Ukraine : la guerre du froid
En Direct

EN DIRECT - Ukraine : La Russie renouvelle son "assaut puissant" contre Soledar à Donetsk

Publié le 9 janvier 2023 à 6h30, mis à jour le 9 janvier 2023 à 22h37
JT Perso

Les séparatistes prorusses de la région de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, ont affirmé lundi avoir pris le contrôle d'un village situé près de la ville de Bakhmout.
La ville est l'épicentre actuel des combats que les forces de Moscou cherchent à conquérir depuis plusieurs mois.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

"ASSAUTS VIOLENTS"


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a indiqué lundi que ses troupes résistaient à "de nouveaux assauts, encore plus violents" à Soledar, près de Bakhmout, ville de l'est de l'Ukraine dont Moscou tente depuis des mois de s'emparer.


"Je remercie tous nos soldats qui protègent Bakhmout (...) et les combattants à Soledar, qui résistent à de nouveaux assauts, encore plus violents, des envahisseurs", a lancé le président Zelensky dans son message quotidien, assurant que ses troupes avaient "gagné du temps supplémentaire (...) pour l'Ukraine".

COOPERATION


L'Otan et l'Union européenne s'engagent à renforcer leur coopération après l'invasion de l'Ukraine par la Russie qui menace la sécurité en Europe, indique une déclaration conjointe consultée lundi par l'AFP.


"L'Otan reste le fondement de la défense collective de ses Alliés et est essentielle pour la sécurité euro-atlantique. Nous reconnaissons la valeur d'une défense européenne plus forte et plus performante, qui contribue de manière positive à la sécurité mondiale et transatlantique et qui est complémentaire et interopérable avec l'Otan", insiste la déclaration commune.


Elle doit être signée mardi par le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg, le président du Conseil européen Charles Michel et la présidente de la Commission Ursula von der Leyen. "Il s'agit d'une déclaration beaucoup plus politique que celle adoptée en 2018", a confié un responsable européen. "Le texte avait été rédigé avant le conflit en Ukraine et il a dû être complétement réécrit", a-t-il précisé.

FRAPPES MEURTRIERES


Au moins deux personnes ont été tuées lundi dans une frappe russe ayant touché un marché dans le village de Chevtchenko, dans le nord-est de l'Ukraine, ont indiqué les autorités locales, tandis que les combats se poursuivaient dans l'est.


A Kherson, dans le sud, le gouverneur Iaroslav Ianouchevitch a rapporté un mort et un blessé dans un bombardement russe qui a touché un quartier résidentiel.


Selon la présidence ukrainienne, deux personnes sont mortes et dix ont été blessées au cours des dernières 24 heures dans tout le pays.

LES BLINDÉS OCCIDENTAUX DANS LE VISEUR DE MOSCOU


Les livraisons à l'Ukraine de blindés d'infanterie et d'autres armes annoncées la semaine dernière par plusieurs pays occidentaux ne feront que "prolonger les souffrances" des Ukrainiens et ne "changeront pas" l'équilibre des forces, a affirmé ce lundi le Kremlin.


"Fondamentalement, ces livraisons ne peuvent pas et ne vont pas changer quoi que ce soit. [...] Ces livraisons ne peuvent que prolonger les souffrances du peuple ukrainien", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. La semaine dernière, les Etats-Unis et l'Allemagne ont dit vouloir livrer des blindés d'infanterie, la France annonçant l'envoi de chars légers à Kiev.

LES SÉPARATISTES PRORUSSES REVENDIQUENT LE CONTRÔLE D'UN VILLAGE


Les séparatistes prorusses de la région de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, ont affirmé ce lundi avoir pris le contrôle d'un village situé près de la ville de Bakhmout, l'épicentre actuel des combats que les forces de Moscou cherchent à conquérir depuis plusieurs mois.


La localité de Bakhmoutské, dans la région de Donetsk, "a été libérée par les forces armées russes", ont indiqué les séparatistes de cette région dont Moscou revendique l'annexion. Le village de Bakhmoutské est situé au nord-est de Bakhmout, ville connue jadis pour ses vignobles et ses mines de sel et qui comptait environ 70.000 habitants avant le début de l'offensive russe en février dernier. Elle est désormais le point le plus chaud du front.

"RÉARMER L'UKRAINE MAIS CONSTRUIRE LA PAIX"


"Il est temps de continuer à réarmer l'Ukraine pour qu'elle ne perde pas, et en même temps de construire la paix", plaide sur LCI le Général Vincent Desportes, ancien directeur de l'École de Guerre. "Depuis le milieu du deuxième millénaire, toutes les guerres se sont terminées par de grandes conférences internationales."

"L'ARMÉE RUSSE RESTE EN FAIBLESSE MAIS SE RÉTABLIT"


"L'armée russe s'est bien redressée depuis quelques semaines, elle est en train de se rétablir et d'attaquer", indique sur LCI le Général Vincent Desportes, ancien directeur de l'École de Guerre. "Néanmoins, pour l'instant, elle reste en faiblesse et ne peut pas laisser 'impunie' la frappe ukrainienne" du jour de l'An, qui avait causé la mort de 89 morts, selon Moscou.


En annonçant avoir fait des centaines de victimes en représailles dimanche, la Russie "laisse entendre" que la frappe ukrainienne avait fait plus de 89 morts, poursuit le Général Vincent Desportes, qui évoque une "communication de Vladimir Poutine pour montrer que son armée est toujours forte, que son pays est vengé".

LE POINT SUR LA SITUATION


Au lendemain de la fin du cessez-le-feu unilatéral décrété par Moscou, la Russie a bombardé l'Ukraine à plus de 100 reprises dimanche, selon l'administration de la région de Soumy. Dans le même temps, des soldats russes tués dans la frappe ukrainienne de Makiïvka ont été enterrés. Voici les faits marquants de ces dernières 24 heures.

LES "REPRÉSAILLES" DE MOSCOU


Les hostilités ont repris dimanche en Ukraine après la trêve du Noël orthodoxe, décrétée sans convaincre par Vladimir Poutine, à l'issue de laquelle Moscou a affirmé avoir vengé ses pertes en faisant des centaines de morts en une frappe, ce qu'a aussitôt démenti Kiev. Dans la seule région de Soumy, dans le nord-est de l'Ukraine, l'administration locale a fait état en début de soirée de plus d'une centaine de bombardements et de frappes dans la journée de dimanche.


"L'armée russe a effectué 144 frappes durant la journée", notamment sur les localités d'Esmansk, Novoslobid, Myropil, Bilopol et Khotyn qui étaient "sous le feu", a écrit le chef de l'administration régionale Dmytro Jivitskiï sur le réseau social Telegram. À Esmansk, l'armée russe a frappé avec des mortiers, des lance-roquettes multiples Grad et de l'artillerie lourde, détruisant quatre maisons, une école et une salle communale. Il n'y a cependant pas eu de victimes dans la région, selon la même source.

Bonjour et bienvenue sur TF1info pour suivre l'actualité de la guerre en Ukraine en ce lundi 9 janvier 2023.

Après la fin du cessez-le-feu samedi à minuit, l'état-major ukrainien avait déjà recensé plus d'une cinquantaine d'attaques russes aux missiles et roquettes au cours de la nuit. Dimanche matin, les autorités ukrainiennes ont indiqué que deux personnes avaient été tuées et neuf autres blessées au cours des 24 heures précédentes dans le pays, malgré un cessez-le-feu unilatéral de 36 heures décrété par Vladimir Poutine de vendredi 10H00 à minuit samedi, jour du Noël orthodoxe. 

Il n'a guère été respecté, les Ukrainiens accusant Moscou d'avoir déclaré un cessez-le-feu fictif, et les Russes les accusant en retour de les avoir contraints à riposter à leurs tirs. Les Occidentaux avaient dénoncé une "hypocrisie" de Moscou.

Dimanche, l'armée russe a affirmé, sans en préciser la date, avoir mené des frappes sur des casernes à Kramatorsk, et infligé de lourdes pertes se chiffrant en centaines de morts en "représailles" au bombardement ukrainien extrêmement meurtrier sur un bâtiment de la localité de Makiïvka dans la nuit du Nouvel an.

La Russie - fait extrêmement rare - avait reconnu des pertes importantes, avec 89 soldats tués. Mais des correspondants de guerre russes et les autorités ukrainiennes avaient pour leur part fait état de centaines de morts dans ce bâtiment où avaient été rassemblés des réservistes mobilisés. De premières funérailles de ces soldats ont eu lieu en Russie dimanche.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info