Suivez les dernières informations sur le conflit.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

LIMOGEAGE


Volodymyr Zelensky a annoncé ce dimanche soir le limogeage du chef du service de sécurité d'Ukraine et de la procureure générale, en raison de multiples soupçons de trahison de certains de leurs subordonnés au profit des Russes. 


Les autorités ukrainiennes enquêtent sur plus de 650 cas de soupçons de trahison de responsables locaux, notamment dans les zones occupées par les forces russes et pro russes, a ajouté M. Zelensky dans son adresse du soir. 

LA SANTÉ DE VLADIMIR POUTINE


Le chef d'état-major des armées britanniques, l'amiral Tony Radakin s'est inscrit en faux contre des rumeurs concernant la santé de Vladimir Poutine ou la possibilité qu'il puisse être assassiné.


"Je pense que certains commentaires sur le fait qu'il ne soit pas en bonne santé ou qu'il finisse par se faire assassiner, et bien, je pense que ce sont des vœux pieux", a déclaré sur la BBC l'amiral dans une interview diffusée dimanche.  Les rumeurs sur la santé de Vladimir Poutine, 70 ans en octobre, sont invérifiables.


Selon lui, "le défi que pose la Russie va durer" potentiellement pendant "des décennies en termes de menace" et le Premier ministre qui succèdera à Boris Johnson, démissionnaire, devra être conscient que la Russie est "la plus grande menace" pour le Royaume-Uni. 

LES MOTS DE VOLODYMYR ZELENSKY


"C'est une guerre en Ukraine que la Russie a commencée, que la Russie continue et que la Russie ne veut pas mettre fin. L'Ukraine défend sa propre terre, sa souveraineté, son territoire. L'Ukraine se bat pour la paix. C'est un paradoxe cruel du 21ᵉ siècle, mais pour nous, une réalité", a écrit le président ukrainien sur son compte Instagram.

L'UKRAINE, L'UN DES PAYS LES PLUS MINÉS AU MONDE


Selon les autorités ukrainiennes, l'Ukraine est devenue l'un des pays les plus minés au monde en moins de cinq mois. Il faudrait plus de 10 ans pour toutes les éliminer, ajoutent-ils.

LE VOL MH17


A l'occasion de l'anniversaire du crash du vol MH17 de Malaysia Airlines, coûtant la vie de 298 personnes, Volodymyr Zelensky a publié un message sur Twitter, accusant la Russie d'être responsable de la tragédie. Moscou a toujours nié toute implication dans l'événement.

DES MISSILES RUSSES FRAPPENT MYKOLAÏV


Des missiles russes ont touché une installation industrielle et d'infrastructure à Mykolaïv, un centre de construction navale dans l'estuaire de la rivière Southern Bug, rapporte l'Associated Press. Selon Oleksandr Senkevych, le maire de la ville, il n'y a encore aucune information immédiate sur les victimes.

"AUCUN LIEN" ENTRE LES MARCHANDISES ET LA GUERRE


"A part le fait qu'ils sont la propriété de compagnies ukrainiennes, aucun autre lien n'existe entre les marchandises - de l'avion-cargo - et l'Ukraine", a toutefois indiqué le ministre de la Défense serbe, Nebojsa Stefanovic.

CE QUE L'ON SAIT DU CRASH D'UN AVION-CARGO EN GRÈCE


L'engin s'est écrasé hier dans le nord de la Grèce, tuant huit personnes. Propriété d'une compagnie ukrainienne, il transportait environ 11 tonnes d'armements, dont des mines de mortier éclairantes.

LES PERTES RUSSES, SELON KIEV


Dans son point quotidien, les forces armées ukrainiennes estiment que depuis le début de l'invasion russe, la Russie a perdu au moins 38.300 soldats, 1684 chars, 220 avions, 846 pièces d'artillerie - et bien plus encore.

PLUS DE 17.000 UKRAINIENS RETROUVENT L'ÉLECTRICITÉ


Selon le ministère ukrainien de l'Énergie, environ 17.350 Ukrainiens - 16.950 à Donetsk et 400 à Zaporizhzia - ont récupéré le courant durant la journée d'hier. Mais le travail de réhabilitation n'est pas fini. Près de 600.000 consommateurs sont toujours sans électricité en raison des hostilités.

SELON L'ARMÉE BRITANNIQUE


Dans son nouveau point, le ministère des Armées britanniques indique que les Russes craignent de nouvelles attaques ukrainiennes. La veille, Volodymyr Zelensky assurait qu'aucun "missile russe ne peut briser" l'unité de son peuple.

LE POINT SUR LA SITUATION


Au 144e jour de la guerre, une offensive russe se préparerait, à la veille d'une réunion européenne pour établir de nouvelles sanctions contre la Russie. Retrouvez ce qu'il s'est passé ces dernières 24 heures.

RÉUNION EUROPÉENNE LUNDI


Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne vont se réunir lundi pour débattre d'un durcissement des sanctions contre la Russie, au moment où Moscou est accusé d'avoir déployé des lanceurs pour tirer des missiles depuis la centrale nucléaire de Zaporijjia, dans le sud de l'Ukraine.


Les ministres de l'UE devront se pencher entre autres sur une proposition de la Commission européenne d'interdire les achats d'or à la Russie pour aligner les sanctions de l'UE sur celles de ses partenaires du G7. Une autre proposition vise à inscrire de nouvelles personnalités russes sur la liste noire de l'UE.

CONDAMNATION DE LA RUSSIE AU G20


Vendredi et samedi, se tenaient la réunion des ministres des Finances et des banquiers centraux des pays membres du G20. Alors que celle-ci s'achève traditionnellement autour d'un communiqué commun, cela n'a pas été le cas cette année en raison de divergences entre les pays concernant l'offensive russe en Ukraine. 


En lieu et place de ce communiqué, l'Indonésie, qui tente de concilier sa neutralité dans le conflit et le fait qu'elle est l'hôte du G20 cette année, a publié une déclaration en son propre nom, dans laquelle elle fait état de ces divergences, mais aussi de l'absence de consensus concernant la crise alimentaire mondiale, exacerbée par l'invasion de l'Ukraine.


"De nombreux membres sont convenus que la reprise de l'économie mondiale a ralenti et est confrontée à un revers majeur en raison de la guerre de la Russie contre l'Ukraine, qui a été fermement condamnée, et ils ont appelé à la fin de la guerre", indique cette déclaration. "Un membre a exprimé l'opinion selon laquelle les sanctions aggravent les difficultés actuelles", ajoute le texte, apparemment en référence à la Russie.

HONGRIE


En Europe centrale, la Hongrie souffre particulièrement de la crise énergétique engendrée par la guerre. Mercredi, un "état d'urgence" a été déclaré ouvrant à une hausse de la production de charbon et appelant aux ménages à restreindre leur consommation. 


Une réforme fiscale particulièrement impopulaire a par ailleurs été adoptée mardi au Parlement. Selon ses opposants, elle devrait alourdir les impôts de centaines de milliers de petits commerçants. Samedi, des milliers de personnes ont manifesté dans la capitale Budapest, pour la cinquième journée consécutive.

BONJOUR


Bonjour et bienvenue dans ce direct consacré à la guerre en Ukraine. Retrouve ici, en ce 144e jour de conflit, toutes les informations concernant cet événement.

Les forces russes sont "probablement en train de sortir de la pause opérationnelle" qu'elles avaient décrété il y a huit jours pour se régénérer, affirme l'Institut américain d'étude de la guerre (ISW). Les troupes de Moscou ont mené "une série d'assauts terrestres", "encore à petite échelle" et "largement infructueux", au nord-ouest de Sloviansk, au sud-est de Siversk, le long de la route Bakhmout-Lyssytchansk, au sud-est de Bakhmout et au sud-ouest de la ville de Donetsk, énumère-t-il.

Les offensives russes dans le Donbass restent "réduites", confirme le ministère britannique de la Défense, les combats se concentrant sur Siversk et Bakhmout, "malgré les affirmations russes d'avoir pénétré dans les faubourgs de Siversk" cette semaine.

"La Russie a déjà fait des déclarations de succès prématurées et fausses", qui visent à "démontrer le succès de l'opération à l'opinion publique" russe et renforcer le moral des troupes, observe-t-il.

Depuis qu'elles ont abandonné début juillet Lyssytchansk, les troupes ukrainiennes ont "raccourci" leur ligne de défense, ce qui leur permet de "concentrer" leurs forces "contre des attaques russes réduites et a contribué à réduire l'élan de la Russie", constate Londres sur Twitter.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info