Guerre en Ukraine : un séisme pour l'économie mondiale
En Direct

Guerre en Ukraine : les informations du mercredi 30 mars

La rédaction de TF1info
Publié le 30 mars 2022 à 18h19, mis à jour le 31 mars 2022 à 6h06

Le ministère russe de la Défense a annoncé mercredi soir l'instauration d'un "régime de silence", soit un cessez-le-feu local, à partir de 10h jeudi (07h GMT) dans le port assiégé ukrainien de Marioupol afin d'évacuer des civils.
Cette mesure doit permettre d'ouvrir un couloir humanitaire vers la ville ukrainienne de Zaporojie, selon le ministère.
Suivez les dernières infos sur cette guerre.

CONVOI MILITAIRE RUSSE

DIPLOMATES RUSSES EN SLOVAQUIE 


La Slovaquie a décidé d'expulser 35 diplomates russes, a annoncé mercredi le ministère des Affaires étrangères, invoquant des informations fournies par les services de renseignement.


Cette mesure s'inscrit dans une longue série d'expulsions de diplomates russes par plusieurs États membres de l'Union européenne et par les États-Unis, dans le contexte de l'invasion russe de l'Ukraine.

ZELENSKY


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré qu'il ne croyait pas aux promesses russes de réduire l'activité militaire et que son armée se préparait à de nouveaux combats dans l'Est du pays.


"Nous ne croyons personne, pas une seule belle phrase", a déclaré M. Zelensky dans une adresse vidéo à la nation, ajoutant que les forces russes se regroupaient pour attaquer la région du Donbass. "Nous ne cèderons rien. Nous nous battrons pour chaque mètre de notre territoire", a-t-il dit.

LIMOGEAGE


Le patron du renseignement militaire français, le général Eric Vidaud, va quitter ses fonctions suite notamment à ce qui a été jugé comme une insuffisance de ses services sur l'invasion russe en Ukraine, a appris l'AFP de sources militaires et proches du dossier. 

Une source militaire a confirmé le départ immédiat du patron de la Direction des renseignements militaires (DRM), conformément à une information du site l'Opinion. Ce dernier cite une source interne au ministère des Armées évoquant des "briefings insuffisants" et un "manque de maîtrise des sujets". 

CESSEZ-LE-FEU A MARIOUPOL ?


Le ministère russe de la Défense a annoncé l'instauration d'un "régime de silence", soit un cessez-le-feu local, à partir de 10H00 ce jeudi dans le port assiégé ukrainien de Marioupol afin d'évacuer des civils. Cette mesure doit permettre d'ouvrir un couloir humanitaire vers la ville ukrainienne de Zaporojie, selon le ministère. 

Plus de 150.000 civils seraient pris au piège à Marioupol, subissant des bombardements quotidiens, et survivant depuis des semaines sans eau, ni électricité, ni chauffage.

Mardi, Emmanuel Macron avait à nouveau demandé une trêve humanitaire sur Marioupol à Vladimir Poutine, qui lui avait alors promis "d'y réfléchir".

RETRAIT DE TCHERNOBYL ?


Selon une source anonyme au Pentagone, les troupes russes auraient commencé à se retirer de la centrale nucléaire ukrainienne de Tchernobyl, qu'elles occupaient depuis le début de l'offensive, déclenchée le 24 février dernier. Les forces russes quittant le secteur se dirigeraient vers la Biélorussie, selon ce haut-responsable américain de la Défense, contacté par l'AFP.

DROITS DE L'HOMME


Les Nations unies ont nommé un juge norvégien pour diriger leur enquête sur "les violations des droits de l'Homme et du droit international humanitaire" commises en Ukraine depuis le début de l'invasion russe. 

Erik Mose, ancien juge à la Cour suprême de Norvège et à la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), qui a également présidé le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a été nommé président de la commission d'enquête internationale indépendante nouvellement créée, a annoncé le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU. 

POUTINE MAL INFORMÉ PAR SON ENTOURAGE ?


C'est ce qu'a affirmé un haut-responsable américain à l'AFP, affirmant se fonder sur des renseignements déclassifiés. Selon lui, les conseillers de Poutine ont tellement peur de lui révéler les pertes militaires et les dégâts économiques des sanctions, qu'ils le tiennent dans l'ignorance d'un certain nombre de faits. 


"Poutine ne savait même pas que son armée recrutait et perdait des conscrits en Ukraine", explique cette source, ce qui selon elle "démontre une rupture claire dans le flux d'informations fiables parvenant au président russe". 

RETOUR SUR TERRE


Un astronaute américain, et deux russes, ont atterri dans les steppes kazakhes après de longs mois ensemble à bord de la Station spatiale internationale. C'est un vaisseau russe Soyouz qui a permis ce retour sur Terre, sans difficulté en dépit des tensions majeures entre Washington et Moscou depuis le début de l'invasion de l'Ukraine.

DIPLO : PAS DE PERCÉE, SELON PARIS


Paris ne voit "pas de percée", ni de "nouveauté", dans les négociations russo-ukrainiennes, a affirmé le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian sur France24, au lendemain d'une nouvelle session de pourparlers à Istanbul. 

ZELENSKY-POUTINE


Le président ukrainien rend compte à son tour de sa "conversation d'une heure" avec son homologue américain, avec qui il aurait échangé à la fois sur ce qu'il se passe sur le terrain et autour de la table de négociations. 

Nous ne pouvons pas afficher ce tweet.


Twitter conditionne l'affichage des tweet au dépôt de traceurs “réseaux sociaux” permettant de suivre votre navigation sur nos services.

Pour afficher ce post, vous pouvez cliquer sur “paramétrer mes cookies” et accepter les traceurs liés à la finalité “réseaux sociaux”.

Sans une telle acceptation, vous ne pourrez pas accéder à ce tweet.

Pour plus d’information, visitez la politique « cookies » Twitter.

BIDEN : "DES CAPACITÉS SUPPLÉMENTAIRES" POUR L'UKRAINE


Lors de son entretien ce mercredi avec son homologue ukrainien, le président américain aurait promis des capacités militaires "supplémentaires" pour l'Ukraine, selon un compte-rendu de la discussion fourni par la Maison Blanche.

LES VÉRIFICATEURS


Des soldats ukrainiens ont-ils tiré sur des prisonniers de guerre désarmés, comme le montre une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux ? Malgré des indices probants, des incohérences sèment le trouble. Le point sur ce que l'on sait.

PAIEMENT DU GAZ EN ROUBLES


Le président russe a affirmé au chancelier allemand Olaf Scholz que le paiement en roubles des exportations de gaz russe, désormais exigé par Moscou, ne devait pas désavantager les clients européens. "Cette décision ne doit pas mener à une détérioration des conditions des contrats des entreprises européennes qui importent du gaz russe", aurait estimé Vladimir Poutine, lors d'un échange téléphonique avec Olaf Scholz, selon un communiqué du Kremlin. 

Le 23 mars, Vladimir Poutine avait annoncé que la Russie n'accepterait plus de paiements en dollars ou en euros pour les livraisons de gaz à l'UE, en riposte aux sanctions occidentales prises contre Moscou pour son offensive en Ukraine. 

PREMIER "COLLABORATEUR" UKRAINIEN INCULPÉ


Le Parquet ukrainien un citoyen pour "collaboration" avec les forces russes, en vertu d'une nouvelle loi qui prévoit des peines allant jusqu'à 12 ans de prison. Cette inculpation, la première sous ce chef, vise un habitant de Kramatorsk, dans l'est de l'Ukraine, accusé d'avoir, dans une vidéo diffusée sur TikTok, "nié l'agression armée de la Russie contre l'Ukraine et appelé publiquement à soutenir les décisions et les actions illégales" de Moscou. 


La nouvelle loi, promulguée le 15 mars dernier, prévoit de 10 à 12 ans d'emprisonnement pour toute "coopération" avec "l'ennemi", son administration et ses forces armées ou formations paramilitaires. Outre la peine d'emprisonnement, les personnes condamnées se verront interdire d'occuper des fonctions dans l'administration, y compris locale, pour une durée allant jusqu'à 15 ans et pourront voir leurs biens confisqués. 

RT FRANCE : DES COMPTES BLOQUÉS ?


La patronne de la chaîne d'information russe RT France a accusé la banque française Société Générale d'avoir bloqué les comptes bancaires de certains employés russes en France. 

"La banque Société générale a bloqué les comptes privés (sur lesquels sont versés) les salaires de plusieurs de nos collaborateurs russes en France", a accusé Xenia Fedorova, sur sa chaîne Telegram en russe. "C'est une véritable discrimination sur la base de la nationalité, la France touche de nouveau le fond", a-t-elle encore estimé. 

Accusés d'être des instruments de "désinformation" de Moscou, les médias d'État russes RT (acronyme de Russia Today) et Sputnik, ont été bannis de l'UE après le début de l'offensive russe contre l'Ukraine. L'interdiction de leur diffusion à la télévision et sur internet est entrée en vigueur le 2 mars. Par ailleurs, la Russie a été visée par une multitude de sanctions, notamment bancaires.  

La Société Générale a souligné ne pas bloquer "les comptes de ses clients sur le seul critère de nationalité" mais qu'elle se doit d'effectuer des vérifications concernant certains d'entre eux du fait des sanctions. 

BACHELET : "CRIMES DE GUERRE"


La haute commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU, Michelle Bachelet, a évoqué "des crimes de guerre" commis en Ukraine dans un long réquisitoire contre les exactions, menées pour l'essentiel par l'armée russe depuis l'invasion du 24 février.  

Les attaques à l'aveugle et à grande échelle menées par les forcées armées russes, "pourraient être des crimes de guerre", a lancé Mme Bachelet devant le Conseil des droits de l'Homme. 

Elle a notamment rappelé que les forces armées russes ont attaqué et bombardé de nombreuses villes en Ukraine, et a détaillé les attaques contre des infrastructures de santé. 

JOHNSON : "INTENSIFIER LES SANCTIONS"


Le Premier ministre britannique a appelé à "intensifier les sanctions" contre Moscou jusqu'au retrait de tous les soldats russes d'Ukraine. Comme Washington, Londres affiche le plus grand scepticisme quant aux promesses russes, formulées hier, d'une diminution "radicale" de l'activité militaire en direction de Kiev et de Tcherniguiv. 

RETRAIT RUSSE : LES HABITANTS SCEPTIQUES


Peu après l'annonce russe d'une diminution de son activité militaire en direction de Kiev, les habitants de la capitale exprimaient leur scepticisme au micro des envoyés spéciaux de LCI et TF1.

IRPIN : AU MOINS 200 MORTS DEPUIS LE DÉBUT DU CONFLIT


Le maire de la ville d'Irpin, cette banlieue du nord-ouest de Kiev dont les troupes russes ont été délogées en début de semaine, annonce que plus de 200 civils y ont été tués depuis le début de l'invasion russe.


"Au moment le plus fort des hostilités, quand il y avait des bombardements toute la journée, les gens ont simplement été enterrés dans les jardins ou encore dans les parcs. Je pense qu'environ 200 ou 300 personnes sont mortes malheureusement", a annoncé M. Markouchine au cours d'une conférence de presse. 

ZELENSKY DEMANDE DE L'AIDE A LA NORVÈGE


Le président ukrainien a appelé la Norvège, deuxième fournisseur de gaz naturel de l'Europe derrière la Russie, à fournir davantage d'énergie à son pays et à l'Union européenne. Lors d'un discours par visioconférence devant le Parlement norvégien, Volodymyr Zelensky a aussi estimé que les navires russes "ne devraient pas avoir le droit d'utiliser les ports du monde libre". 

LA BCE PESSIMISTE SUR L'INFLATION


La directrice de la Banque centrale européenne (BCE) a prévenu qu'un conflit prolongé en Ukraine continuerait de faire monter les prix de l'énergie et le coût de la vie en Europe. L'invasion de l'Ukraine lancée par la Russie le 24 février a entrainé "une incertitude considérable" pour les perspectives économiques dans l'Union européenne, a souligné Christine Lagarde, en visite à Chypre. 

BERLIN A GELÉ PRES DE 100 MILLIONS D'AVOIRS RUSSES


L'Allemagne a gelé 95.514.306,40 d'euros d'avoirs bancaires d'oligarques russes sur son territoire depuis le début de la guerre en Ukraine, a indiqué mercredi le ministère fédéral des Finances. Cette somme résulte de déclarations effectuées par les établissements de crédit allemands à la Banque fédérale d'Allemagne.

CLÉMENT BEAUNE SUR LE PAIEMENT DU GAZ RUSSE EN ROUBLE


Alors que Moscou exigeait que le gaz russe lui soit payé en rouble, le secrétaire d'État chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, a souligné "l'unité" des pays européens face à cette demande. "Ces contrats sont des actes juridiques et les paiements ne sont pas prévus en roubles."

COOPÉRATION SPATIALE ENTRE LA RUSSIE ET LES ÉTATS-UNIS 


Un vaisseau Soyouz a ramené sur Terre ce mercredi deux cosmonautes russes et un astronaute américain qui se trouvaient sur la Station spatiale internationale, un rare exemple de coopération entre Washington et Moscou en pleines tensions autour de l'Ukraine.


La capsule, à bord de laquelle se trouvent les Russes Anton Chkaplérov et Piotr Doubrov, ainsi que l'Américain Mark Vande Hei, a atterri dans le sud-est du Kazakhstan à 11h28 GMT comme prévu, selon les images retransmises par l'agence spatiale russe Roscosmos.

LE NOUVEAU VISAGE DE L'EUROPE


"L'Europe a beaucoup changé depuis le 24 février, et je crois que la France y a contribué", a assuré ce mercredi le secrétaire d'État chargé des Affaires européennes, Clément Beaune. Celui-ci souligne notamment le renforcement des relations avec les pays "de notre voisinage", le renforcement du recours aux énergies renouvelables ou encore de l'armement.

L'IMPORTANCE DU DIALOGUE


"Il faut maintenir ce canal de discussion avec Vladimir Poutine, d'abord parce que c'est la demande du président Zelensky", affirme lors du compte rendu du conseil des ministres de ce mercredi, Gabriel Attal, répondant à une question de notre journaliste Marie Chantrait. "Si on coupait les communications, on se donnerait beaucoup moins de chances, le jour venu, de pouvoir négocier."


Le porte-parole du gouvernement indique qu'il y aura "probablement un nouvel échange dans la semaine" entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron. "Nous croyons depuis le début de la solution viendra de la diplomatie, et non des armes."

POURSUITE DE L'OFFENSIVE RUSSE


Tcherniguiv a été bombardée toute la nuit, tandis que plusieurs missiles se sont abattus sur Kiev au petit matin.

UN MILLION DE PERSONNES BÉNÉFICIENT DE L'AIDE ALIMENTAIRE DE L'ONU EN UKRAINE


Le Programme alimentaire mondial (PAM) de l'ONU a indiqué ce mercredi fournir une aide alimentaire d'urgence à un million de personnes en Ukraine après l'invasion de ce pays par les forces russes.


"Des camions, des trains et des camionnettes livrent aujourd'hui de la nourriture aux personnes les plus vulnérables dans tout le pays et davantage de convois (humanitaires, ndlr) sont attendus dans les prochains jours", assure l'agence onusienne dans un communiqué.


Selon le PAM, "plus de 6,5 millions de personnes" sont déplacées à l'intérieur de l'Ukraine et l'accès à la nourriture représente "l'une des trois principales préoccupations" de la population, avec la sécurité et l'approvisionnement en carburant.

BÂTIMENT DE LA CROIX ROUGE BOMBARDÉ


Un bâtiment du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a été la cible de bombardements russes à Marioupol, port stratégique assiégé du sud-est de l'Ukraine, a affirmé ce mercredi une responsable ukrainienne. 


"Les occupants ont bombardé délibérément un bâtiment du CICR à Marioupol", a écrit sur Telegram Lioudmyla Denissova, chargée des droits humains auprès du Parlement ukrainien. "Pour l'instant, nous n'avons pas d'informations concernant les victimes", a-t-elle ajouté, sans préciser combien de personnes auraient pu se trouver dans le bâtiment au moment des tirs.  

LA FRANCE DÉTERMINÉE À POURSUIVRE LES SANCTIONS ENVERS MOSCOU


Lors du compte rendu du conseil des ministres de ce mercredi, Gabriel Attal a dit que la France restait "déterminée sur le front des sanctions", malgré une volonté de poursuite de dialogue avec la Russie. "L'économie russe accuse le coup et nous ne baisserons pas la pression", a ajouté le porte-parole du gouvernement. "Aussi longtemps que durera cette agression, nous serons pleinement aux côtés des Ukrainiens."

DES MÉDICAMENTS SUR LE MARCHÉ NOIR EN RUSSIE


Le gendarme sanitaire russe a dénoncé ce mercredi l'émergence de marchés de revente illégale en ligne de médicaments, certains produits n'étant plus disponibles depuis les sanctions internationales imposées à cause de l'offensive en Ukraine.


Ces sanctions et la crainte de pénuries ont provoqué une ruée dans les pharmacies de nombreuses régions de Russie, malgré les appels du ministère de la Santé à ne pas faire de stocks à domicile et l'assurance que le pays disposait d'assez de médicaments étrangers pour lesquels il n'y a pas d'équivalent russe.


L'agence sanitaire "Roszdravnadzor constate la revente active de produits médicamenteux via les réseaux sociaux et des marchés en ligne, ce qui constitue une violation de la loi", a indiqué l'organisme dans un communiqué. 

MASCOTTE


Capturé puis libéré, il a reçu, mardi 29 mars, une médaille pour son acte héroïque.

RISQUE DE PÉNURIE DE GAZ


Le gestionnaire du réseau gazier appelle les particuliers à appliquer dès à présent des gestes simples pour réduire leur consommation.

LE CHEF DE L'AIEA VISITE UNE CENTRALE EN UKRAINE


Le patron de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, a visité mercredi la centrale nucléaire de Konstantinovka, dans le sud de l'Ukraine, dans le but de mettre en place une "assistance technique" sur fond de craintes d'un accident. 


"Je me trouve dans la centrale d'Ukraine du Sud pour rencontrer des responsables gouvernementaux et le personnel ukrainien", a-t-il écrit dans un tweet accompagné de photos le montrant serrant la main d'employés du site dont il a salué "l'endurance". "Il est vital d'être sur le terrain pour fournir un soutien efficace en cette période extrêmement difficile", a-t-il ajouté. 


"Je tenais à vous dire que nous sommes ici avec vous, que nous sommes prêts à vous aider de toutes les manières et sous toutes les formes possibles", insiste le responsable du gendarme onusien du nucléaire dans une vidéo diffusée sur son compte.

Nous ne pouvons pas afficher ce tweet.


Twitter conditionne l'affichage des tweet au dépôt de traceurs “réseaux sociaux” permettant de suivre votre navigation sur nos services.

Pour afficher ce post, vous pouvez cliquer sur “paramétrer mes cookies” et accepter les traceurs liés à la finalité “réseaux sociaux”.

Sans une telle acceptation, vous ne pourrez pas accéder à ce tweet.

Pour plus d’information, visitez la politique « cookies » Twitter.

RIEN DE "TRÈS PROMETTEUR" NI DE "PERCÉE" DANS LES POURPARLERS


Des pourparlers entre des délégations russe et ukrainienne à Istanbul mardi n'ont donné lieu à rien de "très prometteur" ni à aucune "percée", a déclaré mercredi le Kremlin, douchant les espoirs de progrès décisifs dans les négociations. "Pour l'instant, nous ne pouvons pas faire état de quoi que ce soit de très prometteur ou d'une percée quelconque. Il y a beaucoup de travail à accomplir", a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov. 

LA RUSSIE JUGÉE "SUR LES ACTES, PAS LES ANNONCES"


La France jugera la Russie sur "les actes, pas les annonces" en Ukraine, a déclaré mercredi la porte-parole de la diplomatie française, Anne-Claire Legendre, invitée sur franceinfo, estimant que Moscou pouvait aussi chercher à "gagner du temps" en "jouant le jeu de la négociation". 


"Il faut être très prudent dans l'évaluation des avancées de la négociation", ainsi que des annonces de "réduction radicale" de l'activité militaire russe à Kiev et Tcherniguiv, a-t-elle relevé. "Nous devons juger sur les actes ce que la Russie a à mettre sur la table", a insisté la porte-parole, ajoutant la voix de la France au concert de scepticisme occidental sur les avancées possibles vers un cessez-le-feu et une solution diplomatique au conflit.  

LA BARRE DES 4 MILLIONS DE REFUGIÉS UKRAINIENS FRANCHIE


Le nombre de réfugiés ukrainiens qui ont fui leur pays depuis l'invasion par l'armée russe le 24 février a franchi mercredi la barre des 4 millions de personnes, selon les chiffres du Haut commissariat aux réfugiés. Au total, 4.019.287 Ukrainiens - essentiellement des femmes et des enfants - ont quitté le pays pour fuir la guerre déclenchée par la Russie, selon le chiffre actualisé du site dédié du HCR. La Pologne accueille à elle seule plus de 2,3 millions de ces personnes. 

VARSOVIE APPELLE L'UE À INTRODUIRE UN IMPÔT SUR LES HYDROCARBURES RUSSES


Le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, a appelé mercredi l'Union européenne à introduire un impôt sur les importations d'hydrocarbures russes. "J'appelle aujourd'hui la Commission européenne à établir un impôt sur les hydrocarbures russes afin que le commerce et les règles économiques sur le marché unique européen fonctionnent de manière équitable", a-t-il expliqué. 

TCHERNIGUIV "BOMBARDÉE TOUTE LA NUIT"


La ville de Tcherniguiv, dans le Nord de l'Ukraine, a été victime de bombardement "toute la nuit", a annoncé mercredi le gouverneur de la région, Viatcheslav Tchaous, malgré l'annonce faite la veille par Moscou d'une réduction de son activité militaire dans cette zone. "Tcherniguiv a été bombardée toute la nuit" avec de l'artillerie et des avions, a-t-il indiqué sur Telegram, précisant que des infrastructures civiles avaient été détruites et que la ville se trouvait toujours sans eau ni électricité. 

UNE MÉDAILLE REMISE À UN SOLDAT RESCAPÉ DE L'ÎLE AUX SERPENTS


Roman Hrybov, un garde-frontière ukrainien qui servait sur l'île aux serpents, lorsqu'elle a été bombardée par l'armée le premier jour de l'invasion de l'Ukraine, a reçu une médaille pour services rendus, a annoncé mardi le ministère ukrainien de la Défense. Il avait dit "va te faire foutre" à un officier de navire de guerre russe.


Un premier bilan avait annoncé que les 13 soldats ukrainiens, qui occupaient cet affleurement rocheux au sud du port d'Odessa, étaient morts après avoir refusé de se rendre. Le président, Volodymyr Zelensky, avait alors déclaré que chaque garde recevrait à titre posthume le titre de "héros de l'Ukraine". Quelques jours plus tard, les autorités ukrainiennes avaient appris qu'une partie d'entre eux étaient finalement toujours en vie après avoir été capturés par la Russie. Ils avaient été libérés dans le cadre d'un échange de prisonniers avec la Russie.

Nous ne pouvons pas afficher ce tweet.


Twitter conditionne l'affichage des tweet au dépôt de traceurs “réseaux sociaux” permettant de suivre votre navigation sur nos services.

Pour afficher ce post, vous pouvez cliquer sur “paramétrer mes cookies” et accepter les traceurs liés à la finalité “réseaux sociaux”.

Sans une telle acceptation, vous ne pourrez pas accéder à ce tweet.

Pour plus d’information, visitez la politique « cookies » Twitter.

LES ENTREPRISES FRANÇAISES EN RUSSIE DOIVENT APPLIQUER "TOUTES LES SANCTIONS"


Les entreprises françaises doivent appliquer les sanctions prises contre Moscou, "toutes les sanctions et rien que les sanctions", a affirmé le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, invité d'Europe 1 mercredi, quelques jours après que le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, les a exhortées à quitter la Russie. 


"La seule chose que nous demandons aux entreprises c'est de respecter rigoureusement et scrupuleusement les sanctions décidées au niveau politique", a-t-il affirmé. "Chaque entreprise, en fonction de sa situation sur le terrain, peut prendre des décisions qui sont différentes", a-t-il ajouté, citant les exemples du constructeur automobile Renault qui a suspendu ses activités en Russie, et d'Auchan qui a au contraire décidé de rester dans le pays, mettant notamment en avant la nécessité de soutenir le pouvoir d'achat des Russes. 

Nous ne pouvons pas afficher ce tweet.


Twitter conditionne l'affichage des tweet au dépôt de traceurs “réseaux sociaux” permettant de suivre votre navigation sur nos services.

Pour afficher ce post, vous pouvez cliquer sur “paramétrer mes cookies” et accepter les traceurs liés à la finalité “réseaux sociaux”.

Sans une telle acceptation, vous ne pourrez pas accéder à ce tweet.

Pour plus d’information, visitez la politique « cookies » Twitter.

BERLIN ACTIVE SON PLAN D'URGENCE POUR SON APPROVISIONNEMENT EN GAZ


L'Allemagne a activé mercredi le premier niveau de son plan d'urgence pour garantir l'approvisionnement en gaz naturel face à la menace d'un arrêt des livraisons russes, a annoncé le ministre de l'Économie, Robert Habeck. 


"Une cellule de crise est maintenant mise en place au sein du ministère" afin de superviser la situation alors que le G7 a rejeté la demande russe de paiements en roubles, a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse. Ce plan d'urgence comprend trois niveaux d'alerte et à ce stade, "la sécurité de l'approvisionnement" en gaz est garantie en Allemagne, a-t-il précisé. 

LE PLUS LONG VOL PASSAGER DU MONDE POUR ÉVITER LA RUSSIE


Cathay Pacific prévoit d'assurer le vol de passagers le plus long au monde avec la déviation de son New York-Hong Kong qui survolerait l'Atlantique plutôt que l'Arctique afin d'éviter la Russie. La nouvelle trajectoire sera "juste en dessous des 9000 miles nautiques", soit 16.668 km, parcourus en quelque 17 heures, a précisé mardi la compagnie hongkongaise dans un communiqué à l'AFP. 


Ce vol sera ainsi plus long, en distance mais non en temps, que celui de Singapore Airlines qui relie la cité-État asiatique à New York et qui parcourt 15.343 km en 18 heures. Cathay a refusé de s'exprimer sur les raisons pour lesquelles sa trajectoire de vol évite l'espace aérien russe, qu'elle a déjà traversé par le passé. De nombreuses compagnies ont annulé leurs vols vers des villes russes ou évitent l'espace aérien russe depuis l'invasion de l'Ukraine. 

TRUMP APPELLE POUTINE À DÉVOILER DES INFOS SUR LE FILS DE BIDEN


En pleine guerre en Ukraine, Donald Trump a appelé le président russe Vladimir Poutine à dévoiler de potentielles informations compromettantes dont il disposerait sur le fils du chef de l'État américain Joe Biden, Hunter.


Dans une interview diffusée ce mardi par l'émission "Just the News" du média "Real America's Voice", l'ancien président assure que l'épouse d'un maire de Moscou a donné 3,5 millions de dollars à Hunter Biden et à sa "famille". "C'est beaucoup d'argent. Elle lui a donné 3,5 millions de dollars et je pense que Poutine aurait la réponse à ça. Je pense qu'il devrait la rendre publique", a-t-il dit.


Hunter Biden est l'une des cibles favorites de Donald Trump. Le camp Trump a régulièrement critiqué le fait que ce fils turbulent ait eu des intérêts économiques en Ukraine et en Chine au moment où son père était vice-président de Barack Obama.

RISQUE D'ARRESTATION POUR LES AMÉRICAINS EN RUSSIE 


Les citoyens américains en Russie risquent d'être arrêtés par les autorités, a averti ce mardi le département d'Etat, qui a renouvelé son appel à ne pas se rendre dans le pays ou à le quitter immédiatement.


Le département d'Etat a mis en garde contre "la possibilité de harcèlement de citoyens américains" par les forces de sécurité russes, "y compris l'arrestation", en raison de la position de Washington concernant l'invasion russe de l'Ukraine.

NUCLÉAIRE : ARRIVÉE DU PERSONNEL DE L'AIEA EN UKRAINE


Dans la nuit de mardi à mercredi, le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a annoncé qu'une mission de l'Agence Internationale Energétique Atomique (AIEA)  "est arrivée aujourd'hui en Ukraine pour aider à l'exploitation sûre et sécurisée des installations nucléaires du pays."


"Le personnel de l'AIEA en Ukraine doit bénéficier d'un accès sûr et sans entrave à toutes les installations. Leur travail ne doit pas être perturbé", a-t-il ajouté sur Twitter.

Nous ne pouvons pas afficher ce tweet.


Twitter conditionne l'affichage des tweet au dépôt de traceurs “réseaux sociaux” permettant de suivre votre navigation sur nos services.

Pour afficher ce post, vous pouvez cliquer sur “paramétrer mes cookies” et accepter les traceurs liés à la finalité “réseaux sociaux”.

Sans une telle acceptation, vous ne pourrez pas accéder à ce tweet.

Pour plus d’information, visitez la politique « cookies » Twitter.

ONU : LA RUSSIE RESPONSABLE D'UNE  "CRISE ALIMENTAIRE MONDIALE"


Devant le Conseil de sécurité de l'ONU, la Russie a été accusée ce mardi d'avoir provoqué une "crise alimentaire mondiale", voire de faire courir un risque de "famine" en ayant déclenché une guerre contre l'Ukraine, connu comme étant le "grenier à blé de l'Europe".


Le président russe "Vladimir Poutine a commencé cette guerre. Il a créé cette crise alimentaire mondiale. Et il est celui qui peut l'arrêter", a martelé la numéro deux de la diplomatie américaine Wendy Sherman lors d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation humanitaire en Ukraine.


Pour la secrétaire d'Etat adjointe, "la Russie et le président Poutine portent, seuls, la responsabilité d'avoir fait la guerre à l'Ukraine et des conséquences de cette guerre sur la sécurité alimentaire mondiale".


L'ambassadeur de France à l'ONU Nicolas de Rivière a enfoncé le clou : "L'agression de la Russie contre l'Ukraine accroît le risque de famine à travers le monde. Les populations des pays en voie de développement sont les premières touchées. (...) La Russie essaiera certainement de nous faire croire que ce sont les sanctions adoptées à son encontre qui déséquilibrent la sécurité alimentaire mondiale".

LES VÉRIFICATEURS


Un document qui circule sur les réseaux sociaux, supposément déniché par le mouvement hacker "Anonymous", démontrerait que le ministère de la Défense russe manœuvre pour accuser les forces ukrainiennes d'exactions. Or, tout laisse à penser que le document en question est un faux. Démonstration.

DANS MARIOUPOL ASSIÉGÉE


L'envoyée spéciale de TF1 et LCI, Liseron Boudoul, a pu réaliser un reportage au cœur de la ville martyr de Marioupol, assiégée et pilonnée sans relâche par l'armée russe. Et où 170.000 civils seraient toujours pris au piège, privés d'eau, de nourriture, d'électricité et de chauffage.

La Russie mène, depuis le 24 février, une offensive contre son voisin ukrainien. Parallèlement, Moscou mène des négociations avec Kiev pour exiger d'elle un statut neutre comme celui de la Suède ou de l'Autriche, un refus d'une adhésion à l'Otan et une démilitarisation et une "dénazification" du pays.

Mercredi 16 mars, les troupes russes ont bombardé un théâtre de Marioupol, selon Kiev, faisant au moins un blessé grave mais pas de morts, d'après le conseil municipal dans un premier bilan.

Dans le même temps, Vladimir Poutine continue d'accuser l'Ukraine, de "nombreux crimes de guerre", assurant que les forces dirigées par Moscou font "tout leur possible" pour ne pas cibler les civils, selon le Kremlin.

Par ailleurs, le nombre de réfugiés ne cessent d'augmenter : plus de 3,2 millions de personnes avaient déjà fui l'Ukraine au 18 mars, dont plus de 2 millions sont allées en Pologne, selon l'ONU.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème