Ukraine : plus de sept mois de guerre

EN DIRECT - Centrale de Zaporijjia : "L'heure est grave", prévient le chef de l'AIEA

La rédaction de TF1info
Publié le 11 août 2022 à 7h30, mis à jour le 12 août 2022 à 7h32
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

"L'heure est grave", a lancé jeudi le directeur général de l'AIEA devant le Conseil de sécurité de l'ONU.
Il réclame l'accès à la centrale nucléaire de Zaporijjia que Moscou et Kiev s'accusent mutuellement d'avoir bombardée.
Suivez les dernières informations sur le conflit.

Ce live est à présent terminé, vous pouvez retrouver les dernières informations du vendredi 12 août sur la guerre en Ukraine dans cet article.

AUX COTES DES SOLDATS DU BATAILLON AZOV


Le 20H de TF1 vous emmène dans l’un des lieux les plus secrets d’Ukraine. Les soldats du bataillon Azov s’y entraînent à balles réelles. 

CENTRALE DE ZAPORIJJIA : ZELENSKY APPELLE LE MONDE "À RÉAGIR"


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé jeudi la communauté internationale à "réagir immédiatement" pour faire partir les Russes de la centrale nucléaire de Zaporijjia occupée et cible de bombardements. "Le monde entier doit réagir immédiatement pour chasser les occupants de la centrale de Zaporijjia," la plus grande d'Europe située dans le sud de l'Ukraine et occupée par les troupes russes depuis le 4 mars, a déclaré le président ukrainien dans son adresse vidéo quotidienne.  "Seul le retrait total des Russes et la reprise du contrôle total de l'Ukraine sur la centrale garantirait la sécurité nucléaire pour toute l'Europe", a-t-il ajouté en dénonçant le "chantage nucléaire russe". 

"L'HEURE EST GRAVE"


"L'heure est grave", a lancé jeudi le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) devant le Conseil de sécurité de l'ONU, réclamant l'accès à la centrale nucléaire de Zaporijjia que Moscou et Kiev s'accusent mutuellement d'avoir bombardée.


"L'heure est grave et l'AIEA doit être autorisée à mener sa mission à Zaporijjia aussi vite que possible", a déclaré Rafael Grossi, intervenant en vidéo lors de cette réunion d'urgence du Conseil de sécurité. La centrale de Zaporijjia, la plus grande d'Ukraine, est sous contrôle russe depuis début mars.

MEDVEDEV EN VISITE CHEZ LES SÉPARATISTES


L'ex-président russe Dmitri Medvedev a effectué jeudi avec plusieurs autres hauts responsables de son pays un déplacement dans une région séparatiste prorusse de l'est de l'Ukraine, appelant à resserrer encore les liens avec Moscou. Il s'agit de l'une des plus importantes délégations russes à se rendre dans l'Est ukrainien depuis le début de l'offensive de Moscou, le 24 février. Dans un communiqué paru sur Telegram, M. Medvedev a dit avoir "eu des entretiens au sujet des mesures à prendre en priorité pour assurer la sécurité des républiques du Donbass, sur instructions du président" russe Vladimir Poutine. 

EXPLOSIONS SUR UNE BASE MILITAIRE EN CRIMÉE : ACCIDENT OU SABOTAGE ?


Des explosions ont détruit au moins 9 avions de combat russes dans une base militaire de Crimée, annexée par les Russes depuis 2014. Moscou parle d'un accident, tandis que Kiev préfère ironiser, refusant toute déclaration officielle.

WASHINGTON SOUTIENT UNE ZONE DÉMILITARISÉE AUTOUR DE ZAPORIJJIA


Les États-Unis ont appelé jeudi la Russie à cesser toutes ses opérations militaires dans et autour des centrales nucléaires en Ukraine et dit soutenir l'appel de Kiev à une "zone démilitarisée" à Zaporijjia, de nouveau bombardée. "Combattre près d'une centrale nucléaire est dangereux et irresponsable", a affirmé un porte-parole du département d'État, ajoutant que "les États-Unis continuent d'appeler la Russie à cesser toutes ses opérations militaires dans et autour des centrales nucléaires et à en rendre le plein contrôle à l'Ukraine, et soutiennent les appels des Ukrainiens à créer une zone démilitarisée dans et autour de la centrale nucléaire". 

PLUSIEURS CAPTEURS DE RADIATION ENDOMMAGES A LA CENTRALE DE ZAPORIJJIA, SELON L'UKRAINE


Plusieurs capteurs de radiation ont été endommagés suite à un nouveau bombardement russe jeudi sur la centrale nucléaire de Zaporijjia, près d'un réacteur nucléaire, a affirmé l'opérateur ukrainien Energoatom. "La situation s'aggrave, des substances radioactives sont situées à proximité et plusieurs capteurs de radiation ont été endommagés", écrit Energoatom sur Telegram, quelques heures après avoir fait état d'autres frappes dont Kiev et Moscou se sont accusés mutuellement.  Les frappes ont "endommagé la station de pompage des eaux usées. Une fumée importante se dégage à proximité", selon la même source.  

CENTRALE DE ZAPORIJJIA : NIVEAU RADIOACTIF "NORMAL" APRÈS LES FRAPPES


Aucune fuite radioactive n'a été détectée après les frappes qui ont visé jeudi la centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande d'Ukraine et d'Europe, a affirmé un responsable de l'administration prorusse d'occupation. "A l'heure actuelle, aucune contamination n'a été relevée à la station et le niveau de radioactivité est normal", a déclaré sur Telegram Evguéni Balitski, chef de l'administration civile et militaire mise en place dans cette région du sud de l'Ukraine contrôlée par les Russes. 

MC DONALD'S VA ROUVRIR CERTAINS RESTAURANTS EN UKRAINE


McDonald's a annoncé jeudi avoir décidé de rouvrir progressivement certains de ses restaurants en Ukraine, à Kiev et dans l'ouest du pays, qui avaient fermé le 24 février lors de l'invasion du pays par l'armée russe. "Nous avons décidé de mettre en place un plan progressif de réouverture de certains restaurants à Kiev et dans l'ouest de l'Ukraine, où d'autres entreprises ont rouvert en toute sécurité", a annoncé le géant américain de la restauration rapide, dans une lettre du directeur général Paul Pomroy, transmise aux salariés et publiée jeudi.

LA JOURNALISTE RUSSE MARINA OVSIANNIKOVA ASSIGNÉE A RÉSIDENCE


La journaliste russe Marina Ovsiannikova, célèbre pour avoir critiqué l'offensive en Ukraine en direct à la télévision, a été assignée à résidence jeudi dans le cadre d'une affaire pénale qui pourrait l'envoyer en prison, a annoncé un tribunal de Moscou. "La cour du district de Basmanny a accédé à la requête des enquêteurs de prendre une mesure de restriction sous la forme d'une assignation à résidence (...) jusqu'au 9 octobre", a indiqué le tribunal dans un communiqué. Accusée d'avoir "discrédité" l'armée, Mme Ovsiannikova risque jusqu'à 10 ans de prison. 

CENTRALE DE ZAPORIJJIA : L'ONU MET EN GARDE CONTRE UN RISQUE DE "CATASTROPHE"


Le secrétaire général de l'ONU a mis en garde jeudi contre un risque de "catastrophe" à la centrale de Zaporijjia, quelques heures avant une réunion d'urgence du Conseil de sécurité sur ce site nucléaire que Moscou et Kiev s'accusent mutuellement d'avoir bombardé. "Malheureusement, au lieu d'une désescalade, des incidents encore plus inquiétants ont été rapportés ces derniers jours, incidents qui s'ils se poursuivent pourraient conduire à une catastrophe", a déclaré Antonio Guterres dans un communiqué, se disant "gravement préoccupé par la situation dans et autour de la centrale". 

LA CENTRALE DE ZAPORIJJIA A NOUVEAU BOMBARDÉE 


Kiev et Moscou se sont accusés jeudi de nouveaux bombardements à la centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande d'Ukraine et d'Europe, occupée par la Russie, l'opérateur ukrainien évoquant "cinq frappes" près d'un dépôt de substances radioactives. "Cinq nouvelles frappes ont été signalées à proximité directe d'un dépôt de substances radioactives", a indiqué la société d'Etat ukrainienne Energoatom, en accusant les forces russes. Un responsable prorusse, Vladimir Rogov, membre de l'administration installée par Moscou dans cette région occupée du sud de l'Ukraine, a de son côté mis en cause sur Telegram "les combattants (du président ukrainien Volodymyr) Zelensky",  en évoquant lui aussi cinq frappes au même endroit et dans les mêmes termes. 

POUR MOSCOU, LA SUISSE "A PERDU SON STATUT D'ÉTAT NEUTRE"


La Russie a annoncé jeudi avoir refusé que la Suisse représente diplomatiquement Kiev sur le territoire russe, estimant que Berne avait "perdu son statut neutre" en sanctionnant Moscou pour son offensive militaire contre l'Ukraine. 


Mercredi, le ministère suisse des Affaires étrangères a annoncé que l'Ukraine souhaitait que la Suisse représente ses intérêts sur le territoire russe. "Malheureusement, la Suisse a perdu son statut d'État neutre et ne peut agir ni comme médiateur ni comme représentant des intérêts" ukrainiens, a déclaré jeudi à la presse un porte-parole de la diplomatie russe, Ivan Netchaïev. 


Il a confirmé que la Suisse avait demandé l'aval de Moscou pour y représenter les intérêts ukrainiens. Mais il a dénoncé le soutien apporté par Berne à Kiev et les sanctions suisses mises en place contre la Russie. "Il est tout à fait incompréhensible de proposer une médiation, une représentation ou d'autres services de bonne volonté alors que l'on se comporte de cette manière", a-t-il ajouté.

LA FRANCE "DÉPLORE" L'ARRESTATION DE LA JOURNALISTE ANTI-GUERRE


Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères réagit jeudi à l'arrestation de la journaliste russe Marina Ovsiannikova, devenue célèbre pour s'être opposée publiquement sur une chaîne d'État russe à l'invasion de l'Ukraine. 


"La France est très préoccupée par la campagne de répression menée par les autorités russes à l'encontre des voix critiques du pouvoir et de sa guerre d'agression contre l'Ukraine", peut-on lire. "Nous appelons les autorités russes à respecter le droit international relatif aux droits de l'Homme ainsi que la liberté d'informer, à libérer tous les prisonniers politiques et à abandonner les poursuites judiciaires engagées contre eux."

"OUBLIEZ L'UKRAINE ET PARTEZ"


"L'épidémie d'accidents techniques sur des bases aériennes de Crimée et au Bélarus devrait être considéré par l'armée russe comme un avertissement: oubliez l'Ukraine, enlevez l'uniforme et partez", a tweeté jeudi un conseiller de la présidence ukrainienne, Mikhaïlo Podoliak. "Ni en Crimée occupée ni au Bélarus occupé, vous ne serez en sécurité. Le karma vous retrouve partout".

V. ZELENSKY CRAINT LE PIRE À LA CENTRALE DE ZAPORIJIA


"La Russie est maintenant un État terroriste et prend en otage la centrale nucléaire, en faisant un chantage à la catastrophe nucléaire", a déclaré jeudi le président ukrainien Volodymyr Zelensky, lors d'une allocution destinée à une conférence de donateurs, à Copenhague. "La Russie peut provoquer la plus grande urgence radioactive de l'histoire à la centrale nucléaire de Zaporijia. Et les suites peuvent être pire encore que celles (de l'accident en 1986) de Tchernobyl", a-t-il ajouté. 

KIEV "RECONNAISSANT" ENVERS LE PARLEMENT LETOON


Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba s'est dit "reconnaissant" envers le Parlement letton jeudi sur Twitter, estimant que la déclaration arrivait "à point nommé". Il a appelé "les autres pays et organisations" à suivre cette démarche.

LA BIÉLORUSSIE DÉMENT LES EXPLOSIONS


L'armée bélarusse a démenti jeudi les informations sur des explosions qui se seraient produites dans la nuit près d'un aérodrome militaire dans la région de Gomel, dans le sud-est du Bélarus, non loin de la frontière avec l'Ukraine. "Le 10 août, près de 23h (22h heure française), lors d'une course de contrôle, un véhicule a pris feu après le remplacement de son moteur", a indiqué le ministère bélarusse de la Défense dans un communiqué. "Le feu a été rapidement maîtrisé. Personne n'a été blessé."

LE TWEET MOQUEUR DU MINISTÈRE UKRAINIEN DE LA DÉFENSE


Le ministère ukrainien de la Défense se moque des vacanciers russes, actuellement en villégiature du côté de la Crimée, après l'explosion dans un dépôt de munitions dans une base russe due, selon l'Ukraine, "à des cigarettes mal éteintes". 


"À moins qu'ils ne souhaitent passer des vacances d'été désagréablement chaudes, nous conseillons à nos précieux invités russes de ne pas visiter la Crimée ukrainienne", lance-t-il sur Twitter. "Parce qu'aucune quantité de crème solaire ne les protégera des effets dangereux du tabagisme dans les zones non autorisées."

DES CIVILS TUÉS DANS DES BOMBARDEMENTS RUSSES


À Nikopol, à une centaine de kilomètres de la centrale de Zaporijia, qui se trouve de l'autre côté du fleuve Dniepr, le gouverneur Valentyn Reznichenko a rapporté sur son compte Telegram trois morts et neuf blessés dans des bombardements russes nocturnes avec des lance-roquettes multiples Grad. 


Dans le Donbass, le chef de l'administration militaire de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, a annoncé sur Telegram jeudi que 11 civils avaient été tués sur les dernières 24 heures : six à Bakhmout, trois à Soledar, un à Krasnogorivka et un à Avdiïvka. 

VERS MOINS D'EXPORTATIONS D'ARMES RUSSES ?


"La crédibilité de bon nombre des systèmes d'armes (de la Russie) a été sapée par leur association avec les mauvaises performances des forces russes dans la guerre en Ukraine", estime jeudi le ministère britannique de la Défense, dans sa note quotidienne sur le conflit armé ukrainien. Pour Londres, Moscou risque de payer cette perte de crédibilité en exportant moins d'armes à l'avenir.

LA RUSSIE "ÉTAT SOUTENANT LE TERRORISME" POUR LA LETTONIE


Le parlement letton déclare la Russie "État soutenant le terrorisme". Dans une déclaration publiée sur son site internet, il "reconnaît la Russie comme un État soutenant le terrorisme" et invite les autres pays à "exprimer la même opinion". 


Les députés lettons assimilent "les violences perpétrées par la Russie à des fins politiques contre les civils" à "du terrorisme". Selon eux, la Russie utilise notamment des munitions interdites à l'échelle internationale "pour semer la peur et tuer des civils". Moscou "utilise la souffrance et l'intimidation comme outils dans ses tentatives d'affaiblir le moral du peuple et des forces armées ukrainiennes, et de paralyser le fonctionnement de l'État afin d'occuper l'Ukraine", indique la déclaration. 

KIEV OBTIENT UN MORATOIRE SUR SA DETTE


L'Ukraine a obtenu de la part de ses créanciers internationaux un moratoire de deux ans sur sa dette extérieure, évaluée à 20 milliards de dollars. "Les investisseurs en dette extérieure de l'Ukraine ont accepté de retarder les paiements jusqu'en 2024. Cela permet à l'Ukraine de maintenir la stabilité macro-financière et de renforcer la viabilité économique", s'est félicité sur Twitter le Premier ministre Denys Chmygal.


"Nous sommes reconnaissants aux investisseurs d'avoir accepté notre proposition. Grâce à la solidarité avec l'Ukraine manifestée par la communauté des investisseurs privés et le secteur public officiel, nous serons en mesure de répondre aux besoins de la population ukrainienne", a abondé le ministre des Finances Serguiï Martchenko.

LE POINT AU 169E JOUR DE GUERRE


Au 169e jour du conflit armé en Ukraine, le site de la centrale nucléaire de Zaporijia, que la Russie souhaite raccorder à la Crimée, continue d'être au cœur des inquiétudes de la communauté internationale. L'UE frappe d'embargo le charbon russe, voté dans le cinquième train de sanctions. Les faits marquants de ces dernières 24 heures.

L'économie reprend (un peu) ses droits en Ukraine. Les premières exportations de blé ukainien depuis l'invasion russe devraient commencer la semaine prochaine, conformément à un accord international signé en juillet à Istanbul, a affirmé mercredi un haut responsable de l'ONU.

Les 12 premiers navires qui ont quitté les ports ukrainiens transportaient du maïs ou d'autres produits alimentaires, a affirmé Frederick Kenney, coordinateur par intérim du Centre de coordination conjointe (CCC) établi à Istanbul et chargé de superviser l'application de l'accord international signé le 22 juillet. Frederick Kenney a précisé que les silos de l'Ukraine étaient remplis de maïs lorsque la Russie a lancé l'invasion du pays le 24 février.

Sur le front militaire, des bombardements ont causé la mort d'au moins 14 personnes dans la nuit de mardi à mercredi dans le centre de l'Ukraine, près de la centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande d'Europe, dont l'occupation par la Russie inquiète la communauté internationale. Dans le bassin du Donbass, au moins six personnes ont été tuées et trois autres blessées mercredi dans des frappes russes sur la ville de Bakhmout, proche du front de l'est du pays, a annoncé le gouverneur régional.

Lire aussi

Plus au nord, dans la région de Kherson, première ville d'importance tombée le 3 mars, l'armée ukrainienne a affirmé mercredi avoir frappé un pont sur le Dniepr, le rendant impraticable. S'ajoutant à ceux infligés récemment à d'autres ponts près de Kherson, ces dégâts devraient considérablement compliquer le ravitaillement des troupes russes sur la rive ouest du Dniepr, selon les experts.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info