Emmanuel Macron a évoqué avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky "les efforts diplomatiques à mener pour organiser un sommet sur la paix", lors d'une conversation téléphonique samedi.
Le président français "a réitéré son soutien à l’Ukraine pour mettre un terme à l'agression russe".
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

HOMMAGE AU BLOGUEUR TUÉ À SAINT-PETERSBOURG


Le ministère russe des Affaires étrangères a rendu hommage au blogueur militaire influent, soutien de l'invasion de l'Ukraine, tué dans un attentat à Saint-Petersbourg, dans le nord-ouest de la Russie. Il a par ailleurs condamné l'absence de réaction des Occidentaux.


Les blogueurs comme Vladlen Tatarsky "sont des défenseurs de la vérité", a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, sur Telegram, ajoutant que l'absence de réaction des gouvernements occidentaux, "malgré leur préoccupations pour le bien-être des journalistes et la presse libre, en dit long".


"Les journalistes russes ressentent constamment la menace de représailles du régime de Kiev", a-t-elle ajouté. "C'est grâce aux correspondants de guerre russes que le monde voit les vraies images des opérations et découvre ce qu'il se passe en Ukraine". Vladlen Tatarsky était "dangereux" pour l'Ukraine et est mort "en accomplissant son devoir", selon la porte-parole. 

EXPLOSION À SAINT-PETERSBOURG


Le ministère de l'Intérieur russe a annoncé la mort d'un blogueur militaire russe suite à une explosion dans un café où il se trouvait. 25 autres personnes auraient été blessées, dont 19 hospitalisées.

"ATTAQUE MASSIVE" DE MISSILES, AU MOINS SIX MORTS


Un bombardement russe a fait six morts, trois hommes et trois femmes, et onze blessés à Kostiantynivka, au nord de Donetsk, ont annoncé les autorités ukrainiennes. Des journalistes de l'AFP y ont vu un vaste cratère dans une cour et des fenêtres brisées du rez-de-chaussée aux étages supérieurs dans deux bâtiments de 14 étages, tandis que les toits de maisons voisines étaient fracassés. 


La police a affirmé que la Russie avait procédé dans la matinée à une "attaque massive", soit six frappes de missiles S-300 et Ouragan. "Seize immeubles d'habitation, huit résidences privées, un jardin d'enfants, un bâtiment administratif, trois voitures et un gazoduc", ont au total été touchés, a-t-elle souligné. 

ARRESTATION D'UN JOURNALISTE AMÉRICAIN EN RUSSIE


Les agences russes ont rapporté qu'après l'arrestation d'un journaliste américain en Russie cette semaine pour soupçons d'espionnage, le secrétaire d'État Antony Blinken a appelé le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. 


Selon un porte-parole du département d'État américain, Antony Blinken a réclamé la libération "immédiate" du journaliste, demandant également la libération d'un autre Américain, Paul Whelan. Le ministère russe fait savoir de son côté que Sergueï Lavrov a dénoncé "le tapage médiatique" autour de cette affaire en Occident. Selon lui, le sort du journaliste américain sera "déterminé par un tribunal".

JO 2024 : LA RUSSIE N'ENVOIE PAS SES ESCRIMEURS EN POLOGNE


La Russie a annoncé dimanche qu'elle n'enverrait pas ses escrimeurs à Poznan en Pologne ce mois-ci (21-24 avril) à la première épreuve qualificative pour les Jeux olympiques 2024 de Paris, en raison des conditions "inacceptables" émises par Varsovie pour permettre le retour des sportifs russes et bélarusses en compétition.


"Les fleurettistes russes concourront-ils en Pologne ? Bien sûr que non, c'est inacceptable", a déclaré le président de la Fédération russe d'escrime, Ilgar Mamedov, cité par l'agence de presse Ria Novosti. La Pologne a demandé aux athlètes russes de signer un document écrit attestant qu'ils ne soutenaient pas l'offensive en Ukraine.

REPORTAGE SUR LE FRONT


Blessés sur le front, des soldats ukrainiens sont pris en charge à bord d'avions médicalisés en direction des hôpitaux du Danemark et d'autres pays européens. Près de 2000 soldats, malades ou blessés, ont déjà été pris en charge.

E. MACRON EN CHINE, POUR QUOI FAIRE ?


Le président Emmanuel Macron se rend en visite officielle en Chine du 5 au 8 avril. Une première depuis 2019, qui aura pour but d'évoquer la guerre en Ukraine et le terrain économique. Un voyage qu’il ne fera pas seul puisque des chefs d’entreprises et la présidente de la Commission européenne doivent l’accompagner. 

L'UKRAINE A REPOUSSÉ "LA PLUS GRANDE FORCE CONTRE L'HUMANITÉ"


L'Ukraine a repoussé il y a un an près de Kiev "la plus grande force contre l'humanité" qu'il soit, a affirmé dimanche le président ukrainien Volodymyr Zelensky, un an jour pour jour après la découverte de corps de civils à Boutcha, ville devenue symbole des atrocités commises par les Russes. "Peuple Ukrainien ! (...) Vous avez arrêté une force qui méprise et qui veut détruire tout ce qui a de l'importance pour les gens", a-t-il salué sur Telegram, accompagnant son message de photos de la libération.


"Nous libérerons toutes nos terres. Nous remettrons le drapeau ukrainien dans toutes nos villes", a-t-il lancé, alors que la Russie contrôle plus de 18% du territoire ukrainien.

LE RÉCAP' DES 24 DERNIÈRES HEURES


Effective depuis le samedi 1er avril, la présidence de la Russie au Conseil de sécurité de l'ONU a provoqué l'ire du président ukrainien, Volodymyr Zelensky. Ce dernier s'est, par ailleurs, entretenu pendant une heure avec son homologue français, Emmanuel Macron. Les faits marquants de ces dernières 24 heures.

L'UE "S'OPPOSERA À TOUT ABUS" DE MOSCOU


L'Union européenne "s'opposera à tout abus" par la Russie de la présidence du Conseil de sécurité des Nations unies, a tweeté samedi le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. "L'arrivée de la Russie à la présidence (...) est digne d'un poisson d'avril", a-t-il commenté. "Bien qu'elle soit membre permanent du Conseil de sécurité, la Russie ne cesse de violer l'essence même du cadre juridique de l'ONU", a-t-il dénoncé.

UN AN APRÈS BOUTCHA, L'UKRAINE N'ABDIQUE PAS


L'Ukraine "continuera la lutte pour son indépendance", a affirmé dimanche sur Telegram le commandant en chef de l'armée ukrainienne, Valéry Zaloujny, un an jour pour jour après la découverte de corps de civils dans la ville de Boutcha, en banlieue de Kiev, après le retrait russe de la région. Le 2 avril 2022, des journalistes avaient vu à Boutcha les premiers cadavres de civils, certains les mains ligotées dans le dos.

262 ATHLÈTES UKRAINIENS MORTS DEPUIS LE DÉBUT DU CONFLIT


Le chiffre fait froid dans le dos. Au moins 262 athlètes ukrainiens sont morts depuis le début de l'invasion russe en Ukraine, a fait savoir samedi le ministre ukrainien de la Jeunesse et des Sports, Vadym Gutzeit, lors de sa rencontre avec le président de la Fédération internationale de gymnastique, Morinari Watanabe. 363 installations sportives ont été détruites en Ukraine depuis le 24 février 2022.


"Il est très important pour nous qu’il n’y ait pas d’athlètes russes aux compétitions sportives et aux Jeux olympiques, car ils soutiennent tous cette guerre et participent à des événements organisés pour soutenir cette guerre", a déclaré l'ancien escrimeur, alors que le Comité olympique international (CIO) a ouvert la porte à la réintégration des athlètes russes et biélorusses dans les compétitions sportives internationales.

V. ZELENSKY ET E. MACRON DISCUTENT D'UN "SOMMET POUR LA PAIX"


Le président français, Emmanuel Macron, a évoqué avec son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, "les efforts diplomatiques à mener pour organiser un sommet sur la paix", lors d'une conversation téléphonique samedi. Au cours de leur échange, les deux chefs d'État ont fait "un point sur la situation militaire en Ukraine". 


Emmanuel Macron "a réitéré son soutien à l’Ukraine pour mettre un terme à l'agression russe", a indiqué la présidence française dans un communiqué. Pour sa part, Volodymyr Zelensky a précisé sur Telegram que lui et son homologue s'étaient penchés "sur les prochaines étapes pour mettre en œuvre" son plan de paix en 10 points. "Je remercie la France pour son soutien constant", a ajouté le président ukrainien dans la soirée lors de son message quotidien à ses concitoyens.

UN NOUVEAU VOLONTAIRE FRANÇAIS TUÉ


Un volontaire français a été tué en Ukraine, a indiqué samedi le ministère français des Affaires étrangères, confirmant une information du quotidien Le Monde. "Un certain 'T.' est mort il y a une semaine", a assuré le journal français. "Nous avons appris la triste nouvelle de ce décès. Nous présentons nos condoléances à la famille, avec laquelle les services concernés du ministère (...) sont en contact", a indiqué à l'AFP le Quai d'Orsay.


La semaine dernière, le ministère avait déjà confirmé la mort dans la région de Bakhmout, le point chaud de la ligne de front dans l'est de l'Ukraine, de Kevin D., un ancien humanitaire, parti il y a plus d'un an combattre aux côtés des Ukrainiens. Depuis le début de la guerre en Ukraine, huit Français sont morts sur place.

LA RUSSIE À LA PRÉSIDENCE DE L'ONU, V. ZELENSKY DÉNONCE UNE "FAILLITE"


Le chef de l'État ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé la "faillite" des Nations unies, où la Russie a pris samedi la présidence du Conseil de sécurité pour le mois d'avril. "Il est difficile d'imaginer quelque chose qui prouve (davantage) la faillite complète de telles institutions", a-t-il lancé dans son message du soir. "Il n'y a aucune forme de terreur que la Russie n'ait déjà exercée", a-t-il poursuivi, appelant à une "réforme des institutions mondiales, y compris du Conseil de sécurité de l'ONU".


Cette "réforme qui se fait évidemment attendre consiste à empêcher un État terroriste (...) de détruire le monde. Les terroristes doivent perdre, doivent être tenus pour responsables de la terreur et ne présider nulle part", a martelé Volodymyr Zelensky. Son ministre des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, avait auparavant qualifié de "gifle" donnée à "la communauté internationale" la présidence russe, des Occidentaux parlant quant à eux de "poisson d'avril" en ce jour du 1er avril.

BIENVENUE


Bonjour à toutes et à tous. Bienvenue sur TF1info pour suivre en direct les dernières informations sur l'actualité de la guerre en Ukraine de ce dimanche 2 avril 2023.

Le président français Emmanuel Macron a évoqué avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky "les efforts diplomatiques à mener pour organiser un sommet sur la paix", lors d'une conversation téléphonique samedi. Les deux chefs d'État ont fait "un point sur la situation militaire en Ukraine et Emmanuel Macron" a réitéré son soutien à l’Ukraine pour mettre un terme à l'agression russe", a indiqué la présidence française dans un communiqué.

Pour sa part, Volodymyr Zelensky a précisé sur Telegram que lui et son homologue s'étaient penchés "sur les prochaines étapes pour mettre en œuvre" son plan de paix en 10 points. "Nous avons coordonné les actions pour les prochains événements internationaux", a-t-il ajouté. 

"Nous avons discuté en détail pendant une heure. Nous avons parlé de la situation sur la ligne de front, de notre coopération politique, et de comment avancer avec la mise en œuvre du projet de paix de l'Ukraine. Je remercie la France pour son soutien constant", a ajouté Zelensky lors de son message quotidien à ses concitoyens. Les deux hommes ont également discuté de "la situation préoccupante à la centrale nucléaire de Zaporijjia occupée par les forces armées russes" depuis mars 2022, a précisé Paris.

Cet échange intervient quelques jours après la visite en Ukraine de Rafael Grossi, directeur de l’AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique), "avec lequel le président Macron s’entretiendra prochainement", selon l'Élysée, qui indique que MM. Macron et Zelensky ont souligné "l’importance de soutenir l’action de l’AIEA sur place".


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info