Un avion militaire russe s'est écrasé dans un quartier habité de la ville de Ieïesk, sur les rives de la mer d'Azov, proche de l'Ukraine, selon le ministère de la Défense, cité par les agences russes.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Ce live est désormais terminé, merci de l'avoir suivi. Retrouvez les dernières infos sur la guerre en Ukraine dans le live du mardi 18 octobre.

KIEV 


La Russie, dont l'armée recule dans l'est de l'Ukraine, mène à présent une autre guerre : la destruction de cibles civiles et d'immeubles résidentiels pour terroriser la population de Kiev. Des drones kamikazes ont fait au moins huit morts lundi matin.

Ukraine : des drones kamikazes bombardent KievSource : JT 20h Semaine

DRONES ESPIONS


Deux ressortissants russes ont été interpellés mardi et vendredi dernier, munis de drones. Les engins ont permis de photographier des terrains sensibles. En particulier depuis le sabotage en septembre de Nord Stream.

DRONES IRANIENS


Washington a menacé lundi de sanctionner les entreprises ou les États collaborant au programme de drones de l'Iran, après les récentes frappes en Ukraine réalisées à l'aide de drones de fabrication présumée iranienne. 

UKRAINIENNES LIBÉRÉES


Cent huit femmes, en grande partie des militaires, ont été libérées de captivité à la faveur d'un nouvel échange de prisonniers avec la Russie, selon un conseiller de la présidence ukrainienne. "Un nouvel échange à grande échelle de prisonniers de guerre a eu lieu aujourd'hui. Un échange particulièrement émouvant et vraiment spécial : nous avons libéré 108 femmes de captivité", a indiqué Andriï Iermak. 

ESPIONS RUSSES EN NORVÈGE ?


Des ressortissants russes ont été arrêtés en Norvège. Équipés de drones, ils auraient pu photographier des sites sensibles de ce pays en partie frontalier de la Russie.

9.000 SOLDATS RUSSES EN BIÉLORUSSIE


Jusqu'à 9.000 soldats russes et environ 170 chars seraient déployés en Biélorussie, pour y intégrer le nouveau groupement militaire créé entre les deux pays, selon le ministère de la Défense de ce pays allié de Moscou.

 

La création de cette nouvelle force, censée défendre les frontières du pays face à une menace ukrainienne, avait été annoncée la semaine dernière. Elle pourrait, selon certains experts, permettre d'ouvrir un nouveau front au nord de l'Ukraine, plus proche de sa capitale Kiev.

CRASH EN RUSSIE


Une des photos qui circulent sur les réseaux sociaux, montrant supposément une explosion sur un immeuble de Ieïsk, une ville russe proche de l'Ukraine. On aperçoit ici un parachute sur la droite de l'image, qui pourrait correspondre à l'éjection des pilotes annoncée par le ministère russe de la Défense. Trois personnes auraient été tuées des suites du crash.

CRASH EN RUSSIE


Un avion militaire russe s'est écrasé dans un quartier habité de la ville de Ieïesk, sur les rives de la mer d'Azov, proche de l'Ukraine, selon le ministère russe de la Défense. 


"À l'endroit de la chute du Soukhoï 34 dans la cour d'un quartier d'habitation, le carburant de l'avion a pris feu", précise le communiqué du ministère, alors que des images sur les réseaux sociaux filmées par des témoins montrent un gigantesque incendie dans un immeuble d'habitation. 

FRAPPES SUR KIEV


L'envoyée spéciale de LCI à Kiev, Marie-Aline Meliyi, observe les opérations des secours dans les décombres d'un immeuble de la capitale,  frappé par un drone aujourd'hui.

RETOUR DE LA "RASPOUTITSA"

REPORTAGE A KHERSON


Thomas Misrachi rencontre des habitants de la région de Kherson, qui lui racontent l'occupation russe.

MARINA OVSIANNIKOVA


La journaliste Marina Ovsiannikova, poursuivie notamment pour avoir brandi à l'antenne une pancarte opposée à la guerre, a quitté la Russie.

DES SANCTIONS CONTRE L'IRAN


L'Ukraine a demandé lundi à l'UE plus de sanctions contre l'Iran, après plusieurs frappes de drones kamikazes sur Kiev qui ont fait au moins trois morts, la Russie étant accusée d'utiliser des engins de fabrication iranienne pour ses bombardements. Il faut "imposer des sanctions à l'Iran pour avoir fourni des drones à la Russie", a affirmé sur Twitter le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba.

EXPLOSIONS A KIEV


Ce lundi matin, la capitale ukrainienne a été visée par "au moins quatre" explosions provenant de "drones kamikazes", selon les autorités. 

Kiev visée par une série d'explosionsSource : TF1 Info

ATTAQUE A LA ROQUETTE A SOUMY


Le gouverneur régional de la région de Soumy a déclaré que trois personnes avaient été tuées et neuf autres blessées dans une attaque à la roquette ce matin. "A 5h20 (02h20 GMT) du matin, trois roquettes russes ont touché une installation d'infrastructure civile. Au moins trois personnes sont mortes. Neuf sont blessés. Il y a encore des gens sous les décombres", a écrit Dmytro Zhyvytsky sur les réseaux sociaux

EXIL DE RUSSIE


La journaliste russe Marina Ovsiannikova, assigné à résidence pour avoir dénoncé l'offensive russe en Ukraine, a fui la Russie avec sa fille, a indiqué son avocat à l'AFP. "Ovsiannikova a quitté la Russie avec sa fille quelques heures après avoir quitté l'appartement où elle était assignée à résidence", a dit Dmitri Zakhvatov, précisant que mère et fille se trouvent en Europe, une annonce qui intervient deux semaines après qu'un avis de recherche à son encontre a été émis par les autorités russes, laissant entendre qu'elle était en fuite.

DES DRONES IRANIENS SUR KIEV ? 


Pour le contexte, voici les drones dont parle Kiev aujourd'hui. 

DES DRONES IRANIENS SUR KIEV ? 


Dans un média d'État iranien, le ministre des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian, a réaffirmé samedi que "la République islamique d'Iran n'a fourni et ne fournira aucune arme à utiliser dans la guerre en Ukraine." Cependant, l'Ukraine affirme que les drones de type Shahed sont derrière les attaques ayant touché Kiev ce matin, où au moins trois personnes sont mortes.

EXPLOSIONS A KIEV


Le ministère de la Défense ukrainien communique sur les secours dépêchés dans le centre de Kiev, et les habitants sauvés.

ARMÉE RUSSE


L'armée russe a assuré avoir atteint toutes ses cibles en Ukraine, après des frappes meurtrières dans la matinée qui ont visé des infrastructures cruciales dans trois régions du pays et provoqué des coupures d'électricité.


"Les forces armées russes ont continué à mener des frappes aériennes et maritimes à longue portée avec des armes de haute précision contre les installations de commandement militaire et de systèmes énergétiques d'Ukraine. Toutes les installations ciblées ont été touchées", a indiqué le ministère russe de la Défense sur Telegram.

LE BILAN REHAUSSÉ A 3 MORTS A KIEV


Les frappes russes menées ce matin sur Kiev avec des "drones kamikazes" ont fait au moins trois morts, selon le dernier bilan de la présidence ukrainienne. "À l'heure actuelle, le nombre de personnes tuées à la suite d'une attaque de drone kamikaze contre un immeuble résidentiel est passé à trois", a affirmé un responsable de la présidence ukrainienne, Kyrylo Timochenko.

L'UE VA ENQUÊTER


"Nous chercherons des preuves concrètes" de la participation de l'Iran à la guerre en l'Ukraine, a annoncé le chef de la politique étrangère de l'UE, Josep Borrell. Un haut conseiller présidentiel ukrainien, Anton Gerashchenko, a déclaré que Kiev avait été touchée par des "drones iraniens", ajoutant que certains avaient été abattus par les défenses aériennes ukrainiennes. De nouveau, l'Iran a démenti la fourniture d'armes à Moscou et une quelconque participation au conflit.

EXPLOSIONS A KIEV

MOBILISATION A MOSCOU


Ouverts depuis près d'un mois, les centres de mobilisation militaires de Moscou vont fermer ce lundi à 14h heure locale, a annoncé le maire de la capitale russe, Sergueï Sobianine, estimant que la capitale russe avait mobilisé son quota de réservistes pour combattre en Ukraine. Le nombre de Moscovites mobilisés depuis leur ouverture n'est pas précisé. "Mobilisation à Moscou terminée. Merci à tous ceux qui ont participé à sa normalisation", a notamment tweeté la cheffe de Russia Today. 

PLUSIEURS FRAPPES DANS 3 RÉGIONS


Plusieurs frappes russes ont visé ce matin des infrastructures cruciales de trois régions d'Ukraine, dont la capitale Kiev, laissant "des centaines de localités" sans électricité, a annoncé le Premier ministre ukrainien, Denys Chmygal dans la matinée.


"Ce matin, des terroristes russes ont de nouveau attaqué les infrastructures énergétiques de l'Ukraine dans trois régions", a-t-il déploré, citant "cinq frappes de drone" sur la capitale Kiev et "des attaques au missile" sur les régions de Dnipropetrovsk (centre-est) et Soumy (nord-est). "Des centaines de localités sont sans électricité", a-t-il ajouté.

EXCLUSION DU G20


L'Ukraine a demandé l'exclusion de la Russie du G20, à un mois d'un sommet prévu en Indonésie, après les frappes de drones kamikazes sur Kiev tôt dans la matinée. "Ceux qui donnent l'ordre d'attaquer les infrastructures critiques (...) et qui organisent une mobilisation générale pour recouvrir la ligne de front de cadavres, ne peuvent pas s'asseoir à la même table que les dirigeants du G20. La Russie doit être exclue", a exhorté sur Twitter un conseiller de la présidence, Mykhaïlo Podoliak.

Urgent

1 MORT ET 3 BLESSE A KIEV 


Au moins un mort et trois blessés sont à déplorer dans la frappe russe ayant touché un immeuble résidentiel de Kiev, indique le maire de la ville. "Le corps d'une femme sans vie a été retrouvé dans les décombres. (...) Trois blessés sont hospitalisés", selon Vitali Klitschko, qui précise qu'"une autre personne se trouve encore sous les décombres".

DES DRONES ABATTUS DANS LE CIEL


Maksym Marchenko, le gouverneur d'Odessa, a déclaré que les défenses aériennes de nuit de sa région avaient abattu des drones kamikazes. "La nuit, six drones kamikazes ennemis ont été détruits dans le ciel d'Odessa par des unités de défense anti-aérienne. Dans la matinée, les occupants ont lancé une attaque à la roquette sur la région avec un missile Kh-59 . [Il] a endommagé [un] objet d'infrastructure. Heureusement, il n'y a pas eu de victimes", a-t-il publié sur Telegram. 

DES DRONES ENVOYÉS DU BELARUS


Selon notre journaliste à Kiev, qui reprend les informations de l'armée ukrainienne, "les drones kamikazes utilisés sur Kiev ont été lancés depuis la Biélorussie".

ATTAQUES SUR KIEV 


Les frappes russes sur Kiev et d'autres villes d'Ukraine ce matin "n'arriveront pas à briser" les Ukrainiens, a affirmé le président Volodymyr Zelensky à la suite de plusieurs attaques sur la capitale par des "drones kamikazes". "L'ennemi peut attaquer nos villes, mais ils n'arriveront pas à nous briser", a-t-il indiqué sur les réseaux sociaux. Le maire de Kiev, Vitali Klitschko, a de son côté précisé que deux personnes "étaient toujours sous les décombres" de l'immeuble résidentiel touché dans une zone proche du centre-ville de Kiev.

DES "DRONES KAMIKAZES" A KIEV


"Un fragment d'un des drones kamikazes qui ont attaqué Kiev ce matin", a publié le maire de la ville, sur sa chaine Telegram.

L'un des drones retrouvés à Kiev et posté par le maire de la ville, sur sa chaine Telegram
L'un des drones retrouvés à Kiev et posté par le maire de la ville, sur sa chaine Telegram - Telegram

Urgent

PREMIER BILAN A KIEV


18 personnes ont été secourues d'un bâtiment frappé par des drones kamikazes ce matin à Kiev, la capitale ukrainienne, mais au moins deux personnes restent coincées sous les décombres, selon le maire de la ville. Le nombre de victimes reste encore à évaluer. 

DES DRONES IRANIENS A KIEV ? 


Un journaliste de Reuters rapporte avoir vu des morceaux d'un drone utilisé dans l'attaque qui portait les mots : "Pour Belgorod". Pour le contexte, le gouverneur de la région russe de Belgorod, près de la frontière avec l'Ukraine, a accusé les forces ukrainiennes d'avoir bombardé à plusieurs reprises la région, et des hommes armés ont abattu samedi 11 personnes sur un terrain d'entraînement militaire dans la région.

DES DRONES IRANIENS A KIEV ? 

Un drone aperçu ce lundi matin dans le ciel de Kiev et capturé par un journaliste de l'AFP
Un drone aperçu ce lundi matin dans le ciel de Kiev et capturé par un journaliste de l'AFP - YASUYOSHI CHIBA / AFP

EXPLOSIONS A KIEV


"A 09H00 (06H00 GMT), quatre frappes ont été enregistrées à Kiev. Un immeuble résidentiel dans le quartier de Shevchenko a été touché. Nous sommes en train de clarifier les informations concernant des victimes", ont précisé des responsables militaires de la capitale. La direction des services nationaux des chemins de fer avaient auparavant confirmé que des attaques avaient eu lieu "à proximité" de la gare centrale.

RÔLE DE LA FRANCE 


La France en fait-elle assez pour aider l'Ukraine ? François Hollande donne son avis. 

POUTINE, UN "MENTEUR INVÉTÉRÉ" 


"Le problème de Poutine, c'est que le mensonge fait partie de sa diplomatie", explique François Hollande. "Il est capable de s’engager et ne pas respecter, de proférer des absurdités."


L'ayant rencontré quand il était à la tête de l'Élysée, François Hollande estime que Poutine est "resté le même avec la même intension de reconstituer l’URRS. Ce qui m’a frappé, c'est qu’il s’est beaucoup isolé ces dernières années. Il a de moins en moins de sources d’infos fiables. Il s’est engagé en Ukraine sans mesurer les risques qu’il prenait". 

EXPLOSIONS A KIEV 


Les dernières nouvelles de Kiev attaquée, grâce à nos journalistes sur place.

QUELLE ISSUE POUR LA GUERRE ? 


"Elle est d’abord militaire et elle sera diplomatique", explique François Hollande sur le plateau de LCI. "Poutine veut impressionner, et garder ce qu’il a conquis. Il veut impressionner l’Europe à travers les différents économiques qu’elle peut connaître. Il veut attendre l’hiver et sans doute susciter une négociation" explique l'ex-président. 


"Quant aux Ukrainiens, ils pensent qu’ils peuvent mener une contre-offensive. Ils comptent attendre le printemps. Selon les rapports de force, il y aura une issue diplomatique."

EXPLOSIONS A KIEV


Selon le Kyiv Independant, le système de défense aérienne fonctionnait dans le quartier Shevchenkivskyi de Kiev, la cible ce matin d'explosions. "Des témoins oculaires rapportent un incendie sur place, ainsi que le bruit des moteurs de drones kamikazes russes", rapporte le journal.

DES DRONES IRANIENS A KIEV ? 


Sur des chaines Telegram pro-ukrainiennes, on peut lire que "26 drones kamikazes Shahed-136 ont été détruits dans le sud de l'Ukraine pendant la nuit". Aucune information n'a encore filtré sur les drones responsables d'attaques ce matin à Kiev.

EXPLOSIONS A KIEV


"Deux autres explosions dans le district de Shevchenkiv", a annoncé le maire de Kiev, peu avant 8h ce matin. "Restez dans les refuges !". Aucun bilan n'a encore été donné après cette série de frappes dans la capitale.

EXPLOSIONS A KIEV


Un policier visant un drone survolant le ciel de Kiev et responsable d'explosions ce matin dans la ville. Aucun bilan n'a encore été communiqué par les autorités mais trois explosions ont été entendues dans la capitale, "au moins quatre" d'après le Kyiv Independant.

Des drones visés par des tirs policiers à Kiev, le 17 octobre
Des drones visés par des tirs policiers à Kiev, le 17 octobre - YASUYOSHI CHIBA / AFP

ATTAQUES D'INFRASTRUCTURES


Le gouverneur de l'Oblast de Soumy, dans le nord-est de l'Ukraine, a indiqué que les forces russes avaient frappé des installations d'infrastructures critiques dans le district de Romenskyi, peu après 5 heures du matin. Dmytro Zhyvytskyi a déclaré qu'il y avait des victimes, sans fournir de bilan exact. 

EXPLOSIONS A KIEV


Tandis que le maire de Kiev confirme une série d'explosions et demande aux habitants de rester "dans les abris", LCI fait le point sur la situation très instable dans la ville.

Plusieurs explosions entendues à KievSource : TF1 Info

LE POINT SUR LA SITUATION


L’Union européenne va former 15.000 soldats ukrainiens sur son territoire dès ce lundi 17 octobre. Des bombardements ont touché Belgorod et ont fait des blessés. Voici les faits marquants de ces dernières 24 heures.

DES DRONES IRANIENS A KIEV ? 


Se pourrait-il que les "drones kamikazes", responsables d'explosions à Kiev dans la nuit, soient d'origine iranienne ? En tout cas, plusieurs drones provenant de Téhéran ont été aperçus depuis la mi-septembre en train de survoler le ciel ukrainien. Pour plus de détails, nous avions écrit ça sur le sujet.

EXPLOSIONS A KIEV

Urgent

EXPLOSIONS A KIEV


Kiev a été ciblée tôt lundi matin par des "attaques de drones kamikazes", a indiqué le chef de cabinet de la présidence ukrainienne, après une série d'explosions qui ont secoué le quartier de Shevchenkiv, au centre de la capitale. "Les Russes pensent que cela les aidera, mais cela montre leur désespoir", a commenté Andriï Iermak.


Selon notre envoyée spéciale sur place, "le maire de Kiev annonce des attaques de drones kamikazes sur Kiev. Des bâtiments résidentiels et non résidentiels ont été touchés. On ne sait pas encore s’il y a des victimes".

EXPLOSIONS A KIEV


Trois explosions ont été entendues à l'aube à Kiev, une semaine exactement après des frappes russes sur la capitale ukrainienne, ont constaté des journalistes de l'AFP. Les sirènes d'alerte aérienne ont retenti.


Lundi 10 octobre, des bombardements russes d'une ampleur inégalée depuis des mois avaient touché Kiev et d'autres villes d'Ukraine, faisant au moins 19 morts et 105 blessés et suscitant un tollé international.

ARMÉE DE KIEV

PAUVRETÉ DES ENFANTS 


La guerre en Ukraine, et la hausse du coût de la vie qui en découle, ont plongé des millions d'enfants supplémentaires dans la pauvreté en Europe orientale et en Asie centrale ces derniers mois, alerte une étude du Fonds des nations unies pour l'enfance (Unicef) publiée lundi.


Dans ces régions, "la guerre en Ukraine et la hausse de l'inflation ont plongé quatre millions d'enfants supplémentaires dans la pauvreté, soit une augmentation de 19% depuis 2021", affirme cette étude, qui souligne que les enfants supportent le plus lourd fardeau de la crise économique causée par le conflit.


Alors que les enfants représentent 25% de la population, ils comptent pour près de 40% des 10,6 millions de personnes supplémentaires en situation de pauvreté cette année, détaille cette étude couvrant 22  pays.

SOUTIEN DE L'UE


L'Union européenne monte en puissance dans son soutien militaire à l'Ukraine avec le lancement lundi d'une mission pour former sur son territoire 15.000 soldats ukrainiens et l'octroi d'une nouvelle dotation de 500 millions d'euros pour la fourniture d'armes.


"C'est une grande première pour l'UE", a commenté un responsable européen. "Nous n'avons jamais mené une mission à cette échelle", a-t-il souligné.


Les ministres des Affaires étrangères des 27 pays membres vont avaliser ces deux décisions lundi lors d'une réunion à Luxembourg et la mission sera immédiatement opérationnelle, a-t-on précisé de source diplomatique.


Plusieurs formations sont en effet en cours dans différents Etats membres, notamment en Allemagne et en France, où des militaire ukrainiens sont entraînés pour se servir des canons, lance-missiles et systèmes de défense antiaérienne fournis par les Européens.

De nouveaux bombardements ont touché dimanche la région russe de Belgorod, frontalière de l'Ukraine, faisant au moins quatre blessés, a indiqué le gouverneur, ce type d'incidents s'étant multiplié ces derniers jours.

Sur Telegram, le gouverneur, Viatcheslav Gladkov, a indiqué que trois membres d'une même famille avaient été blessés lors d'un bombardement sur Belgorod, la capitale de la région éponyme. Deux des blessés, touchés par des éclats, ont été hospitalisés. Selon cette source, des maisons et des voitures ont subi "des dégâts mineurs". Le quatrième blessé est un homme âgé qui a subi une "contusion" lors d'un bombardement près de Belgorod, toujours selon le gouverneur. 

Dans un communiqué, le Comité d'enquête russe a indiqué que "près de 16 explosions" avaient été entendues dimanche dans cette ville de 330.000 habitants qui, depuis le début de l'offensive en Ukraine, avait été rarement touchée par des tirs. Mais, cette semaine, les autorités locales ont dénoncé à plusieurs reprises des frappes de l'armée ukrainienne sur la ville ou des zones proches.

Samedi, le gouverneur Gladkov a annoncé un bombardement sur un dépôt de pétrole près de Belgorod. La veille, c'est une centrale électrique qui avait été touchée à Belgorod, entraînant une panne de courant. Cette grande ville avait jusqu'alors été peu touchée par des tirs, contrairement à d'autres localités de la région plus proches de la frontière ukrainienne, où des frappes mortelles ont déjà eu lieu à plusieurs reprises ces derniers mois.

S'ajoutant à la tension, le ministère russe de la Défense a indiqué que 11 personnes avaient été tuées samedi sur une base militaire de la région, et 15 autres blessées, lors d'une fusillade qualifiée "d'attentat" par l'armée russe.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info