Ukraine : une guerre sans fin

EN DIRECT - Ukraine : la région de Kherson "définitivement libérée" d’ici septembre, selon un responsable local

La rédaction de TF1info
Publié le 24 juillet 2022 à 7h30, mis à jour le 25 juillet 2022 à 7h55
JT Perso

Des missiles russes ont visé le port d'Odessa, sur la mer Noire, faisant plusieurs blessés, a annoncé l'Ukraine.
La Russie dit avoir frappé des "infrastructures militaires" alors que l'Ukraine affirme qu'un dépôt de céréales a été touché.
Suivez les dernières informations.

Merci d'avoir suivi ce direct, désormais terminé. Retrouvez les dernières informations sur la guerre en Ukraine et ses conséquences dans le live du lundi 25 juillet

"UNE GUERRE CONTRE L'UNITÉ DE L'EUROPE"


Le président allemand  Frank-Walter Steinmeier a jugé lors d'un discours à Paderborn, dans l'ouest du pays, que la guerre que le président russe Vladimir Poutine mène contre l'Ukraine était aussi "une guerre contre l'unité de l'Europe". Il a donc appelé à ne pas se diviser : "Nous ne devons pas laisser détruire la grande œuvre d'une Europe unie que nous avons entamée de manière si prometteuse".


"Cette guerre ne concerne pas seulement le territoire de l'Ukraine, elle touche au fondement doublement commun de nos valeurs et de notre ordre de paix", a-t-il ajouté. Mais défendre ces valeurs et s'en porter garant signifie aussi être prêt à "accepter des inconvénients sensibles", a souligné le président allemand, sans donner plus de détails sur les inconvénients en question.

LES POLONAIS OFFRENT UN DRONE À L'UKRAINE


Plus de 200.000 personnes ont participé à une collecte pour offrir un drone de combat turc Bayraktar à l'Ukraine. Ce dimanche, la somme de 4,7 millions d'euros a été atteinte. Cette collecte fait suite à un projet semblable réalisé en mai dernier, avec succès, en Lituanie voisine.


"22.500.000 zlotys ! Made in Poland", s'est félicité le journaliste Slawomir Sierakowski sur le site internet de la revue de gauche polonaise Krytyka Polityczna dont il est le cofondateur.


"Jusqu'à présent, nous avons juste pu regarder toutes ces choses terribles à travers les médias. Là, nous nous sommes donnés la chance (...) de faire quelque chose de réel pour défendre l'Ukraine, pour les Ukrainiens", a-t-il expliqué à la chaîne de télévision TVN24.

MORT D'UN CITOYEN CANADIEN EN UKRAINE


Le ministère des Affaires étrangères du Canada a confirmé le décès d'un citoyen canadien en Ukraine. Selon un article de Politico, le Canadien se trouvait avec deux citoyens américains qui ont récemment trouvé la mort dans la région du Donbass. Leur décès a été confirmé hier par le département d'État américain.


Les gouvernements américain et canadien n'ont pas donné de détails sur le caractère récent des décès, ni sur les circonstances. Le département d'État américain a déjà exhorté ses ressortissants à ne pas se rendre en Ukraine pour combattre aux côtés des forces ukrainiennes, en mettant en garde contre les risques et les dangers.

S. LAVROV EN ÉGYPTE POUR RASSURER SUR LES LIVRAISONS DE CÉRÉALES UKRAINIENNES


Le chef de la diplomatie russe est aujourd'hui en visite en Égypte. L'occasion pour lui de rassurer ses partenaires sur l'accord conclu entre Moscou et Kiev vendredi. Celui doit permettre en place des "couloirs sécurisés" pour les exportations de grains d'Ukraine, mais a été mis à mal par l'attaque russe qui a eu lieu dès le lendemain à Odessa, le port d'où doivent normalement partir les exportations ukrainiennes.


"Nous avons confirmé l'engagement des exportateurs russes de produits céréaliers à respecter toutes leurs obligations", a cependant déclaré Sergueï Lavrov, lors d'une conférence de presse après des pourparlers avec son homologue égyptien Sameh Choukri. Ces exportations doivent éloigner les risques d'insécurité alimentaire en Afrique.

LA RÉGION DE KHERSON LIBÉRÉE D'ICI SEPTEMBRE ? 


Un responsable local de la région de Kherson a affirmé que le territoire du sud du pays serait "définitivement libéré" d'ici septembre alors qu'une contre-attaque ukrainienne est en cours depuis plusieurs jours. Aidée par les livraisons d'armes occidentales, l'armée ukrainienne a commencé à regagner du terrain.


"Nous pouvons dire que la région de Kherson sera définitivement libérée d’ici septembre, et que tous les plans des occupants échoueront", a déclaré le conseiller du chef de l’administration militaire régionale de Kherson fidèle à Kiev, Sergiy Khlan, dans un entretien à la télévision ukrainienne.

LA RUSSIE COMMUNIQUE SUR LES FRAPPES D'ODESSA


Après avoir nié son implication dans les bombardements sur le port d'Odessa, la Russie assure aujourd'hui que ses frappes avaient pour but de détruire des "infrastructures militaires" ukrainiennes. 


Dans un communiqué, le ministère russe de la Défense précise : "Des missiles de haute précision et de longue portée lancés depuis la mer ont détruit un navire militaire ukrainien à quai et un stock de missiles antinavires Harpoon livrés par les Etats-Unis au régime de Kiev". Avant d'ajouter : "Une usine de réparation et de modernisation de navires de l'armée ukrainiennes a aussi été mise hors d'usage." 


Il est toutefois important de préciser qu'aucune preuve n'a été fournie par l'armée russe pour prouver ces dires. 

DÉJÀ 6 MOIS DE GUERRE 


Aujourd'hui, la guerre en Ukraine entre dans son sixième mois. Sur les différents fronts, aucun répit n'est observé. Dans le sud du pays, selon la présidence ukrainienne, "Mykolaïv a de nouveau été bombardée" ce dimanche matin. Quatre missile de croisière de type Kalibr ont fait cinq blessés dont un adolescent. Plusieurs immeubles ont été endommagés. 


Toujours selon la même source, dans la région de Kharviv, deuxième plus grande ville du pays, "plusieurs bâtiments résidentiels ont été incendiés" alors que Kiev fait état d'une situation préoccupante dans la région de Kherson, largement occupée par les forces russes. Même si les Ukrainiens sont en train de mener une contre-attaque sur ce territoire, "les habitants de presque tous les districts de la région (...) signalent de nombreux bombardements et explosions". 

LA RUSSIE CHANGE D'AVIS


Quelques heures après les frappes qui ont touché le port d'Odessa sur la mer Noire, Moscou avait nié toute implication. Au lendemain de ces tirs, la Russie affirme avoir détruit des "infrastructures militaires" ukrainiennes.

DES "INFRASTRUCTURES MILITAIRES" DÉTRUITES À ODESSA ?


La porte-parole de la diplomatie russe a affirmé que des missiles russes ont détruit hier des infrastructures militaires dans le port d'Odessa, vital pour l'exportation de céréales ukrainiennes. 


Sur son compte Telegram, Maria Zakharova écrit : "Des missiles Kalibr ont détruit des infrastructures militaires du port d'Odessa, avec une frappe de haute précision" tout en indiquant que c'est "une vedette militaire" ukrainienne qui avait été visée, sans pour autant fournir de preuves.


Hier, quelques heures après les frappes, Moscou avait nié toute implication dans ces bombardements. 

LE POINT SUR LA SITUATION 


Au 150e jour de guerre, les combats se poursuivent dans le Donbass où plusieurs personnes ont été tuées ces derniers jours dont deux Américains. Au sud du pays, les forces ukrainiennes tentent de reprendre du terrain et peuvent compter sur de nouvelles aides militaires en provenance des États-Unis. 

DES ARMES BIOLOGIQUES FABRIQUÉES EN UKRAINE ? LA CORÉE DU NORD ACCUSE, WASHINGTON DÉMENT  


La Corée du Nord accuse les États-Unis de fabriquer des armes biologiques en Ukraine. L'agence de presse officielle nord-coréenne indique que Washington a "installé de nombreux laboratoires biologiques dans des dizaines de pays et de régions, dont l'Ukraine, au mépris des traités internationaux". 


Ces propos font écho à une accusation déjà formulée par la Russie en mars. A cette époque, Moscou avait accusé Washington de financer des recherches sur le développement d'armes biologiques en Ukraine. 


Une allégation démentie par les États-Unis et les Nations unies qui avaient indiqué en mars ne pas avoir "connaissance d'un quelconque programme d'armes biologiques en Ukraine". 

MORT DE DEUX AMÉRICAINS DANS LE DONBASS


Dans cette région où les combats font rage entre les forces de Kiev et celles de Moscou, le département d'État ukrainien a confirmé, hier, la mort de deux Américains. Le porte-parole n'a cependant pas préciser s'ils s'agissaient de combattants, tout comme il a omis de donner la date ou les circonstances de leur décès.


"Nous sommes en contact avec les familles et leur apportons toute l'assistance consulaire possible", a-t-il été simplement ajouté, justifiant la rétention de détails, "par respect pour les proches".

RÉACTIONS INTERNATIONALES 

 

Quelques heures après le bombardement, la communauté internationale n'a pas tardé à réagir. Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a déclaré  qu’il "condamnait sans équivoque" les attaques de missiles tout comme le chef de la diplomatie de l'Union européenne. Sur Twitter, Josep Borrell a écrit : "Frapper une cible cruciale pour l’exportation de céréales un jour après la signature des accords d’Istanbul est particulièrement répréhensible et démontre une fois de plus le mépris total de la Russie pour le droit international et les engagements."


La Turquie, co-médiatrice de l'accord sur les céréales, s'est dite "préoccupée" par les frappes russes. "Le fait qu'un tel incident se soit produit juste après l'accord que nous avons conclu hier nous préoccupe vraiment", a déclaré le ministre turc de la Défense. Cheffe de la diplomatie britannique, Liz Truss considère que "l'on ne peut pas se fier à un mot de ce que dit" Vladimir Poutine.


De l'autre côté de l'Atlantique, dans un communiqué, le secrétaire d'Etat américain Anthony Blinken a estimé que "cette attaque jette un doute sérieux sur la crédibilité de l'engagement de la Russie à l'égard de l'accord d'hier et sape le travail de l'ONU, de la Turquie et de l'Ukraine pour acheminer des denrées alimentaires essentielles vers les marchés mondiaux".

FRAPPES RUSSES SUR ODESSA


Hier, l'Ukraine a accusé la Russie d'avoir "craché au visage" de l'ONU et de la Turquie en ciblant le port d'Odessa avec des missiles et de ce fait, en compromettant l'accord signé vendredi 22 juillet sur la reprise des exportations de céréales bloquées par la guerre. 


"Le port d'Odessa, où les céréales sont traitées en vue d'être expédiées, a été bombardé. Nous avons abattu deux missiles et deux autres missiles ont touché le territoire du port, où, évidemment, il y a des céréales", a déclaré un porte-parole de l'armée de l'air ukrainienne.


"Quelques personnes sont blessées", a affirmé le gouverneur de la région sans donner de bilan précis qui évoque des "infrastructures portuaires endommagées". Côté Moscou, on nie toute implication dans ces frappes. 

undefinedundefinedDMITRY SEREBRYAKOV / AFP

Bonjour à tous ! Bienvenue dans ce live consacré à la guerre en Ukraine. 

Des frappes russes ont touché samedi le port d'Odessa, a assuré l'Ukraine, accusant Vladimir Poutine d'avoir "craché au visage" de l'ONU et de la Turquie et de compromettre l'application de l'accord signé la veille sur la reprise des exportations des céréales bloquées par la guerre. Sans réagir directement, Moscou a nié toute implication dans ces frappes auprès d'Ankara.

"Le port d’Odessa, où les céréales sont traitées en vue d'être expédiées, a été bombardé. Nous avons abattu deux missiles et deux autres missiles ont touché le territoire du port, où, évidemment, il y a des céréales", a déclaré un porte-parole de l'armée de l'air ukrainienne. "Quelques personnes sont blessées", a affirmé le gouverneur de la région, Maksym Martchenko, sans préciser combien et évoquant des "infrastructures portuaires endommagées". Le grand port d'Odessa est crucial pour la reprise des exportations de céréales ukrainiennes.

Avec ces frappes, le président russe a "craché au visage du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres et du président turc Recep (Tayyip) Erdogan, qui ont déployé d'énormes efforts pour parvenir à cet accord", a commenté le porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères, Oleg Nikolenko. Le président Volodymyr Zelensky a ensuite accusé Moscou de systématiquement violer ses engagements : "Cela ne prouve qu'une seule chose : peu importe ce que la Russie dit et promet, elle trouvera des moyens de ne pas l'appliquer".

Le centre de l'Ukraine n'a pas été épargné non plus avec une reprise samedi des bombardements russes qui ont fait trois morts. Treize missiles de croisière russes tirés de la mer sont tombés près de la ville de Kropyvnytskyi, dans la région de Kirovograd (centre), a annoncé son gouverneur Andriy Raikovytch, précisant que des infrastructures ferroviaires et un aérodrome militaire avaient été pris pour cible. Des tirs d'artillerie ont aussi visé Kharkiv, dans le nord-est, où une femme a été blessée, selon la présidence ukrainienne.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info