 MORTS FRANCAIS ET 8 DISPARUS, ANNONCE E. BORNE

"Le bilan est de 40 morts et 8 disparus, parmi lesquels il y a certainement des otages", annonce lundi sur France Inter la Première ministre Elisabeth Borne. "La discussion est en cours avec les autorités israéliennes et les partenaires de la région", a-t-elle ajouté, rappelant que "notre priorité, c'est bien sûr la libération des otages."

INVITÉ SUR LCI

Le politologue et spécialiste du Monde arabe Gilles Kepel est l'invité d'Adrien Gindre à 8 h 30. Il reviendra sur la situation au Proche-Orient.

ATTAQUE À JÉRUSALEM

La police a annoncé qu'une attaque au couteau était survenue à Jérusalem-Est. Une soldate israélienne a été grièvement blessée tandis que l'assaillant a été tué.

INTENSIFICATION DES BOMBARDEMENTS

Dans la nuit de dimanche à lundi, "les frappes les plus violentes depuis le début de l'offensive terrestre", ont eu lieu, selon des propos de sources israéliennes rapportées par l'envoyée spéciale de LCI, à Sdérot, à quelques mètres de la bande de Gaza. 456 cibles du Hamas auraient été visés par ces frappes, alors que les bombardements font également de nombreuses victimes civiles depuis le début de la guerre. Point de situation dans le duplex ci-dessous.

Guerre Israël-Hamas : une "intensification" de frappes sur GazaSource : TF1 Info

VISITE D'ANTONY BLINKEN EN TURQUIE

Le chef de la diplomatie américaine est attendu en Turquie, ce lundi, pour tenter d'apaiser la colère de l'un des alliés les plus stratégiques, mais les plus difficiles de Washington, en pleine guerre à Gaza. Cela s'annonce difficile, alors que le président Erdogan a pour sa part choisi de se rendre dans une région reculée du nord-est du pays. Anthony Blinken doit par conséquent rencontrer son homologue turc, le ministre des Affaires étrangères Hakan Fidan.

undefinedundefinedMandel NGAN / AFP

LARGAGE D'UNE AIDE MÉDICALE JORDANIENNE

Le roi de Jordanie Abdallah II a annoncé le largage d'une aide médicale d'urgence à Gaza, destinée à un hôpital de campagne jordanien. "Les membres intrépides de l'armée de l'air ont largué à minuit une aide médicale urgente à l'hôpital de campagne jordanien de Gaza", a déclaré le roi sur X, ajoutant : "C'est notre devoir d'aider nos frères et sœurs blessés dans la guerre contre Gaza. Nous serons toujours là pour nos frères palestiniens".


Tsahal a de son côté indiqué que ce parachutage s'est fait "en coordination" avec l'armée israélienne. "La nuit dernière, en coordination avec [l'armée israélienne], un avion jordanien a largué de l'équipement médical et de la nourriture pour l'hôpital jordanien dans la bande de Gaza. L'équipement sera utilisé par le corps médical pour les patients", a déclaré ce porte-parole.

"DÉMANTELER LE HAMAS"

Le porte-parole de l'armée israélienne Jonathan Conricus a appelé les civils à quitter le nord de Gaza, affirmant : "Nous serons moins limités" pour agir. "Nous serons alors en mesure de démanteler le Hamas, bastion après bastion, bataillon après bataillon, jusqu'à ce que nous atteignions l'objectif ultime, qui est de débarrasser la bande de Gaza - toute la bande de Gaza - du Hamas", a-t-il déclaré dans son briefing matinal.


L'armée israélienne a par ailleurs de nouveau accusé le Hamas de construire des tunnels sous les hôpitaux, les écoles et les lieux de culte pour cacher des combattants et planifier des attaques, une accusation que l'organisation islamiste palestinienne a démentie à plusieurs reprises.

ARRESTATION D'AHED TAMIMI

L'armée israélienne a annoncé que la militante de 22 ans Ahed Tamimi, icône de la cause palestinienne dans le monde, avait été arrêtée lors d'un raid en Cisjordanie occupée. "Ahed Tamimi soupçonnée d'incitation à la violence et à des activités terroristes, a été appréhendée dans la ville de Nabi Saleh. Tamimi a été transférée aux forces de sécurité israéliennes pour un interrogatoire plus approfondi", a indiqué un porte-parole de l'armée.

BONJOUR

Bonjour et bienvenue dans ce direct consacré au conflit au Proche-Orient. Retrouvez ici toutes les informations liées à cette guerre entre Israël et le Hamas, et ses conséquences dans la région et le reste du monde.

L'armée israélienne a annoncé qu'elle menait dimanche soir des "frappes significatives" qui "se poursuivront dans les prochains jours" dans la bande de Gaza, ajoutant avoir coupé le territoire palestinien en deux. Peu de temps auparavant, le gouvernement du Hamas avait fait état "d'intenses bombardements" autour de plusieurs hôpitaux dans le nord de la bande de Gaza, où internet et lignes téléphoniques avaient été coupés.

Des bombardements ont notamment eu lieu à proximité de l'hôpital al-Shifa, le plus grand de la bande de Gaza, selon la même source.

Après 30 jours de guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien, l'encerclement de la partie nord du territoire et sa séparation de facto du sud de la bande de Gaza est une étape importante de l'opération menée par les forces israéliennes, a souligné M. Hagari. "Nous permettons encore un passage pour les civils du nord de Gaza et de la ville de Gaza vers le sud", a-t-il ajouté alors que 300.000 à 400.000 personnes se trouveraient encore dans le nord de ce territoire exigu de 2,4 millions d'habitants où la situation humanitaire est jugée catastrophique.

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, lors d'une visite dimanche en Cisjordanie occupée, a mis en garde contre le "déplacement forcé" des civils palestiniens dans la bande de Gaza, dans le cadre de son offensive déclenchée en représailles à l'attaque sanglante du Hamas sur Israël le 7 octobre.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info