EN DIRECT - Guerre en Ukraine : Zelensky presse l'Occident de fournir des systèmes de défense aérienne

Publié le 2 mars 2024 à 6h45, mis à jour le 2 mars 2024 à 13h52

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a réitéré un appel à ses alliés occidentaux, pour qu'ils fournissent à Kiev davantage de systèmes de défense aérienne, après des attaques russes qui ont fait cinq morts, selon l'Ukraine.
Suivez les dernières informations.

UNE "TRÈS GRAVE" FUITE AU SEIN DE L'ARMÉE ANNONCE SCHOLZ

Le chancelier Olaf Scholz a annoncé samedi que l'Allemagne enquêtait de manière approfondie sur la fuite d'un enregistrement d'officiers de l'armée discutant d'éléments confidentiels concernant la guerre en Ukraine.

"Il s'agit d'une affaire très grave et c'est la raison pour laquelle elle fait désormais l'objet d'une enquête très minutieuse, très approfondie et très rapide", a déclaré M. Scholz à l'occasion d'une visite à Rome.

ZELENSKY PRESSE L'OCCIDENT

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a réitéré samedi un appel à ses alliés occidentaux, pour qu'ils fournissent à Kiev davantage de systèmes de défense aérienne, après des attaques russes qui ont fait cinq morts, selon l'Ukraine.

Des attaques visant la ville portuaire d'Odessa, sur la mer Noire, dans la nuit de vendredi à samedi, ont entraîné la mort de trois personnes, dont un enfant, et la destruction d'un immeuble de neuf étages, selon des responsables officiels ukrainiens.

Parallèlement, des bombardements ont tué un homme de 76 ans dans la région de Kharkiv, près de la frontière russe, et une autre personne dans celle de Kherson, selon les autorités régionales.

"La Russie continue de frapper des civils", a déploré le président Zelensky sur les réseaux sociaux.

"Nous avons besoin de davantage de défense aérienne de la part de nos partenaires. Nous devons renforcer le bouclier aérien ukrainien pour mieux protéger notre peuple du terrorisme russe. Davantage de systèmes de défense aérienne et davantage de missiles pour les systèmes de défense aérienne sauvent des vies", a-t-il déclaré.

ENQUÊTE SUR DE POSSIBLES ÉCOUTES

Le ministère allemand de la Défense a indiqué samedi enquêter sur de possibles écoutes ayant visé des discussions confidentielles entre officiers de hauts rangs de son armée de l'air sur la guerre en Ukraine.

"Nous examinons si des communications liées à l'armée de l'air ont fait l'objet d'écoutes, le contre-espionnage militaire (BAMAD) a engagé toutes les mesures nécessaires", a indiqué à l'AFP une porte-parole du ministère.

L'affaire a émergé après la diffusion, selon les médias allemands, sur des comptes russes de réseaux sociaux proches du Kremlin, de ce qui ressemble fortement à l'enregistrement d'une conversation entre officiers allemands.

Ces derniers y parlent notamment de l'hypothèse de l'utilisation par les forces ukrainiennes de missiles de longue portée Taurus, de fabrication allemande, de leur impact éventuel, notamment s'ils devaient viser des cibles comme le pont de Crimée reliant la péninsule de Kertch, en Crimée, à l'ouest, et le territoire russe.

"PAS DE CLASH FRANCO-ALLEMAND"

Le chef de la diplomatie française estime qu'il n'y a pas de division entre la France et l'Allemagne malgré les différends manifestes entre le président Emmanuel Macron et le chancelier Olaf Scholz sur l'Ukraine.

"Il n'y a pas de clash franco-allemand, nous sommes d'accord sur 80% des sujets", assure Stéphane Séjourné dans un entretien au quotidien Le Monde publié samedi.

Les pommes de discorde les plus visibles portent actuellement sur la forme d'aide à apporter à l'Ukraine face au rouleau compresseur russe, au moment où une enveloppe vitale de plus de 60 milliards de dollars reste bloquée aux États-Unis.

Lors de la conférence de soutien à Kiev organisée par Paris lundi, le chef d'État français a paru implicitement s'en prendre à des pays comme l'Allemagne, qui a longtemps hésité à livrer certaines armes lourdes à Kiev.

"J'ai parlé avec mon homologue allemande, Annalena Baerbock, nous nous verrons mardi prochain à Paris. Il y a la volonté de se parler", poursuit Stéphane Séjourné. "Il n'y a là aucun drame puisque nous avons le même objectif de soutien à l'Ukraine", a-t-il également souligné.

DEUX MORTS DANS DES ATTAQUES DE DRONES RUSSES EN UKRAINE

Des attaques de drones russes ont fait au moins deux morts dans la nuit de vendredi à samedi en Ukraine, dans les régions de Kharkiv (nord-est) et Odessa (sud), ont rapporté les autorités de Kiev.

Un jeune homme a été tué et plusieurs personnes, dont un enfant de trois ans, ont été blessées lorsqu'un drone russe a frappé un immeuble d'habitation dans la ville portuaire d'Odessa, selon les autorités. 

"L'enfant de trois ans souffre d'écorchures au niveau de la jambe et est sous surveillance médicale", a déclaré le gouverneur de la région, Oleg Kiper qui a fait état de six adultes également blessés. 

Une maison a été frappée par un drone dans le village de Velykyi Burluk, situé à une centaine de kilomètres de Kharkiv, ce qui a entraîné un incendie. Le corps d'un homme de 76 ans a été extrait des décombres, selon la police.

Des milliers de personnes ont assisté, vendredi 1er mars à Moscou aux obsèques d'Alexeï Navalny, le principal détracteur de Vladimir Poutine mort le 16 février dans des circonstances troubles en prison. Dans la journée, les forces de l'ordre ont procédé à "au moins 67 interpellations dans seize villes", dont six dans la capitale russe, au cours de rassemblements en hommage à l'ancien militant anticorruption, selon l'ONG spécialisée OVD-Info.

Emmanuel Macron réunira jeudi matin les patrons des principaux partis à l'Élysée pour évoquer "la situation en Ukraine", a appris l'AFP auprès de la présidence et de plusieurs dirigeants politiques.

La France met tout en œuvre pour éviter un effondrement de l'Ukraine sans pour autant faire la guerre à la Russie, a insisté le chef de la diplomatie française. "Tout ce que nous faisons est pour éviter la guerre et évidemment pas pour rajouter un degré d'inquiétude aux Français", a assuré Stéphane Séjourné, interrogé sur la possibilité d'envoi de militaires européens en Ukraine évoquée en début de semaine par le président français.

Le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, a signé vendredi un accord de sécurité avec l'Ukraine au cours d'un voyage à Kharkiv, la deuxième ville de ce pays en lutte contre l'invasion russe, a annoncé le président ukrainien, Volodymyr Zelensky. 

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a entamé vendredi une visite de deux jours en Turquie, dont les dirigeants tentent de réunir à nouveau responsables russes et ukrainiens autour d'une table. Le ministre russe des Affaires étrangères a participé au Forum diplomatique d'Antalya (sud), un rendez-vous annuel auquel sont conviés les pays amis d'Ankara, où il s'est entretenu avec son homologue turc, Hakan Fidan.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info