EN DIRECT - Guerre en Ukraine : Kiev fustige le CIO après l'autorisation des athlètes russes aux JO 2024 de Paris

Publié le 9 décembre 2023 à 6h55, mis à jour le 9 décembre 2023 à 18h16

Source : TF1 Info

La Maison Blanche a raillé l'annonce du président russe Vladimir Poutine qu'il serait candidat à sa réélection en 2024, l'exécutif américain suggérant que le résultat faisait peu de doutes.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

UNE PRODUCTION ÉLECTRIQUE UKRAINIENNE EN BERNE

Pour la troisième journée consécutive, la compagnie énergétique Ukernergo a annoncé sur Facebook que la production électrique du jour en Ukraine était inférieur à la demande. La Roumanie et la Pologne ont été sollicitées de midi à 19h pour permettre une "aide d'urgence" de 300 MW. L'entreprise a invité les Ukrainiens à consommer avec parcimonie, alors que certains sites de production sont toujours en cours de réparation après les bombardements russes l'hiver dernier.

UN SOUTIEN SUPPLÉMENTAIRE DE L'ALLEMAGNE À L'UKRAINE ?

"Cette guerre ne prendra probablement pas fin rapidement", a prévenu le chancelier allemand Olaf Scholz lors de son intervention au congrès du parti social-démocrate à Berlin. C'est pourquoi il a d'ors et déjà assuré qu'il était important  "que nous soyons capables de faire ce qui est nécessaire pendant longtemps", à savoir "continuer à soutenir l’Ukraine dans sa lutte pour la défense".


Envisageant le risque que le soutien des autres pays s'amenuisent, à l'instar de ce qu'il semble se passer aux États-Unis, le chancelier a même indiqué que l'Allemagne pourrait en faire davantage "si d'autres faiblissent". C'est pourquoi le responsable a appelé à ce que le pays prenne des décisions "pour que nous soyons capables de le faire".

MANIFESTATION À KIEV

Des proches de militaires ukrainiens retenus en captivité par les forces russes ont manifesté ce samedi 9 décembre à Kiev pour demander leur libération.

Des proches de militaires ukrainiens retenus en Russie manifestent à Kiev pour demander leur libération.
Des proches de militaires ukrainiens retenus en Russie manifestent à Kiev pour demander leur libération. - Sergei SUPINSKY / AFP

"EXAMINER" LES ANTÉCÉDENTS DES SPORTIFS RUSSES

La ministre allemande des Sports Nancy Faeser a appelé le Comité international olympique à "examiner très précisément" les antécédents des sportifs russes, et à exclure des JO-2024 ceux qui ont soutenu la guerre contre l'Ukraine.


"Le belliciste Poutine ne doit pouvoir en aucun cas utiliser les Jeux olympiques à Paris pour sa propagande. Que les équipes russes restent exclues et que les drapeaux et symboles soient interdits, c'est le strict minimum de ce que l'on peut attendre du CIO", a souligné Nancy Faeser, cité dans un communiqué.

UNE "GRANDE HONTE POUR LE MONDE DU SPORT"

La décision du CIO d'autoriser les sportifs russes et biélorusses à participer aux JO de Paris sous bannière neutre est une "grande, grande honte pour le monde du sport", a déclaré le nageur ukrainien Mykhailo Romanchuk, actuellement en Roumanie pour les Championnats d'Europe en petit bassin.


"Les Russes ont attaqué les villes ukrainiennes, les civils ukrainiens, les athlètes ukrainiens, les installations sportives ukrainiennes, et maintenant, ils sont autorisés à concourir. Ce n'est pas normal", a-t-il lancé. "Plus de 400 athlètes sont morts pendant cette guerre. Et maintenant, nous les emmenons aux Jeux olympiques ?", s'est-il encore insurgé.

UNE DÉCISION "ERRONÉE" DE LA PART DU CIO

Dans un communiqué, le ministre ukrainien des Affaires étrangères a fustigé la décision du Comité international olympique d'admettre des sportifs russes et biélorusses sous bannière neutre aux Jeux olympiques de Paris-2024. Cette décision est "erronée" et "encourage" Moscou et Minsk à poursuivre l'attaque contre l'Ukraine, a dénoncé Kiev.


"Les membres de la commission exécutive du CIO qui ont pris cette décision assument la responsabilité d'avoir encouragé la Russie et le Bélarus à poursuivre leur agression armée contre l'Ukraine", a-t-il indiqué dans le document. "Il ne fait aucun doute que le Kremlin utilisera chaque athlète russe et biélorusse comme une arme dans sa guerre de propagande."

WASHINGTON SE GAUSSE DE L'ANNONCE DE CANDIDATURE DE VLADIMIR POUTINE

La Maison Blanche a raillé vendredi l'annonce du président russe, Vladimir Poutine, qu'il serait candidat à sa réélection en 2024, l'exécutif américain suggérant que le résultat faisait peu de doutes. "Et bien, cela s'annonce comme une bataille épique, n'est-ce pas ?", a brocardé à bord d'Air Force One John Kirby, l'actuel porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, lorsqu'il a été interrogé sur l'annonce du maître du Kremlin. "C'est tout ce que j'ai à dire à ce propos", a-t-il ajouté.


Vladimir Poutine, 71 ans, a annoncé vendredi être candidat pour un 5e mandat à la présidentielle du 17 mars en Russie, sa réélection faisant peu de doute après près d'un quart de siècle au pouvoir et la répression de l'opposition. Le chef du Kremlin, qu'une révision constitutionnelle de 2020 autorise à être candidat encore en 2024 et 2030, peut théoriquement se maintenir jusqu'en 2036, l'année de ses 84 ans.

L'ATHLÉTISME VA À L'ENCONTRE DU CHOIX DU CIO

Il n'y aura pas d'athlètes russes ou bélarusses aux JO 2024 à Paris, a affirmé vendredi le président de la Fédération internationale d'athlétisme, Sebastian Coe, après que le Comité international olympique (CIO) a donné son feu vert à leur participation sous drapeau neutre. "Vous verrez peut-être des sportifs russes ou bélarusses sous drapeau neutre à Paris, mais ce ne sera pas en athlétisme", a-t-il annonce lors d'une visioconférence. "La position de notre sport reste inchangée, c'est une position ferme." Les athlètes russes et biélorusses sont interdits de compétition par World Athletics depuis début mars 2022.

LES RUSSES ET BIÉLORUSSES ADMIS AUX JO 2024 SOUS BANNIÈRE NEUTRE

Le Comité international olympique (CIO) a autorisé vendredi les sportifs russes et biélorusses à participer sous bannière neutre aux Jeux olympiques 2024 de Paris, sous strictes conditions, laissant présager une très mince délégation. Seuls seront concernés les sportifs "individuels neutres" qui ont pu franchir l'obstacle des qualifications, ne soutiennent pas activement la guerre en Ukraine, et ne sont sous contrat ni avec l'armée ni avec des agences de sécurité nationales. Onze d'entre eux remplissent pour l'heure ces critères, soit huit Russes et trois Biélorusses, a précisé l'instance internationale dans un communiqué.


Des conditions de participation que la Russie a dénoncé dans la foulée de cette annonce comme "discriminatoires" et allant "à l'encontre des principes sportifs", par la voix du ministre russe des Sports Oleg Matytsine, cité par l'agence de presse TASS. Il a cependant indiqué que les athlètes russes ayant obtenu le droit de participer aux Jeux de Paris 2024 "participeront probablement".

BIENVENUE

Bonjour à toutes et à tous. Bienvenue sur TF1info pour suivre les dernières actualités autour de la guerre en Ukraine, débutée le 24 février 2022 avec l'invasion russe ordonnée par Vladimir Poutine.

Mettant fin à neuf mois de suspense, le Comité international olympique a autorisé, vendredi 8 décembre, les sportifs russes et biélorusses à participer sous bannière neutre aux JO-2024 de Paris, sous strictes conditions, laissant présager une très mince délégation. Seuls seront concernés les sportifs "individuels neutres" qui ont pu franchir l'obstacle des qualifications, ne soutiennent pas activement la guerre en Ukraine, et ne sont sous contrat ni avec l'armée ni avec des agences de sécurité nationales.

Vladimir Poutine a annoncé être candidat pour un cinquième mandat à la présidentielle du 17 mars en Russie, sa réélection faisant peu de doute après près d'un quart de siècle au pouvoir et la répression de l'opposition. Le chef de l'État russe, qu'une révision constitutionnelle de 2020 autorise à être candidat encore en 2024 et 2030, peut théoriquement se maintenir au Kremlin jusqu'en 2036, l'année de ses 84 ans.

L'armée de l'air ukrainienne a annoncé vendredi avoir abattu 14 missiles de croisière sur un total de 19 lancés par la Russie, une nouvelle attaque nocturne qui a fait au moins deux morts. Les projectiles visaient des infrastructures civiles et ont été abattus au-dessus des régions de Kiev et Dnipropetrovsk (centre).


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info