EN DIRECT - Guerre en Ukraine : Charles Michel invite Zelensky à "un futur sommet" des 27

Publié le 6 février 2023 à 6h45, mis à jour le 6 février 2023 à 22h42

Des "combats acharnés" se déroulaient toujours dimanche à Bakhmout, dans l'est de l'Ukraine.
Dans le même temps, Kiev réclame toujours avec insistance des avions de combat aux Occidentaux.
Les dernières informations sur le conflit.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

ENTENTE DE LA FRANCE ET DE L'ITALIE À PROPOS DES ARMES À L'UKRAINE


Emmanuel Macron a affiché son entente avec la Première ministre italienne Giorgia Meloni sur le soutien militaire à l'Ukraine, malgré des relations plutôt tendues entre les deux dirigeants, notamment sur la question des migrants.


Le président français et la cheffe du gouvernement italien se sont entretenus par téléphone et ont "salué l'action conjointe de la France et de l'Italie pour soutenir l'Ukraine sur le plan militaire, avec notamment la décision prise conjointement en fin de semaine dernière de fournir un système de défense anti-aérienne SAMP/T – MAMBA, qui répondra pleinement aux besoins prioritaires exprimés par Kiev", a rapporté l'Élysée.

ZELENSKY INVITÉ PAR L'UE


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a été invité par le président du Conseil européen Charles Michel à participer "en personne" à "un futur sommet" des Vingt-Sept, a annoncé lundi un porte-parole de l'institution européenne, sans livrer de détails.


Selon des sources européennes interrogées par l'AFP, M. Zelensky pourrait se rendre à Bruxelles ce jeudi pour le sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'UE et une intervention devant les eurodéputés -- sa première visite dans la capitale européenne depuis le début de l'offensive militaire russe contre l'Ukraine il y a presque un an.

LE PATRON DE WAGNER S'AFFICHE DANS UN BOMBARDIER


Dans une vidéo, le patron du groupe paramilitaire russe Wagner, Evguéni Prigojine, est apparu à bord de ce qu'il présente comme un bombardier Su-24 revenant d'un bombardement sur Bakhmout, épicentre des combats dans l'est de l'Ukraine.


Équipé d'un casque et d'un masque de pilote, tandis qu'un paysage de nuit peut être aperçu par le hublot au moment où l'appareil atterrit, Evguéni Prigojine déclare : "on a atterri, on a bombardé Bakhmout". La courte vidéo a été diffusée sur Telegram par son service de presse.


Le sulfureux patron de Wagner a également lancé un défi au président ukrainien Volodymyr Zelensky, assurant qu'il embarquerait mardi sur un chasseur MiG-29. "Si vous voulez, nous nous rencontrerons dans le ciel. Si votre appareil prend le dessus, vous récupérez (Bakhmout), sinon on ira jusqu'au (fleuve) Dniepr", assure-t-il.

VERS "UNE GUERRE PLUS LARGE"


Le secrétaire général de l'ONU a fait part de son inquiétude en ouverture d'une Assemblée générale des Nations unies, craignant que le monde se dirige "les yeux grands ouverts" vers "une guerre plus large".


Guerre en Ukraine, crise climatique, pauvreté extrême... "Nous avons commencé l'année 2023 avec dans notre ligne de mire une convergence de défis jamais vus de notre vivant", a déclaré Antonio Guterres. "Nous devons nous réveiller et nous mettre au travail", a-t-il insisté, dressant une liste des questions urgentes pour 2023 avec en priorité, la guerre en Ukraine.

AIDE NORVÉGIENNE


Le gouvernement norvégien a proposé de verser, sur cinq ans, une aide de 75 milliards de couronnes (6,8 milliards d'euros) à l'Ukraine ainsi qu'une assistance supplémentaire aux autres pays victimes des retombées du conflit. "Nous proposons que la Norvège s'engage à donner une contribution de long terme à l'Ukraine", a déclaré le Premier ministre Jonas Gahr Støre, lors d'une conférence de presse. 


En 2022, la Norvège a supplanté la Russie en tant que plus gros fournisseur de gaz à l'Europe sur fond d'envolée des cours qui ont atteint des niveaux record en août, à plus de 340 euros le MWh.  

GÉRARD DEPARDIEU, "TOUJOURS RUSSE"


L'acteur français, qui dispose d'un passeport russe, condamne "la guerre" dans un entretien accordé à la presse allemande.

KIRILL ANCIEN ESPION DU KGB ?

DÉFENSE : PAS DE REMPLACEMENT CETTE SEMAINE


Le remplacement du ministre ukrainien de la Défense, annoncé hier dans le sillage de scandales de corruption, n'aura finalement pas lieu cette semaine. "En attente de la nomination des dirigeants du ministère de l'Intérieur et des Services de sécurité de l'Ukraine. Les changements de personnel dans le secteur de la défense n'auront pas lieu cette semaine", a déclaré sur Telegram le député David Arakhamia, chef du groupe parlementaire présidentiel. 


La veille,  le même député avait annoncé que le chef du renseignement militaire Kyrylo Boudanov allait remplacer Oleksiï Reznikov au poste de ministre de la Défense. L'annonce de ce changement est intervenue sur fond d'attentes d'une éventuelle nouvelle offensive russe et après des scandales de corruption qui ont secoué, entre autres, le ministère de la Défense, même si M. Reznikov n'a pas personnellement été mis en cause. 


Ni Volodymyr Zelensky, ni les deux principaux intéressés, n'ont confirmé l'imminence d'un remplacement.

L'UKRAINE PRÊTE À PORTER SECOURS A LA TURQUIE


Le ministre ukrainien des Affaires étrangères annonce que l'Ukraine "se tient prête à envoyer un important contingent de secouristes" en Turquie, après le séisme qui a fait plus de 900 morts.

CARTE DU FRONT


Le ministère de la Défense britannique publie cette carte de la situation en Ukraine au 6 février sur les fronts est et sud, basée sur les informations de son renseignement militaire.

OFFENSIVE RUSSE IMMINENTE ?


Selon le gouverneur de la région de Lougansk, Serguei Gaïdaï, il faut s'attendre à une nouvelle offensive russe dans l'est "à tout moment à partir du 15 février". Le dirigeant ukrainien remarque que les forces russes se renforcent dans le Donbass, et semblent plus économes sur leurs munitions, tout en recevant de nouvelles livraisons. Des indices qui présagent d'un assaut d'ampleur, selon lui.

FRAPPES SUR KHARKIV


Des frappes de missiles russes hier sur un quartier résidentiel de Kharkiv ont fait cinq blessés, et d'importants dégâts matériels.

LÉOPARD CANADIEN


La ministre de la Défense canadienne annonce l'arrivée en Pologne d'un premier char de combat Leopard 2, à destination de l'armée ukrainienne.

DANS LES SOUS-SOLS DE BAKHMOUT


Ce cliché de l'AFP montre une messe orthodoxe hier dans une chapelle au sous-sol d'une église de Bakhmout, alors que les combats faisaient rage en surface.

YASUYOSHI CHIBA / AFP

LE POINT SUR LA SITUATION

KIEV : NOUVEAU MINISTRE DE LA DÉFENSE


Le chef du renseignement militaire ukrainien Kyrylo Boudanov va remplacer Oleksiï Reznikov au poste de ministre de la Défense face à l'accentuation de la pression russe dans l'est et après des scandales de corruption. 


Oleksïi Reznikov, une des figures les plus connues de la guerre en Ukraine, avait été nommé ministre de la Défense en novembre 2021, avant l'offensive russe, et a contribué à l'approvisionnement en armes occidentales des forces ukrainiennes. Mais son ministère a récemment été entaché par des scandales de corruption. Son adjoint a été forcé de démissionner fin janvier après des accusations selon lesquelles le ministère avait signé des contrats d'approvisionnement en nourriture à des prix deux à trois plus élevés que ceux du marché. 

KIRILL ANCIEN DU KGB ?


Le patriarche orthodoxe russe Kirill, proche soutien de Vladimir Poutine, et fervent partisan de l'invasion de l'Ukraine, aurait travaillé pour le compte des services de renseignement russes lors d'un séjour en Suisse dans les années 70, selon deux journaux suisses, qui citent des archives déclassifiées. 


Selon les quotidiens Le Matin Dimanche et la Sonntagszeitung, la fiche établie par la police fédérale sur celui qui est aujourd'hui le chef spirituel de l'Église orthodoxe russe "confirme que "Monsignor Kirill", comme il est appelé dans ce document, appartient au KGB", le service de renseignement extérieur du temps de l'Union soviétique. 


Au début des années 70, le patriarche vivait à Genève, officiellement représenter le patriarcat de Moscou auprès du Conseil œcuménique des Églises (COE). La mission de Kirill, dont le nom de code était "Mikhaïlov", était aussi d'influencer ce conseil, infiltré par le KGB dans les années 70 et 80. L'objectif des Soviétiques était alors d'amener l'institution genevoise à dénoncer les États-Unis et leurs alliés, et de modérer ses critiques contre le manque de liberté religieuse en URSS. 

Des "combats acharnés" se déroulaient ce dimanche 5 février à Bakhmout, ville de l'est de l'Ukraine. L'armée russe, épaulée par les mercenaires du groupe Wagner, tente depuis l'été de s'emparer de cette ville en grande partie détruite, où les deux belligérants subissent de lourdes pertes. Moscou a obtenu de petits gains territoriaux ces dernières semaines dans la région avec l'espoir de faire sauter le verrou ukrainien sur cette cité, conquérant notamment la bourgade de Soledar au nord et plus récemment le village de Blagodatné.

Le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiï Reznikov, a critiqué les "réticences" des Occidentaux à livrer des avions de combat à son pays, ce qui va "coûter plus de vies" aux Ukrainiens. Il a dans le même temps promis que les armes de longue portée devant être prochainement fournies à l'Ukraine ne serviraient pas à viser le territoire russe, mais seulement les zones occupées, certaines capitales occidentales s'inquiétant d'un risque d'escalade du conflit qui a commencé il y a presque un an.

Samedi soir, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait reconnu que la situation se "compliquait" sur le front, en particulier à Bakhmout qu'il avait plus tôt juré de ne pas abandonner et de défendre "aussi longtemps que possible". Il a également mentionné Vougledar où les troupes russes sont à l'offensive et Lyman, une ville reprise aux Russes l'année dernière. "L'occupant mobilise de plus en plus ses forces pour briser notre défense", a-t-il ajouté.

Le ministre ukrainien de la Défense, Oleg Reznikov, a promis des "audits" internes au ministère de la Défense, éclaboussé ces dernières semaines par un scandale de corruption lié à l'approvisionnement de l'armée.

Dimanche toujours, un embargo européen sur les produits pétroliers exportés par voie maritime doit entrer en vigueur, une mesure "négative" qui va "déséquilibrer davantage" les marchés, selon le Kremlin.


Maxime MAGNIER

Tout
TF1 Info