Il existe un "consensus" au sein de l'armée ukrainienne pour "continuer à défendre" Bakhmout, malgré le risque d'un encerclement par les troupes russes, selon la présidence ukrainienne
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé, vous pouvez retrouver les dernières informations du mardi 7 mars sur la guerre en Ukraine dans cet article.

DÉFENDRE BAKHMOUT


Volodymyr Zelensky a demandé lundi à l'armée de "trouver les forces" pour défendre Bakhmout. Le président ukrainien veut à tout prix tenir la ville face à l'offensive russe. "J'ai dit à l'état-major de trouver les forces appropriées pour aider les gars à Bakhmout", a-t-il déclaré, estimant "qu'aucune partie de l'Ukraine ne peut être abandonnée" aux Russes.

FORMATION DE PILOTES


Malgré des annonces et des "discussions" sur l’envoi d’avions de combat à l’Ukraine, les discussions entre Kiev et ses alliés patinent. Deux pilotes ukrainiens sont pourtant actuellement aux États-Unis. L'objectif : déterminer combien de temps il faudrait pour les former à piloter des F-16.

BAKHMOUT


Il existe un "consensus" au sein de l'armée ukrainienne pour "continuer à défendre" Bakhmout, épicentre des combats dans l'est, malgré le risque d'un encerclement par les troupes russes, a déclaré lundi à l'AFP un conseiller de la présidence ukrainienne. "Il y a un consensus parmi les militaires sur la nécessité de continuer à défendre la ville et à épuiser les forces ennemies, tout en construisant de nouvelles lignes de défense en parallèle au cas où la situation changerait", a souligné Mykhaïlo Podoliak.

ENQUÊTE APRÈS UNE VIDÉO CHOC


Le chef de la diplomatie ukrainienne a réclamé lundi une enquête de la Cour pénale internationale (CPI) après la diffusion d'une vidéo montrant, selon lui, un prisonnier de guerre ukrainien exécuté par des soldats russes.


"Horrible vidéo d'un prisonnier de guerre ukrainien désarmé exécuté par les forces russes pour avoir simplement dit 'Gloire à l'Ukraine'. Une autre preuve que cette guerre est génocidaire", a commenté Dmytro Kouleba sur Twitter. 

PILOTES UKRAINIENS


Deux pilotes ukrainiens se trouvent actuellement aux Etats-Unis pour une observation de leurs compétences afin de mieux les aider sur le terrain, ont indiqué des responsables américains. 


Leur présence ne signale pas de changement dans la position américaine quant à la fourniture d'avions de combat américains à Kiev, a assuré Washington. 


Les pilotes se trouvent à Tucson, dans l'Arizona (ouest des Etats-Unis), pour ce qui est "essentiellement une discussion entre membres de l'armée de l'air et une observation de la manière dont l'armée de l'air américaine opère", a affirmé un responsable militaire. Cet événement "de familiarisation (...) nous permet de mieux aider les pilotes ukrainiens à devenir des pilotes plus efficaces et à mieux les conseiller sur la manière de développer leurs propres capacités", a-t-il ajouté. "Le programme implique de regarder comment les pilotes ukrainiens mènent la planification et l'exécution de leur mission dans des simulateurs de vol afin de déterminer comment nous pouvons mieux conseiller l'armée de l'air ukrainienne dans la manière d'utiliser les capacités qu'elle a et que nous leur avons données", a précisé un autre responsable.

FACTCHECK 


Sur la version anglaise du site, la ville ukrainienne de Marinka est décrite au passé. Un rajout depuis corrigé, qui semble être un acte isolé sans lien avec la propagande. Des images aériennes montrent cette localité du Donbass en ruines.

FORMATION DE SOLDATS UKRAINIENS 


Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, le ministre britannique de la Défense a dévoilé des images de soldats ukrainiens actuellement en formation outre-Manche. 

DIVISION


Mort il y a 70 ans, Joseph Staline a fait l'objet d'un hommage ce dimanche à Moscou. L'héritage du dictateur continue de diviser en Russie. Si certains affichent une forme de nostalgie, son action fait aussi l'objet de vives critiques.

TENTATIVE D'ASSASSINAT 


Les services de sécurité russes (FSB) ont affirmé lundi avoir déjoué une tentative d'assassinat visant un célèbre oligarque, préparée selon eux par un groupe nationaliste piloté par les services secrets ukrainiens. "Le Service fédéral russe de sécurité a déjoué un attentat organisé par les services spéciaux ukrainiens contre Konstantin Malofeïev, président du conseil d'administration du groupe Tsargrad", a déclaré le FSB dans un communiqué.


Konstantin Malofeïev, la cible présumée, est un milliardaire visé depuis 2014 par des sanctions européennes et américaines imposées à la Russie pour l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée. Il est le fondateur du groupe Tsargrad, qui comprend notamment une chaîne de télévision nationaliste et conservatrice.


Une enquête pour "attentat", "implication dans des activités terroristes" et "trafic d'explosifs" a été ouverte à son encontre par le FSB.

LA VILLE DE MARINKA RASÉE 


Membre du Parlement ukrainien, Anna Purtova a publié, sur les réseaux sociaux, des photos des ruines de Marinka, dans le Donetsk. La ville, qui comptait 10.000 habitants avant la guerre, a été entièrement rasée par les multiples bombardements russes. 

RENFORCEMENT DES POSITIONS UKRAINIENNES À BAKHMOUT


La présidence ukrainienne a fait savoir que l'armée ukrainienne comptait "renforcer" ses positions à Bakhmout, épicentre des combats sur le front est depuis plusieurs mois,  réfutant par conséquent les spéculations sur un retrait face aux troupes russes qui tentent d'encercler cette ville symbole.

Des soldats ukrainiens conduisent un véhicule de combat d'infanterie le long d'une route non loin de Bakhmut, dans la région de Donetsk, le 5 mars 2023, en pleine invasion de l'Ukraine par la Russie.
Des soldats ukrainiens conduisent un véhicule de combat d'infanterie le long d'une route non loin de Bakhmut, dans la région de Donetsk, le 5 mars 2023, en pleine invasion de l'Ukraine par la Russie. - Anatolii STEPANOV / AFP

ÉVACUER LES DERNIERS CIVILS À BAKHMOUT


Alors que les forces ukrainiennes résistent toujours à Bakhmout devant les assauts russes, les derniers civils sont évacués de ce qui reste de la ville. Retrouvez le reportage réalisé par des équipes TF1 envoyées sur place.

BAKHMOUT, PLUS SYMBOLIQUE QUE STRATÉGIQUE, SELON LLOYD AUSTIN


Le secrétaire américain de la Défense, Lloyd Austin, a déclaré que la perte de la ville de Bakhmout par les forces ukrainiennes ne serait pas "un revers opérationnel ou stratégique" pour ce camp. 


"Je ne veux certainement pas minimiser l'énorme travail accompli par les soldats et les dirigeants ukrainiens pour défendre Bakhmout, mais je pense qu'il s'agit davantage d'une valeur symbolique que d'une valeur stratégique et opérationnelle", a-t-il commenté lors d'une visite à Amman, en Jordanie. "La chute de Bakhmut ne signifie donc pas nécessairement que les Russes ont changé le cours des événements dans ce combat", a-t-il ajouté.


"Ce que je vois, c'est que les Russes continuent à déverser beaucoup de troupes mal entraînées et mal équipées", a continué Llyod Austin. "Et ces troupes courent très rapidement à leur perte."

LES DRONES SHAHED


L'armée de l'air ukrainienne a annoncé avoir abattu treize drones Shahed de fabrication iranienne sur les 15 qui ont été envoyés sur le territoire ukrainien par la Russie dans la nuit de dimanche à lundi. 


Retrouvez dans l'article ci-dessous des explications sur ces drones, mieux détectés par l'Ukraine maintenant que des systèmes de défense aérienne occidentaux ont été livrés.

13 DRONES EXPLOSIFS ABATTUS PAR L'UKRAINE


L'Ukraine a annoncé avoir abattu 13 drones explosifs de fabrication iranienne sur 15 lancés par la Russie dans la nuit, la livraison de systèmes de défense aérienne occidentaux aidant Kiev à affronter plus efficacement cette menace depuis plusieurs semaines.


"Les envahisseurs russes ont attaqué l'Ukraine avec des Shahed-131/136 depuis le nord (la région russe de Briansk)", a indiqué l'armée de l'air ukrainienne. Au total, "15 lancements de drones ont été enregistrés et 13 Shahed ont été détruits", selon la même source. Les autorités ukrainiennes n'ont pas fait état de dégâts humains ou matériels causés par les deux drones qui n'ont pas été abattus.

WAGNER EN MANQUE DE MUNITIONS ?


Le patron du groupe paramilitaire russe Wagner, Evguéni Prigojine, dont les hommes sont en première ligne dans l'est de l'Ukraine, s'est de nouveau plaint d'un manque de munitions. "Des ordres ont été donnés pour la livraison le 23 février. Mais à ce jour, la plupart des munitions n'ont pas été envoyées", a-t-il déclaré dans un message publié dimanche soir sur les réseaux sociaux.


Selon lui, deux raisons sont possibles pour expliquer ce retard : "La bureaucratie ordinaire ou une trahison". Malgré les fortes tensions entre Wagner et l'armée, les forces russes ont progressé ces derniers jours autour de Bakhmout, menaçant d'encercler cette ville que les Ukrainiens continuent de défendre avec acharnement.

ÉCHAPPER À LA MOBILISATION


La prise de position d'un jeune humoriste ukrainien a fait polémique à Kiev. Depuis la Turquie où il devait jouer, Andriy Shchegel a expliqué qu'il avait refusé de rentrer dans son pays pour éviter la mobilisation. Explications.

FIN DE L'ALERTE AÉRIENNE


L'alerte aérienne qui avait été déclarée dans toute l'Ukraine plus tôt dans la matinée a pris fin.

RAPATRIER LES BLESSÉS DU FRONT DE BAKHMOUT


Des milliers de soldats ukrainiens ont péri sur le front à Bakhmout. Tous les jours, des blessés sont également rapatriés via les engins militaires pour être stabilisés et être évacués vers des hôpitaux plus éloignés du front.

Avec les blessés du front, près de BakhmoutSource : TF1 Info

UN MORTIER FRANÇAIS DÉPLOYÉ SUR LE FRONT 


Face aux assauts russes, les Ukrainiens demandent avec insistance l'envoi d'armes occidentales. Le MO-120-RT, un mortier lourd français, a notamment été déployé sur le front est.

ALERTE AÉRIENNE


Une alerte aérienne, déclarée d'abord dans plusieurs régions ukrainiennes, dont Mikolaïv, Dnipro, Zaporijia, Odessa et Kherson dans le sud, comme à Lviv, dans l'ouest du pays, a été étendue à l'ensemble du territoire.

LE POINT SUR LA SITUATION


Retrouvez les informations majeures liées au conflit de ces dernières 24 heures dans ce point de situation sur la guerre en Ukraine.

VISITE DU MINISTRE RUSSE DE LA DÉFENSE DANS LE DONBASS


Après une première visite samedi, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou s'est rendu dans le Donbass pour inspecter les travaux de reconstruction dans cette zone, a fait savoir l'armée russe dans un communiqué.


"Dans le cadre d'un déplacement dans la zone de l'opération militaire spéciale", Sergueï Choïgou a mené des inspections sur les sites d'infrastructures déjà reconstruits ainsi que sur de nouveaux chantiers à Marioupol, selon le communiqué qui ne précise pas la date de cette visite.


À Marioupol, le ministre a notamment visité un centre médical, celui de secours et un nouveau quartier résidentiel comprenant douze immeubles, poursuit le communiqué, en ajoutant qu'il s'est également vu présenter un rapport sur la construction des écoles dans cette ville portuaire, qui avait subi un siège de plusieurs mois avant de tomber en mai dernier.

UNE FRAPPE À MELITOPOL ?


Le maire de Melitopol, Ivan Fedorov, qui a quitté le territoire, a rapporté que deux puissantes explosions avaient été entendues dans la ville de l'oblast de Zaporijia, occupée par les troupes russes. Selon lui, des "centaines" de soldats russes auraient été tués.

BONJOUR


Bonjour et bienvenue dans ce direct consacré à la guerre en Ukraine. Retrouvez ici toutes les informations liées au conflit, débuté par la Russie il y a plus d'un an.

Le président ukrainien a souligné dimanche dans sa déclaration quotidienne que son armée était engagée dans une bataille "douloureuse et difficile" contre les forces russes dans la région du Donbass (Est), où se trouve la ville très disputée de Bakhmout. "Je voudrais rendre un hommage spécial à la bravoure, à la force et à la résilience des soldats qui combattent dans le Donbass", a dit Volodymyr Zelensky, ajoutant qu'il s'agissait "d'une des batailles les plus difficiles. Douloureuse et difficile".

Malgré une importance stratégique contestée par les experts, Bakhmout est devenue un symbole de la lutte pour le contrôle de la région industrielle du Donbass, qui est constituée des régions de Louhansk et de Donetsk. La Russie l'a annexée sans pourtant jamais en avoir pris le contrôle total.

Retrouvez les dernières infos dans le fil ci-dessus.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info