Ukraine : plus de sept mois de guerre
En Direct

EN DIRECT - Guerre en Ukraine : sur LCI, la Première dame Olena Zelenska appelle à des "sanctions rapides" contre la Russie

La rédaction de TF1info
Publié le 9 août 2022 à 7h30, mis à jour le 10 août 2022 à 7h43
JT Perso

La Première dame d'Ukraine, Olena Zelenska, est l'invitée de Darius Rochebin, ce mardi 9 août sur LCI (canal 26).
Suivez les dernières informations sur le conflit.

Ce live est à présent terminé, vous pouvez retrouver les dernières informations du mercredi 10 août sur la guerre en Ukraine dans cet article.

OLENA ZELENSKA SUR LCI : "POUTINE FAIT DE L'ANTI-HUMANISME"


La Première dame d'Ukraine a affirmé dans le 20H de Darius Rochebin que "Vladimir Poutine fait de l'anti-humanisme". "Il a du mépris pour les valeurs de la vie humaine", a-t-elle ajouté, soulignant que "la cible de la Russie est chaque Ukrainien"

OLENA ZELENSKA SUR LCI : "CHAQUE JOUR NOUS RAPPROCHE DE LA VICTOIRE"


"Nous espérons que les Russes n'auront bientôt plus de moyens financiers pour continuer la guerre", souhaite Olena Zelenska, espérant que "les aides de l'Occident arriveront encore plus rapidement". Et d'ajouter : "Nous savons que chaque jour nous rapproche de la victoire". 

OLENA ZELENSKA SUR LCI : "DES SANCTIONS PLUS RAPIDES"


"Il faut des sanctions plus rapides de la part de nos partenaires", a insisté Olena Zelenska face à Darius Rochebin. "La fatigue et l'oubli de la guerre sont des indulgences sur lesquelles la Russie compte", a-t-elle poursuivi. 

OLENA ZELENSKA SUR LCI : "L'UKRAINE  A TENU"


"La Russie pensait nous vaincre en quelques jours, mais l'Ukraine a tenu et continue à tenir", a souligné la Première dame d'Ukraine face à Darius Rochebin, ajoutant : "Nous espérons le meilleur, mais nous nous préparons au pire". 

MASSACRE DE BOUTCHA : 458 CORPS RETROUVÉS


Le 2 avril, une vingtaine de corps avaient été retrouvés à Boutcha dans la région de Kiev. Plus de quatre mois après, le bilan des autorités monte à 458 corps retrouvés selon les autorités locales. 


Certains portant des marques de blessures par balle, de coups ou de tortures à mort, selon la page Facebook du conseil municipal. Les corps sont ceux de 366 hommes et 86 femmes. 


Pour cinq d'entre eux, il est impossible de déterminer le sexe à cause des brûlures. Douze enfants de moins 21 ans ont été retrouvés parmi les cadavres. Une cinquantaine de corps n’ont pas été réclamés et doivent être identifiés.

NOUVEAUX ÉQUIPEMENTS MILITAIRES RUSSES AU MALI


Le chef de la junte au Mali a réceptionné mardi de nouveaux équipements militaires, dont cinq avions et un hélicoptère de combat, livrés par son partenaire russe, a constaté un journaliste de l'AFP.


Dans son allocution, le ministre de la Défense malien Sadio Camara, un des hommes forts du régime, a vanté le "partenariat gagnant-gagnant avec la fédération de Russie" au cours d'une cérémonie officielle en présence de diplomates russes et d'Assimi Goïta, président de la transition.


Les colonels, qui ont pris le pouvoir par la force en août 2020 dans ce pays en pleine tourmente sécuritaire, ont décidé de se séparer du vieil allié français engagé militairement contre les jihadistes depuis 2013 et de relancer ardemment la coopération avec la Russie.


La Russie avait déjà livré en mars plusieurs hélicoptères de combat et des armes. Le Mali a accueilli en grand nombre ce que la junte présente comme des instructeurs russes.

ZAPORIJJIA : LA RUSSIE VA AUTORISER L'ACCÈS A L'AIEA


La Russie s'est dite "prête à fournir le maximum de soutien possible pour résoudre les problèmes d'organisation" à la centrale nucléaire de Zaporijjia. Selon le ministère russe des Affaires étrangères, Moscou va autoriser l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à visiter la plus grande centrale nucléaire d'Europe, récemment bombardée. Depuis plusieurs jours, l’Ukraine et la Russie s’accusent à tour de rôle de frappes dans la zone de la centrale. 

AMITIÉ FORTE ENTRE LES DEUX FEMMES 


Invitée de LCI, la Première dame d'Ukraine Olena Zelenska est revenu sur son "amitié" avec Brigitte Macron, démarrée bien avant le début de l'invasion russe, le 24 février dernier.


"J'ai des relations personnelles chaleureuses avec Brigitte Macron", assure Olena Zelenska. "J'ai des souvenirs très agréables lorsque nous avons fait connaissance. C'était la Première dame avec qui j'ai fait connaissance en premier, lors de notre premier voyage à l'étranger avec Volodymyr (Zelensky)", en juin 2019 à Paris, raconte-t-elle.

UNE PREMIÈRE DAME "DE DEVOIR"


Inconnue du public avant l'élection de son mari en 2019, elle est passée de l'ombre à la lumière le jour de l'invasion de l'Ukraine, le 22 février 2022. Décrite comme "une personne de devoir", elle a contribué à "renforcer le message" sur la situation critique dans laquelle se trouve son pays.


TF1 Info dresse le portrait de cette femme de 44 ans qui maîtrise à la perfection l'art diplomatique. 

👇

International
Qui est Olena Zelenska, la Première dame d'Ukraine ?

Qui est Olena Zelenska, la Première dame d'Ukraine ?

UKRAINE : NAISSANCE PRÉMATURÉE EN HAUSSE


La guerre en Ukraine a provoqué une augmentation des naissances prématurées dans les centres de santé, a indiqué l'agence de santé mondiale Unitaid, qui a envoyé sur place des appareils d'oxygénothérapie pour aider les bébés.


L'invasion russe en Ukraine "augmente le niveau de stress des femmes enceintes, ce qui conduit à une augmentation du nombre de naissances prématurées signalées", a indiqué un porte-parole d'Unitaid, Hervé Verhoosel, lors d'une conférence de presse à Genève.


"Les bébés nés prématurément sont plus susceptibles de développer des complications respiratoires, neurologiques ou digestives - des conditions qui nécessitent souvent un traitement par oxygène", a-t-il expliqué.

EXPLOSIONS PRÈS DUN AÉRODROME MILITAIRE RUSSE EN CRIMÉE


Plusieurs déflagrations se sont produites mardi près d'un aérodrome militaire russe dans l'ouest de la Crimée, les autorités russes affirmant qu'elles n'avaient fait aucune victime et avaient été causées par l'explosion de munitions.


Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montraient une boule de feu se former après une forte explosion, tandis que d'épaisses volutes de fumée noire s'élevaient dans le ciel.


"Plusieurs munitions destinées à l'aviation ont explosé dans un dépôt situé sur le territoire de l'aérodrome militaire de Saki, près de la localité de Novofiodorovka", a déclaré l'armée russe dans un communiqué.


Le dépôt en question n'a été la cible d'aucun tir ni bombardement, a-t-elle ajouté, sans toutefois préciser l'origine de ces explosions.


"Personne n'a été blessé dans l'explosion", selon la même source.

3000 CIVILS EVACUÉS DE L'EST DE L'UKRAINE EN UNE SEMAINE


Plus de 3.000 civils ont été évacués de la région de Donetsk, en proie aux combats dans l'est de l'Ukraine, depuis que les autorités ont rendu fin juillet ces évacuations obligatoires, a annoncé Kiev mardi.


"Au cours des six derniers jours, 3.000 habitants ont été évacués, dont presque 600 enfants et 1.400 femmes. Les évacuations obligatoires continuent", a déclaré sur sa chaîne Telegram Kyrylo Timochenko, le chef-adjoint de l'administration présidentielle.


Il a précisé que plus d'1,3 million de personnes avaient été évacuées de la région depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine en février et qu'il y avait "maintenant une population de 350.000 personnes, dont 50.000 enfants, sur le territoire de la région".


Kiev pousse depuis de plusieurs mois les civils à évacuer la région avec des résultats inégaux, nombre de ses habitants refusant de partir en évoquant des raisons financières ou parce qu'ils affirment n'avoir nulle part où aller.


Fin juillet, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé que la décision avait été prise de rendre obligatoire l'évacuation de la région de Donetsk, notamment en prévision de l'hiver, la destruction des réseaux de distribution du gaz risquant de priver les logements de chauffage.

LE KREMLIN CRITIQUE L'APPEL DE V. ZELENSKY À ISOLER LA RUSSIE


Le Kremlin a vivement critiqué mardi l'appel "irrationnel" du président ukrainien Volodymyr Zelensky aux pays occidentaux à fermer leurs frontières aux visiteurs russes pour punir Moscou de son offensive contre l'Ukraine.


Dans une interview au quotidien américaine The Washington Post, il estimait que "les sanctions les plus importantes consistent à fermer les frontières, parce que les Russes sont en train de s'emparer du territoire de quelqu'un d'autre". "Quelles que soient leurs opinions politiques, les Russes doivent "vivre dans leur propre monde jusqu'à ce qu'ils changent de philosophie", ajoutait-il dans cet entretien.


"L'irrationalité d'un tel raisonnement dépasse toutes les limites et ne peut que susciter une réaction négative", a réagi mardi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "Toute tentative d'isoler les Russes ou la Russie n'a aucune chance de réussir (...) Ces initiatives ne sentent pas très bon", a-t-il assuré.

L'EPISODE DU CHÂTEAU DE VINCENNES, UN MANQUE DE "DISCERNEMENT"


Le 28 juillet dernier, deux femmes russes se sont vu refuser l'entrée du château de Vincennes, situé au sud-est de Paris, du fait de leur origine. Lundi, un service du ministère des armées a justifié cette interdiction par une "directive interne" prise "à la suite de l'invasion de l'Ukraine" pour restreindre "l'accès aux emprises militaires du ministère aux ressortissants russes". Mardi, le cabinet du ministre des Armées, Sébastien Lecornu, a contacté l'AFP pour préciser sa réponse, en assurant que les lieux touristiques dépendant du ministère restaient encore ouverts aux Russes. 


Cet épisode relève ainsi d'une "application sans discernement" de la règle édictée "en février pour toutes les installations militaires". "Il va de soi que (cette règle) ne peut pas être appliquée de la même manière pour les bâtiments stratégiques que pour les lieux recevant du public comme les musées", a insisté le cabinet ministériel. 

LES LIVRAISONS DE PÉTROLE VIA L'UKRAINE INTERROMPUES


Les livraisons de pétrole russe à certains pays européens via l'Ukraine ont été interrompues après le refus d'une transaction bancaire à cause des sanctions visant Moscou, a annoncé mardi l'entreprise responsable du transport d'hydrocarbures.


Ces livraisons via une branche de l'oléoduc Droujba, qui dessert la Hongrie, "sont interrompues depuis le 4 août", a indiqué l'entreprise Transneft dans un communiqué.

DEUX NAVIRES CHARGÉS DE CÉRÉALES QUITTENT L'UKRAINE


Deux nouveau navires chargés de 70.000 tonnes de céréales ont quitté mardi le port ukrainien de Tchornomorsk, sur la mer Noire, en vertu de l'accord sur la reprise des exportations de Kiev. "Le navire Rahmi Yaggi livrera 5300 tonnes à la Turquie, et près de 65.000 tonnes de maïs seront livrées par le vraquier Ocean Lion à la Corée du Sud", a annoncé le ministère ukrainien de l'Infrastructure sur sa chaîne Telegram.  


La Russie et l'Ukraine ont signé le 22 juillet deux accords séparés, validés par la Turquie et l'ONU, qui permettent les exportations de céréales ukrainiennes bloquées par la guerre depuis le 24 février et celles de produits agricoles russes malgré les sanctions occidentales. Plusieurs navires ont déjà quitté l'Ukraine ces derniers jours.  

LA PREMIÈRE MINISTRE ESTONIENNE VEUT METTRE FIN AU TOURISME RUSSE


Dans un tweet, la Première ministre estonienne Kaja Kallas appelle mardi les Européens à ne plus délivrer de visas de tourisme aux Russes. "Arrêtez de délivrer des visas de tourisme aux Russes. Visiter l'Europe est un privilège, pas un droit humain", a-t-elle écrit. "Les voyages aériens en provenance de Russie sont fermés. Cela signifie que si les pays de l'espace Schengen délivrent des visas, les voisins de la Russie en supportent la charge. Il est temps de mettre fin au tourisme en provenance de Russie."

LA RÉGION DE KHERSON SOUS LES BOMBES RUSSES


Les combats redoublent d'intensité dans l'oblast de Kherson. Les troupes russes tentent "vainement" de regagner leurs positions "perdues", en bombardant lourdement les villes déjà libérées par les forces de défense ukrainiennes.

À SUIVRE SUR LCI


La Première dame ukrainienne, Olena Zelenska, est l'invitée exceptionnelle de LCI, mardi 9 août, à 20h40. L'épouse du président Volodymyr Zelensky répondra aux questions de Darius Rochebin. Rendez-vous sur le canal 26 de la TNT.

LA SITUATION SUR LE TERRAIN AU 167E JOUR


Au 167e jour du conflit armé en Ukraine, l'inquiétude règne autour de la centrale nucléaire de Zaporijia, bombardée depuis le week-end dernier. Dans le même temps, les répercussions de la guerre se font voir et entendre partout ailleurs en Europe et dans le monde. Les faits marquants de ces dernières 24 heures.

LES TROUPES UKRAINIENNES AVANCENT VERS IZIOUM


Autour de Kharkiv, deuxième plus grande ville d'Ukraine, les troupes ukrainiennes ont repris la ville de Dovhenke à l'armée russe et avancent désormais vers Izioum, a indiqué le conseiller présidentiel ukrainien Oleksiy Arestovych dans une vidéo publiée sur YouTube. "La situation est très intéressante. Les forces ukrainiennes se déplacent avec beaucoup de succès. Les tentatives de la Russie pour regagner le terrain perdu n'ont pas abouti. L'Ukraine pourrait finir par les encercler", a-t-il indiqué.

"DES BOMBARDEMENTS RUSSES CONSTANTS" PRÈS DE DONETSK


L'Ukraine a fait état mardi d'intenses bombardements russes sur les lignes de front, près de la ville de Donetsk, dans la région disputée du Donbass. "La situation dans la région est tendue - les bombardements sont constants sur toute la ligne de front... L'ennemi utilise également beaucoup les frappes aériennes", a déclaré le gouverneur régional de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, à la télévision ukrainienne. "L'ennemi n'a aucun succès. La région de Donetsk tient", a-t-il toutefois ajouté.

LE SATELLITE IRANIEN LANCÉ AVEC SUCCÈS PAR LA RUSSIE


Sujet à polémique et source d'inquiétude, le satellite de télédétection iranien Khayyam a été lancé, avec succès, depuis une fusée russe Soyouz, mardi à 7h52 (heure française), depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan.

L'INQUIÈTUDE À NAGASAKI, 77 ANS APRÈS LE BOMBARDEMENT NUCLÉAIRE


En ce jour du 77e anniversaire du bombardement nucléaire de Nagasaki, ville japonaise ravagée le 9 août 1945, le maire Tomihisa Taue a tiré la sonnette d'alarme sur la menace "réelle et actuelle" d'une éventuelle utilisation de l'arme nucléaire. "En janvier de cette année, les dirigeants des Etats-Unis, de la Russie, du Royaume-Uni, de la France et de la Chine ont publié une déclaration commune affirmant qu'une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée", a-t-il déclaré. 


"Mais, dès le mois suivant, la Russie a envahi l'Ukraine. Des menaces d'utilisation d'armes nucléaires ont été proférées, faisant trembler le monde entier. L'utilisation d'armes nucléaires n'est pas une peur sans fondement, mais une crise réelle et actuelle", a-t-il estimé. Il a prévenu que ces armes peuvent être déclenchées à la suite d'erreurs de jugement, de dysfonctionnements ou d'attaques terroristes. 

L'INQUIETUDE DU MAIRE DE NAGASAKI, 77 ANS APRES LE BOMBARDMEENT NUCLEAIRE


En ce jour du 77e anniversaire du bombardement nucléaire de Nagasaki, ville japonaise ravagée le 9 août 1945, le maire Tomihisa Taue a tiré la sonnette d'alarme sur la menace "réelle et actuelle" d'une éventuelle utilisation de l'arme nucléaire. "En janvier de cette année, les dirigeants des Etats-Unis, de la Russie, du Royaume-Uni, de la France et de la Chine ont publié une déclaration commune affirmant qu'une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée", a-t-il déclaré. 


"Mais, dès le mois suivant, la Russie a envahi l'Ukraine. Des menaces d'utilisation d'armes nucléaires ont été proférées, faisant trembler le monde entier. L'utilisation d'armes nucléaires n'est pas une peur sans fondement, mais une crise réelle et actuelle", a-t-il estimé. Il a prévenu que ces armes peuvent être déclenchées à la suite d'erreurs de jugement, de dysfonctionnements ou d'attaques terroristes. 

MOSCOU LANCE UN SATELLITE IRANIEN


La Russie va mettre en orbite mardi un satellite iranien d'observation dont le lancement suscite des inquiétudes, certains responsables occidentaux craignant que Moscou ne l'utilise pour soutenir son offensive en Ukraine, ce que réfute Téhéran. 


Le lancement du satellite de télédétection Khayyam par une fusée Soyouz est prévu depuis le cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan à 07h52 (heure française), selon l'Agence spatiale russe (Roscosmos). Ce satellite, nommé en l'honneur du poète et savant persan Omar Khayyam (1048-1131), a notamment pour but de "surveiller les frontières du pays", d'améliorer la productivité agricole, de contrôler les ressources hydriques et les catastrophes naturelles, selon l'Agence spatiale iranienne. 

La menace nucléaire est présente dans les esprits. Moscou a accusé lundi les forces ukrainiennes de bombarder la plus grande centrale nucléaire d'Europe, celle de Zaporijjia en Ukraine, occupée par l'armée russe, tandis que le président ukrainien Volodymyr Zelensky a brandi le spectre de la catastrophe de Tchernobyl.

Dans le même temps, les rotations régulières pour ravitailler les marchés agricoles mondiaux entamées la semaine dernière se sont poursuivies. Un cargo chargé de 60.000 tonnes de céréales a quitté pour la première fois depuis le début de la guerre Pivdenny, un des trois ports ukrainiens de la mer Noire concernés par l'accord qu'ont signé les belligérants fin juillet.

De son côté, le Pentagone a annoncé une nouvelle tranche d'aide militaire à l'Ukraine, pour un montant d'un milliard de dollars, qui comprend notamment des missiles supplémentaires pour les systèmes américains d'artillerie de précision Himars. La Banque mondiale a quant à elle annoncé une aide supplémentaire de 4,5 milliards de dollars pour l'Ukraine, grâce à des fonds apportés par les États-Unis, afin d'aider le gouvernement à faire face aux "besoins urgents engendrés par la guerre".


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info