Volodymyr Zelensky, l'ancien humoriste devenu chef de guerre

Ukraine : Zelensky invite Emmanuel Macron à se rendre sur place pour constater un "génocide"

La rédaction de TF1info
Publié le 17 avril 2022 à 16h26
JT Perso

Source : JT 20h WE

Dimanche, le président ukrainien a affirmé avoir invité Emmanuel Macron à se rendre en Ukraine pour constater de ses propres yeux que les forces russes commettent un "génocide".
Le président français s'est, jusqu'ici, refusé à employer ce terme.
Les dernières informations sur ce conflit.

DONBASS


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé dimanche soir la Russie de vouloir "détruire" toute la région orientale du Donbass. "Les soldats russes se préparent à une offensive dans l'est de notre pays dans un avenir proche. Ils veulent littéralement achever et détruire le Donbass", a martelé le chef d'Etat dans son adresse quotidienne.


"Tout comme les militaires russes détruisent Marioupol, ils veulent anéantir d'autres villes et d'autres communautés dans les régions de Donetsk et de Lougansk", a-t-il poursuivi, avant de lancer : "nous faisons tout pour assurer la défense".

KHARKIV


Dix-huit personnes ont été tuées et plus de 100 blessées dans des bombardements au cours des quatre derniers jours à Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine, a annoncé dimanche Volodymyr Zelenskiy.


Dns son discours du soir, le président ukrainien a assuré que les bombardements russes sur la seconde ville du pays étaient constants. "Ce n'est rien d'autre qu'une terreur délibérée. Mortiers, artillerie contre des quartiers résidentiels ordinaires, contre des civils ordinaires", selon lui.


Le gouverneur de la région, Oleh Synyehubov, a déclaré que les forces armées ukrainiennes avaient mené avec succès des contre-attaques dans la région de Kharkiv, reprenant complètement deux villages et un autre partiellement.

MACRON INVITÉ SUR PLACE PAR ZELENSKY 


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé, dimanche, avoir invité Emmanuel Macron à se rendre en Ukraine pour constater de ses propres yeux que les forces russes commettent un "génocide", un terme que son homologue français s'est jusqu'ici refusé à employer. "S'agissant d'Emmanuel, je lui ai parlé", a déclaré le président Zelensky dans un entretien avec la chaîne américaine CNN réalisé vendredi et diffusé dimanche. "Je pense qu'il veut faire en sorte que la Russie s'engage dans un dialogue", a-t-il ajouté, pour expliquer le refus du dirigeant français de dénoncer un "génocide" en Ukraine, à l'inverse du président des Etats-Unis Joe Biden.


Le président ukrainien avait dans un premier temps jugé mercredi ce refus "très blessant". "Je lui ai dit que je voulais qu'il comprenne qu'il ne s'agit pas d'une guerre, que ce n'est rien d'autre qu'un génocide. Je l'ai invité à venir quand il en aura l'occasion", a précisé Volodymyr Zelensky sur CNN. "Il viendra, et il verra, et je suis sûr qu'il comprendra."

"MARIOUPOL N'EST PAS TOMBÉE"


Dans un entretien à ABC, le Premier ministre ukrainien Denys Shmyhal assure

 que la ville de Marioupol n'est pas encore tombée aux mains des forces russes parce que les soldats ukrainiens "se battront jusqu'au bout". 

CINQ MORTS À KHARKIV


Au moins cinq personnes ont été tuées et 13 blessées dimanche dans une série de frappes sur Kharkiv, grande ville du nord-est de l'Ukraine, qui ont provoqué des incendies, ont annoncé les services de secours à l'AFP. Des journalistes de l'AFP ont entendu deux salves de tirs et vu cinq incendies se propager dans des quartiers résidentiels du centre de Kharkiv. Selon Maksym Khaoustov, à la tête des services de secours régionaux, cinq personnes ont été tuées et 13 autres blessées.

SYMBOLE POLITIQUE


La réouverture vendredi de l'ambassade de France à Kiev est "un symbole politique très fort" pour Paris qui veut être au plus près des besoins militaires, défensifs et logistiques de l'Ukraine, a déclaré dans un entretien à l'AFP l'ambassadeur de France en Ukraine. Pour Etienne de Poncins, cette décision "appréciée des Ukrainiens (...) répond à une demande du président Zelensky qui a très justement dit que Kiev ne serait jamais une capitale provinciale de la Russie impériale, mais bien la capitale d'un État souverain ukrainien".


"Avec notre retour à Kiev, nous sommes au plus près de cette chaîne de solidarité avec les Ukrainiens, plus efficaces pour répondre à leurs demandes", estime-t-il.

FIN D'ULTIMATUM


À Marioupol, l'ultimatum lancé par les Russes a expiré. Le Kremlin avait donné jusqu'à 13 heures aux derniers défenseurs ukrainiens de la ville de déposer les armes et d'évacuer ce port stratégique du sud-est de l'Ukraine. Au petit matin, l'état-major ukrainien avait déjà mentionné "des opérations d'assaut près du port", sans autres détails.

QUI EST RINAT AKHMETOV ?


À Marioupol, une guérilla urbaine oppose un groupe de combattants ukrainiens à l'armée russe dans le vaste complexe industriel d'Azovmash. Rinat Akhmetov, le propriétaire de cette usine, l'une des plus grandes d'Europe, n'est autre que l'homme le plus riche d'Ukraine.

ENTENDRE LE CRI DE LA PAIX


Le pape François a appelé dimanche "ceux qui ont la responsabilité des Nations" à "entendre le cri de paix des gens" en cette "Pâques de guerre", en évoquant l'Ukraine "martyrisée". "Nous avons vu trop de sang, trop de violence (...) Que l’on arrête de montrer les muscles pendant que les gens souffrent", a lancé le souverain pontife lors de sa traditionnelle bénédiction "Urbi et Orbi", devant quelque 50.000 fidèles sur la place Saint-Pierre à Rome.

IMAGES


Le ministère russe de la Défense a diffusé une vidéo présentée comme montrant une rencontre avec des rescapés du croiseur Moskva, qui a sombré en mer Noire. Il s'agit des premières images où l'on peut voir des membres présumés de l'équipage depuis son naufrage jeudi.

International
Naufrage du Moskva : qu'est-il arrivé aux marins du croiseur russe ?

Naufrage du Moskva : qu'est-il arrivé aux marins du croiseur russe ?

JOYEUSES PÂQUES


Dans un tweet publié ce dimanche matin, le ministre des Affaires étrangères ukrainien a souhaité un bon dimanche de Pâques à tous. "Je souhaite un joyeux dimanche de Pâques à tous ceux qui célèbrent aujourd’hui et s’unissent dans la prière pour le triomphe de la vie sur la mort. Que ce jour béni donne l’espoir que la paix soit restaurée dans toutes les terres, villes et villages ukrainiens, et que la lumière l’emporte sur les ténèbres", a déclaré Dmytro Kuleva.

INEFFICACITÉ


Le chef du gouvernement italien Mario Draghi a regretté dimanche l'inefficacité apparente du "dialogue" avec Vladimir Poutine, constatant que ces contacts n'empêchaient pas "l'horreur" de se poursuivre en Ukraine. "Je commence à penser que ceux qui disent : 'il est inutile que vous lui parliez, vous perdez du temps' ont raison", a déclaré Marion Draghi dans une interview au quotidien Il Corriere della Sera publiée dimanche.

NOUVELLE FRAPPE À KIEV


Le ministère russe de la Défense a annoncé dimanche avoir bombardé une usine militaire aux abords de Kiev, alors que Moscou intensifie ses attaques contre la capitale ukrainienne. "Durant la nuit, des missiles de haute précision lancés par des avions ont détruit une usine de munitions près de Brovary dans la région de Kiev", a indiqué le ministère dans un communiqué sur sa chaîne Telegram.

PAS DE COULOIR D'ÉVACUATION


Les autorités ukrainiennes ont annoncé dimanche la suspension des couloirs humanitaires pour l'évacuation des civils de l'Est de l'Ukraine, faute d'accord avec l'armée russe sur un arrêt des tirs. "Ce matin, nous n'avons pas réussi à négocier un cessez-le-feu sur les itinéraires d'évacuation avec les occupants. C'est pourquoi, malheureusement, nous n'allons pas ouvrir de couloirs humanitaires aujourd'hui", a indiqué sur Telegram la vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk.

FRAPPE


Un missile a frappé la ville de Brovary, en banlieue de Kiev, tôt dans la journée de dimanche, selon Igor Sapozhko, le maire de la ville. Aucune information n'est encore parvenue quant à l'étendue des dégâts et les victimes potentielles. Il s'agit de la troisième frappe de ce type en trois jours touchant les alentours de Kiev. 

HOMMAGE


Le Prince Charles, héritier de la couronne britannique, a rendu hommage aux réfugiés et à ceux qui leur ouvrent leur porte, dans un message de Pâques dimanche évoquant l'invasion russe en Ukraine. "Aujourd'hui, des millions de personnes se trouvent déplacées, fatiguées par leur voyage depuis des lieux troublés, blessées par le passé, craignant l'avenir, et ont besoin d'être accueillies avec gentillesse et de pouvoir se reposer", déclare Charles, 73 ans, fils aîné de la reine Elizabeth II, 96 ans jeudi prochain.

52e JOUR DE GUERRE


Voici ce qu'il faut retenir de la journée de samedi dans le conflit ukrainien.

FAMINE


Selon le directeur exécutif du Programme alimentaire mondial David Beasley, plus de 100.000 civils sont au bord de la famine à Marioupol, manquant également d'eau et de source de chauffage. En termes de bilan humain, "Marioupol, cela peut être dix fois Borodianka", une localité située non loin de Kiev détruite après avoir été pilonnée et théâtre d'exactions présumées pendant son occupation, a martelé le président ukrainien.

LA BATAILLE DU DONBASS


Ces derniers jours, l'armée russe continue de déployer ses forces dans l'est du pays, notamment au Donbass. Les envoyés spéciaux de TF1 ont constaté, samedi, les signes avant-coureurs de la grande offensive qui se prépare.

Guerre en Ukraine : la bataille du Donbass est engagéeSource : JT 20h WE
JT Perso

SITUATION INHUMAINE


Dans un message vidéo posté samedi soir, le président ukrainien  Volodymyr Zelensky a qualifié la situation à Marioupol "d'inhumaine", appelant les Occidentaux à fournir "immédiatement" les armes lourdes qu’il réclame depuis plusieurs semaines, tandis que la Russie affirme contrôler la quasi-totalité de la ville. "La situation à Marioupol reste aussi grave qu’elle est possible de l’être", a martelé le président". "La Russie essaie délibérément de détruire quiconque se trouve à Marioupol", dans le sud-est de l’Ukraine, a-t-il estimé.

ULTIMATUM RUSSE


Marioupol plus que jamais visée par les forces russes. Le ministère de la Défense a demandé aux derniers combattants ukrainiens retranchés dans le complexe métallurgique d'Azovstal de cesser les combats dimanche à 06H00 heure de Moscou (03H00 GMT), et d'évacuer les lieux avant 13H00 (10H00 GMT). "Tous ceux qui auront abandonné les armes auront la garantie d'avoir la vie sauve", a assuré le ministère sur Telegram. "C'est leur seule chance".

Bonjour et bienvenue dans ce nouveau direct sur le conflit en Ukraine. Suivez ici toutes les informations sur l'évolution des événements. 

Une usine de matériel militaire fabriquant notamment des tanks a été visée, samedi 16 avril au matin, par un bombardement à Darnytsky, dans la banlieue de Kiev, a constaté un journaliste de l'AFP. Ce bombardement, revendiqué par Moscou et qui a fait un mort et plusieurs blessés selon le maire de Kiev, Vitali Klitschko, intervient au lendemain de l'avertissement des forces russes qu'elles allaient intensifier leurs attaques sur la capitale ukrainienne.

Les forces russes ont frappé, également samedi, une raffinerie de pétrole à Lyssytchansk, une ville située tout près de la ligne de front, dans l'est de l'Ukraine, ont annoncé les autorités locales. Le même jour, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a prévenu que "l'élimination" des derniers soldats ukrainiens présents dans la ville portuaire de Marioupol assiégée par les forces russes "mettrait fin à toute négociation de paix" avec Moscou.

Lire aussi

La Russie a adressé cette semaine aux États-Unis une plainte formelle avertissant le gouvernement américain de "conséquences imprévisibles" suite à son aide militaire en forte hausse à l'Ukraine, selon des informations de presse. Selon cette note diplomatique, Moscou avertit les États-Unis et l'Otan contre l'envoi d'armes "plus sensibles" à l'Ukraine, jugeant que de tels équipements militaires mettaient de l'"huile sur le feu" et pourraient provoquer des "conséquences imprévisibles", a rapporté le Washington Post. Cet avertissement a été fait alors que le président américain Joe Biden a promis une nouvelle aide militaire d'une valeur de 800 millions de dollars à l'Ukraine, dont des hélicoptères et des véhicules blindés de transport de troupes.

La Russie a annoncé, samedi, que le Premier ministre britannique, Boris Johnson, et plusieurs autres hauts responsables britanniques étaient interdits d'entrée dans le pays, en représailles des sanctions imposées à Moscou en raison de son opération militaire en Ukraine. "Cette mesure a été prise en réponse à la campagne médiatique et politique effrénée visant à isoler internationalement la Russie et créer les conditions propices pour (...) étrangler l'économie" nationale, a affirmé le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info